MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 La Suisse fait mine de découvrir son passé esclavagiste.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

02112005
MessageLa Suisse fait mine de découvrir son passé esclavagiste.

lundi 31 octobre 2005
La Suisse fait mine de découvrir son passé esclavagiste.
LA SUISSE A AUSSI LES MAINS SALES.


La Suisse a aussi les mains sales, titrait le swissinfo du 22 août 2003.

Ci-joint les atricles les plus parlant.

L’UNESCO a fait du 23 août la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition.

Le professeur d’histoire Hans Fässler évoque avec Vanda Janka le devoir de mémoire de la Suisse.

Fort de ses recherches, Hans Fässler affirme que l’absence d’accès à la mer n’a pas empêché la Suisse de participer activement à la traite négrière. Le fameux « commerce triangulaire » qui entre les XVIe et XIXe siècles s’est organisé entre l’Europe, l’Afrique et le Nouveau Monde.

A titre d’exemple, des banques suisses ont possédé jusqu’à un tiers des actions de la Compagnie des Indes, société française qui disposait notamment d’un monopole dans la traite négrière en Afrique de l’Ouest.

Des maisons de négoces ont financé ou commercé avec des entreprises esclavagistes. Alors que certains ressortissants suisses se sont distingués dans la répression de soulèvement d’esclaves.

Bref, les implications de la Suisse dans l’histoire de la traite négrière seraient plus importantes que n’en témoignent les livres d’histoires.

Dans un contexte international qui reconnaît désormais l’esclavage au titre de crime contre l’humanité, Hans Fässler affirme que la Suisse ne peut pas faire l’économie d’une nouvelle introspection.

swissinfo : Pourquoi la question du rôle de la Suisse est-elle aussi importante à vos yeux ?

Hans Fässler : La Suisse a un devoir de mémoire. Au même titre que les autres pays occidentaux, elle a, en outre, l’obligation de s’interroger sur la provenance de ses richesses.

Après l’affaire des fonds en déshérence et les doutes concernant sa collaboration avec le régime de l’apartheid, le pays doit maintenant affronter le troisième chapitre sombre de son histoire. Celui de sa participation à l’un des plus grands crimes commis contre l’humanité.

Le processus est d’autant plus douloureux que la Suisse a déjà fait un sérieux travail d’introspection. Pour autant, nous ne pourrons pas faire l’économie de ce travail.

La pression des organisations et des cercles d’intellectuels africains se fait toujours plus insistante pour que les pays occidentaux payent leurs dettes coloniales.

swissinfo : Comment expliquez-vous le récent intérêt de la communauté internationale pour la question de la traite négrière ?

H. F. : Ces journées internationales du souvenir reflètent, avant tout, la volonté de certains pays, dont la Suisse, de faire toute la lumière sur leur passé.

Aujourd’hui, de nombreuses voix s’élèvent pour exiger un devoir de mémoire mais aussi une analyse des conséquences de l’esclavage sur notre monde contemporaine.

Il a fallu attendre la fin de la guerre froide pour que les nations acceptent d’entrouvrir ce chapitre de l’histoire. Auparavant, le sujet était tout simplement tabou. Et ceux qui osaient l’aborder publiquement étaient généralement considérés comme des ennemis de la nation.

En Suisse, comme ailleurs, on estimait que la critique intérieure contribuait à affaiblir le pays dans sa lutte contre l’ancien bloc de l’Est.

Cet argument a permis d’étouffer pas mal de grognes. Mais les répercussions de la colonisation et de la traite négrière sont trop importantes pour être éludées.

D’autant que, en automne 2001 à Durban, la Conférence mondiale contre le racisme a relancé le débat en reconnaissant que le commerce transatlantique d’esclaves constituait un crime contre l’humanité.

swissinfo : La Suisse est-elle prête à faire son autocritique sur la question ?

H.F : Il y a toujours des irréductibles qui estiment inutile de se pencher sur ce lointain passé. Je constate toutefois que, à gauche comme à droite de l’échiquier politique, on est désormais disposé à aborder la question.

Mes recherches ont débouché sur une quinzaine de propositions parlementaires tant au plan fédéral que cantonal et communal.

La douzaine de réponses déjà reçues prouvent que la question ne suscite plus les passions. Le canton d’Appenzell Rhodes-Extérieures, la ville de St Gall et celle de Bâle se sont même déclarés prêts à apporter leur soutien financier à un éventuel projet de recherche national sur la question.

Quant à l’interpellation, déposée au niveau fédéral par la députée Pia Hollenstein (Vert/SG), elle n’a, pour l’heure, pas encore été traité au plénum.

Dans sa réponse, le gouvernement a toutefois tenu à souligner que la Suisse avait soutenu la Déclaration et le programme d’action de la Conférence mondiale de Durban contre le racisme et, de ce fait, reconnu l’esclavage et la traite des esclaves comme crimes contre l’humanité.

swissinfo : Concrètement, que fait la Suisse pour éclairer cette zone de son passé ?

H.F. : Au plan politique, je dirais que c’est un sujet qui doit encore mûrir. En revanche, la question de l’esclavage interpelle désormais les cercles universitaires.

A titre d’exemple, en novembre, l’université de Lausanne organise un colloque qui réunira, entre autres, de nombreux historiens de renom. Une conférence internationale est également prévue à Bâle. Et un ouvrage consacré à la participation de la Suisse à l’esclavage sera aussi publié prochainement.

swissinfo : Faut-il s’attendre à de nouvelles demandes d’indemnisation ?

H.F : Il est évident que certains milieux étudient la question. Toutefois, les principaux pays concernés par la traite négrière demandent avant tout que les occidentaux reconnaissent leurs responsabilités.

Pour ma part, je crois que l’Europe a un devoir de restitution dont la forme reste encore à définir. Il peut s’exprimer au travers d’actes purement symboliques, par le biais d’une nouvelle forme de coopération avec ces pays ou par l’intermédiaire de l’entraide qui leur est accordée.
L’argent de l’esclavage dans les coffres suisses

- swissinfo 26 octobre 2005 08:39

Après « La Suisse et l’esclavage des Noirs », paru en français en avril, un second livre de Hans Fässler analyse le rôle de la Suisse dans l’esclavagisme.

« Reise in Schwarz-Weiss », qui vient de paraître, montre que les entreprises suisses ont gagné des fortunes grâce aux esclaves.

Dans ce nouveau livre paru aux éditions Rotpunktverlag - et disponible pour l’heure seulement en allemand - l’historien Hans Fässler montre que la Suisse a bien été impliquée dans le commerce des esclaves.

Dans toutes les régions du pays, l’auteur a retrouvé la trace d’investisseurs qui ont financé ce commerce, d’entrepreneurs qui ont possédé des esclaves ou de soldats qui ont participé à la répression de leurs révoltes.

L’esclavagisme constituait la base d’un système économique complexe autour de l’Atlantique. Ce système a largement contribué au développement économique européen des 18e et 19e siècles.

Au cours des 19 chapitres du livre, Hans Fässler montre comment la Suisse a réussi à tirer parti de cet essor du commerce international. Au 18e siècle, la Suisse importait plus de coton produit par des esclaves que l’Angleterre.

De Toussaint Louverture à l’implication helvétique

L’historien saint-gallois a commencé à s’intéresser aux relations entre la Suisse et l’esclavagisme durant la préparation d’un spectacle consacré à un héros haïtien de la révolte des esclaves, Toussaint Louverture. Hans Fässler a créé ce spectacle pour les 200 ans de l’entrée de St-Gall dans la Confédération en 2003.

Lors de ses recherches, il est tombé sur des familles st-galloises qui possédaient à l’époque des plantations avec des esclaves. Le fait a suscité sa curiosité, car cela ne correspondait pas à l’image qu’il avait de la Suisse. Et son enquête a apporté son lot de révélations.

Un premier livre sur la question, intitulé « La Suisse et l’esclavage des Noirs », est paru en français en avril aux éditions Antipodes.

Un système économique européen

Les révélations de Hans Fässler avait suscité un débat politique en Suisse.

Pourtant, les relations négrières de la Suisse du 18ème siècle ont été le fait d’individus, et non pas celui d’une politique nationale ou cantonale. Est-ce donc aux institutions de s’interroger sur ce passé ? C’est une question que swissinfo avait posé à Hans Fässler en mars 2003.

« Pour moi, ce n’est une question ni nationale, ni individuelle. Je préfère voir cela d’un point de vue européen. C’est-à-dire que la traite était un système économique qui enveloppait toute l’Europe, et personne ne peut dire qu’il n’en faisait pas partie », avait répondu l’historien.

La Suisse négrière

- swissinfo 4 avril 2003 13:49

La Suisse n’a pas d’accès à la mer. Ce qui ne l’a pas empêché, au 18e siècle, d’être liée à l’exploitation négrière.

Les noms de plusieurs grandes familles helvétiques figurent dans les annales du commerce triangulaire.

La Suisse du 18ème siècle. Ses bergers et ses troupeaux. Ses montagnes et ses cascades, tant chantées par les voyageurs de l’époque. Oui. Mais derrière cette Suisse idyllique, ou plutôt à côté d’elle, existait une autre Suisse. Une Suisse engagée dans son époque, et dans un espace nommé l’Europe.

Même les apparences peuvent être trompeuses : « Dans les montagnes d’Appenzell Rhodes-Extérieures, les ouvriers du textile savaient toujours à quelle heure partait un convoi de navires portugais en direction des Antilles », relève Hans Fässler, ce politicien et cabarettiste saint-gallois qui s’est plongé dans de longues recherches sur la question.

La globalisation, déjà

Un grand voilier, au départ d’un port européen. En Afrique, on échange des produits manufacturés contre une cargaison de « bois d’ébène ». En Amérique ou aux Antilles, on vend ensuite les esclaves et on acquiert les biens coloniaux qu’on rapporte en Europe. C’est le fameux « commerce triangulaire ».

La Suisse n’est pas un pays maritime, comment aurait-elle pu participer à la traite négrière ? s’interrogeront les âmes innocentes. Alinghi a bien remporté la Coupe de l’America. Rien n’est donc impossible.

L’Europe, déjà à l’époque, n’est pas qu’une juxtaposition d’Etats. Le réseau des liens financiers et commerciaux est dense. Et la Confédération helvétique, les cantons qui la constituent, y sont totalement insérés.

La Suisse est notamment très orientée vers les ports français - Marseille, Bordeaux, Nantes - hauts-lieux du commerce négrier. Par le commerce des textiles, qui faisait partie intégrante de la traite, mais aussi par la finance.

Le commerce triangulaire nécessitait en effet des masses importantes d’argent. Pour affréter et assurer les bateaux, financer l’équipage, acheter les marchandises qu’on allait exporter en Afrique. Bref, pour mettre en place des expéditions qui étaient très lourdes, et qui ne rapportaient pas immédiatement.

Car du départ d’un bateau jusqu’à son retour, avec à bord les denrées coloniales dont on allait pouvoir tirer profit, il pouvait s’écouler deux ans... D’où l’importance de bailleurs de fonds, ces commerçants-banquiers qui connurent alors un important essor. Déjà, le monde des actions et de la spéculation était au rendez-vous.

Des noms...

Au jeu de l’engagement commercial et financier, « ce sont tous les grands noms de la bourgeoisie du 18ème siècle qui sont impliqués : Zellweger dans les Rhodes-Extérieures, Zollikofer et Rietmann à Saint-Gall, Leu et Hottinger à Zurich, Merian et Burckhardt à Bâle, De Pury et Pourtalès à Neuchâtel, Picot-Fazy et Pictet à Genève », constate Hans Fässler.

Des noms connus et respectables. Comme sont respectables les noms que l’on donna à certains vaisseaux : ainsi une entreprise vaudoise a-t-elle affrété deux bateaux, le « Pays de Vaud » et le « Ville de Lausanne », pour les adapter au transport des esclaves du Mozambique. Par la suite, un troisième bateau, l’« Helvétie », a également pris part à ce type de transport...

« Au Surinam, il y avait des plantations, dirigées par des Suisses, qui s’appelaient ‘Helvetia’ ou ‘La Liberté’. C’est assez cynique », constate Hans Fässler. En matière de domaine colonial, on peut également citer le « Purysburg » qu’un De Pury créa en Virginie. L’un de ses fils périt lors d’une émeute d’esclaves.

A noter également qu’à l’époque, on parlait du « Royaume Pourtalès », tant la famille neuchâteloise était riche et puissante, notamment de par le commerce des ‘indiennes’, ces tissus qui servirent largement à l’échange contre des esclaves.

Moral ou immoral ?

On se souvient du débat autour des avions Pilatus. Ces avions civils qui pouvaient aisément être transformés en engin de combat. En matière d’exportation, à gauche, on voulait les classer ‘matériel de guerre’. Dans les milieux économiques, on s’y refusait.

En matière de produits coloniaux, le débat est similaire : « Par rapport au coton, au café, au sucre, certains disent que ce commerce n’avait rien d’immoral ni de criminel », constate Hans Fässler. Qui ajoute :

« Mais si on regarde ça de l’autre point de vue, pour un historien africain ou antillais, il s’agit d’un système qui n’était possible qu’avec la traite des noirs et les plantations ».

- swissinfo, Bernard Léchot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Les chaînes TV gratuites sont passées en HD
» Mine Yoshisaki fait mumuse avec Lamu : )
» 13ème Rue fait peau neuve
» Cablecom fait progresser la numérisation en Suisse
» La Video on Demand fait son entrée en Suisse orientale
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

La Suisse fait mine de découvrir son passé esclavagiste. :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

La Suisse fait mine de découvrir son passé esclavagiste.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: TRAITE NEGRIERE-
Sauter vers: