MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Furl  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Guerrier zoulou en costume cravate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

14082008
MessageGuerrier zoulou en costume cravate

>
> Guerrier zoulou en costume cravate
> LE MONDE |
>
>
> dumiso Ngcobo sait ce qu'il aurait aimé faire dans la vie : "Etre assis au
> centre d'une pièce très confortable, avec une bière fraîche, recevoir des
> gens et leur donner mon avis. J'ai un avis sur tout." Il y est presque
> arrivé.
>
>
> Depuis trois mois, après le succès de son premier livre Some of My Best
> Friends Are White (Certains de mes meilleurs amis sont Blancs), il a quitté
> le monde de l'entreprise, où il étouffait, pour écrire, donner son opinion,
> raconter son Afrique du Sud, commenter l'actualité et boire de la bière.
>
> Il porte sur son pays et ses congénères un regard sans concession,
> dénonçant leurs travers, leurs manies, leurs préjugés et parfois leur
> bêtise. Il manie la satire, parfois le sarcasme, avec ce qu'il faut
> d'humanité et de tendresse, pour que son humour ne soit jamais blessant.
>
>
> Ndumiso Ngcobo, 36 ans, père de trois enfants, est un guerrier zoulou en
> costume-cravate, un pur produit de la culture traditionnelle rurale échoué
> dans la bouillonnante et cosmopolite Johannesburg. Pendant des années, il a
> essayé de comprendre les autres Sud-Africains, les Blancs en particulier,
> "les gens les plus étranges" qu'il a rencontrés.
>
>
> Il se dit plutôt un admirateur des Blancs et les remercie d'être descendus
> jusqu'au fin fond de l'Afrique. "Rendez-vous compte, s'ils n'étaient pas
> venus, nous serions encore à rôder dans des cavernes, habillés d'un
> cache-sexe, à faire des drôles de clics avec notre bouche, et à sacrifier
> des jeunes vierges à des divinités païennes", explique Ndumiso dans son
> livre.
>
>
> En plus, les Blancs ont apporté avec eux le pantalon long, un progrès
> inestimable, surtout quand on sait combien il est inconfortable de conduire
> assis sur le siège en cuir de sa berline, avec les cuisses qui collent en
> été et qui gèlent en hiver, raconte Ndumiso. Mais le Zoulou des villes
> pourtant l'avoue : il a un problème avec les Blancs, il ne les comprend
> pas. Pourquoi, par exemple, sont-ils incapables de prononcer les noms
> zoulous ? "Nous, les Noirs, nous sommes très fiers de nos noms. Je ne vous
> demande pas d'apprendre ma langue, juste d'arriver à prononcer le nom du
> gars qui travaille dans le même bureau que vous depuis cinq ans. Il ne
> s'appelle pas Zap, comme vous l'avez décidé, mais Xam'obhaxul'abanye."
>
>
> Malgré tous ses griefs et un certain nombre d'interrogations sur les moeurs
> et coutumes étranges de ses concitoyens blancs, Ndumiso Ngcobo l'avoue :
> "Certains de mes meilleurs amis sont blancs." Le titre du recueil de
> Ndumiso a fait beaucoup pour lancer les ventes, ensuite le
> bouche-à-oreille, puis les critiques, plutôt bonnes, ont amplifié le
> phénomène. Certes le livre, réédité plusieurs fois depuis son lancement il
> y a tout juste un an, n'a pas encore dépassé les 5 000 exemplaires mais, à
> l'échelle de l'Afrique du Sud, il est déjà qualifié de best-seller.
>
>
> Avec un taux d'alphabétisation bas, un pouvoir d'achat très faible, seule
> une petite minorité de Sud-Africains lisent et surtout achètent des livres.
> Some of My Best Friends... coûte 133 rands, une douzaine d'euros, soit le
> budget alimentation d'une semaine pour une famille moyenne.
>
>
> Pourtant ces dernières années, plusieurs ouvrages d'humour et de satire ont
> obtenu de bons résultats. "En ce moment, les nouvelles ne sont pas
> réjouissantes. C'est assez déprimant. Il faut apprendre à savoir en rire
> pour que ce soit plus supportable. Les Sud-Africains ont besoin de
> décompresser. Et ce livre est une vraie thérapie pour nous tous", explique
> Grant Schreiber, de la maison d'édition Two Dogs, qui a publié Ndumiso
> Ngcobo.
>
>
> Avec moins d'une quinzaine de titres dans son catalogue, Two Dogs est une
> jeune maison d'édition au départ spécialisée dans les "livres pour mec",
> comme Mode d'emploi du corps féminin ou Ça, je peux le faire, un guide
> loufoque de gym pour les fainéants. Cependant, la maison publie de plus en
> plus d'ouvrages d'humour, de satire sociale ou politique. Two Dogs a ainsi
> récemment connu un nouveau succès de librairie avec Is It Just Me or Is
> Everything Kak ? (Est-ce que c'est moi ou tout est vraiment merdique ?). Le
> livre est une complainte par ordre alphabétique de tout ce qui ne va pas
> dans le pays de "AA à JZ", de l'"Affirmative Action" à "Jacob Zuma", le
> nouveau président de l'ANC, probable futur chef de l'Etat.
>
>
> "Nous avons été pendant des années une société repliée sur elle-même.
> Longtemps aller d'un village à l'autre dans le Kwazulu-Natal relevait de
> l'aventure. Désormais on voyage dans notre propre pays, on prend conscience
> des autres, on apprend à se connaître, on découvre aussi notre identité
> sud-africaine, notre spécificité", explique Ndumiso Ngcobo.
>
>
> Pour mieux se connaître, selon lui, il faut casser les clichés. Par exemple
> celui sur les Zoulous, toujours présentés comme un peuple belliqueux, des
> guerriers recherchant en permanence la bagarre. Ils ne sont pas, assure
> Ndumiso, "génétiquement assoiffés de sang", ils ont juste une "soif
> inextinguible d'ordre". Par exemple, un enfant essaie de gagner une place
> dans la queue qui mène à la cantine, le petit Zoulou agacé lui casse la
> figure, l'enfant reprend sa place dans la queue et l'ordre est rétabli.
>
>
> Les Blancs, les Zoulous, les Indiens, les chauffeurs de taxi, les femmes
> noires, mais aussi l'éducation des enfants, les Noirs nouveaux riches ou la
> démocratie, Ndumiso attaque tout le monde et dépeint une société pleine de
> contrastes, de contradictions et surtout de préjugés.
>
>
> "Il faut aérer les clichés de temps en temps, les exposer au soleil. Ce
> sont comme des bactéries qui se développent dans les coins sombres et
> humides, il faut leur donner de l'air", explique Ndumiso. La commission
> vérité et réconciliation n'a pas pu, loin de là, rapprocher les
> Sud-Africains. La nation arc-en-ciel reste un idéal et n'est toujours pas
> une réalité. "On n'éradiquera pas le racisme. C'est comme une maladie
> incurable, on peut juste apprendre à vivre avec." Il considère toujours a
> priori ses concitoyens comme racistes, jusqu'à ce qu'ils lui prouvent le
> contraire. "Même si nous parvenions à éradiquer le racisme, nous serions
> loin d'avoir réglé les problèmes de notre société", ajoute-t-il.
>
>
> Ndumiso Ngcobo a écrit son premier livre alors qu'il était encore employé
> d'une grande compagnie d'agroalimentaire. Il y a occupé plusieurs postes, à
> l'écouter, tous plus barbants et rasoir les uns que les autres. Il garde un
> souvenir particulièrement ennuyeux de son passage au service consommateurs.
> "Passer ses journées à expliquer à une dame pourquoi la soupe en sachet
> étiquetée "25 % de sel en moins" est moins salée, c'est un boulot que je ne
> veux plus jamais faire", affirme-t-il.
>
>
> A l'université, il a surtout couru après les filles. Pour lui, les études
> c'était avant tout des superfêtes, la politique, les manifestations, les
> feuilles de chou du campus et les boycottages. "Les sciences finalement ce
> n'était pas ma vocation." Ndumiso Ngcobo n'a pas passé plus de trois ans en
> biologie, il est allé enseigner les mathématiques avant de reprendre plus
> tard ses études et d'entrer dans le monde de l'entreprise. Un marigot pas
> vraiment à la dimension de ce genre de crocodile.
>
>
> Dès qu'il a su lire, Ndumiso n'a plus lâché les livres, ni arrêté d'écrire.
> Les mots sont la seule chose qui l'intéresse. Désormais il ne vivra plus
> que de ça. Il écrit son blog tous les jours, sur le site du Mail and
> Guardian, le plus influent des hebdomadaires sud-africains ; il rédige des
> chroniques pour différents journaux, participe à des émissions de radio, il
> aimerait d'ailleurs avoir son propre programme et prépare son deuxième
> livre.
>
>
>
> Fabienne Pompey

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» La joyeuse exhibition des "sapeurs" dans un cimetière de Kinshasa
» singe en costar?
» zoulou
» Figurines en Costume
» Guerrier kull (super soldat) [Stargate]
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Guerrier zoulou en costume cravate :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Guerrier zoulou en costume cravate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: