MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 La Suisse fait mine de découvrir son passé esclavagiste(fin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

02112005
MessageLa Suisse fait mine de découvrir son passé esclavagiste(fin)

Des soldats suisses en Haïti

« Le 5 février 1803, le premier bataillon de la troisième demi-brigade helvétique, soit huit cent quarante hommes, partait, pour Saint-Domingue, à bord du « Formidable ». Le capitaine Wipf, de Schaffhouse, commandait ce bataillon qui fut entièrement perdu, à onze exceptions près, soit lors d‘engagement divers, soit par suite de climat insupportable, soit enfin et surtout en suite des ravages de la fièvre jaune. »

La Suisse et le commerce négrier

« Considérant la seule traite par l’Atlantique, trois pays se détachent nettement dans la première catégorie en totalisant 89,9 % des expéditions : l’Angleterre vient largement en tête avec 41,3 %, suivie du Portugal et de la France avec respectivement 29,3 % et 19,2 %. Il reste des miettes pour les nations du Nord : 5,7 % pour la Hollande, 1,2 % pour le Danemark. (Quant aux 3,2 % qui manquent pour faire le compte, ils appartiennent à l’Amérique.)

Un pays européen de poids ne figure pas dans ces statistiques : l’Espagne. Sa Majesté Très Catholique, dont les colonies américaines consommaient pourtant beaucoup d’esclaves, en concédait le monopole du commerce à d’autres plutôt qu’à ses sujets.

Un pays comme la Suisse compensait son handicap géographique par la densité de son réseau commercial européen. De grandes sociétés implantées à Neuchâtel, Genève ou Bâle avaient des filiales dans les grands ports comme Nantes et Bordeaux et elles entretenaient des relations étroites avec les firmes et les banques d’origine protestante. Quand les négociants suisses n’armaient pas eux-mêmes, ils investissaient ou fournissaient des textiles appropriés à la traite.

Manufacturer des articles pour la traite était une manière indiscutable de participer au trafic négrier. »

(Tiré du site web du Ministère français des affaires étrangères)

Dans les ports français

« De nombreuse grandes villes de France reçoivent alors des transfuges suisses, qui, assez vite, apparaissent à la tête d’importantes affaires. M. Quenet recense dix-neuf familles négociantes d’origine suisse à Nantes au XVIIIe siècle. Cinq s’intègrent, d’une manière ou d’une autre, au milieu négrier. Bâle avec les Riedy et les Bourcard, Neufchâtel avec les Favre et les Rossel, sont les deux grands pôles d’une émigration vers Nantes où les Suisses disposent d’un quasi-monopole pour la fabrication des indiennes. »

(Olivier Pétré-Grenouilleau, « L’argent de la Traite - Milieu négrier, capitalisme et développement : un modèle »)

Quelques bateaux...

« Des Suisses prennent part aussi à la traite des esclaves. En 1790, par exemple, l’entreprise vaudoise Illens et Van Berchem arme à Marseille deux bateaux, ‘Le Pays de Vaud’ et ‘La Ville de Lausanne’, pour une expédition de trafic négrier au Mozambique. Un troisième navire, ‘L’Helvétie’, les rejoint par la suite pour charger sa cargaison d’esclaves. Autre exemple, une société de la famille bâloise Burckhardt se livre à ce trafic de 1782 à 1817, entre autres avec ‘L’Intrépide’ et ‘Le Cultivateur’. Les commerçants suisses agissant comme armateurs sont toutefois rares. Ils préfèrent de loin prendre des parts dans des expéditions négrières. Ainsi, la maison genevoise Picot-Fazy souscrit 12 000 livres tournois à une expédition où l’on ‘traite’ 564 Noirs, dont près de la moitié mourra durant la traversée de l’Atlantique. »

(Dictionnaire Historique de la Suisse)

- Extraits choisis par Bernard Léchot et tirés du site Louverture.ch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Les chaînes TV gratuites sont passées en HD
» Mine Yoshisaki fait mumuse avec Lamu : )
» 13ème Rue fait peau neuve
» Cablecom fait progresser la numérisation en Suisse
» La Video on Demand fait son entrée en Suisse orientale
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

La Suisse fait mine de découvrir son passé esclavagiste(fin) :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

La Suisse fait mine de découvrir son passé esclavagiste(fin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: TRAITE NEGRIERE-
Sauter vers: