MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Un négationnisme respectable, par Pierre Tévanian (suite2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

07062005
MessageUn négationnisme respectable, par Pierre Tévanian (suite2)

Il y a bien une inégalité de traitement : « les Juifs » ne sont en aucun cas des « privilégiés » de la mémoire collective (la place importante qu’occupe désormais la Shoah dans la mémoire collective est tout à fait justifiée, et le long combat qu’ont dû mener des associations pour qu’elle soit reconnue à partir des années 80 montre à quel point le terme de « privilège » est inapproprié) ; mais il y a incontestablement un déni de mémoire et d’histoire particulièrement violent concernant « les Noirs » et « les Arabes ». Si « les Juifs » n’occupent aucune position « supérieure », en revanche « les Noirs » et « les Arabes » sont indiscutablement les groupes les plus infériorisés et ignorés par la mémoire collective. Et il en va de même pour le présent : si les injures et les agressions physiques recensées par la police concernent davantage des Juifs que des Maghrébins, c’est une myopie intellectuelle, une faute morale et une irresponsabilité politique que d’en conclure, comme l’a publiquement déclaré Patrick Klugman, l’actuel vice-président de SOS Racisme, que les Juifs sont devenus les premières victimes « du racisme », des « des actes racistes » ou des « violences racistes ». Car les injures proférées dans la rue ou les coups et blessures sont une toute petite partie des violences racistes, et si, ces dernières années, des Juifs subissent effectivement ces formes de racisme dans des proportions supérieures à celles des Noirs ou des Arabes, toutes les enquêtes sociologiques et tous les rapports <25> s’accordent en revanche sur le fait que, du contrôle au faciès aux homicides, en passant par les injures, les fouilles humiliantes, les bousculades, les passages à tabac, ce sont des Noirs et des Arabes qui subissent massivement la violence policière, par définition très peu enregistrée dans les chiffres officiels <26>, et que la discrimination à l’embauche, au logement, dans les lieux de loisir, à l’école, face à la police et face à la Justice frappent massivement des Noirs et des Arabes, etnon des Juifs. En d’autres termes : si les Juifs subissent indiscutablementle racisme sous certaines de ses formes, et si ce racisme doit être reconnu et combattu à chaque fois qu’il se manifeste, ils ne subissent pas la discrimination raciste systémique qui s’exerce contre les Noirs et les Arabes dans toutes les sphères de leur existence (travail, logement, loisir...), y compris dans les institutions (école, police, Justice...). Qu’un responsable antiraciste dénie cette réalité est une violence inouïe envers ceux qui vivent cette discrimination permanente - c’est même une provocation qui ne peut qu’attiser les rancoeurs et les tensions entre Noirs, Arabes et Juifs. Entre le ressentiment raciste qui fait des Juifs des coupables ou des privilégiés et le discours aveugle ou irresponsable qui en fait les premières victimes du racisme, la raison et le combat antiraciste nous imposent de reconnaître une double réalité :

- le racisme anti-juif existe et doit être combattu sans merci (et les mêmes qui surestiment son ampleur et sa radicalité au sein de la jeunesse qu’ils qualifient d’ « arabo-musulmane » la sous-estiment gravement dans le reste de la société française).

- il n’est pas le plus prégnant dans la France d’aujourd’hui, du moins pas celui qui se traduit le plus massivement par des actes graves : les racismes anti-noirs, anti-arabes et anti-musulmans sont aujourd’hui des racismes plus largement et profondément implantés, jusque dans les institutions - ce qui explique d’ailleurs qu’ils soient beaucoup plus tolérés, y compris par les représentants de l’État, et que les réactions institutionnelles soient aussi faibles face à des propos comme ceux de Max Gallo.

C’est à partir de ce point crucial que, pour notre part, nous situons les limites de la réaction publique du MRAP et de la Ligue des Droits de l’Homme face aux propos de Dieudonné. Michel Tubiana et Antoine Spire (responsables nationaux de la Ligue des Droits de l’Homme) ont eu raison de condamner ces propos, et de souligner les risques d’enfermement dans une « hiérarchie des victimes » <27> ou une « compétition en matière de souffrance » <28>. Mais c’est à notre sens une erreur d’analyse ou une négligence lourde de conséquences que de reprocher à Dieudonné de « tenter d’instaurer » la hiérarchie <29> ou d’ « introduire » la compétition <30>. La hiérarchie était déjà là, la « Non-Affaire Gallo » est là pour en attester, et ce qui doit être reproché à Dieudonné n’est pas d’ « introduire » mais de reproduire et d’entretenir la compétition, en orientant une colère légitime contre la mauvaise cible.

En d’autres termes, la condamnation de la « concurrence des victimes » est nécessaire, mais elle reste insuffisante. Elle demeure largement incantatoire et d’une efficacité toute relative tant qu’on ne reconnaît pas l’existence et les ravages d’une réelle hiérarchie des victimes, qui précède les déclarations de Dieudonné, et dans laquelle ces dernières prennent racine. S’il est inacceptable d’en faire endosser la responsabilité aux Juifs, il n’est pas tenable d’en nier l’existence et de croire que c’est Dieudonné qui l’invente ou la génère. L’origine du problème n’est ni l’individu Dieudonné, ni un groupe social comme « les sionistes extrêmistes », et encore moins un ensemble aussi vaste et hétérogène que « la Communauté juive » ; l’origine du problème est une hiérarchie instituée, un système politique qui repose sur un ordre symbolique et une division sociale objectivement racistes <31>, organisés autour d’un étalon majoritaire qui est le Bourgeois français blanc d’origine chrétienne (qu’il soit croyant ou athée). C’est à ce système qu’il faut s’attaquer pour traiter le problème à la racine. La « Non-Affaire Gallo » nous le rappelle : tous les racismes ne provoquent pas la même réprobation, toutes les victimes ne sont pas considérées comme égales. Il faut reconnaître et prendre en compte cette réalité. Il faut garder à l’esprit qu’aucun être humain ne peut supporter très longtemps la dénégation du tort qu’il subit sans « craquer » - ce qui peut prendre plusieurs formes : la folie, la dépression, la névrose, mais aussi le ressentiment ou la haine raciste qui est un viatique parmi d’autres. Il faut enfin rappeler qu’il n’y a pas trente-six alternatives à la somatisation ou à la verbalisation délirante ou raciste : le seul dénouement non-pathologique d’une telle situation d’injustice est la pleine et égale reconnaissance des torts subis par toutes les minorités opprimées. Cette reconnaissance passe par une lutte politique <32>. Et l’une des cibles prioritaires de cette lutte doit être ce « négationnisme respectable » dont Max Gallo n’est qu’une des figures.

Mai 2005

Pierre Tévanian est enseignant, membre du MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples), président du Comité local Paris 20ème. Il s’exprime dans ce texte à titre personnel.

Contact : contact.lmsi@laposte.net
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Château de sable de Frédéric Peeters et Pierre Oscar Levy
» Pierre Clostermann : Le grand cirque
» Decourcelle, Pierre
» Jacques Rogy - Pierre Lamblin
» Le Corbeau et le Renard (façon Pierre Perret)
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Un négationnisme respectable, par Pierre Tévanian (suite2) :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Un négationnisme respectable, par Pierre Tévanian (suite2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: