MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE

Vues Du Monde : ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIÈRES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VÉRITÉ.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social reddit  Marque-page social google      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE sur votre site de social bookmarking
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides
Le Deal du moment : -9%
-100€ sur les MacBook Air 13’’ 256Go
Voir le deal
1029 €

 

 Les points chauds du globe

Aller en bas 
AuteurMessage
Tite Prout
Maître de Cérémonie du forum
Tite Prout

Nombre de messages : 1737
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 01/06/2005

Les points chauds du globe Empty
07012007
MessageLes points chauds du globe

L’Afrique : l’espoir au-delà des conflits
Lorsque l’on parle de l’Afrique, c’est à l’Afrique subsaharienne que l’on se réfère.

I. La multiplication des problèmes
Cette région connaît les plus faibles progrès depuis la période des indépendances. Les productions agricoles sont faibles dues à la mauvaise qualité des sols. Les tensions ethniques sont nombreuses en Afrique et sont basées sur des rivalités historiques. Les conflits viennent souvent du régime de la traite des esclaves. La corruption est aussi un grand problème. Les conflits sont parfois courts et d’autrefois très longs. L’appui des pays extérieurs à certaines factions en conflit modifie aussi la balance des pouvoirs.

II. De très graves conflits
Le Soudan est en conflit depuis 1958. Ce conflit a pris forme sous la motivation séparatiste des peuples non-musulmans. En 1882, les Britanniques contrôlent la région et interdisent la traite des esclaves contrôlée par le « Messie » musulman nommé le « Mahdi ». Les mahdistes feront la conquête de plus en plus du Soudan jusqu’en 1886.
Les mahdistes deviennent indépendants en 1955, les Britanniques ne pouvant en venir à bout. Le chef d’un des principaux partis actuels est un mahdiste. Les Frères Musulmans ont contrôlé plusieurs fois le gouvernement . En 1983, un conflit éclate ayant pour origine l’ambition des islamistes à imposer la charia au sud. Le creusement d’un canal s’enclenche pour rendre accessible les eaux du Nil et l’exploitation des nouveaux gisements de pétrole. La nouveauté dans les conflits contemporains en Afrique est que ceux-ci ne peuvent être expliqués avec beaucoup de facteurs géopolitiques .

Le conflit au Rwanda où 800 000 âmes ont laissé leur vie est le résultat de favoritisme envers l’ethnie Tutsi. La révolte des Hutu a fait fuir de nombreux Tutsi dans les pays limitrophes, surtout en Ouganda . En 1994 éclate le massacre qui dégoûte la communauté internationale et débouche sur l’opération Turquoise de l’ONU. Dans les camps Hutu au Zaïre, les Hutu lançaient des raids contre les Tutsi. Avec l’aide américaine, l’alliance « AFDLC » attaquait les camps de réfugiés Hutu. Par la suite, Kabila, appuyé par les riches hommes d’affaires et le gouvernement ougandais, prends le pouvoir de la République démocratique du Congo en 1997. En janvier 2001, Kabila est assassiné.
L’islam n’est pas encore rendu en Afrique centrale et du sud. Les conflits sont surtout internes bien que certains États soient parfois attirés à exploiter un pays voisin instable pour profiter de ses richesses (ex : le Zaïre avec l’Ouganda et le Rwanda).

Selon certains, les conflits ne sont pas d’origine ethnique mais plutôt causés par la mondialisation. L’augmentation des prix du pétrole, la montée de la Chine et de l’Inde en manque de matières premières sont des facteurs pouvant aussi expliquer les conflits. Reste que la multiplicité linguistique (plus de 2 000 langues) fait de l’Afrique un pays avec un grand nombre de peuples qui, mêlés avec la traite des esclaves, crée les graves conflits que l’on voit aujourd’hui.
Les ethnies ont souvent été imposées par les autorités coloniales. La multiplication des conflits ethniques peut être attribuable à l’augmentation démographique de certaines ethnies et leurs ambitions de s’étendre pour la culture. Des facteurs politiques sont aussi à l’origine, c’est-à-dire que les gens au pouvoir crée un parti à l’avantage de l’ethnie de son origine oubliant les autres ethnies ce qui crée des remous.

La Côte d’Ivoire en danger
La Côte d’Ivoire fait figure d’exception du lot des conflits ethniques. La Côte d’Ivoire était un pays qui connaissait une croissance politique et économique stable. Les Européens achetaient le café et le cacao à un prix plus élevé que le prix en cours. Boigny présidait le pays depuis l’indépendance et ce, jusqu’en 1993. À partir de ce moment, les choses se gâtent. Les dauphins de Boigny voulaient tous le pouvoir et Ouattara, le préféré, avait deux points faibles : le fait d’être musulman et Burkinabé. C’est alors que ses rivaux lancent une campagne sur le sujet de « l’ivoirité » associé aussi au christianisme. C’est Laurent Gagbo qui est élu président en 2000.
En 2003, les « accords de Marcousis » sont plus ou moins imposés par la France. L’Afrique du Sud et le Conseil de sécurité tenteront de les faire respecter mais en vain .

III. L’exemple du miracle sud-africain
La fin de l’apartheid avait été prévue meurtrière vu la multiplicité des ethnies surtout entre les Noirs. Finalement, elles se sont toutes regroupées auprès de Nelson Mandela et la démocratie a été amenée d’une façon pacifique avec la collaboration des blancs de De Klerk. Aujourd’hui, l’Afrique du Sud fait bonne figure quant à sa croissance économique. Par contre, les inégalités sont criantes .

La grande zone de tension de la Méditerranée euro-musulmane
La logique Nord-Sud
La Méditerranée est la principale zone de tension géopolitique mondiale. Elle contient deux ensembles spatiaux : les pays industrialisés et les pays du Tiers Monde d’où l’appellation « Nord-Sud ». Par contre, les conflits de cette zone ne résultent par simplement de la théorie historique des rapports Nord-Sud. L’islam et la chrétienté se sont aussi affrontés. La décolonisation du Moyen-Orient se fait après la deuxième guerre mondiale .
Le concept des rapports Nord-Sud n’est pas applicable à cette région car géographiquement, ce n’est par seulement des rapports entre le nord et le sud .

II. Le schéma Nord-Sud achoppe sur le cas très exceptionnel de la Turquie
Économiquement parlant, les pays du sud ont les caractéristiques des pays du Tiers Monde, mais au début du XXe siècle, ils ont formé un grand empire avec les dominations coloniales européennes. Les conséquences géopolitiques sont nombreuses.
La Turquie occupe une place particulière dans cet ensemble. Après la deuxième guerre mondiale, les États-Unis la fait entrer à l’OTAN et donc la situe sur le côté capitaliste pendant la Guerre froide. Depuis la fin de la Guerre froide, la Turquie n’avait plus l’importance stratégique qu’elle possédait. Par contre, l’exploitation de gisements pétroliers dans la région lui redonne de l’importance .

Les États-Unis sont favorables à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne qui ainsi prouverait que l’islam n’est pas l’ennemi de l’Occident. La Turquie fait aussi de gros efforts de laïcité. Les Turques ont une hostilité envers les Arabes. Le système parlementaire turc est ancien mais le pays subit quand même des périodes violentes comme celle d’aujourd’hui avec les séparatistes kurdes. Les Kurdes sont répartis dans plusieurs États.
Le barrage d’Atatürk permet de stocker des volumes importants d’eau et il est possible pour la Turquie de diminuer grandement cette eau vers Israël, la Palestine, la Jordanie, Riyad et La Mecque et l’Arabie saoudite. L’invasion de l’Irak a eu des conséquences sur la Turquie. Cette dernière redoutant d’un gouvernement kurde au pouvoir en Irak .

III. Les pays de l’isthme syrien et de la péninsule arabique
L’Arabie saoudite s’est agrandit à partir de Riyad. À cet endroit, une alliance des wahhabites et des chefs de tribu des Saud est créée.
En 1938, l’Arabie saoudite découvre d’importants gisements de pétrole. Ibn Seoud a reçu le soutien militaire américain en échange de l’assurance que la seule compagnie exploitant le pétrole soit l’ARAMCO (Arabian American Oil Company). Cette alliance unissait pactole et puritanisme islamique. Ici naît un paradoxe : la monarchie saoudienne soutient l’islamisme jusqu’à « l’anti-occidentalité » tout en soutenant les États-Unis en leur permettant d’installer des bases américaines sur son territoire.
Revenir en haut Aller en bas
Partager cet article sur : redditgoogle

Les points chauds du globe :: Commentaires

Tite Prout
Re: Les points chauds du globe
Message Dim 7 Jan - 19:25 par Tite Prout
Le Liban
En Syrie et au Liban, la France décide de créer des assemblées représentatives des populations. En Syrie, elles réclamaient l’indépendance et la création d’un État arabe. Au Liban, on signe un « pacte national » qui dicte que le président doit être maronite, le premier ministre doit être un sunnite et le président de la Chambre des députés un chiite.
La création d’Israël en 1948 crée des remous dans la région. Le nombre de réfugiés, notamment au Liban et en Jordanie, augmente et le sentiment national palestinien augmente .
La guerre civile libanaise éclate en 1975 et se termine en 1990. En 1976, l’armée syrienne entre au Liban pour aider les maronites assiégés et pour créer des alliances avec certains groupes rivaux. En 1982, l’armée israélienne veut éliminer l’Organisation de libération de la Palestine et Arafat. En 1990, la guerre civile termine sous les pressions saoudiennes.
En 2005, l’Assassinat de Rafic Hariri change le cours des événements. La Damas est soupçonné et les Libanais demandent de plus en plus l’indépendance du Liban par rapport à la Syrie. La Syrie rapatrie ses troupes au Liban. Le Damas est étiqueté comme un groupe terroriste .

La Syrie
La guerre civile au Liban et les renversements d’alliance entre l’armée syrienne et les Palestiniens posent des problèmes géopolitiques. La Syrie a appuyé le mouvement pour l’unité du monde arabe . À partir de 1958, ce sont surtout des baathistes qui ont pris le pouvoir en Irak. Les baathistes de Baghdad et ceux du Damas s’opposent.
Saddam Hussein engage en 1980 la guerre contre l’Iran. La Syrie est du côté iranien. Elle s’oppose aussi à tout ce qui peut aider le développement de l’Organisation de libération de la Palestine. La dislocation des Kurdes en trois entités fait plaisir aux Syriens .

IV. L’Égypte, en développement autonome dès le début du XIXe siècle, devient au XXe siècle le foyer islamiste des « Frères musulmans »
L’Égypte a été marquée par des rapports géopolitiques. Méhémet-Ali, avec l’aide de conseiller français, ont monté une force militaire. Avec plusieurs constructions de structures, l’Égypte est le pays le plus moderne des pays arabes . Le Canal de Suez a intensifié les relations de ce pays avec le Nord.
En 1881, l’Égypte tombe sous dépendance britannique. Lors de la guerre de Sécession aux États-Unis, l’Égypte profite de la montée du cours du coton, mais le coup a été très dur lors de la fin du conflit et de la baisse dramatique du cours de coton.
Les frères musulmans avec les wahhabites d’Arabie expliquent les mouvements islamistes actuels. L’Égypte est le pays le plus peuplé du monde arabe et contrôle le Canal de Suez, un important passage naval du monde . L’Égypte reçoit aussi un grand soutien des États-Unis.

V. Géopolitique du Maghreb
Le monde arabe est une zone où les problèmes géopolitiques sont complexes.
Au Maghreb, les frontières sont très anciennes (Maroc, Algérie, Tunisie). Les frontières ont été tracées par la France. Les rivalités sont plus administratives et proviennent de l’empire colonial français. Le Maghreb forme un ensemble très cohérent et uniforme . Cette unité vécue avant les indépendances s’est transformée en des différences après les indépendances, surtout dans les deux principaux pays du Maghreb : en Algérie et au Maroc.
Le Maroc annexe le Sahara occidental en invoquant ses droits historiques. Une guerre entre le Maroc et l’Algérie était attendue, mais elle n’a jamais eue lieu encore aujourd’hui. Malgré ce contentieux, ces deux pays ont formé l’Union du Maghreb arabe incluant la Tunisie, Libye et la Mauritanie.

La guerre civile en Algérie 1992-2002
L’Algérie a été le pays où la croissance de l’Islam a été la plus forte. Les mouvements islamistes dénoncent l’influence des valeurs occidentales. L’instauration d’un parti unique a été une erreur. En 1991, lorsque l’on remarque la puissance des islamistes, le gouvernement gèle le processus électoral. 1992-1993 ont été des années sanglantes. (p.242-243)

Une certaine partie des Algériens proclament que la guerre d’indépendance est inachevée et qu’il est du devoir des Algériens d’assurer l’indépendance totale du pays. Selon eux, il y a trop d’Algériens qui ont des affinités avec la culture française. (p.244)
L’augmentation des opérations policières et militaires contre les islamistes ont alimenté le djihad. Les francophones d’Algérie ne forment pas un groupe homogène : instituteurs kabyles, les « séparatistes », les autres intellectuels, etc.

Malgré les conflits entre la France et l’Algérie, les relations sont restées relativement bonnes dans ce pays. Les francophones en Algérie proviennent d’un peu partout et de toutes les idéologies .
L’Algérie et le Maroc sont deux entités géopolitiques différentes. La colonisation et l’histoire des forces pour l’indépendance ont été différentes. La conquête a été beaucoup plus longue en Algérie qu’au Maroc. Les Français confisquent les terres aux tribus en Algérie et pas au Maroc. En 1956, les Marocains obtiennent rapidement leur indépendance tandis que le processus a été long en Algérie.

Les Balkans : passions des peuples, intérêts des empires
Les Balkans sont caractérisés par une diversité culturelle et géopolitique. Les peuples présentent quand même certaines caractéristiques communes. L’Empire ottoman décroît au XIXe siècle et différents peuples réfugiés reviennent sur scène avec des appuis relatifs provenant de l’Europe.
L’Angleterre et la France appuient la révolte des Grecs contre les Turques de 1821 à 1829. La Russie appuie les révoltes Bulgares. L’Angleterre et la France aident la Turquie contre la Russie ce qui aboutit à la guerre de Crimée de 1854 à 1855.
Les peuples des Balkans veulent un État indépendant gouverné par les siens. Le territoire national devient un problème. Les territoires sont souvent revendiqués par plusieurs parties. En 1912, une alliance est créée entre la Grèce, la Serbie, la Bulgarie et la Roumanie pour chasser l’empire turc du territoire convoité. Le nombre de peuples et nations mêlés avec les appuis des États européens rendent les conflits balkaniques complexes .
La Première Guerre mondiale a été déclenchée par toutes ces forces en rivalités. Plus précisément, c’est l’attentat de Sarajevo en Bosnie le 28 juin 1914 qui a fait éclater le conflit .
La Turquie est perdante dans cette guerre, la Serbie en ressort gagnante. Les Serbes et les Croates parlent la même langue soit le serbo-croate mais ils ont des caractéristiques culturelles différentes, soit leur religion et leur niveau culturel .
La Seconde Guerre mondiale éclate lorsque l’Italie décide de conquérir l’Albanie. Elle est soutenue par l’Allemagne.

La Yougoslavie de Tito
En 1948, Tito se sépare du bloc communiste. Staline veut l’ouverture de la Yougoslavie pour l’accès à la Méditerranée et fait pression sur la Yougoslavie.
Tito a tracé les frontières entre six républiques des États. Certains pays, comme la Croatie, sont très avantagés.
En 1991-1992 débute un conflit entre Croates et Serbes . En 1999, un conflit survient entre Albanais et Serbes. L’OTAN entre en guerre contre la Serbie malgré la Russie qui s’y opposait . Aujourd’hui, les Balkans forment une région où des conflits potentiels peuvent éclater à tout moment. Ainsi, les conflits découlent de la dislocation de l’ex-Yougoslavie.

La périphérie de l’ex-Union soviétique : rivalités anciennes, nouveaux enjeux
La dislocation de l’U.R.S.S. n’a pas fait éclater les conflits que l’on croyait sauf dans les républiques caucasiennes.

I. Les tensions en « Europe médiane »

Une guerre en Europe médiane peut s’enflammer à partir de certains points chauds : la Tchétchénie, le trafic de drogues et les mouvements islamistes de l’Afghanistan. La CEI semble vouloir se rapprocher de l’Union européenne.
La Transnistrie crée un conflit géopolitique entre l’Ukraine et la Moldavie.
Tite Prout
Re: Les points chauds du globe
Message Dim 7 Jan - 19:25 par Tite Prout
II. Les enchevêtrements du Caucase
La Géorgie et l’Arménie ont été déchirées entre l’Empire perse et l’Empire ottoman. Le pétrole de Bakou était prisé durant la Première Guerre mondiale, les Russes et les Turques s’affrontent. Pour empêcher les Arméniens de Turquie de s’allier à la Russie, on décide de les déporter dans le sud ce qui a eu pour conséquences le génocide arménien encore nié par les Turques aujourd’hui.
La dislocation de l’U.R.S.S. créa plusieurs conflits. L’indépendance de l’Abkhazie en 1992 déclenche une guerre avec la Géorgie. En 1998, les Azéris sont chassés d’Arménie ce qui déclenche un massacre d’Arméniens d’Azerbaïdjan. Les Arméniens l’emportent avec le soutien international. Le gisement de Bakou étant pratiquement épuisé, l’on découvre des réserves pétrolières en Azerbaïdjan. Ce fait change les données géopolitiques de la région.

La Caucase fixe les limites géographiques de la Russie. En 1920, la Caucase est conquis. La fin de l’Union soviétique transforme la limite entre la RSFSR et les nouvelles républiques de Transcaucasie en frontière.
Le territoire tchétchène inclus le gisement de pétrole Groznyï. Elle contient beaucoup de clans se rivalisant plus ou moins. La question de la séparation a divisé, d’une façon plus ou moins bilatérale, les factions et a débouchée sur une guerre civile. Aujourd’hui, les combattants tchétchènes luttent encore en faisant des attentats dans les républiques caucasiennes voisines . Donner le territoire aux séparatistes tchétchènes pourrait enclencher d’autres indépendances dans d’autres républiques.

III. Les nouveaux enjeux de l’Asie centrale
Plusieurs enjeux sont présents dans cette région, l’accès à l’eau, l’exploitation de gisements de pétrole et de gaz. Les rapports des pays de l’Asie centrale avec la Russie sont bons. Poutine s’est aujourd’hui situé de pair avec Bush pour lutter contre le terrorisme islamiste. L’armée américaine a aussi des bases en Asie centrale.

L’Afghanistan : géopolitique et logiques tribales
L’Afghanistan n’est pas situé sur un axe géostratégique.

I. Les multiples causes du problème afghan
Bien que le pays ait été « démocratisé » en 2001 avec l’intervention américaine, beaucoup de régions sont encore sous la tutelle des « seigneurs de la guerre ». Le droit des femmes n’est pas développé et le trafic de drogue élevé. Depuis 2003, l’Afghanistan est en deuxième plan, l’Irak occupant toute la place. Le fanatisme religieux et guerrier des Afghans posent problème . L’Afghanistan est caractérisé par des contradictions ethniques représentées par les civilisations de la Perse et de l’Inde.
L’Afghanistan a été isolé du monde par le « grand jeu ». C’était le jeu entre l’Empire anglais et russe qui a débouché sur la transformation de l’Afghanistan en un État tampon. Dans les années 50, on commençait à parler de l’aide aux pays en développement et les deux superpuissances, que sont les États-Unis et l’Angleterre, aidaient également l’Afghanistan. Dans les années 60, les États-Unis se concentrent davantage sur l’Iran et laissent les États-Unis administrer la région.

II. La guerre d’Afghanistan
L’infiltration de l’armée soviétique était considérée comme un objectif principal pour les États-Unis qui voulaient atteindre les mers chaudes mais c’est plutôt la victoire d’une révolution islamiste qui motivait les Soviétiques.
La vente d’arme par les États-Unis a affaiblit l’Union soviétique. En 1989, le gouvernement afghan n’était plus d’obédience communiste mais était issu plutôt d’un islamisme modéré et ce dernier se maintient au pouvoir pendant 3 ans. Les chefs de partis islamistes devenaient de plus en plus en rivalité. Les talibans, recrutés au Pakistan, font la conquête de l’Afghanistan en 1996 . Le territoire afghan deviendra la terre de Ben Laden.

III. De New York à Kaboul
Après les attentats du 11 septembre, les États-Unis attaquent militairement l’Afghanistan. Le Pakistan ne soutient alors plus les talibans .

L’Irak et l’Iran : deux points chauds étroitement liés
Les États-Unis sont présentement en guerre en Irak et le conflit peut facilement s’embraser. Les États-Unis et l’Iran étaient de bons partenaires jusqu’à ce qu’il y ait la révolution théocratique de l’imam Khomeiny. Ce dernier n’a pas été remplacé par un modéré, comme on le croyait, mais par un extrémiste : Ahmadinejad. Ce président iranien profère des menaces à Israël. L’Iran est aussi suspecté de produire des armes nucléaires pour usage militaire.
L’Irak et l’Iran sont des pays pétroliers. La guerre civile en Irak et la production d’armes nucléaires en Iran constituent des problèmes pour les États-Unis. L’unité religieuse prévaut en Iran et non en Irak. Le problème des Kurdes affecte aussi l’Irak.
Dans les années 80, l’Irak de Saddam Hussein entre en guerre contre l’Iran. En 1988, les combats cessent. Saddam Hussein, qui a été bien armé grâce aux Occidentaux, décide d’envahir le Koweït en 1990 pour l’annexer. En 1991, les pressions à l’ONU force militairement et écrase l’armée irakienne. Les États-Unis encouragent les Chiites d’Irak et les Kurdes à se révolter contre Saddam Hussein. Les États-Unis protègent militairement les Kurdes.
Suite aux attentats du 11 septembre, on associe Hussein et Ben Laden. Les États-Unis envahissent l’Irak et l’occupation dure encore aujourd’hui. Les Kurdes et Chiites sont contents de l’occupation américaine. Les Sunnites sont généralement ceux qui combattent les États-Unis.
Tite Prout
Re: Les points chauds du globe
Message Dim 7 Jan - 19:26 par Tite Prout
Israël-Palestine : un problème crucial toujours sans solution
I. Aux origines du sionisme
Les conflits en Israël n’ont pas pour objet les ressources naturelles mais sont plutôt purement idéologiques. Le sionisme veut le retour des diasporas juives en Israël. La Palestine a été étiquetée comme la véritable terre nationale juive.
Au début des années 1900, les relations entre Anglais, Arabes et Juifs se détériorent. Des conflits éclatent . En 1947, l’armée britannique s’oppose à ce que des rescapés de l’Holocauste débarquent dans le port d’Haïfa.

II. Les guerres d’Israël et des États arabes voisins
En 1948, les États arabes sont humiliés face à la victoire et Israël s’équipe militairement en Tchécoslovaquie et par la suite en France. La « guerre des six jours » qui se termine le 11 juin 1967 par l’imposition des États-Unis et de l’Union soviétique est l’événement qui a encore des répercussions aujourd’hui .

En 1973, la guerre « du kippour » est enclenchée par l’Égypte. En 1979, un traité de paix est signé et Israël doit restituer le Sinaï. Le problème du Golan avec la Syrie est apparu avec son potentiel hydrogéopolitique . En 1994, Israël signe un traité de paix avec la Jordanie mais continue d’occuper la Cisjordanie .

III. Géopolitique interne : la concentration du conflit sur des territoires de plus en plus petits.
La « guerre des six jours » et la victoire du Tsahal a fait renaître le sentiment d’un « an prochain à Jérusalem » . En 1987, causée par l’augmentation des implantations israéliennes en Cisjordanie, « l’Intifada » éclate. La seconde « Intifada » débute en 2000. En 1993, on signe les accords d’Oslo où l’existence d’Israël a été reconnue en échange de la reconnaissance du représentant de l’OLP.
Le statut de Jérusalem et la question des colonies israéliennes n’étaient pas réglés. Le gouvernement israélien initie la construction d’un mur fortifié sur plusieurs kilomètres qui ne respecte pas le respect des frontières officielles d’Israël. La communauté internationale critique encore aujourd’hui cette construction.
En 2004, Arafat décède et l’on espère un dénouement du conflit. Israël évacue la bande de Gaza. En janvier 2005, Abbas est élu démocratiquement comme le président palestinien. Sharon est dans le coma depuis 2005. Le gouvernement palestinien est formé par le Hamas et Israël refuse de discuter avec ce parti.

Le monde musulman et les islamistes : le choc des représentations idéologiques
I. Le monde musulman et le « choc des civilisations »
Il n’y avait pas de problèmes avec le monde musulman jusqu’à l’éclatement de la révolution iranienne de l’imam Khomeiny. Les attentats contre les gouvernements ont commencé ayant comme cause la corruption ainsi que les attaques contre les États-Unis car ils appuyaient Israël. En 1996, la thèse du « choc des civilisations » d’Huntington fait son chemin . Cette thèse est bien accueillie par le monde musulman.

II. Le projet islamiste
Les islamistes veulent que les autres musulmans appliquent la charia. En 1928 est formé la confrérie des Frères musulmans.
Les causes de la radicalisation des mouvements islamistes sont nombreuses. Hassan al-Banna est tué mais les circonstances sont confuses. Nasser manque d’être tué par un membre des Frères musulmans.
En Égypte, certains membres des Frères musulmans sont arrêtés et tués. La radicalisation vient souvent de la vengeance envers les persécutions des gouvernants. En 1991, un parti islamiste algérien tente de prendre le pouvoir.
La guerre du Golfe a aussi des impacts. Une vague islamiste semble monter au Moyen-Orient : Irak, Iran, Égypte, Palestine, etc.

Le mouvement islamiste est aussi un grand phénomène géopolitique
Le mouvement islamiste ne veut pas seulement que les musulmans se soumettent au Coran et ses interprétations du Moyen-âge; ils veulent en plus l’abolition des frontières entre pays musulmans.
Les islamistes tendent à affirmer la thèse d’un antagonisme éthique entre les valeurs du monde islamique et celles d’Occident : image de la femme, etc. Ils veulent renverser les gouvernements arabes pro-américains.

Géopolitique du pétrole : spectre de la pénurie, force des intérêts
I. Un enjeu déterminant
Le pétrole est convoité par beaucoup de pays, entre autres les pays en pleine expansion comme la Chine. Le pétrole est une ressource importante qui crée des conflits.

II. Une histoire tumultueuse
Les conflits reliés au pétrole débutent au Mexique . Par contre, les problèmes géopolitiques se posent davantage au XXe siècle avec la découverte de gisements de pétrole par les Britanniques sur les Côtes de Perse. Les États-Unis, l’Allemagne et d’autres pays s’y intéressaient aussi. La dislocation de l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale a eu des conséquences géopolitiques importantes . Après la Seconde Guerre mondiale, l’Iran nationalise le pétrole. Ce fait met en évidence le rôle du cartel international du pétrole.

III. Des chocs pétroliers au scénario d’épuisement
La dévaluation du dollar américain lors de la guerre du Vietnam a affecté les revenus pétroliers des pays. L’OPEP décide d’imposer un embargo et de quadrupler les prix ce qui débouche sur le « choc pétrolier ». Une série de nationalisation du pétrole a eu lieu : Irak, Arabie Saoudite, Venezuela, etc.
En 1979, la révolution islamiste en Iran provoque un second « choc pétrolier » et les conséquences sur les prix se sont encore fait sentir. Il y a eu aussi un « contre-choc pétrolier » où les prix ont beaucoup chutés. Cela est attribuable à l’augmentation de la demande.
Aujourd’hui, la stratégie de l’OPEP est d’empêcher les pays importateurs d’économiser le pétrole, d’en stocker. Depuis 1980, le marché pétrolier a davantage dépendu des facteurs techniques et financiers que des conflits géopolitiques .
La dislocation de l’Union soviétique a changé la donnée mondiale en ce qui a trait du pétrole. Les compagnies pétrolières anglaises et américaines ont profité de cette dislocation et les pays disloqués ont rapidement conclu des ententes avec ces dernières . Aujourd’hui, les projets des compagnies américaines en Russie sont suspendus.

Lacoste, Yves. Géopolitique, la longue histoire d’aujourd’hui, Larousse 2006.

Résumé de Laurie Duguay
Re: Les points chauds du globe
Message  par Contenu sponsorisé
 

Les points chauds du globe

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GÉNÉRALE :: POLITIQUE/POLITICS :: POLITIQUE INTERNATIONALE/INTERNATIONAL POLITICS-
Sauter vers: