MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE

Vues Du Monde : ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIÈRES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VÉRITÉ.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social reddit  Marque-page social google      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE sur votre site de social bookmarking
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

 

 CPE : UNE OCCASION PERDUE (opinion de droite) I

Aller en bas 
AuteurMessage
Tite Prout
Maître de Cérémonie du forum
Tite Prout

Nombre de messages : 1737
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 01/06/2005

CPE : UNE OCCASION PERDUE (opinion de droite) I Empty
28042006
MessageCPE : UNE OCCASION PERDUE (opinion de droite) I

CPE : UNE OCCASION PERDUE
par Jacques ROUGEOT, professeur à la Sorbonne
vendredi 21 avril 2006.
La crise du CPE restera comme l’un de ces épisodes dont la vie politique française a le triste secret et qui entraînent des conséquences sans commune mesure avec le prétexte qui les a déclenchées. Cet épisode est terminé mais encore frais. C’est le moment de faire le point sur la situation et de tirer quelques leçons.
LA DEFAITE

Dans cette bataille, nous avons subi une défaite qu’il serait vain d’essayer de minimiser. Cette défaite frappe le gouvernement et toute la majorité. Elle nous atteint aussi très directement parce que nous nous sommes engagés sans réserve. Nous sommes donc dans le camp des vaincus, mais, pour autant, en revenant sur notre action avec un regard critique et objectif, nous ne pensons pas avoir contribué en quoi que ce soit à cette défaite. Nous assumons pleinement les positions que nous avons prises. Nous n’avons rien à renier, rien à regretter. Nous avons soutenu le CPE parce que nous estimions qu’il était excellent dans son principe et dans ses dispositions pratiques, et nous n’avons pas changé d’avis. Il était de nature à débloquer le marché du travail et à inciter les patrons à embaucher en créant de nombreux emplois réels, c’est-à-dire répondant à des besoins, et non pas des emplois artificiels résultant de subventions ruineuses pour la collectivité et déversées dans un tonneau sans fond. Le CPE n’aurait pas eu pour effet de détruire la sécurité de l’emploi et d’instaurer la précarité, mais de donner une chance de trouver un travail à ceux qui, autrement, seraient condamnés au chômage. Le succès incontestable du CNE, organisé sur les mêmes bases, apporte une preuve par les faits de l’efficacité du dispositif. Nous avons donc mené le bon combat.
Nous nous garderons bien, également, de jeter après coup la pierre au gouvernement. Les médias aboyeurs, censeurs impitoyables après l’événement, étaient bien silencieux lors du lancement de l’opération. D’ailleurs, par quels arguments rationnels peut-on expliquer que le CNE soit passé sans coup férir et que le CPE ait connu le sort que l’on connaît ? A y regarder de près, ce que les commentateurs reprochent au gouvernement après la bataille se réduit essentiellement à une question de forme : on n’aurait pas assez discuté avec les syndicats. Mais, dans la pratique, on sait bien que de telles discussions n’ont généralement pas d’autre effet que de faire perdre du temps, car les syndicats français sont trop irresponsables pour apporter leur concours à des réformes sérieuses et trop faibles pour faire respecter les timides accords qu’ils auraient pu conclure.
LA GAUCHE : UN POUVOIR DE NUISANCE

On peut assurément comprendre que, dans la situation permanente d’affrontement droite-gauche qui prévaut dans notre pays, il soit de bonne guerre que chaque camp s’efforce de porter des coups à l’autre. Mais cette fois-ci, la gauche a fait paraître avec éclat qu’elle n’hésitait pas à sacrifier cyniquement l’intérêt national à son propre intérêt. Au fond d’eux-mêmes, en effet, tous ceux qui réfléchissent savent bien que le CPE aurait été bénéfique pour l’emploi et que, au pire, il n’aurait pu créer aucun dommage. De toute façon, l’enjeu était objectivement assez limité. Pourtant, c’est sur ce point que la gauche a fait porter un effort de mobilisation intense, d’une part en déformant grossièrement et en diabolisant le CPE, et d’autre part en utilisant toutes les ressources de sa logistique pour rameuter toutes les troupes dont elle pouvait disposer, des gamins aux ancêtres, sans aucune relation avec l’objet même du CPE.
Rappelons en effet que le CPE était destiné à faciliter l’embauche de ceux qu’on appelle les « jeunes en difficulté ». Les cortèges de manifestants étaient donc composés en majorité de gens qui n’étaient en rien concernés par le CPE, que ce soit les salariés pourvus d’un emploi, les étudiants diplômés ou, à plus forte raison, les fonctionnaires, voire les retraités. Pourquoi donc avoir organisé sur ce terrain un déploiement de forces exceptionnel, totalement disproportionné au prétexte choisi ?
La réponse est évidente : c’est que la gauche, dans toutes ses composantes, se caractérise aujourd’hui par un vide sidéral en matière d’idées, de projets ou de programmes.
Malgré tous les tours de passe-passe imaginables, ce vide commençait, si l’on peut dire, à devenir aveuglant. Il fallait donc détourner l’attention de l’essentiel en mobilisant dans un affrontement physique les troupes potentielles qui risquaient de se décourager. Il n’était dès lors plus question d’échanger des arguments. Il fallait remplacer le débat par le combat en organisant des grandes manœuvres dans la rue, exercice dans lequel la droite est traditionnellement mal à l’aise.
Ajoutons un élément sur lequel nous reviendrons. Depuis quelques années, l’extrême gauche, déçue par la mollesse de la gauche institutionnelle, a recommencé à mobiliser les énergies révolutionnaires inemployées et désireuses d’en découdre. Ces gens-là ont activement travaillé le terrain et ont joué un rôle de déclencheurs et d’agitateurs qui s’est révélé très efficace.
A gauche, partis politiques et syndicats avaient le même besoin de réaffirmer leur existence et leur identité dans une action spectaculaire. Ils ont joué leur jeu à fond, et il faut bien constater que ceux qu’on appelle généralement les modérés ont été une fois de plus égaux à eux-mêmes, c’est-à-dire inexistants et finalement complices. Sur le plan politique, ne parlons même pas de l’UDF, pour qui l’habitude de trahir est devenue une seconde nature, à moins que, plus probablement, ce ne soit la première. Sur le terrain syndical, il ne s’est trouvé personne pour sauver l’honneur. Le pauvre François Chérèque, écrasé par l’héritage laissé par l’homme à poigne qu’était Nicole Notat, peut-être vexé de n’avoir pas été traité avec une considération suffisante, en tout cas tétanisé à l’idée d’être traité de « jaune » par les camarades plus musclés, s’est tout naturellement conduit comme un mouton enragé en étant plus acharné que personne. Quant aux autres forces d’appoint, elles s’apercevront que leur soumission, signe de leur faiblesse, fera ressortir plus cruellement leur inutilité. Décidément, la bonne vieille formule de Lénine sur les « idiots utiles » semble avoir encore de beaux jours devant elle.
Il est de bon ton, dans tous les discours politiques, de souhaiter l’émergence de syndicats forts. On pense que, dès lors, ils pourraient acquérir le sens des responsabilités et se montrer plus coopératifs, plus pragmatiques, plus soucieux du bien commun à long terme.
Il est à craindre qu’on ne prenne ainsi le problème à l’envers. Il ne servirait à rien de gonfler artificiellement des syndicats qui devraient d’abord se remettre en cause fondamentalement. La mésaventure du CPE, et maintenant l’offensive contre la loi tout entière et contre le CNE, ne sont pas de nature à faire naître l’espoir. Tout ce qu’on pourrait attendre, c’est que les bénéficiaires mordent la main qui les aurait nourris.
Bien entendu, dans cette affaire, la jeunesse a été brandie comme une bannière et a servi en fait de paravent. Le cynisme a été poussé très loin, puisque ce sont précisément les jeunes qui paieront plus tard le prix des blocages imposés égoïstement par les syndicats et par la gauche en général.
LA MALFAISANCE DES MEDIAS

Depuis le début de l’année plus particulièrement, les grands médias français semblent s’être surpassés pour donner d’eux-mêmes une image caricaturale. Rappelons-nous comment ils ont présenté l’actualité dans ses phases successives. Pendant des semaines, nous avons été tenus en haleine, sous pression, par le terrible péril que faisait peser sur nous la grippe aviaire. Tout volatile défunt avait les honneurs d’une rubrique nécrologique à la une des journaux écrits, radiophoniques et télévisés, jusqu’à huit fois par heure, pourvu qu’il eût succombé au quadruple signe fatal : H5N1. Certes, aucune victime humaine n’était encore à déplorer (comme pour la vache folle), mais nous ne perdions rien pour attendre. Bientôt, les victimes se compteraient par centaines de milliers (comme annoncé pour la vache folle) ou même par millions (comme pour la grippe espagnole du début du XXe siècle, record de la vache folle pulvérisé). Et puis tout d’un coup, la grippe aviaire et son cortège de cadavres ont complètement disparu, comme tombés dans une trappe. A quoi attribuer ce miracle ? Aux oiseaux eux-mêmes, qui auraient désormais la bonne grâce de mourir loin des caméras ? Au pouvoir thaumaturgique des médias qui, comme les rois de France guérissant les malades de la peau en touchant les écrouelles, auraient exorcisé la funeste grippe par le simple pouvoir de leur verbe ? Resterait une troisième hypothèse, qu’on ose à peine formuler tant elle est sacrilège : c’est que les grands médias fassent preuve d’une telle futilité et d’un tel esprit moutonnier qu’ils aient tout simplement remplacé, avec une coïncidence parfaite, l’obsession de la grippe aviaire par le pilonnage sur le CPE. Cette focalisation sur un sujet et cette dramatisation forcenée ont certainement été utilisées pour jouer en permanence sur l’émotion des téléspectateurs.
Mais, dans le cas du CPE, il s’y est ajouté des circonstances aggravantes. A l’occasion de la grippe aviaire, les médias ont produit ce qu’on appelle aujourd’hui des « dégâts collatéraux » : psychose entraînant une baisse de la consommation des poulets, au détriment des éleveurs ; risque d’accoutumance de la population qui, à force d’entendre crier au loup de façon abusive, aura un petit sourire entendu lorsqu’un véritable loup viendra croquer les brebis. Dans la bataille du CPE, les médias n’ont pas seulement été un miroir déformant, ils ont été un acteur essentiel. La plupart des stations de radio et des chaînes de télévision ont sans doute battu leurs records de désinformation. Tous les procédés ont été utilisés. Une étude faite sur le sujet a montré que, parmi les informations consacrées au CPE, 92 % étaient réservées aux opposants. Les médias audiovisuels ont largement contribué à organiser les manifestations en les annonçant de façon lancinante et en préjugeant de leur succès. Ils ont accrédité les chiffres donnés par les syndicats pour évaluer l’importance des cortèges, alors que, de toute évidence, ces chiffres étaient considérablement gonflés et relevaient dans certains cas de la fantasmagorie. Au moment où plus de 360 députés UMP avaient apporté leur soutien au CPE, la parole était presque exclusivement donnée aux trois seuls qui, alors, avaient exprimé leur opposition : Hervé de Charrette, qui veut donner l’impression que lui-même et son commanditaire à la retraite existent encore, Nicolas Dupont-Aignan, qui essaie de se distinguer pour faire croire qu’il a un destin national, et Christine Boutin qui, apparemment traumatisée à l’idée d’être classée à droite à la suite de sa lutte contre le Pacs, ne perd pas une occasion d’exposer en public son cœur sensible et sa fibre sociale.
La résultante de tout cela est que les grands médias audiovisuels ont effectivement créé une dynamique anti-CPE en faisant croire que toute la nation était mobilisée dans un immense mouvement de rejet, alors que le gouvernement était crispé dans un incompréhensible refus.
QUESTIONS DE FOND

A travers les présentations médiatiques, c’est en fait toute l’interprétation de la question du CPE qui est en cause, ainsi que les conséquences qui peuvent en découler.
L’interprétation générale, plus ou moins explicite, peut à peu près se résumer sous forme de syllogisme : la jeunesse a rejeté le CPE ; or la jeunesse a raison par nature et parce qu’elle détient l’avenir ; donc le CPE était mauvais, le gouvernement a eu tort et il faut trouver une solution qui satisfasse les aspirations de la jeunesse telles qu’elles ont été exprimées au cours des semaines névralgiques. En fait, si l’on s’en tient à ce syllogisme, on s’engage dans une impasse et on s’enfonce dans le déclin. Il convient donc d’en remettre en cause tous les termes.
La première affirmation repose sur un amalgame et sur une généralisation inacceptables. Quand on fait la part des chiffres démesurément gonflés, de la composition très disparate des cortèges, des scrutins truqués et des cas où les locaux étaient bloqués par quelques dizaines ou au maximum quelques centaines d’individus, on voit bien que la paralysie de l’activité universitaire n’était pas due à la protestation massive des étudiants. Même d’après les chiffres revendiqués, en fait largement exagérés, on peut estimer à moins de 5 % la proportion des étudiants et des lycéens qui ont participé aux manifestations. Bien mieux, on a assisté à maintes opérations anti-blocage, le plus souvent à l’instigation de l’UNI, et c’est ce mouvement-là qui, les derniers temps, prenait de plus en plus d’ampleur.
Mais c’est la deuxième affirmation qui pose la véritable question de fond. C’est un fait que les manifestants, censés représenter l’ensemble de la jeunesse, sont presque toujours présentés sous un jour favorable : ce sont de bons jeunes gens qui ont raison de se révolter parce qu’ils sont malheureux et angoissés. Le CPE, attentatoire à leur dignité, constituait une sorte d’agression à leur égard. Il faut donc chercher une solution radicalement différente, toute en douceur, qui passe du baume sur les meurtrissures de ces pauvres victimes.
Eh bien, il faut dire avec netteté que cette image est grossièrement déformée.
Revenir en haut Aller en bas
Partager cet article sur : redditgoogle

CPE : UNE OCCASION PERDUE (opinion de droite) I :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

CPE : UNE OCCASION PERDUE (opinion de droite) I

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE :: POLITIQUE/POLITICS :: POLITIQUE INTERNATIONALE/INTERNATIONAL POLITICS-
Sauter vers: