MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE

Vues Du Monde : ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIÈRES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VÉRITÉ.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social reddit  Marque-page social google      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE sur votre site de social bookmarking
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides
-60%
Le deal à ne pas rater :
Baskets Nike Air Max 2090
60 € 150 €
Voir le deal

 

 Améliorer la gouvernance pour accélérer le développement

Aller en bas 
AuteurMessage
Tite Prout
Maître de Cérémonie du forum
Tite Prout

Nombre de messages : 1737
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 01/06/2005

Améliorer la gouvernance pour accélérer le développement Empty
24042006
MessageAméliorer la gouvernance pour accélérer le développement

Il y a quelques bémols à émettre suite à la lecture de cet article, surtout en ce qui a trait du rôle de la Banque mondiale dans la lutte contre la corruption. Bien au contraire, représentant les intérêts des plus riches de ce monde, la Banque mondiale ferme plus souvent qu'autrement les yeux sur la mauvaise gouvernance. Je nommerais plutôt cela: l'hypocrisie de la lutte à la corruption. Mais quand même, cet article nous apporte un autre point de vue, plus pro-capitaliste. À nous de détruire leurs arguments.

Tite Prout

Améliorer la gouvernance pour accélérer le développement [ 24/04/06 ]

FRANÇOIS BOURGUIGNON

Publicité
Les Objectifs du millénaire pour le développement visent, entre autres, à réduire la pauvreté et la mortalité infantile, ainsi qu'à assurer la scolarisation primaire universelle. Le Global Monitoring Report, rédigé conjointement par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, procède annuellement à l'examen des politiques mises en oeuvre pour réaliser ces objectifs. L'édition 2006 (1) enregistre les progrès sensibles obtenus sur plusieurs fronts. Mais elle souligne aussi qu'ils sont incomplets, trop lents et, surtout, trop disparates. Nombre de pays risquent de ne pas atteindre les objectifs, dans beaucoup de cas faute de moyens, mais aussi faute d'une bonne « gouvernance ».

Notre compréhension du rôle primordial des institutions dans le développement économique a considérablement progressé. Il est devenu courant de se référer à cette question comme celle de la « gouvernance ». En bref, une bonne gouvernance signifie des institutions transparentes et responsables, permettant aux gouvernements de répondre efficacement aux demandes de la population. Une justice indépendante, une presse libre et une société civile active en sont des éléments clefs. Elles constituent un contrepoids au pouvoir des gouvernements - et à celui des élites, qui souvent les contrôlent - et les responsabilisent en matière de services publics, de création d'emplois et d'amélioration du niveau de vie.

Certes, il existe des pays qui connaissent une forte croissance économique sans qu'aucune de ces conditions soit satisfaite, ou seulement certaines d'entre elles. Mais il est peu probable que cette croissance soit durable. Tôt ou tard, ces pays se trouveront aux prises avec des crises économiques récurrentes qui ralentiront progressivement leur croissance jusqu'à ce que les institutions défaillantes soient réformées. En témoigne l'exemple de pays comme l'Afrique du Sud, au temps de l'apartheid, l'Indonésie de Suharto ou encore la Côte d'Ivoire au cours des deux ou trois dernières décennies.

La corruption est souvent le symptôme le plus flagrant d'une mauvaise gouvernance. Là encore, il est vrai que croissance et corruption peuvent coexister, particulièrement lorsque la croissance est rapide, et par conséquent la corruption peu coûteuse pour l'économie. A terme, cependant, la corruption érodera progressivement l'efficacité de la décision publique, et le climat des affaires finira par se déliter, la rente des élites augmentant aux dépens de la profitabilité du secteur privé. Sans réformes, la croissance sera étouffée.

Le meilleur moyen de combattre la corruption est d'en affronter les causes qui se nichent aux endroits les plus fragiles du système de gouvernance. Elle peut résulter de la faiblesse du système politique conduisant à l'accaparement des fonctions de l'Etat par des élites sans scrupule. Elle peut aussi provenir d'un manque de transparence des décisions, des insuffisances du système de contrôle du secteur public ou encore d'une absence de normes professionnelles dans l'administration publique.

Au-delà du simple suivi des Objectifs du millénaire, le Global Monitoring Report propose un cadre analytique permettant de rendre compte des dimensions multiples de la gouvernance et de les intégrer aux stratégies de développement. Il identifie, en particulier, des indicateurs spécifiques et opérationnels qui peuvent en faciliter le monitoring. Particulièrement importants à cet égard sont les indicateurs liés à la qualité de la gestion des finances publiques, des pratiques de passation des marchés, des systèmes d'audit et de contrôle financier, et du fonctionnement de l'appareil judiciaire. Le rapport en recommande l'usage systématique dans l'évaluation du développement.

De nombreux projets de la Banque mondiale contribuent à l'amélioration de la gouvernance. Leur but principal est d'aider les pays à accroître la transparence et l'efficacité de leurs procédures budgétaires et administratives, renforcer la justice ou encore décentraliser la décision en matière d'infrastructures sociales et développer la société civile. Une coopération plus étroite avec les services d'audit et les autres institutions d'évaluation devrait aussi permettre de diminuer la corruption et d'augmenter l'efficacité des projets de développement.

La gouvernance et la corruption qui en résulte lorsqu'elle est mauvaise sont des enjeux mondiaux qui concernent autant les pays développés que les pays en développement. La Banque mondiale coopère avec ces derniers pour faire obstacle aux détournements de fonds. Le Global Monitoring Report dénonce le fait que sur les 20 milliards de dollars détournés par les dictateurs Mobutu, Abacha et Marcos sur des comptes à l'étranger. Seuls 1,5 milliard ont pu être récupérés. Cela est inacceptable, comme le sont les versements de pots-de-vin par certaines grandes sociétés opérant dans les pays en développement.

Certains mécanismes peuvent aider la communauté internationale à renforcer la gouvernance dans le monde et faciliter ainsi la réalisation des Objectifs du millénaire. Ainsi l'accord de Cotonou conclu en 2000 entre l'Union européenne et les 77 pays APC (Afrique-Pacifique-Caraïbes) engage-t-il les pays à améliorer leur gouvernance et à conduire des actions communes en cas de corruption grave. De même, les conventions de l'OCDE et l'ONU contre la corruption, l'initiative de transparence des industries extractives et le système de certification des diamants bruts du processus dit de Kimberley doivent être renforcés et appliqués avec plus de rigueur.

Ces pratiques et ces initiatives aideront à mettre en ordre nos institutions aux échelons local, national et mondial en les plaçant sous le feu des projecteurs. Elles devraient aussi renforcer la demande du public pour une meilleure gouvernance, demande à laquelle les gouvernements ne pourront se soustraire longtemps.

FRANÇOIS BOURGUIGNON est vice-président et économiste en chef de la Banque mondiale.




(1) http://www.worldbank.org/gmr200666

Source: http://www.lesechos.fr/info/rew_inter/4412403.htm
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» [FREE] The Interceptor [DVDRiP]
Partager cet article sur : redditgoogle

Améliorer la gouvernance pour accélérer le développement :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Améliorer la gouvernance pour accélérer le développement

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE :: POLITIQUE/POLITICS :: POLITIQUE INTERNATIONALE/INTERNATIONAL POLITICS-
Sauter vers: