MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 à propos de la « race » des égyptiens anciens

Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

02112005
Messageà propos de la « race » des égyptiens anciens

Témoignages des Anciens à propos de la « race » des égyptiens anciens
ILS ONT VU LES EGYPTIENS !



L’Égypte ancienne était un pays africain noir : les Égyptiens anciens le savaient eux-mêmes, les Grecs et les Latins l’avaient dit (témoins oculaires et cela pendant près d’un millénaire), des égyptologues l’ont démontré avec une grande érudition : le professeur Cheikh Anta Diop, suivi du professeur Théophile Obenga puis des Professeurs A.M.Lam, M.Bilolo, B.Sall, A. Anselin, Oscar Pfouma, Oum Ndigi.

"Mélas", mot employé par les Grecs pour la couleur des égyptiens, est le terme grec le plus fort pour dire "noir" comme le disait le grand savant sénégalais Cheikh Anta Diop.

Nous mettons au défi quiconque de trouver le terme « leucoderme » (peau blanche, peau claire) dans les textes grecs lorsqu’ils parlent des égyptiens anciens.

Exemples de mots qui expriment la noirceur :

Kélainos [1] Eremnos [2] Aithôn [3] Mélas [4]

(voir Engelbert Mveng, Les sources grecques de l’histoire négro-africaine, Présence africaine, 1972, page 85)

Pour « brun », on dit « phaios ».

Nous mettons au défi quiconque de trouver dans les textes d’Hérodote, de Diodore, de Strabon, ou de Platon, le mot employé pour dire « brune » lorsque l’on parle de la couleur de la peau des égyptiens.

Pour les falsificateurs, il faut simplement éviter de dire « noire » lorsqu’il s’agit de la couleur de peau des égyptiens anciens.

Que l’on veuille ou non, il existe une multitude de preuves soulignant le caractère nègre de la civilisation de l’Égypte pharaonique :
ARISTOTE



Aristote, savant, philosophe grec, précepteur d’Alexandre le Grand, 389-322 av J.-C. : « Ceux qui sont excessivement noirs sont couards, ceci s’applique aux Égyptiens et aux Éthiopiens. » [5]

Dans sa pertinente démonstration, le professeur M. Bilolo a souligné le fait que les Égyptiens anciens étaient « excessivement » noirs, agan melanes [6], Aristote et la mélanité des anciens Égyptiens. Il attire notre attention sur le fait qu’Aristote a été le premier pigmentologue grec ou théoricien des couleurs. « Aristote classe les Égyptiens et les Éthiopiens parmi les nations ayant une couleur de peau excessivement nègre ». En effet, le professeur Bilolo pose deux questions fondamentales :

Comment Aristote a-t-il caractérisé la couleur des anciens Égyptiens ? Et à quelle autre Nation les rattache-t-il ?

« Sa réponse se passe de tout commentaire, car elle nomme dans une seule phrase et la couleur de la Nation égyptienne et une autre Nation voisine avec laquelle elle partage une même intensité de couleur (...) Si Aristote avait oublié les Égyptiens, ce passage serait devenu célèbre, malheureusement pour nos traducteurs, il a non seulement cité les Égyptiens, mais il a aussi commencé son énumération par eux. »
HERODOTE



Grec né à Halicarnasse, en Asie Mineure, surnommé le père de l’histoire, il visita l’Égypte vers -450, et lui consacra tout son livre II, y revenant souvent dans les autres parties de son oeuvre. Ce père de l’histoire et du reportage, demeure une source inégalée. Il sait voir et raconter, grâce a lui, nous connaissons des traits précis de la vie des Égyptiens. Hérodote nous a laissé des détails précieux sur la vie quotidienne, la religion, les fêtes religieuses populaires auxquelles il a assisté et sur le pays même. Ses récits, souvent confirmés par les représentations des temples et des tombes, sont utilisés par les égyptologues.

Hérodote, historien grec 480-425 av JC, est donc allé en Égypte. Il nous dit que les Égyptiens anciens sont des nègres ; il emploie « mélagkhroés » pour dire « peau noire » et « oulotrikhes » pour « cheveux crépus » :

« ... les Colchidiens sont de race égyptienne...d’abord, parce qu’ils ont la peau noire et les cheveux crépus ... » [7]

Hérodote ne laisse place à aucune incertitude, aucune approximation car il écrit : « Je suis allé et j’ai vu de mes yeux jusqu’à la ville d’Éléphantine » [8]

Certaines personnes veulent semer le trouble en disant que « mélagkhroés » (c’est à dire peau noire) a été aussi employé pour Ulysse. Mais ils oublient de dire (à moins que ce soit de la mauvaise volonté ou de l’ignorance) que sur les vases grecs, Ulysse est effectivement représenté « noir charbon ». Voir l’image suivante.



Ulysse (à gauche) peint "noir charbon" et Circé (à droite). Notez le profil nègre caractéristique attribué à Circé.

Mais, à notre connaissance, le terme « oulotrikhes », c’est à dire « cheveux crépus », n’est jamais employé pour Ulysse.

De même, il est clair pour Hérodote qu’il n’y a pas d’Arabes en Égypte à son époque. [9] Est-il besoin de rappeler que les Arabes sont arrivés en Égypte au 7e siècle de notre ère ? Ils sortent d’Arabie, d’où leurs noms « les Arabes ». Est-il besoin de rappeler que la langue et l’écriture arabes sont relativement récentes ? même très récentes par rapport à l’égyptien ancien.
HELIODORE



Le Grec Héliodore écrit à propos de Chariclée, une jeune fille blanche, qui se trouve devant des Égyptiens : « De nouveau, elle leva les yeux, vit leur teint noir et leur aspect repoussant. » [10]

Les Ethiopiques, ou Histoire des aventures de Théagène et Chariclée, titre de l’un des principaux romans grecs qui nous sont parvenus, et dont l’auteur, Héliodore d’Émèse, écrivait à la fin du IVe siècle après J.-C
DIODORE DE SICILE

Diodore de Sicile , historien grec contemporain de César Auguste, 63 av J.-C. - 14 ap J.-C. :

Il est l’auteur d’une compilation historique dite Bibliothèque, en 40 livres (16 conservés) qui mènent le lecteur des origines mythiques du monde jusqu’à 59. Pour mener à bien son projet il voyage beaucoup en Europe, en Asie et en Afrique. Il mêle ainsi ses propres observations aux matériaux recueillis dans la littérature abondante à l’époque. Sa bibliothèque, présentée sous forme d’annales est une mine de renseignements en tous genres (sciences physiques et naturelles, ethnographie, géographie)

Diodore dit : « Et nous-mêmes, à l’époque où nous nous sommes rendus par mer en Égypte, nous avons rencontré beaucoup de prêtres et nous avons aussi conversé avec bon nombre d’envoyés éthiopiens qui se trouvaient là. Et c’est après nous être informés avec précision sur chaque point auprès de ces gens. Et après avoir vérifié les dires des historiens que nous avons composé notre description, en suivant les opinions les plus généralement admises. » [11]


D’après son témoignage c’est l’Éthiopie qui aurait colonisé l’Égypte ( au sens athénien du terme : la densité augmentant, un fraction du peuple émigre vers de nouvelles terres ). « Les Éthiopiens disent que les Égyptiens sont une de leurs colonies qui fut menée en Égypte par Osiris... » [12]
STRABON


Strabon

Strabon, géographe (58 av J.-C. - 25 ap J.-C.), historien et grand voyageur. Il a d’abord composé ses "Esquisses historiques" en 47 livres puis les 17 livres de ses "Geographika", description détaillée du monde connu autour de la Méditerranée au début de l’ère chrétienne soulignant la relation de l’homme avec son milieu naturel. Ayant longtemps séjourné à Rome, il adhéra au stoïcisme et fut un grand admirateur de la culture romaine qu’il considérait comme un empire mondial reproduisant sur terre le modèle de l’empire divin.

Strabon dit qu’il est venu lui-même en Égypte jusqu’à la frontière avec l’Éthiopie avec son ami Aeluis Gallus préfet d’Égypte. [13]

Comme l’avait dit le savant sénégalais Cheikh Anta Diop, « Il (Strabon) confirme la thèse selon laquelle les Égyptiens et les Colches appartenaient à la même race. IL n’y a aucun doute sur l’idée que Strabon se faisait de la race des Égyptiens car il tente par ailleurs d’expliquer pourquoi les Égyptiens sont plus noirs que les hindous, ce qui permettrait d’écarter, s’il en était besoins, toute tentative de confusion entre la race "hindoue" et "l’égyptienne". » [14]
LUCIEN LE NAVIGATEUR

Vase grec : Noir couronné d’olivier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» À propos de la saga Twilight
» Châssis XL Race Pro-savage pour Thermique : The End !
» Condamné pour des propos tenus sur un forum
» [Mimilopir] - The race's JE
» les "race code" sur world of cars.com
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

à propos de la « race » des égyptiens anciens :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

à propos de la « race » des égyptiens anciens

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: CIVILISATIONS-
Sauter vers: