MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Furl  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Césaire n’appartient à personne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

10092008
MessageCésaire n’appartient à personne

Césaire n’appartient à personne




Par Claude Ribbe,
mercredi 10 septembre 2008 à 12:09 :: General



Quelle
ne fut pas ma surprise en allant m’incliner sur la tombe d’Aimé Césaire
au cimetière La Joyaux, en Martinique, en juin dernier, de constater
que le cimetière, situé hors de la ville, était à peu près introuvable
et qu’il était désert. Oui, désert. Personne d’autre que moi et mon ami
le romancier Jean-Marc Rosier qui m’avait servi de guide et qui a pris
une photo. Ma stupeur fut grande, moi qui m’imaginais la tombe du grand
homme gardée jour et nuit par des fidèles et j’avoue avoir eu le
souhait qu’on grave sur la pierre, au lieu de l’épitaphe un peu
grandiloquente qui y figure, la formule plus lapidaire dont j’ai fait
le titre de mon dernier livre : Le nègre vous emmerde !
J’ai assisté à quelques « hommages » avant les vacances : à chaque fois
les nègres de service bien en avant; à chaque fois une mise en scène
insupportable et ampoulée avec une litanie de textes criés par des
acteurs qui gâchent leur talent par des trémolos déclamatoires (je ne
suis pas sûr que les poésies de Césaire gagnent à être lues à haute
voix); à chaque fois des discours à n’en plus finir de sommités se
croyant autorisées à se réclamer de Césaire et à faire mourir d’ennui
une assistance hébétée; à chaque fois des sottises débitées à la
télévision par des gens qui n’ont jamais lu une ligne de Césaire, mais
sont invités parce qu’ils «connaissent sa famille », des gens qui nous
assurent que Toussaint Louverture
est une pièce de théâtre. Jusqu’à Ségolène Royal qui en rajoute en
citant le maître à la fin du congrès de La Rochelle. Mais jamais aucune
mention du Discours sur le colonialisme et de l’idée qui le
sous-tend : ce que vous avez fait aux juifs, vous l’aviez fait déjà
plus ou moins fait aux nègres et aux asiatiques. C’étaient des hommes,
eux aussi. En voilà une formule qui défrise.
La famille de Césaire se serait opposée à la panthéonisation de Césaire
au motif que le corps de Césaire « appartient » à sa terre (le
cimetière La Joyaux) et au PPM. Elle se serait opposée, sous menace de
procès, à ce que la manifestation que Césaire lui-même avait
encouragée, les Césaire de la Musique, continue à s’appeler Césaire.
Césaire n’a jamais parlé de musique et ceux qui lisent ses poésies avec
emphase et gravité ne l’imaginent certainement pas dansant le zouk.
Mais à qui cela faisait-il tort ? Césaire en était-il moins Césaire si
de jeunes artistes se réclamaient de lui ? La manifestation a changé de
nom : trophées de la négritude, puis trophées des arts afro-caribéens
(retransmission sur France 2 oblige). Pourquoi pas « trophées des
nègres qui vous emmerdent » ? Une récompense littéraire est prévue,
paraît-il. Avec dans le jury Louis Georges Tin, le porte-parole du
Cran, l’ancien promoteur d’une zouk partie pour rendre hommage aux
esclaves le 10 mai 2006. Tin entouré des sommités respectables de la
négrologie bien pensante : Jacques Chevrier, Lylian Kesteloot, Alain
Mabanckou. Voilà qui est prometteur. Y aura-t-il aussi cinquante
militants du Cran disséminés dans la salle du Châtelet avec des
pancartes, comme le 10 mai après-midi, pour que la manifestation
apparaisse dans la presse comme une initiative du Cran ?
Mais le plus curieux, c’est le règlement né, paraît-il d’une charte
signée à la demande de Tin et de son ami David Auerbach, tous deux
animateurs de Tjenbé rèd, une association « partenaire » de Patrick
Karam (le "délégué interministériel" qui, après avoir dansé à la gay
pride pour montrer qu’il n’est pas homophobe , après avoir vainement
tenté de faire octroyer par la République à Alain Guédé une
gratification de 35 000 euros pour services associatifs rendus le 10
mai dernier et dans l'espoir d'une neutralité journalistique
bienveillante, vient de rendre visite, en catimini, au maire de Paris).
On fait d’avance un procès d’intention aux artistes afro-caribéens en
précisant que seront nominés seulement ceux qui n’auront pas tenu des
propos racistes, sexistes, antisémites ou homophobes. Pourquoi le
préciser ? Les Afro-Caribéens seraient-ils a priori plus racistes,
sexistes, antisémites ou homophobes que les autres ? C’est comme si
l’on disait dans le règlement des Victoires de la Musique que ne seront
pas nominés les artistes ayant tabassé à mort leur compagne. Mais
j’oubliais : les nominés des Victoires sont des « blancs ».
J’ai lu un jour avec effroi dans Le Monde : « On ne peut
réduire le problème des noirs à une question socio-économique et nier
sa dimension raciale » ? Ah, la race ! Vieille histoire inventée pour
légitimer l’esclavage, puis la colonisation. L’auteur de cette formule
digne du bon temps où la République était fière d’arracher les nègres à
la sauvagerie et d’exhiber les têtes coupées des récalcitrants n’est ni
Jean-Marie Le Pen, ni Kémi Séba, c’est Louis-Georges Tin.
Tin, le chantre du communautarisme, comme Kémi Séba, comme Le Pen,
croit dur comme fer aux « races ». Il y a les « noirs » et il y a les
« blancs ». Au fait, quelqu’un qui ose valider la notion de race
n'est-il pas un raciste ? Allons jusqu’au bout du raisonnement. Si les
trophées des arts afro-caribéens sont affaire de « noirs » appartenant
à la « race » noire, pourquoi les faire intégralement financer par des
« blancs » ? Heureusement, le règlement des trophées afro-caribéens ne
s’applique qu’aux artistes, pas aux membres du jury. Pauvre Césaire !
Que de sottises ne va-t-on pas débiter en ton nom. Je persiste et
signe : Césaire au Panthéon ! N’en déplaise à Villepin, Bayrou et à
tous les ânes.
Le parti va rendre, paraît-il, hommage à Césaire à la Fête de l’Huma.
Lira-t-on le poème écrit à la gloire de Staline (pour ceux que ça
intéresse c’était en 1948 dans la revue Justice) ? En tout cas, je ne suis pas invité, n’étant pas, là non plus, une personnalité qualifiée pour rendre hommage à Césaire…
http://www.claude-ribbe.com/dotclear/

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» "Ne dépendre de personne" : Amitié ?
» comment découper un objet ou une personne avec gimp 2 svp?
» Le Barney du mois : Le mystère de monsieur Personne
» [Aubry, Gwenaëlle] Personne
» [Steiner, Alec] Transports parisiens Tome 1 : Mais qui est cette personne allongée dans le lit à côté de moi?
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Césaire n’appartient à personne :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Césaire n’appartient à personne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: