MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE

Vues Du Monde : ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIÈRES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VÉRITÉ.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social reddit  Marque-page social google      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE sur votre site de social bookmarking
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides
-25%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge
135 € 179 €
Voir le deal

 

 De la Guerre froide à l'hyperpuissance

Aller en bas 
AuteurMessage
Tite Prout
Maître de Cérémonie du forum
Tite Prout

Nombre de messages : 1737
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 01/06/2005

De la Guerre froide à l'hyperpuissance Empty
07012007
MessageDe la Guerre froide à l'hyperpuissance

I. Aux origines de la puissance
Depuis la fin de la Guerre froide, les États-Unis constituent un morceau imposant au niveau mondial. Ils sont une puissance économique mondiale, sont à la tête des technologies de la communication et de l’information et leur force militaire est incomparable à celle d’aucun autre pays sur terre.

La genèse américaine doit être analysée historiquement à partir d’éléments géopolitiques. Le territoire américain a d’abord été colonisé entre le XVIe et XIXe siècle. À la fin du XIXe siècle, ils ont commencé à être imposants et au XXe siècle, ils se sont imposés radicalement.
La guerre de l’indépendance a été longue (1775-1783). On s’entend finalement pour former une fédération se dotant d’une constitution en 1787. Ce fait a contribué à l’essor des États-Unis mais jusqu’à un certain point puisque ce sont surtout les données géographiques et les situations géopolitiques favorables qui ont contribué grandement à la montée en puissance américaine.

D’abord, le Mexique est pris dans nombreux conflits internes dans les années 1820. La population du Texas réclame l’indépendance ce qu’elle acquiert et décide peu après de s’annexer aux États-Unis. Par la suite, les États-Unis conquièrent le Nouveau-Mexique à la Californie sans trop de difficultés : le Mexique étant trop faible vu les conflits internes. Par la suite, le tsar de Russie vend pour une somme dérisoire l’Alaska aux Américains. Ainsi, elle évitait que ce territoire aille aux mains des Anglais. Brièvement, la montée spectaculaire des États-Unis dans le monde est attribuable aux situations géopolitiques favorables.

Une rivalité géopolitique interne a conduit les États-Unis à la guerre de Sécession. Un clivage Nord-Sud à l’intérieur même des États-Unis se produit. Au Sud se trouvaient les planteurs qui employaient des esclaves et, au Nord, des industriels qui faisaient plutôt appel à l’immigration. Le Sud était libre-échangiste tandis que le Nord était protectionniste. L’augmentation du nombre d’immigrés au Nord a fait balancée le poids du côté des industriels du Nord quant à leur force politique et ces derniers élisent Abraham Lincoln en 1860. Les sudistes préparaient donc l’initiative militaire pour constituer une Confédération de onze États. Cet événement sonne le début de la guerre de Sécession qui durera de 1861 à 1865.

Le territoire américain, comme le territoire canadien, est riche de matières premières. Une vaste étendue de plaines couvre la région. Pour maximiser l’exploitation de ces ressources, il était primordial de posséder des moyens de transport efficaces et nombreux et aussi des capitaux. Une grande partie de cette demande de capitaux est provenue d’Europe occidentale. Les États-Unis sont alors devenus des débiteurs mais seulement pour une courte période puisque la première guerre mondiale a tourné la situation : les États-Unis ont changé leur statut de débiteur à celui de créditeur.

L’immigration a été un facteur important dans l’essor économique étasunien. L’immigration européenne était constituée majoritairement de jeunes motivés qui étaient prêts à travailler durs. Souvent, parmi ces immigrants, on retrouvait des ingénieurs, commerçants et entrepreneurs. Le dernier sondage aux États-Unis sur l’origine des immigrants que l’on inclut dans le « melting pot » nous démontre que la majorité immigrante provient, en ordre croissant, de : l’Allemagne, l’Irlande, les Afro-Américains, Angleterre et, finalement, de France.

II. Les étapes successives de l’expansion géopolitique américaine
Les États-Unis n’ont jamais été attirés à la conquête de colonies; la guerre d’indépendance était encore gravée dans la mémoire des Américains. Paradoxalement, leurs politiques et leurs conquêtes différaient lorsqu’il était question du Mexique. En effet, les États-Unis avaient déjà enlevés des territoires au Mexique en 1848.

Yves Lacoste compare la « Méditerranée américaine » à la Méditerranée euro arabe. Cette zone était « l’arrière cour » des États-Unis. Par contre, ces derniers devaient être prudents dans l’application de leurs politiques pour ne pas choquer les Noirs d’États-Unis puisque nombreux étaient les Noirs. Les relations entre les îles et l’Espagne devenaient de plus en plus corsées puisque les exigences douanières et financières de l’Espagne étaient de plus en plus sévères. C’est aussi pendant cette période que naissent la lutte des révolutionnaires cubains contre la domination espagnole (1895). Le côté moral autant que les intérêts économiques préoccupaient les États-Unis. En 1898, les relations américano-espagnoles sont mauvaises et les États-Unis décident de débarquer sur l’île. Ils l’emportent sur l’adversaire espagnol. L’amendement Platt a été ajouté à la constitution cubaine. Elle reconnaissait le droit des États-Unis d’intervenir militairement si les biens et les personnes étaient menacés à Cuba. L’intervention américaine ne s’est pas contenue seulement à Cuba, mais ils se sont aussi impliqués dans plusieurs États d’Amérique centrale dont le Nicaragua, le Guatemala, etc.

III. L’Amérique, un empire mondial?
Une différence notable existe entre l’empire anglais ou français lorsqu’on veut comparer l’impérialisme de ces États dans le monde à des époques données. Bien que les États-Unis soient une puissance économique et militaire, tout comme l’étaient la France et l’Angleterre auparavant, des différences existent lorsqu’on compare leur hégémonie. En effet, la France et l’Angleterre colonisaient en envoyant des fonctionnaires sur place. Les États-Unis ne colonisent pas en envoyant des délégués sur place. Ainsi, nous ne pouvons affirmer que les États-Unis ont participé à cette vague de colonisation même pendant les deux guerres mondiales. La politique américaine suit l’idéologie isolationniste et ce, jusqu’à refuser d’entrer dans la Société des Nations, organisation créée par l’initiative du président Wilson.

Les États-Unis sortent de leur politique isolationniste suite à l’attaque de Pearl Harbor. Les pays sortant de cette guerre sont anéantis et demandent l’aide financière américaine, sauf l’Union soviétique. L’Union soviétique, de son côté, ne respecte pas les limites des accords de Yalta. Elle veut une expansion du régime communiste que les Américains ne veulent pas. Ce sera le début de la guerre froide où les montants alloués à l’armement augmentent d’une façon faramineuse. L’éclatement d’une arme nucléaire pouvait éclater à tout moment. L’Union soviétique ne pouvant plus tenir un tel niveau financier pour le militaire s’effondre en 1991. Les États-Unis deviennent alors la superpuissance mondiale. Le but principal des États-Unis n’est pas de décoloniser mais plutôt d’installer l’idéologie capitaliste avec toutes ses valeurs et pratiques un peu partout à travers le monde. Pour réussir, ils s’assurent de garder certaines bases militaires : en Corée du Sud, Japon, Allemagne, etc. La souveraineté politique sur le territoire n’est pas un résultat recherché.
L’économie américaine domine dans le système économique mondial. Les États-Unis possèdent des firmes un peu partout dans le monde. Paradoxalement, le pays connaît une balance des paiements négative (plus d’importations que d’exportations) et un déficit budgétaire important. Les dépenses faramineuses dans le domaine militaire explique en partie ce déficit. La valeur du dollar a aussi beaucoup diminué et l’euro supplante la monnaie américaine.

La géopolitique de la puissance
Les conflits et guerres ne se règlent plus comme auparavant. Les moyens technologiques ont amélioré l’efficacité des actions et ont intensifié les résultats, positifs comme négatifs. Comme affirmé précédemment, les conflits surviennent souvent entre des pays étant physiquement très éloignés l’un de l’autre : les pays en conflit sont même souvent séparés par un océan. Par contre, avec les nouveaux moyens technologiques tels que les services aériens très avancés, comme les avions gros-porteurs, les pays peuvent imposer leur puissance à travers le monde . C’est le cas actuel des États-Unis.

La guerre préventive est un concept contemporain important et qui justifie présentement les confrontations. Il y a eu d’abord, suite aux événements du 11 septembre, la guerre en Afghanistan où l’on a voulu enlever les talibans du pouvoir. Par la suite, en 2003, les États-Unis envahissent l’Irak sous le prétexte de la guerre préventive en associant Saddam Hussein, à tort ou à raison, avec Ben Laden. Certains croient que ce sont des motivations économiques des pétrolières qui ont pesées dans la balance. Mais, selon Yves Lacoste, c’est plutôt par la vengeance, les craintes d’une autre attaque et le fait que Ben Laden ne soit pas encore attrapé qui ont motivé les Américains à entrer en guerre.

Les immigrants : problèmes géopolitiques internes
Le melting-pot américain n’a pas fonctionné comme on l’aurait cru. Les immigrants parlent majoritairement l’anglais, certes, et le sentiment nationaliste américain est très fort. Par contre, les immigrants se sont regroupés géographiquement à des endroits très spécifiques tels que les villes de Washington (plus de 50% des citoyens de la ville sont des Noirs), New York, etc. ce qui a créé des ghettos. Un cercle vicieux s’est enclenché car les gens d’autres origines ont fui ces quartiers et les immeubles ont connu une dévaluation .

Enjeux géopolitiques de l’élection de 2004 aux États-Unis
Les élections aux États-Unis en 2004 ont été suivies à travers le monde. La communauté internationale croyait que George W. Bush, avec le fiasco en Irak, allait être battu par le démocrate Kerry. Kerry a basé sa campagne sur une reprise économique américaine tandis que Bush a joué davantage sur la carte de la protection national, du nationalisme américain et l’a emporté haut la main. Les intellectuels et immigrants se sont beaucoup plus penchés vers le parti démocrate en critiquant les affirmations des républicains sur la présence des armes de destruction massives en Irak. Un autre aspect géopolitique important est la montée de l’anti-américanisme un peu partout dans le monde. L’analyse politique porte à croire que l’opinion américaine diffère énormément de l’opinion internationale sur le sujet des la politique étrangère américaine .
Revenir en haut Aller en bas
Partager cet article sur : redditgoogle

De la Guerre froide à l'hyperpuissance :: Commentaires

Tite Prout
Re: De la Guerre froide à l'hyperpuissance
Message Dim 7 Jan - 19:20 par Tite Prout
Religion : facteur géopolitique
Les préoccupations religieuses au niveau mondial sont en diminution tandis que l’on remarque la tendance contraire aux États-Unis. Les tendances laïques sont en baisse et les gens sont très pratiquants. La montée de l’Islam fait craindre le pire aux chrétiens qui voit en ses adeptes les réalisations du 11 septembre.
Pour les chrétiens fervents, les États-Unis est la terre promise créée par Dieu et par laquelle ressorte les valeurs démocratiques et de liberté. Cette terre était alors ouverte aux réfugiés qui habitaient ces pays oppresseurs. Aujourd’hui, les États-Unis se donnent la mission de sauver ces pays des régimes dictatoriaux et d’éliminer le mal qui menace les États-Unis .

Des conséquences toujours actuelles de la guerre froide
La montée en puissance des États-Unis s’explique essentiellement en prenant en considération la Guerre froide. Pendant près de quarante ans, les États-Unis redoutaient une expansion communiste, représentée par les Soviétiques, à travers d’autres territoires. Le fait que les deux parties détenaient l’arme nucléaire a empêché une guerre chaude. Si une bombe avait été lancée, il y aurait eu une catastrophe nucléaire puisque le lancement d’une bombe d’un côté aurait résulté par une réplique semblable de l’autre. C’était une période de guerre froide basée sur « l’équilibre de la terreur ». Les guerres ont plutôt eue lieu indirectement par des appuis à certaines parties dans des guerres localisées.

Août 1939 Signature du pacte germano-soviétique par les soviétiques ce qui démontrent qu’ils ne refusent pas une entente avec les capitalistes.
Juin 1941 Attaque allemande. En décembre de la même année, Hitler déclare la guerre aux États-Unis. . L’Union soviétique et l’Allemagne se retrouve donc alliés.
Février 1945 Conférence de Yalta : Les États-Unis et l’Union soviétique s’entendent pour que ce dernier entre en guerre contre le Japon.
1948 Les relations américano-soviétiques sont encore bonnes puisque les États-Unis proposent à l’U.R.S.S. de profiter de l’aide américaine pour la reconstruction. (Plan Marshall). Staline refuse l’aide.

Les genèses de la guerre froide
Ce sont des enjeux territoriaux qui ont déclenché cette guerre. « Le coup de Prague » a été l’élément déclencheur du conflit des États-Unis et de l’U.R.S.S. Berlin-Est avait alors décidé d’empêcher toutes marchandises de transiter entre Berlin-Ouest et Est. Le but était de décourager l’alliance que formaient les États-Unis, l’Angleterre et la France et de les pousser à partir de Berlin-Ouest. Les Américains outrepassèrent stratégiquement ce blocus .
En 1949, l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord voit le jour. Elle constitue une alliance militaire et s’assure de la présence de soldats pour contrer une éventuelle poussée de l’U.R.S.S. en Europe. Lorsque l’Union soviétique déclare en 1949 qu’elle possède la bombe atomique, les Soviétiques constituent alors concrètement une menace communiste .

Les Soviétiques, ayant déclarés la guerre aux Japonais, occupaient la Mandchourie et le nord de la Corée tandis que les Américains occupaient le sud de la Corée. La guerre de Corée éclate en juin 1950 et on peut la diviser en trois phases importantes :
1. L’attaque de la Corée du Sud par le Nord communiste
2. Débarquement américain pour contre-attaquer le Nord de la Corée
3. Plus d’un million de soldats chinois volontaires sont prêts à se battre. La Chine est même prête à utiliser l’arme atomique.
4. On pourrait ajouter une quatrième phase : l’ambition nord-coréenne d’obtenir l’arme nucléaire.

La crise de Cuba
Le régime politique révolutionnaire de Fidel Castro, à son tout début, c’est-à-dire dans les années 50, ne faisait pas peur aux États-Unis puisque ces derniers et Castro s’entendaient relativement bien. Plus les années avançaient et plus Castro penchait du côté soviétique. Les Cubains anticastristes vivant à Miami ont alors organisé une invasion légèrement appuyée par la CIA que l’on connaîtra sous le nom de l’invasion de la Baie des Cochons. Ils ont connu une cuisante défaite. Le rapprochement de Cuba avec l’Union soviétique inquiétait les États-Unis qui ont décidé de répliquer en imposant un embargo sur les exportations cubaines de sucre. Cuba a alors décidé de nationaliser plusieurs compagnies américaines.

La crise de Cuba éclate en 1962 quand les États-Unis se rendent compte, avec des photos prises par l’armée aérienne, que Cuba possédait des installations d’armes nucléaires. Le gouvernement américain de John F. Kennedy décide de négocier avec l’U.R.S.S. L’on croyait à un l’éclatement d’un conflit nucléaire mondial. Les États-Unis imposent un blocus naval. Finalement, Kroutchev accepte de retirer ses armes nucléaires à l’intérieur de l’île cubaine en échange de la même mesure en Turquie car les États-Unis avaient une base nucléaire en Turquie qui menaçait plusieurs grandes villes soviétiques. De plus, le gouvernement américain promet de ne pas envahir l’île de Cuba.

La guerre du Vietnam
En 1960, le Vietnam est divisé en deux : le Nord communiste et le Sud pro-américain. Pendant que l’armée du Sud du Vietnam est renforcée par les forces américaines, le Nord du Vietnam est, lui, aidé par les Soviétiques et les Chinois. Le conflit semble interminable et l’opinion américaine commence à être défavorable à la présence américaine au Sud du Vietnam vu le nombre important de morts. Des manifestations éclatent aux États-Unis. Les accords de Paris signent la fin de cette guerre américaine au Vietnam. Quelle surprise lorsqu’en avril 1975, les troupes communistes entrent dans Saïgon. Le Sud du Vietnam a laissé les troupes communistes avancer croyant que les Américains allaient leur venir en aide pris de panique. Tel ne fut pas le cas puisque les États-Unis étaient pris dans le scandale du Watergate où Nixon a dû démissionner et son prédécesseur, Gérald Ford, a décidé de ne pas intervenir pour ne pas brusquer l’opinion américaine qui en avait ras-le-bol d’entendre parler du Vietnam .

La victoire sur le Sud du Vietnam est représentée par les pays du Tiers Monde comme le vainqueur de l’impérialisme américain. Des antagonismes séculaires ont causé certains conflits entre le Vietnam et la Chine. Mais l’armée désuète chinoise a poussé la Chine à abandonner son programme socialiste. Les tensions en Asie du Sud-Est se sont tranquillement estompées. La guerre du Vietnam a été considérée comme une guerre injuste d’un petit peuple contre une grande puissance.

Les États-Unis et l’OTAN : sécurité collective ou projection de puissance?
L’OTAN est une organisation créée en 1949 pour contrer la menace soviétique. Les États-Unis sont le cœur de l’OTAN. Le Canada y fait aussi partie avec certains pays d’Europe.
Depuis la fin de la guerre froide, le rôle de l’OTAN est ambigu. Les pays européens veulent sortir de l’organisation ne voyant plus la raison d’être de cette organisation. Encore aujourd’hui, cette organisation existe encore et plusieurs autres pays européens veulent s’intégrer à l’OTAN. En 1999, la première fois depuis sa création, l’OTAN a fait la guerre à un pays européen : la Serbie.
Les événements du 11 septembre ont bouleversé un peu l’organisation. Les États-Unis, ne voulant pas dévoiler leur plan d’Attaque contre l’Afghanistan, décide de partir en guerre avec leurs forces armées seulement. En 2003, l’armée américaine envahit l’Irak sans l’accord de certains pays européens dont l’Allemagne et la France et une opinion publique réfractaire dans plusieurs pays participants à l’effort de guerre, soit l’Angleterre, l’Italie et l’Espagne.
Les membres de l’Union européenne ont des divergences de vue quant à la formation de cette union. La montée en puissance de l’Union européenne n’est pas un souci important pour les États-Unis, c’est plutôt le rapport avec le monde musulman qui inquiète les Américains et l’Union européenne est à cheval entre ce monde musulman près géographique et les Américains. (p.71)

Les États-Unis et le monde musulman
Les relations entre les États-Unis et le Moyen-Orient, ont débutées par des intérêts pétroliers. Les Britanniques et les Américains tentent d’influencer et de prendre le plus de territoires pétroliers possible. Pendant que les Britanniques sont en Irak pour exploiter leur pétrole ainsi qu’en Iran. Les Américains veulent aussi entrer en Irak et en 1934, ils ont la moitié de la concession du Koweït. En 1945, Roosevelt signe une entente avec l’Arabie Saoudite. Les États-Unis sont alors neutres dans le conflit israélo-palestinien. Mais les deux pays importants de la région pour les Américains, c’est la Turquie et l’Iran puisque l’Arabie Saoudite ne possède pas alors d’armée imposante.

L’image des États-Unis au Moyen-Orient se dégrade lorsque la Banque mondiale refuse d’Accorder un prêt à ce pays. En réponse, l’Égypte de Nasser décide donc de nationaliser le canal de Suez qui était sous contrôle anglais. Les Britanniques ne veulent pas perdre cet atout géopolitique. La France, pour sa part, veut faire tomber Nasser qu’elle accuse de mettre le feu à la rébellion en Algérie. Nasser gagne ce conflit et tente de propager son idée de socialisme arabe. La Syrie et l’Irak suit l’idéologie de Nasser.
En 1967 éclate la « guerre des Six-Jours » et les États-Unis en profitent pour apporter leur appui à Israël et aussi en 1973 lors de l’attaque syro-égyptienne. (p.75)

Les États-Unis ont toujours eu de bonnes relations avec l’Iran et ce, jusqu’en 1979. À cette année, le régime du Shah et la révolution islamique de l’imam Khomeiny bouleverse la situation. Khomeyn appelle l’Amérique « Grand Satan » et on prend en otage les employés américains à l’ambassade des États-Unis à Téhéran. Une crise politique éclate et on accuse les États-Unis d’être à la source. Le Shah, n’osant pas utiliser l’armée et son régime s’effondre en quelques semaines. L’Iran connaît peu après une révolution islamique qui tente de s’étendre à tous les pays musulmans.

Peu de temps après l’effondrement du régime en Iran, l’Irak décide d’attaquer ce territoire déjà affaibli. L’occasion était trop belle pour Saddam. Depuis 1958, l’Irak était soutenu par l’U.R.S.S. et avait de bonnes relations avec la France. Tous, en y ajoutant l’Arabie Saoudite, souhaitaient la chute de la révolution islamique iranienne. La guerre entre l’Iran et l’Irak que l’on prévoyait courte fut plutôt longue (1980-1988). Contrairement à ce que l’on pensait, l’opposition iranienne était féroce, la ferveur chiite et le patriotisme était très élevés. Le Koweït, l’Arabie Saoudite, les États du Golfe et certains pays occidentaux (États-Unis et France) offrent une aide financière à l’Irak pour éviter une victoire iranienne. L’armée irakienne devient la plus puissante force armée du monde arabe.

De la guerre du Golfe à la guerre d’Irak
Sous la raison que le Koweït était un territoire des colons britanniques qui ne servait qu’à empêcher l’accès de l’Irak sur le Golfe, ce dernier attaquer le Koweït en août 1990 avec une armée affaiblie. L’Arabie Saoudite, ayant signé un traité avec les États-Unis, et l’Israël se sentent menacés et le Conseil de Sécurité de l’ONU décide d’agir. L’Irak est contraint de se retirer du Koweït et Hussein refuse d’obéir. Les forces armées, constituées en grande partie de la force armée américaine écrase les forces irakiennes. L’Irak se retire. Par contre, Saddam Hussein est laissé au pouvoir, mais des contrôles onusiens sont exigés en ce qui a trait du désarmement et l’Irak doit dédommager le Koweït. (p.78)

En 1979, l’Afghanistan est envahi par l’Union soviétique. Les Soviétiques se sont retrouvés dans un piège du à l’aspect particulier de la culture et de l’histoire afghane.

Le terrorisme islamiste
Suite à la guerre du Golfe, les Arabes considéraient les États-Unis d’un mauvais œil puisqu’ils croyaient que ceux-ci avaient agressé le monde arabe. L’Irak était alors considéré comme le seul pays pouvoir tenir tête à Israël. La confrérie wahhabite a plutôt cru que les Américains se sont impliqués dans la guerre du Golfe pour mettre un pied à terre en Arabie : le territoire sacré de l’islam. Oussama Ben Laden est alors entré en jeu avec son grand pouvoir et a exigé le départ des bases américaines en Arabie. Sans résultats, il décide de lutter contre « l’impérialisme judéo-chrétien » (p.80)
Ce sont les attentats du 11 septembre 2001 qui ont démontré la grande force d’Al Qaïda aux États-Unis. Pour lutter contre cette organisation, les Américains devaient s’organiser avec le Pakistan. Le président Mucharraf a pris le risque de se loger sous l’aile américaine en échange de dollars.

L’invasion américaine de l’Irak a de graves répercussions géopolitiques. Bien que les États-Unis aient enlevé Saddam Hussein du pouvoir assez rapidement, aujourd’hui, ils se retrouvent dans un bourbier. Les mois sont de plus en plus meurtriers et la guerre civile peut éclater à tout moment. En juin 2004, on crée le gouvernement qui dépend plus ou moins dépendant des Américains. L’échec de cette guerre attise la lutte des islamistes.

Lacoste, Yves. Géopolitique, la longue histoire d’aujourd’hui, Larousse 2006.

Résumé de Laurie Duguay
 

De la Guerre froide à l'hyperpuissance

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE :: POLITIQUE/POLITICS :: POLITIQUE INTERNATIONALE/INTERNATIONAL POLITICS-
Sauter vers: