MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Pour la Guinée , 50 ans de perdus

Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

03102008
MessagePour la Guinée , 50 ans de perdus

Pour la Guinée du "non" à De Gaulle, 50 ans de perdus





Par Boureima Diallo | L'Observateur Paalga | 02/10/2008 | 16H33






«
Nous préférons la pauvreté dans la liberté à la richesse dans
l’esclavage », avait lancé au général de Gaulle, en 1958 à Conakry, Ahmed Sékou Touré,
alors jeune leader nationaliste, pour justifier son exigence immédiate,
marquant ainsi le refus de la Guinée d’appartenir à la communauté
franco-africaine si chère au grand maître blanc.
Fortement courroucé par ces propos, l’homme d’Etat français n’avait
aucunement fait preuve de résistance pour accorder à la Guinée son
indépendance.
Ce 2 octobre, cela fait exactement un demi-siècle, que ce pays a
accédé à la souveraineté nationale, faisant ainsi de lui le premier
Etat d’Afrique subsaharienne à avoir obtenu son indépendance de la
France.

C’est pour cela que, du côté de Conakry, Kankan, Farana, Labé ou
Nzérékoré, on se démène pour mettre les petits plats dans les grands
pour que les festivités soient à la hauteur de l’évènement : grandioses.
Un Président grabataire
Et tout le pays attendait fébrilement l’adresse à la Nation du
président de la République. C’est vrai que pour un homme d’Etat aussi
grabataire que Lansana Conté,
perclus depuis plusieurs années par la maladie, et qui reste une sorte
d’objet volant non identifié dans la scène politique, prononcer un
discours reste un véritable événement, même si, comme il l’a toujours
clamé, ce sont ses pieds qui lui posent problème et non sa tête.
A défaut de montrer aux yeux de l’opinion publique de son pays et du
monde la moindre réalisation tangible en un quart de siècle de pouvoir
absolu, les Guinéens peuvent au moins, pour une des rares fois, se
consoler en le suivant sur la RTG. Et cette adresse présidentielle est
d’autant plus attendue qu’elle pourrait un tant soit peu fixer les
populations sur l’état de santé de leur Président, qui souffre d’un
diabète chronique et surtout les fixer sur l’avenir de leur pays qui,
depuis, n’a cessé de tourner au ralenti.
Mais si à Conakry les esprits simples se contentent de vivre ces
festivités dans une joyeuse insouciance, pour bien d’autres - et ils
sont nombreux -, l’heure est au questionnement sur leur avenir ; et
plus que jamais l’anxiété et l’angoisse prennent le pas sur l’optimisme
béat d’antan.
Un bilan squelettique
En effet, en un demi-siècle d’indépendance, le bilan reste
squelettique au triple plan économique, politique et social pour ce
pays d’une dizaine de millions d’habitants, vivant sur un territoire de
245 857 km2, et qui fut le plus prospère de l’Afrique occidentale.
Potentiellement très riche grâce à son sol bien fertile, avec un
réseau hydrographique dense et un sous-sol où on trouve à profusion
bauxite, fer, or et uranium, la Guinée reste paradoxalement très
pauvre, reléguée au rang de 160e sur un total de 177 pays selon les
indicateurs humains du Pnud.
Pas d’eau, pas d’électricité, pas de routes, pas de grands hôtels
dignes de ce nom, pas d’hôpitaux. Le choléra y est endémique dans les
grandes villes, et un habitant sur deux n’a pas accès à l’eau potable.
Le taux d’alphabétisation est d’environ 30% et, dans certains quartiers
de Conakry, les maisons ne sont autres que des bâtisses à l’aspect
médiéval, où le locataire présente les stigmates d’un malade de longue
durée.
C’est dans cette catastrophe morale et physique que le pays d’Ahmed
Sékou Touré se relève néanmoins aux yeux du monde entier pour célébrer
ses 50 ans d’une indépendance dans laquelle le Guinéen n’a jamais connu
le bonheur.
Pendant que bien des pays sont à la traîne à cause des nombreux
coups de force et autres putschs sanglants qui imposaient d’éternels
recommencements, avec ces pertes d’énergie, de temps et d’argent, en ce
qui concerne la Guinée, on ne peut aucunement mettre en avant
l’argument d’instabilité chronique pour justifier un quelconque retard.
En effet, en 50 ans d’indépendance, elle n’a jamais bien su ce
qu’est une élection libre, n’a connu que deux chefs d’Etat qui, chacun
à sa manière, ont littéralement vendangé le progrès en déstabilisant
tous les paramètres du développement économique et social de ce pays.
De Sékou Touré le dictateur...
Le premier, Sékou Touré, que l’on pourrait appeler père de
l’indépendance, leader progressiste dont le caractère dictatorial
allait crescendo, s’est contenté, vingt-six ans durant, de fustiger
l’impérialisme à travers ses nombreux discours, de terroriser
l’intelligentsia, de mettre à mort presque tous ceux qui étaient
susceptibles de lui faire ombrage, tout en oubliant soigneusement
d’emprunter les chemins du progrès social.
Selon un décompte macabre effectué par des sources indépendantes, on
estime que le Président Ahmed Sékou Touré s’est rendu coupable de la
mort ou de la disparition de quelque 50000 personnes. Et pour ne pas
passer de vie à trépas, plusieurs centaines de milliers de Guinéens ont
sagement choisi la voie de l’exil.
C’est ainsi que, du 2 octobre 1958 au 26 mars 1984 (date de son
décès), l’homme d’Etat guinéen, par la force du pouvoir autoritaire, a
complètement défiguré le social de son pays.
Mais si le premier président de la Guinée n’a pas réussi à ajouter
de la terre à la terre (comme dirait Me Frédéric Titenga Pacéré) pour
résoudre les problèmes basiques de son peuple, on ne peut aucunement
lui faire cependant le reproche d’avoir gaspillé les énormes
potentialités de son pays. A sa mort, à Cleveland, au pays de l’Oncle
Sam, elles étaient encore presque intactes.
... à Lansana Conté l'officier colonial terne
Sékou Touré est un politique doublé d’un manœuvrier, qui a fait ses
premières armes dans le syndicalisme ; et son successeur, Lansana
Conté, un militaire de la coloniale. Mais là n’est pas leur seule
différence car, autant le premier brillait par son charisme, autant le
second reste un homme terne, qui ignore véritablement d’où il vient et
surtout à quel port d’attache il entend amarrer l’avenir des Guinéens.
Retranché dans sa ville de Wawa depuis une demi-dizaine d’années,
car cloué par la maladie, il laisse la Guinée voguer au rythme des
quelques éclaircies de son état de santé. Au pouvoir depuis le 24 avril
1984, il aura, lui, fait déjà un quart de siècle au pouvoir sans
apporter une quelconque touche nouvelle à la gestion du pouvoir d’Etat,
si ce n’est que se contenter du quotidien.
Le premier magistrat malade, la Guinée l’est aussi ; et les maux
tels la corruption rampante, l’absentéisme, les détournements des
maigres deniers de l’Etat, bref la malgouvernance, inconnus sous l’ère
Sékou Touré, en sont de nos jours le lot quotidien.
Et c’est dans un pays qui tourne au ralenti, dans une indifférence
quasi générale, que l’on célèbre le 50e anniversaire. Et pour le
Guinéen qui ne finit pas de manger de la vache enragée, c’est 50 ans de
perdus.
En partenariat avec :

http://www.rue89.com/2008/10/02/pour-la-guinee-du-non-a-de-gaulle-50-ans-de-perdus

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» [scénario] Campagne de Guinée
» Perdus sur l'île déserte de Vidberg
» MAME COLLECTION POUR TOUS
» Quel boitier numérique pour vieux objectifs argentiques ?
» Quels réglages pour un paysage
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Pour la Guinée , 50 ans de perdus :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Pour la Guinée , 50 ans de perdus

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: ACTUALITES-NEWS :: ACTUALITES AFRICAINES/AFRICAN NEWS-
Sauter vers: