MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Genève : Première conférence européenne sur le racisme anti-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

23032006
MessageGenève : Première conférence européenne sur le racisme anti-

Genève : Première conférence européenne sur le racisme anti-noir

[jeudi 23 mars 2006]

Genève, Première conférence européenne sur le racisme anti-noir, 17-18 mars 2006.

Compte-rendu par Maria Poumier.

" Quand les branches se querellent, les racines s’embrassent "

C’est avec ce proverbe ivoirien que M. Doudou Diène, rapporteur spécial de l’ONU sur les formes contemporaines de racisme, de la discrimination et de la xénophobie, a brillamment donné le ton de la conférence, organisée par le Carrefour de Réflexion et d’Action contre la Racisme Anti Noir (CRAN), organisme suisse créé en 2002. En effet, on a vu la réflexion noire tisser des analyses profondes, qui relèvent de l’invisible, celles dont l’arbre des sociétés européennes a besoin pour se fortifier et dépasser les chamailleries que le vent mauvais encourage. La conférence n’a pas seulement témoigné, elle a proposé un plan d’action commun et des actions concrètes. Il s’agit maintenant de " placer le racisme anti-Noir parmi les priorités sociales et politiques de Etats européens "

Pour la première fois, l’Europe se trouve obligée de regarder en face son racisme anti-noir ; la conférence n’a pas été organisée par les associations qui professent l’antiracisme, mais par les intéressés, les Noirs. Ils ont témoigné de la discrimination définie comme " exclusion de l’espace commun " (Raoul Luzolo Lemwadio), somme d’abus, d’injustices, d’agressions et résultat d’une dynamique générale : la société européenne actuelle rejette les Noirs, et les partis politiques qui autrefois clamaient leur antiracisme relayent cette évolution récente. Chaque pays tend à traiter ses Noirs comme des " NEM ", selon la catégorie instaurée par la Suisse pour priver d’accès aux soins et à toute intégration les demandeurs d’asile ou refoulés du droit d’asile : les " Non Entrée en Matière ". On ne saurait mieux dire ! Ce ne sont pas seulement les étrangers illégaux qui se voient poussés vers le statut de fantômes à pourchasser ; le nouveau racisme touche aussi les ressortissants européens, s’ils sont noirs. La Suisse est d’ailleurs le pays qui a défini par son appareil législatif les " deux cercles " : elle intègre volontiers le premier cercle, les étrangers européens qui frappent à sa porte, mais rejette tous les autres. Cette logique de propriétaires vaut pour toute l’Europe, elle est à rattacher à la mondialisation. Il faut bien constater que parmi les " Maîtres du Monde " qui prônent la mondialisation, c’est à dire la libre circulation des marchandises et des hommes -mais seulement dans la mesure où le marché les évalue comme des marchandises de valeur-, aucun n’est noir... et les lois pour faire barrage à l’immigration visent spécifiquement les Africains. Le cas de la Suisse rend visible un phénomène général : les demandeurs d’asile noirs y sont très peu nombreux ; mais ils sont déboutés dans la grande majorité des cas, contrairement à tous les autres... et les Noirs, 0,07 % de la population, sont montrés de façon complètement disproportionnée comme les grands fauteurs de troubles.

L’héritage du double holocauste : comme l’ont souligné tous les orateurs, le racisme est le sous-produit d’une histoire impériale ; c’est une construction pour justifier une oppression ; l’Afrique ayant subi un interminable " double holocauste ", d’abord avec des siècles de déportation et de mise en esclavage industriel, puis avec le pillage, les massacres et le " dénigrement " (terme typiquement fabriqué par l’inconscient raciste) spirituel organisé, qui ont constitué la réalité du phénomène colonial, la conclusion s’impose : le seul racisme au sens plein du terme est le racisme anti-noir. Avec Philippe Lavodrama, chercheur à Lyon, il faut prolonger la méthode freudienne et constater que l’antisémitisme, qui touche exclusivement les Européens, relève du domaine de leur sur moi, la région mentale où se construit l’idéal du moi, et où historiquement les chrétiens disputent jusqu’à maintenant le rang le plus élevé aux juifs, les passerelles entre eux étant aussi variées et nombreuses que les rancunes ; tandis que le racisme anti-noir relève du rapport au " ça ", à l’infra-humain que le Blanc, tant européen que sémite, veut refouler et croit reconnaître dans le Noir. Certes, Narcisse ne pouvait qu’être blanc ! Un document émis en septembre 2005 par l’ECRI (" Secrétariat de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance ") témoigne cruellement de l’aveuglement des institutions européennes ; distinguant 9 " recommandations de politique générale ", il en consacre 4 à l’antisémitisme, 1 aux enquêtes nécessaires sur les " victimes potentielles " ( ?), 1 aux préjugés qui concernent les Roms/Tsiganes, 1 aux musulmans, victimes de " stéréotypes hostiles ", 1 aux abus entraînés par la lutte contre le terrorisme, et 1 aux législations anti-discriminatoires à mettre en place. Ainsi, sur 9 recommandations, pas une seule ne constate la spécificité des souffrances noires ! Elle est pourtant toujours le résultat d’une accumulation de rejets très concrets et mesurables, s’engendrant les uns les autres : éviction du marché du travail, de celui du logement, du système éducatif, de la promotion par l’activité associative, le tout encadré par une répression systématiquement féroce, visant à instaurer la soumission totale et le retrait dans les marges de la société.

" Vendeur de drogue ou objet sexuel ", c’est ainsi que sont traités les Noirs, selon la formule frappante de Mme Carmel Frohlicher-Stines, présidente du CRAN suisse. Elle avait annoncé à la presse une intervention du sportif et militant Lilian Thuram : cela, non plus que le patronage des plus hautes instances suisses et internationales, dans un Centre œcuménique prestigieux, n’a pas suffi à mobiliser la presse suisse pour un congrès " des Noirs ", et la télévision aussi avait, comme tous les jours, d’autres conférences plus importantes à commenter au même moment... L’humoriste Dieudonné, qui présentait justement le même jour son spectacle au Grand Casino de Genève, et à qui les organisateurs ont immédiatement proposé de prendre la parole lorsqu’il est passé pour saluer ses frères et ses maîtres, a été chaleureusement accueilli : il est celui qui attire sur lui, et fait ainsi percevoir sur le mode de la franche rigolade, la scandaleuse discrimination que les Noirs vivent aussi dans le monde de la culture ; tous lui savent gré de ridiculiser une pseudo-élite courroucée qu’on ne l’écoute plus, tandis qu’il ouvre à chacun la possibilité d’un discours honnête. Autre virtuose du discours, Kanyana Mutombo, spécialiste du Programme de lutte contre le racisme et la discrimination à l’UNESCO, et rédacteur principal, avec Philippe Lavodrama, de la revue Regards Africains, a dégagé le nouveau paradigme global, défini par deux axes : " l’intégralité de la hiérarchisation raciale ", qui produit non seulement l’infériorisation de certaines populations, mais aussi la supériorisation d’autres populations ; et l’axe horizontal, qui combat le premier, est celui de la déconstruction du racisme, pour la reconstruction de l’autre, une fois identifiés et dépassés les mythes fondateurs de la suprématie blanche.

Les orateurs brillants, souvent auteurs d’ouvrages, se sont succédés. Bassidiki Coulibaly a montré la continuité des luttes pour l’abolition de l’esclavage jusqu’à celle pour les droits de " ceux qui sont aujourd’hui contraints d’émigrer, de s’exiler, et de demander l’asile avec de forts risques de finir à l’asile dans tous les cas, de ceux qui, quelles que soient leurs qualités humaines, leurs compétences professionnelles, ne sont pas traités sur le même pied d’égalité, parce qu’ils sont noirs. " Nchana Melchor, président du conseil municipal du Grand Saconnex, à côté de Genève, a rappelé les grandes étapes de l’intégration cette " aventure destinée à poser un acte dans le lieu que vous habitez " ; en 1919, le grand W.E.B. Dubois organisait à Paris le premier congrès du panafricanisme, suivi par celui de Londres en 1921, Lisbonne en 1923, New York en 1927. Marcus Garvey a formulé en 1920 l’indispensable " Déclaration des droits des Noirs du Monde ", et en 1926, la société des Nations émettait sa première motion contre l’esclavage. Laurent Martinot, conseiller d’Etat, a souligné l’incapacité des militants antiracistes à expliquer le côté suicidaire du racisme. Mme Nathalie Prouvez, de l’ONU, a insisté sur la responsabilité des Etats : 168 pays ont signé la convention contre la discrimination, 32 Etats européens se sont engagés à des actions concrètes ; mais il doivent pratiquer des sanctions pénales, avec des réparations, lutter contre les tendances à la ségrégation, appliquer, enfin, les résolutions prises à Durban. Claudia Lam (ECRI) a rappelé que le racisme étant hors la loi, il s’est mis au goût du jour en s’appuyant sur le concept d’incompatibilité culturelle. Chaque intervenant au nom d’une organisation ajoutait une touche à la description de la banalisation du racisme anti-Noir.

M. Doudou Diène a donné une envergure magnifique à la chose ; il ne s’est pas privé de rappeler les inepties de Mme Carrère d’Encausse, secrétaire à l’académie française, pour qui la polygamie met le feu aux banlieues, la malveillance sordide d’un Finkelkraut, l’enfermement de l’image du Noir dans la douleur, la tragédie, la violence et l’esclavage. C’est pourquoi la tâche indispensable est le rétablissement de la longue durée dans l’enseignement de l’histoire, explique-t-il : non seulement l’Égypte et ses pharaons noirs, mais aussi la conquête prévédique de l’Indus ; tout cela permettra la reconstruction de l’identité européenne sur des bases saines, alors qu’elle s’est figée sur les schémas impériaux du XVIIIème siècle, tout particulièrement en France. C’est la même France qui semble incapable de proposer autre chose que " l’intégration strip-tease " : que le Noir se dépouille de tout ce qui fait sa spécificité culturelle, renonce à se souvenir même que l’Afrique est porteuse de culture, de valeurs, élaborées dans la longue durée, d’éthique et de pensée profonde. On était loin, en écoutant Doudou Diène, de tout discours victimaire ou compassionnel !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» échange de monnai européenne !!
» Police Européenne
» Bouquet satellite : la Cour européenne interdit d'interdire
» Forum mobilité européenne 18/02/2011
» Convention Européenne pour la protection des animaux de com
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Genève : Première conférence européenne sur le racisme anti- :: Commentaires

Je suis à fond avec M.Doudou Diène. Les Africains ne doivent en aucun cas s'apitoyer sur leur sort! Nous avons subi toutes sortes de maltraitences:de l'esclavage au racisme moderne. Sachons une chose, les Blancs bien qu'ils détiennent tous les pouvoirs, sur Tout, il n'en demeure pas moins que Nous les Noirs sommes la Locomotive du train gigantesque qu'est le monde! C'est grâce à nous, les Noirs que l'homme Blanc a eu la Force de toutes ses Grandes Réalisations! Unissons-nous pour bâtir une Afrique prospère, ainsi nous consoliderons notre fierté!
Je suis à fond avec M.Doudou Diène. Les Africains ne doivent en aucun cas s'apitoyer sur leur sort! Nous avons subi toutes sortes de maltraitences:de l'esclavage au racisme moderne. Sachons une chose, les Blancs bien qu'ils détiennent tous les pouvoirs, sur Tout, il n'en demeure pas moins que Nous les Noirs sommes la Locomotive du train gigantesque qu'est le monde! C'est grâce à nous, les Noirs que l'homme Blanc a eu la Force de toutes ses Grandes Réalisations! Unissons-nous pour bâtir une Afrique prospère, ainsi nous consoliderons notre fierté!
 

Genève : Première conférence européenne sur le racisme anti-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: