MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Bordeaux et l'esclavage ,par JR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zapimax
membre mordu du forum
avatar

Nombre de messages : 654
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 14/06/2005

13092005
MessageBordeaux et l'esclavage ,par JR

Nous en parlions encore récemment sur cette liste, avec les rues bordelaises qui
comptent toujours des noms de négriers notoires, si je me souviens bien, et bien
le député et maire de Bordeaux, remplaçant de Juppé, revient sur le sujet de la
mémoire de l'esclavage à Bordeaux dans Le Monde 2 paru cette semaine :

"Courrier
Bordeaux et l'esclavage
La lecture de l'enquête "La question noire" (Le Monde 2, n°79) a retenu toute
mon attention. [...] Quelle ne fut pas ma surprise de lire dans l'article :
"Mais Bordeaux et les autres ports négriers ne bougent toujours pas" ! Je tiens
à m'inscrire en faux contre cette affirmation, en ce qui concerne Bordeaux. Ce
travail de mémoire, Bordeaux l'a abordé pour la 1ère fois en 1999, en présentant
l'exposition "Regards sur les Antilles" au Musée d'Aquitaine, où depuis lors une
salle est consacrée à cette période. Alain Juppé et son équipe (j'étais alors
son 1er adjoint) ont mis en oeuvre en 2003 un comité de réflexion pour la
célébration des 200 ans de la mort de Toussaint Louverture, qui a permis la
réalisation d'un colloque en 2003 et la pose d'une plaque à la mémoire de son
fils sur la façade du 44 rue Fondaudège, où il vécut. [...]
Cette année, Bordeaux a rendu un hommage particulier à Toussaint Louverture avec
l'inauguration d'un buste et d'un square à son nom. [...] Enfin, j'ai mis en
place, en juillet, un comité d'évaluation de la traite des Noirs à Bordeaux,
présidé par l'écrivain Denis Tillinac, afin d'établir un état des lieux précis
sur les faits historiques et des propositions permettant d'inscrire
officiellement la traite des noirs dans la mémoire collective de notre ville."
Hughes Martin, député et maire de Bordeaux, Le Monde 2, 10 septembre 2005

Je me permettrais de formuler quelques commentaires à ce droit de réponse, et ce
sans avoir eu la chance de pouvoir lire l'enquête du Monde 2 n°79.
(si l'un/l'une d'entre vous a eu cette chance, qu'il/elle se sente libre
d'apporter des précisions)

Dans ce n°79, je ne sais donc pas si la question des rues portant des noms de
négriers est abordé, en tout cas ce cher député et maire n'en dit mot.
L'information est aussi dans le silence.

Par ailleurs, M. Martin semble se glorifier, ou en tout cas se protéger derrière
le fait qu'en 1999, lui et son chef aient pris des initiatives en faveur de la
reconnaissance de la mémoire des esclaves de sa ville. On est en droit de
trouver cette date plutôt tardive, pour plusieurs raisons.

D'abord, il est dommage que des élus de droite, dont la manifestation de rue
n'est pas la tradition, aient dû attendre la marche de 40 000 personnes en 1998
pour se dire que, peut-être, il serait bon de faire quelque chose dans l'une des
premières villes de l'esclavage en France métropolitaine, si ce n'est la
première (selon les critères que l'on considère comme prépondérants).
Ensuite, M. Martin rappelle qu'il était alors le 1er adjoint de M. Juppé, mais
il oublie de rappeler que celui-ci, cumulant les mandats, était aussi le 1er
Ministre de la France entre 1995 et 1997, et surtout le premier 1er Ministre de
Jacques Chirac. Jacques Chirac n'avait pas attendu bien longtemps, deux mois
après son investiture pour être précis, avant de décréter que la France avait
participé à la Shoah. Pourtant, ce n'est pas lui qui a permis la reconnaissance
de l'esclavage comme un crime contre l'humanité, en 2001, c'est un gouvernement
de gauche, poussé par une député du parti radical (largement minoritaire à
gauche), Mme Taubira-Delannon, qui donna son nom à cette loi. M. Juppé ne semble
pas avoir beaucoup poussé M. Chirac à devancer la gauche sur ce point, lui qui
aurait pourtant mis tant d'efforts et de bonne volonté pour faire de sa ville un
exemple pour la mémoire de l'esclavage.
Enfin, M. Juppé (dont M. Martin est le 1er adjoint, nous rappelle-t-il) est
maire de cette ville depuis le 18 juin 1995 (gaulliste jusqu'au bout des ongles,
donc), et par conséquent sans personne au-dessus de lui (contrairement à son
poste de 1er Ministre), rien ne l'empêchait donc dès cette année-là de pallier à
une carence entretenue par un autre gaulliste, Jacques Chaban-Delmas, maire de
Bordeaux du 26 octobre 1947 à juin 1995, qui n'a rien fait à ce sujet en près de
50 ans de règne.

Finalement, je note que c'est Denis Tillinac qui a été choisi par M. Martin pour
présider au comité d'évaluation de la traite des Noirs à Bordeaux, ce qui
m'inspire là-aussi deux-trois choses.
D'abord, pourquoi choisir un blanc plutôt qu'un noir pour ce genre de comité ?
Je ne dis pas que tous les noirs sont bien intentionnés, et tous les blancs
mal-intentionnés, par rapport à l'esclavage, il y a de très nombreux
contre-exemples pour chacune des deux catégories, mais le respect envers les
descendants d'esclaves aurait plutôt fait pencher la balance, me semble-t-il, en
faveur d'un noir. Cela dit Tillinac, c'est sans nul doute mieux que
Pétré-Grenouilleau, étant donné que ça ne peut pas être pire !
Ensuite, si je ne m'abuse, Tillinac est un des écrivains, sinon l'écrivain le
plus proche de Jacques Chirac (et donc d'Alain Juppé), et ce depuis de très
longues décennies, donc tout ce que j'ai dit précédemment s'applique aussi à
lui.
Enfin, alors que Denis Tillinac n'est pas spécialement connu pour avoir pris la
défense des noirs en général, et des descendants d'esclaves en particulier (ni
de la mémoire de l'esclavage), il est relativement connu pour être un farouche
défenseur du catholicisme, comme un de ses derniers livres en atteste ("Le dieu
de nos pères : défense du catholicisme", Bayard culture, février 2004), de même
que son amitié solide avec Chirac, lui-aussi fervent catholique affiché et
revendiqué (liens avec le Pr Lejeune, nombreuses visites au Pape, mise en berne
des drapeaux français lors de la mort de ce dernier, etc.). Mais quiconque
s'intéresse quelque peu à l'histoire de l'esclavage par les européens, et donc
par les Français aussi, sait que la première autorité à avoir légalisé, voire
encouragé l'esclavage est l'Eglise catholique, par le biais du Pape Nicolas V,
dont voici un extrait de la "bulle" qui encouragea et presque contraignit, quand
on connaît l'influence de l'Eglise catholique à l'époque, les puissances
européennes à commettre le crime contre l'humanité qu'est l'esclavage :

"Nous avions jadis, par des précédentes lettres, concédé au Roi Alphone, entre
autres choses, la faculté pleine et entière d'attaquer, de conquérir, de
vaincre, de réduire et de soumettre tous les sarrasins (nègres), païens et
autres ennemis du Christ où qu'ils soient, avec leurs royaumes, duchés,
principautés, domaines, propriétés, meubles et immeubles, tous les biens par eux
détenus et possédés, de réduire leurs personnes en servitude perpétuelle [...]
de s'attribuer et faire servir à usage et utilité ces dits royaumes, duchés,
contrés, principautés, propriétés, possessions et biens de ces infidèles
sarrasins (nègres) et païens [...] Beaucoup de Guinéens et d'autres Noirs qui
avaient été capturés, certains aussi échangés contre des marchandises non
prohibées ou achetées sous quelque autre contrat de vente régulier, furent
envoyés dans les dits Royaumes (Amérique, Antilles...)."
Source : extrait de la Bulle pontificale du 8 janvier 1454, rédigée par le Pape
Nicolas V
Cité par : Jean-Philippe Omotunde, La traite négrière européenne, Vérité et
Mensonges, p.57, éditions Menaibuc, 1er trimestre 2004.

Je suis conscient que les temps ont bien changé depuis, et c'est heureux, mais à
quoi bon raviver les braises du crime, ne serait-ce que dans les mémoires, en
nommant ainsi au comité sur l'étude de l'esclavage à Bordeaux un écrivain qui
défend ce qui fut indéniablement une des sources de l'esclavage, alors qu'il
s'agit précisément de défendre la mémoire des esclaves, qui n'aspire au
contraire qu'à la paix et au calme du repos éternel.

Ainsi, M. le député-maire, en cherchant à vous protéger, je crains que vous
n'ayiez réussi qu'à donner encore plus d'arguments à vos contradicteurs.

JR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com

 Sujets similaires

-
» Avis de marché - Bordeaux - restauration d'un spécimen (naturalia - crocodile)
» Voyage irlande bordeaux
» Salon International du Modelisme BORDEAUX (33)
» [Topic unique] BORDEAUX les 8-9-10-11 avril 2010
» Atelier Inter. Tango Bordeaux
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Bordeaux et l'esclavage ,par JR :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Bordeaux et l'esclavage ,par JR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: TRAITE NEGRIERE-
Sauter vers: