MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Ce que révèlent les émeutes par Daniel SCHNEIDERMANN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

18112005
MessageCe que révèlent les émeutes par Daniel SCHNEIDERMANN

http://www.liberation.fr/page.php?Article=339244


Quels extraordinaires
révélateurs, les explosions sociales ! Elles déblaient l'horizon. On n'y voyait
plus rien. On ressassait toujours les mêmes rengaines. Soudain, un pan de
réalité se découvre. Depuis des années, un discours diffus décrivait des
«quartiers sensibles» noyautés par les «barbus», gangrenés par des trafics
d'armes, en provenance directe de Tchétchénie. Et qu'a-t-on vu, depuis trois
semaines ? Des adolescents ou de jeunes adultes, mus par l'injustice, qui
incendient des voitures avec des bouteilles d'essence. D'armes de guerre, aucune
trace, heureusement. Quant aux «barbus», sous réserve d'inventaire, ils ont plus
souvent joué le rôle de force d'interposition que de leaders de l'insurrection.
Il est vrai qu'un fantasme chasse l'autre. A peine évacué celui des «réseaux
tchétchènes», voici celui de la polygamie. Les incendies ? La faute à la
polygamie. La colère ? La
polygamie, vous dis-je. Le fonctionnement des
médias eux-mêmes est passé au même bain de révélateur. Ainsi, ces quelques
semaines de crise ont-elles révélé leur proximité avec le pouvoir. Plusieurs
exemples. Ayant filmé par hasard des policiers en train de frapper un homme à
terre à La Courneuve, France 2 a décidé de ne diffuser l'image qu'après l'avoir
montrée au ministère de l'Intérieur, et sollicité sa réaction. Le même soir,
elle a donc pu faire suivre l'image choc de la ferme réaction du ministre (la
suspension des policiers tabasseurs). Jusque-là, on peut comprendre. Mais, cette
précaution n'ayant apparemment pas suffi, la directrice de l'information de la
chaîne publique, Arlette Chabot, a aussi décidé de ne pas mettre en ligne, sur
son site Internet, le journal télévisé contenant la fameuse scène. Et là, on ne
comprend plus du tout. Pourquoi, alors, l'avoir diffusée à l'antenne ? Soit
cette image, dûment et prudemment contextualisée, constitue une information pour
les téléspectateurs, et on la diffuse. Soit non, et on
ne la diffuse pas du tout.

Surtout, si l'on met le doigt dans cet engrenage, si l'on considère qu'il
existe des images à deux vitesses, comment distinguera-t-on les dangereuses des
anodines ? Des images boutefeux, après tout, il en est de toutes sortes.
Pourquoi France 2 n'a-t-elle pas retiré de son site les JT dans lesquels on voit
brûler des voitures ? Pourquoi n'expurge-t-on pas des archives les éloquentes
évocations des «racailles» ou du Kärcher par le ministre de l'Intérieur ? Et,
tiens, demain Arlette Chabot retirera-t-elle du site Internet ces accusations
invérifiées de polygamie ? On ne sait jamais ! Si quelqu'un allait en faire
mauvais usage !
Plus largement, ce sont des réflexes de toutes sortes, le plus souvent
largement inconscients, que la crise met brutalement en lumière. Ainsi du statut
des différentes paroles. Tout en bas, la parole des jeunes émeutiers. Celle-là,
on n'a pas de pincettes assez longues pour la manier. France 3, qui a enregistré
le témoignage d'un camarade des deux jeunes électrocutés de Clichy-sous-Bois,
assurant qu'ils étaient bel et bien poursuivis par des policiers, attend trois
jours avant de diffuser ce document. Sans doute le temps de le laisser
refroidir. En revanche, les premières réactions de Villepin ou de Sarkozy
assurant le contraire et prétendant que l'intervention policière était
consécutive à un cambriolage (thèse démentie par la suite) sont diffusées
immédiatement, sans vérification, par tous les médias audiovisuels.

Allons, objecteront les journalistes, ce sont des paroles de ministres. Et
s'ils sont ministres, ils ont des informations. Nous pouvons donc présumer leurs
propos, sinon vrais, au moins fondés. Ainsi, par exemple, les médias avaient-ils
justifié leur emballement lors de la fausse agression du RER D. Puisque le
Président et le ministre de l'Intérieur lui-même (à l'époque Dominique de
Villepin) accréditaient la version de l'agression antisémite, alors aucun besoin
de vérifier avant de faire la une sur la monstrueuse agression, qui se révéla
ensuite tout aussi imaginaire que le cambriolage de Clichy. Même inconsciente et
informulée, cette conviction des gens de médias témoigne d'une confondante
naïveté.

Il faudrait, d'urgence, rappeler que tout pouvoir est présumé menteur, à
commencer par le pouvoir politique, et évidemment la police. Et en tout cas, le
premier réflexe professionnel devrait consister à ne croire personne
aveuglément.

Visuellement, les dispositifs des émissions de plateau reproduisent une
inégalité comparable. La noblesse au centre, le tiers au poulailler : la salle
du Jeu de paume, aujourd'hui, c'est le plateau d'Arlette Chabot, qui installe
les élus au centre de la scène et filtre les interventions de la piétaille,
entassée dans les gradins. Que paraisse Sarkozy, et il peut monologuer à son
aise. Mais qu'un invité encapuché se fourvoie dans une tirade un peu absconse,
et Chabot le coupe d'un sec : «Je ne comprends pas ce que vous dîtes.» Pourquoi
pas, d'ailleurs ? Mais il faudrait interrompre pareillement les ministres (comme
le fera quelques jours plus tard Yves Calvi sur la même chaîne, dans une
émission nettement plus égalitaire). Images à plusieurs vitesses, paroles à
plusieurs statuts, fauteuils d'orchestre et strapontins : la situation quasi
insurrectionnelle éclaire crûment cette inégalité. Et tout cet éventail de
dispositifs ne dit pas seulement que les médias défendent le pouvoir. Il
dit surtout qu'ils sont le pouvoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» chargeur lent
» Télétexte très lent
» [AIDE]Desire HD lent.
» [AIDE] Transfert vers microSD très lent
» Affichage Lent après la mise a jour 50.0.005
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Ce que révèlent les émeutes par Daniel SCHNEIDERMANN :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Ce que révèlent les émeutes par Daniel SCHNEIDERMANN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: