MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Racisme en france: La dangereuse démocratisation d’un discou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

20122006
MessageRacisme en france: La dangereuse démocratisation d’un discou

La dangereuse démocratisation d’un discours raciste en France
13/12/2006

La France traditionnellement sait s’enorgueillir du prédicat de la patrie des droits de l’homme, fière de sa révolution de 1789 qui «a fait le tour du monde», de son attention très cathodique aux droits de l’homme [blancs], de l’inscription dans sa devise des valeurs de «liberté, fraternité, égalité». Autisme politique ou connivence, rien jusqu’ici n’a vraiment entaché cette image savamment entretenue, malgré les crimes contre l’humanité de la traite négrière et de la colonisation qui se comptent par millions, et toutes les tueries, servitudes humaines, paupérisations, réifications générées par les pillages à très grande échelle des pays faibles, mal dirigés, dépendants, d’Afrique.



Que l’armée française ait pu au Rwanda se rendre complice d’un génocide, qu’elle soit intervenue directement ou indirectement pour favoriser la guerre du Biafra au Nigeria à la fin des années 70 -on parle du million de victimes-, qu’elle ait brûlé des villages au Napalm au Cameroun rebelle, rien de tout cela n’a d’importance aux yeux des bien-pensants et faiseurs d’opinion.

Il faut noter à ce titre que même les plus critiques et les plus sérieux des chercheurs, des intellectuels, des militants humanistes revendiqués soit sont passés à côté d’une véritable mise en accusation de ce que François Vershave appelait «La Françafrique, Le plus long scandale de la république», soit se sont tu, par corruption, affinité et complaisance politiques. Un auteur aussi indispensable que le savant Pierre Bourdieu, qui se classait à gauche de l’échiquier politique, a été capable de théoriser avec beaucoup d’érudition et de courage intellectuel sur la domination dans l’espace social, sans réellement accorder une place singulière à la forme la plus évidente de domination qui existe en France et dans le monde, le racisme antinoir, devenu tellement naturel, normalisé qu’il en est presque invisible.



Si le rapporteur spécial de l’Onu sur les formes contemporaines de racisme, son comité pour l’élimination de la discrimination raciale dénonçant la banalisation du racisme, dans un document daté du 7 mars 2006 [Source APPA] relève la gravité de ce qui se joue c’est que les sociétés modernes s’enfoncent de plus en plus profondément dans des zones de racisme officiel qui elles seront probablement des issues sans secours, préparant au pire destins nationaux.

M. Diène, le rapporteur spécial parle de «démocratisation» du discours raciste, faisant remarquer que l’instrumentalisation du racisme et de la xénophobie, par les discours contre les étrangers et les demandeurs d’asile sont des discours payants.



La France est devenue depuis quelques années un cas d’école de cette démocratisation du discours raciste et des pratiques concrètes traduisant l’infériorisation des Noirs dans tous les actes de la vie quotidienne. Les politiques spectacles anti-immigration ou d’expulsion de logements ont depuis une dizaine d’années montré et socialisé l’image d’une population qui pouvait sans réprobation ni considération éthique supporter les violences les plus implacables provenant de la force publique. Violences physiques, au motif de la lutte contre l’immigration clandestine, violences verbales voire insultes publiques en prime time sur des médias à grande audience.



Des auteurs de grande notoriété et par ailleurs affectés à la division du travail françafricain de légitimation des crimes commis en Afrique comme Stephen Smith se sont spécialisés dans des expressions et propos agressifs vis-à-vis des Noirs et des Africains, n’hésitant pas, dans les habituels chapelets d’amalgames et de sottises, à parler pour le continent noir d’autisme identitaire, mélangeant avec l’inculture qui lui colle à la peau, négritude -mouvement intellectuel des années 40 - et aspirations des Africains et Afrodescendants en 2000 ! Un condensé d’injures aux Noirs et aux Africains [Négrologie, 2004] lui vaudra tout de même un prix, fût-il insignifiant, mais une gratification voire une incitation au racisme. Il n’en sera pas autrement d’un Pétré-Grenouilleau, que les médias ont fabriqué en moins de six mois comme le spécialiste des Traites négrières et dont la seule fonction systémique a consulté à déculpabiliser les Français en décidant que 2% d’Africains avaient été razziés -sans démonstration- et que le reste des déportés africains -sous-estimés- avaient été vendus sur une base volontaire.

Les politiques s’y sont mis avec les affirmations du ministre de l’intérieur sur la violence des Noirs, celles des députés sur l’inintégrabilité des enfants d’immigrés africains, sur la culture africaine pauvre et incompatible avec l’idéal égalitariste de la France, une académicienne pas moins stupide que les autres se permettant d’expliquer les émeutes et problèmes de discrimination en France par la polygamie des Africains ! Des propos délirants que l’on imaginerait à peine dans des discussions de café se retrouvant dans des journaux, magazines, émissions radio et télé considérées comme sérieuses et ayant un impact énorme dans les mentalités collectives. Un rapport officiel signé d’un député UMP allait même faire un lien entre l’usage des langues africaines et le développement de la délinquance, après tant d’années d’érudition française sur les bienfaits du bilinguisme, de l’ouverture culturelle, etc. !



Logiquement les faits d’agression raciale et de discrimination, au travail, au logement, à l’accès à la propriété, au crédit, dans l’évolution de la carrière sont permanemment niés par l’établissement et il demeure presque impossible même au plus téméraires, Afrikara s’en est fait l’écho sur des procès en cours pour discrimination au travail, de mobiliser les médias standards qui obstinément feignent de ne rien voir. Il n’en va de même des autres formes de xénophobie, et que l’on présente un candidat à l’élection présidentielle comme le «candidat naturel des électeurs juifs», n’a rien à voir avec du communautarisme, nouvel tare dont seuls les Noirs sont coupables à priori et sans motifs universalisables.

Les Finkielkraut, George Frêche, Pascal Sevran, comme les Stephen Smith, les Bénisti, Hélène Carrère d’Encausse, participent d’une criminalisation banalisée du quotidien de la république française, par racisme, par l’impunité et la pratique de la hiérarchisation des races. Ils répercutent dans le champ médiatique, celui de la pensée savante, des industries culturelles, les cris, insultes, onomatopées, et agissements racistes que l’on retrouve routinisés dans les stades de football nouveaux repères des expositions ethnologiques, nouveaux zoos humains où les gens se déplacent pour prendre du plaisir à railler, insulter, animaliser des Africains, des Noirs, des Nègres. Une foire ouverte de haine des Noirs, déculpabilisée, muée en jeu, activité de loisir traversant la société entière. Seul hic, désormais ces Nègres sont français, et il viendra bien un moment où, par les banlieues ou par d’autres truchements, ils prendront une parole interdite aujourd’hui... Ceux qui se rendent auteurs et acteurs aujourd’hui d’une haine viscéralement négrophobe pourraient en être les victimes demain, cela s’est déjà vu dans l’histoire, une haine pouvant, par les mêmes procédés, en remplacer une autre.





Prêche & Kassenti
http://www.afrikara.com/index.php?page=contenu&art=1526&PHPSESSID=7ab02af7fe8f63f47b7f9dc5a7770d8d

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Le racisme des noirs dans les pays du maghreb
» [Kennedy, Douglas] Une relation dangereuse
» No racisme
» Corniche dangereuse
» Livraison Dangereuse:
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Racisme en france: La dangereuse démocratisation d’un discou :: Commentaires

avatar
Racisme en france:opinions
Message le Mer 20 Déc - 14:36 par mihou
L´homme noir a hérité d´un combat noble et grand...
( 14 Décembre 2006 12H17 )
...En sera-t-il à la hauteur ? J´ai lu et relu cet article dans toutes ses coutures, et je dois reconnaître qu´il m´a plu parce qu´il résume un état de faits, un comportement historique et socioculturel d´un antagonisme persistant de la race blanche envers la noire. Beaucoup croient que nous sommes des pleureurs ou d´éternels persécutés en mal de reconnaissance ; tout cela a été vrai dans le passé, mais aujourd´hui, lorsque nous analysons toutes les vicissitudes auxquelles nous avons été soumis, loin de croiser les bras, de pleurer bêtement à la reconnaissance ou de nous allonger passivement sur le lit occidental de la soumission, nous avons acquis une certitude puissante et réelle : nous sommes la race la plus solide de la terre. « Ce qui ne me tue pas, disait Friedrich Nietzsche, ne me rend que plus fort ». Et c´est vrai à tous les points de vue.
Et pour ne pas sombrer dans un optimisme béat comme le fait un commentateur de cet article, je convierai à la pensée incisive de Thomas Stearns Eliot : « celui qui n´est pas assez fort pour imposer à l´existence ses conditions, doit accepter celles que qu´elle lui réserve ». Nous savons bien ce que l´occident nous a réservé, ce n´était pas du gâteau de crème et de miel. Et autant dire que l´homme noir ne doit pas seulement se contenter de réclamer la justice, la liberté à des gens qui étaient incapables de saisir ce que c´est que la liberté ou la justice humaine ; ou d´attendre qu´on lui offre des conditions d´existence quelles que soient-elles, parce qu´il risque, comme par le passé à recevoir des cadeaux empoisonnés, plus aliénant et destructeur que réalisant. Ce stade-là nous l´avons connu dans toute sa vilénie et sa grasse ignominie ; non, il est grand temps que nous réagissions, que nous prenions notre avenir entre nos propres mains, parce qu´en vérité, et malgré toute la bonne volonté de certains occidentaux de bonne foi, nul ne peut réaliser un autre pleinement, adéquatement, dans le plus précieux des attentes et des désirs sans l´engagement, la participation consciente et entière de toute personne humaine concernée. Celui qui prétend le contraire est un charlatan, et notre histoire passée le prouve grandement.
Ce combat qui nous oppose aux ingratitudes des autres et à leur chosification sournoise, loin de nous détruire, nous a ennobli en exigeant de nous, du plus profond de notre sens humain, de nos valeurs éthiques et morales, un cri de soutien dont la ferveur déchire l´univers par sa violence et sa passion. C´est le moment de prouver qu´au fond de notre âme noire, dans les racines millénaires d´une Afrique immuables, non seulement un cœur vaillant courageux a survécu tous les obstacles des temps, mais qu´une fière volonté de défense et de procréation du bien changement en est sorti revivifiée. Et qu´il ne dépend que de nous de prouver qu´il y a une autre bien meilleure et équitable de voir les choses, de savoir aimer la vie.
Certes nous n´oublierons jamais le passé, mais croire que celui-ci nous a détruit ou ravalé à la nullité est une bien grossière erreur car nous sommes bien lá, et plus fort que jamais. Et nos rêves, nos désirs et nos attentes encore plus brûlant et impérieux que notre souverain et légitime droit à la liberté. Celui qui ne l´a pas encore compris, eh bien ; c´est le plus grand primitif de la race humaine. Et nous, nous voulons vivre l´existence et l´exercer dans sa beauté et sa pureté la plus enrichissante pour nos âmee et pour nos corps avides d´harmonie et d´équilibre. Les autres ? Tant pis pour eux, qu´ils aillent vivre leur abrutissante médiocrité ailleurs, chez eux.

Musengeshi Katata.
Muntu wa bantu, Bantu wa Muntu.
www.realisance.afrikblog.com
Merci Magnan
( 14 Décembre 2006 12H15 )
Je n'ai rien à ajouter au commentaire de Magnan. Vou sfaites honneur à la cause de la communauté et votre approche est pertinente. La faiblesse de reaction de la communauté devant les insultes me laisse sans voix!
Anniverssaire !!! une conclusion optimiste sur afrikara!!
( 14 Décembre 2006 11H09 )
Bon!!
les enfants!!! je suis comblé je ne demande plus rien à Dieu! un reportage qui finit par une conclusion optimiste et vraie en plus! après avoir envoyer tant de mails pour me plaindre de l'assombrissement systématique de l'avenir des noirs sur Afrikara vous avez enfin fait un article qui demontre la force de caractère des noirs. bon j'avoue vous ne l'avez pas fait exprès; mais bon nous sommes sur la meme longueur d'onde!
La nouvelle ancienne vague raciste...
( 14 Décembre 2006 00H13 )
Il est plus que temps de trouver des reponses adéquates à ceux-là qui naissent et grandissent dans la croyance qu'insulter ou maltraiter le Noir est le crime de bagatelle par excellence. Surtout en France où cette tendance se confirme avec de tous les coins de la societé des Hommes et Femmes de qui nous serions en droit d'attendre plus de sens civique et de bon sens. N'avons-nous pas en tête les propos abjects de G. Frêche pourtant vieux cadre du "très respectable" parti socialiste francais ou ceux tout autant choquants de M. Levy, qui du socle de la pensée philosophique essaye d'oeuvrer pour la cause xénophobe et raciste. Quel beau temps fait-il penserait sans aucun doute les autres Bach, Himmler, Voltaire, Diderot ou Hitler.

Il est toujours aussi interessant de constater que les mêmes causes produisent les mêmes effets avec une regularité qui ne semble ni interpeller, ni conscientiser les preneurs de décision. Devrait-on penser que ceux-là contre qui se retourne la classe politique après chaque écart verbal partageraient pourtant la même pensée idéologique que leurs et la couvriraient juste sous le poids de leurs honorables fonctions ou de leurs hauts devoirs civiques?...
Du moins M. Frêche nous le fit très clairement comprendre. Autant plus inquiétante est la chose quand on garde en esprit le silence presque convenu des hommes de media et des faiseurs d'opinion à la peau blanche. Quel Non-raciste se laisse-t-il traiter de raciste, même si cela se baserait sur un sous-entendu.
M. Sevran a écrit des abominabilités et plongé dans la moquerie "intellectuelle" la plus honteuse que nous ayons lu depuis Montesquieu et cela en homme des médias travaillant pour une chaîne de télévision pubique censée représenter la France avec sa multiculturalité. Et ce qu'on exige de lui, c'est...des excuses! Pardi; DES EXCUSES! Ne reste-il pas la question de savoir si une quelconque excuse de M. Sevran et l'énnoncé d'un improblable malentendu comme d'une mauvaise compréhension de ses propros changeraient quoique ce soit dans sa facon de regarder le Noir. Je n'écris pas et publie pareilles lignes pour renier le tout dès que les bonnes moeurs se sentent blessées. Ne serait-il pas plutôt préjudiciable de poser les jalons qui traitent de ce grave fléau qui mine les sociétés européenes depuis les premières rencontres avec les peuples d'autres horizons, et en particularité,le peuple de France?...
D'autre part, intriguant est le calme olympien dont font preuve les personnalités de la communauté négro-africaine de France et des territoires d'Outre Mer; Calixthe Beyala, Gaston Kelman, Thierry Henry, Toni Parker, Betsen ou d'autres. Est-ce voulu ou imposé par la puissance de médias orientés vers les électoraux de droite? N'est-il pas souhaitable que ceux qui se levèrent comme un seul homme pour condamner Dieudonné Mballa Mballa en fassent autant quand leur race, leur couleur de peau, leur droit d'être francais, d'être Homme, d'être Noir sont foulés au pied. Je plaide que se taise une fois pour toute l'impunité, fut-ce au prix de gros sacrifices consentus.
N'est-il pas revolu le temps de huer Sarkozy dans un clip qui court sur le net? Le Noir voire l''Africain ne peut-il pas mieux que faire la courbette face à l'adversité déloyale et desrespectueuse?...
Si!

http://www.afrikara.com/index.php?page=commentaires&art=1526&PHPSESSID=7ab02af7fe8f63f47b7f9dc5a7770d8d#cmt17966
 

Racisme en france: La dangereuse démocratisation d’un discou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: