MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 France took part in 1994 genocide: Rwandan report

Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

05082008
MessageFrance took part in 1994 genocide: Rwandan report

France took part in 1994 genocide: Rwandan report










Tue Aug 5, 4:41 PM ET




France played an active role in the 1994 Rwanda genocide, a report
unveiled Tuesday by the Rwandan government said, naming French
political and military officials it says should be prosecuted.
The damning report accused a raft of top French politicians of
involvement in the massacres, threatening to further mar relations
between the two countries, which severed diplomatic ties in November
2006.
"French forces directly assassinated Tutsis and Hutus accused of
hiding Tutsis... French forces committed several rapes on Tutsi
survivors," said a justice ministry statement released after the report
was presented in Kigali.
The 500-page report alleged that France was aware of preparations
for the genocide, contributed to planning the massacres and actively
took part in the killing.
It named former French prime minister Edouard Balladur, former
foreign minister Alain Juppe and then-president Francois Mitterrand,
who died in 1996, among 13 French politicians accused of playing a role
in the massacres.
Dominique de Villepin, who was then Juppe's top aide and later
became prime minister, was also among those listed in the Rwandan
report.


The report names 20 military officials as being responsible.





France refused to comment directly on the report's findings, saying the inquiry had lacked legitimacy or impartiality.
A Defence Ministry spokesman instead referred reporters to the
government's position as set out in a statement from February 2007.
That original statement declared that the Rwandan inquiry had no
"independence or impartiality" because its stated remit was to "gather
evidence of the involvement of the French state" in the Rwandan
genocide.
The inquiry, it stated, had "no legitimacy nor competence" to
conduct interviews on French soil because it had broken off diplomatic
relations with France in November 2006.





France has acknowledged making "mistakes" in Rwanda but denies any responsibility for the killing spree.
The 1994 genocide in the central African nation left around 800,000
people -- mainly minority Tutsis and moderate Hutus -- dead, according
to the United Nations.
"The overwhelming nature of France's support to the Rwandan policy
of massacres... shows the complicity of French political and military
officials in the preparation and execution of the genocide," the
statement said.
Justice Minister Tharcisse Karugarama presented the report to the
press in Kigali, more than two years after a special commission tasked
with probing France's role in the genocide began its work.
The statement said the military and humanitarian Operation
Turquoise carried out by the French in Rwanda between June and August
1994 abetted the killings perpetrated by the extremist Interahamwe Hutu
militia.



The French military "did not challenge the infrastructure of genocide, notably the checkpoints manned by the Interahamwes.
"They clearly requested that the Interahamwes continue to man those
checkpoints and kill Tutsis attempting to flee," the statement added.
"Considering the seriousness of the alleged crimes, the
Rwandan government has urged the relevant authorities to bring the
accused French politicians and military officials to justice," the
statement said.



Karugarama hinted that Rwanda could launch a legal challenge against some of the officials named in the report.






The release of the report comes against a backdrop of tense relations between France and Rwanda.
Kigali severed diplomatic ties with France after French
investigating magistrate Jean-Louis Bruguiere accused Kagame and his
entourage of involvement in the death of the then president, Juvenal
Habyarimana, a Hutu.



Habyarimana's plane was shot down above Kigali airport on April 6, 1994, sparking the genocide.
In July, Kagame had threatened to indict French nationals over
the genocide if European courts did not withdraw arrest warrants issued
against Rwandan officials.
http://news.yahoo.com/s/afp/20080805/ts_afp/rwandafrancegenocide

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Papiers pour faire-part.
» Pourquoi Aizen veut les pouvoirs d'inoue(a part pour soigné)
» GROSSE ERREUR de ma part ! HELP me plz ! :(
» faire part de mariage
» [Gavalda, Anna] Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

France took part in 1994 genocide: Rwandan report :: Commentaires

avatar
France accused in Rwanda genocide
Message le Mar 5 Aoû - 22:13 par mihou

France accused in Rwanda genocide

















Some 800,000 people died in the 1994 genocide in Rwanda









Rwanda has accused France of playing an active role in the genocide of 1994, in which about 800,000 people were killed.
An independent Rwandan commission said France was aware of
preparations for the genocide and helped train the ethnic Hutu militia
perpetrators.
The report also accused French troops of direct involvement in the killings.
It named 33 senior French military and political figures that it
said should be prosecuted. France has previously denied any such
responsibility.
Among those named in the report were the late
former President, Francois Mitterrand, and the then Prime Minister
Edouard Balladur.
Two men who went on to become prime minster were also named -
Alain Juppe, the foreign minister at the time, and his then chief aide,
Dominique de Villepin.
The French foreign ministry told the BBC it would only respond
to the fresh allegations after reading the report, which was released
on Tuesday afternoon.
Checkpoints
Earlier this year France's Foreign Minister Bernard Kouchner
denied French responsibility in connection with the genocide, but said
political errors had been made.













The
Rwandan government has urged the relevant authorities to bring the
accused French politicians and military officials to justice















Rwandan justice ministry












Report raises issue of motive











Some 800,000 minority Tutsis and moderate Hutus were slaughtered by Hutu militias in just 100 days in 1994.
The report says France backed Rwanda's Hutu government with political, military, diplomatic and logistical support.
It accuses France of training Hutu militias responsible for the
slaughter, helping plan the genocide, and participating in the
killings.
"French forces directly assassinated Tutsis and Hutus accused
of hiding Tutsis... French forces committed several rapes on Tutsi
survivors," said a statement from the justice ministry cited by AFP
news agency.
"Considering the seriousness of the alleged crimes, the Rwandan
government has urged the relevant authorities to bring the accused
French politicians and military officials to justice," the statement
said.
It further alleged that French forces did nothing to challenge checkpoints used by Hutu forces in the genocide.
"They clearly requested that the Interahamwes contine to man those checkpoints and kill Tutsis attempting to flee," it said.
Testimonies
The BBC's Geoffrey Mutagoma in the Rwandan capital, Kigali, says
the commission spent nearly two years investigating France's alleged
role in the genocide.
It heard testimonies from genocide survivors, researchers, writers and reporters.
The 500-page document was presented to the Rwanda's government last November, but was not made public until now.
Rwanda has repeatedly accused France of arming and training the
Hutu militias that perpetrated the genocide, and of dragging its feet
in co-operating with the investigations that followed.
France has maintained that its forces helped protect civilians during a UN-sanctioned mission in Rwanda at the time.
The two countries have had a frosty relationship since 2006 when
a French judge implicated Rwandan President Paul Kagame in the downing
in 1994 of then-President Juvenal Habyarimana's plane - an event widely
seen as triggering the killings.
President Kagame has always denied the charge.
He says Mr Habyarimana, a Hutu, was killed by Hutu extremists
who then blamed the incident on Tutsi rebels to provide the pretext for
the genocide.

http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/7542418.stm
Rapport accablant pour la France : Paris réagit


par RFI
Article publié le
05/08/2008
Dernière mise à jour le
06/08/2008 à 14:52 TU
Le
ministre rwandais de la Justice, Tharcisse Karugarama, a présenté à la
presse, mardi 5 août, le rapport de la commission d'enquête sur
l'implication de l'Etat français dans le génocide de 1994.
( Photo : S. Maupas/RFI )
Voilà
des mois que le Rwanda annonçait la publication prochaine du rapport de
la commission chargée d'enquêter sur l'implication de l'Etat français
dans le génocide de 1994. Le rapport de 500 pages, qui vient d'être
officiellement rendu public, avait été remis au président Paul Kagamé
en novembre dernier. Il a été transmis au ministre rwandais de la
Justice et il est accablant. D'après les conclusions de celui-ci, la
France aurait participé aux initiatives les plus importantes de
préparation du génocide et, surtout, elle aurait participé à sa mise en
exécution. Le ministère français des Affaires étrangères a dénoncé, ce
mercredi, des « accusations inacceptables », tout en soulignant vouloir « construire une nouvelle relation » avec Kigali.


La commission était chargée de rassembler « les preuves montrant l'implication de l'Etat français dans le génocide ».
C'est donc ce qu'elle a fait durant les dix-huit mois qu'ont duré ses
travaux. Le rapport remis ce mardi au ministre rwandais de la Justice
est un pavé de 500 pages qui analyse le rôle de la France avant,
pendant et après le génocide. D'après nos informations, pour la période
de 1990 à 1993, le rapport dénonce, premièrement, une participation
directe au côtés de l'armée rwandaise, aux combats qui l'opposaient
alors à la rébellion du Front patriotique rwandais (FPR).Les militaires français sont également accusés d'avoir participé à la formation des milices interahamwe,
puis contribué à l'établissement des listes de Tutsis, et participé à
la ségrégation ethnique, notamment lors de contrôle d'identité sur les
barrages. Des faits de viols et de mauvais traitements sont aussi
avancés. En conclusion : la France savait qu'un génocide se préparait
et elle aidait le gouvernement d'Habyarimana à le mettre en œuvre.Plus
graves sont encore les accusations sur l'implication directe de la
France. Le rapport dénonce l'appui militaire des français et les
livraisons d'armes pendant le génocide, puis s'attache au rôle de
l'«Opération Turquoise ». Selon le rapport, des militaires français
auraient participé aux assassinats de Tutsis, notamment à Gikongoro,
l'un des QG de l'opération militaro-humanitaire. Enfin, selon
les Rwandais, la France aurai continué à appuyer les pontes du régime
génocidaire en exil en République démocratique du Congo avec, entre
autres, de nouvelles livraisons d'armes. En conclusion la commission
recommande au gouvernement rwandais de porter plainte contre l'Etat
français devant les instances judiciaires internationales : le Tribunal
pénal international pour le Rwanda (TPIR).La France réagitLa
France a dénoncé, ce mercredi, les accusations contenues dans le
rapport publié mardi à Kigali, tout en affirmant sa volonté de
construire une nouvelle relation avec cet Etat africain. Selon le
porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, « il y a dans ce rapport des accusation inacceptables à l’égard de responsables politiques et militaires français ». Il a néanmoins ajouté que « notre détermination de construire une nouvelle relation avec le Rwanda, au-delà de ce passé difficile, reste intacte ». Sinon
globalement, on peut dire que les Français sont pour le moins
embarrassées par ce nouveau rapport. Il faut dire que le texte met en
cause les plus hauts responsables politiques de l'époque : le président
Mitterrand, le Premier ministre Edouard Balladur, le ministre de la
Défense François Léotard ou, encore, le ministre des Affaires
étrangères Alain Juppé. Du côté des personnalités citées, c'est soit le
silence complet, soit un renvoi vers des positions exprimées dans le
passé.Alain Juppé renvoie à un article qu'il a publié sur son
blog en janvier dernier. Il a écrit, par exemple, que, depuis plusieurs
années, « on assiste à une réécriture de l'histoire visant à transformer la France d'acteur engagé en complice du génocide ».
Hubert Védrine, ancien ministre socialiste des Affaires étrangères,
renvoie à un éditorial écrit en juin dernier pour l'Institut François
Mitterrand.Les militaires sont particulièrement mis en cause par
le rapport. Le ministère français de la Défense réoriente, lui, vers un
communiqué du 9 février. Il y déclarait que « la France assume son action au Rwanda en 1994 et ne reconnaît ni la légitimité, ni la compétence »
de la commission d'enquête créée à Kigali. Enfin le général Fourcade,
commandant de l'opération militaire Turquoise, accusée de complicité,
est en train d'étudier le rapport, mais estime que c'est aux politiques
de s'exprimer en premier.Le génocide rwandais a fait, selon les
Nations unies, environ 800 000 morts, parmi la minorité tutsie et les
Hutus modérés. Kigali a rompu fin novembre 2006 ses relations
diplomatiques avec Paris après que le juge français Jean-Louis
Bruguière eut réclamé des poursuites contre le président Kagamé pour sa
« participation présumée » à l'attentat contre l'avion de
l'ex-président rwandais Juvénal Habyarimana le 6 avril 1994, qui a
précédé le déclenchement du génocide.http://www.rfi.fr/actufr/articles/104/article_69375.asp
mercredi 6 août 2008






Le Rwanda accuse la France d’avoir participé au génocide de 1994








La
Commission d’enquête rwandaise sur les responsabilités de la France
dans le génocide des tutsis de 1994 a rendu ses conclusions le 5 août à
Kigali. Elle accuse Paris d’avoir été au courant des préparatifs du
massacre qui a fait entre 800 000 et 1 million de morts. Plus grave :
Paris aurait participé à l’exécution du génocide. Le rapport met
notamment en cause des militaires de l’opération Turquoise et de hauts
responsables politiques dont François Mitterrand (président de la
République), Edouard Balladur (premier ministre), Dominique de Villepin
(directeur de cabinet) et Hubert Vedrine (secrétaire général de
l’Elysée). Le rapport pourrait servir de base à des poursuites
judiciaires au Rwanda contre des ressortissants français en vertu du
principe de compétence universelle.

« La persistance, la détermination, le caractère massif du soutien français à la politique rwandaise des massacres (...) montrent
la complicité des responsables politiques et militaires français dans
la préparation et l’exécution du génocide des Tutsis de 1994 »
, indique le communiqué du ministère de la Justice reprenant les principales conclusions du rapport.

En 1998, une commission d’enquête parlementaire française dirigée
par Paul Quilès avait totalement exonéré la France de toute
responsabilité dans le génocide de 1994. En 2007, le journaliste Pierre
Péan confirmait cette version des faits (Noires fureurs, blancs menteurs,
Mille et une nuits, Paris, 2005). Pourtant, des associations
(Commission d’enquête citoyenne) et des observateurs autorisés (Colette
Braeckman, Jean Hatzfeld, etc.), soulignent la responsabilité politique
de Paris dans le génocide (la France soutenait le régime génocidaire et
a formé ses milices) et montrent l’implication des soldats français sur
place (contrôles au check-point, exfiltration de criminels, etc.).

Les relations diplomatiques avec Paris ont été rompues par Kigali
suite aux mandats émis par le juge français Jean-Louis Bruguière à
l’encontre de hautes personnalités rwandaises, dont le président Paul
Kagamé, mis en cause dans l’attentat du 6 avril 1994 contre l’avion du
président Juvénal Habyarimana. Cet attentat a été le point de départ du
génocide. Pour Kigali, ce sont des extrémistes hutus soutenus par Paris
qui ont commis ce crime.

Quelles que soit la vérité, les autorités françaises ne semblent pas
pressées de faire la lumière sur l’extermination d‘un septième de la
population rwandaise. En 2007, l’arrestation de trois génocidaires
présumés en France laisse peut-être augurer des avancées. Pour
l’instant, la France n’a pas réagi au rapport rendu public à Kigali. A
Paris, en ce 5 août, les chaînes de télévision évoquent des faits
divers avant de consacrer, en milieu de journal, quelques secondes aux
questions soulevées sur la responsabilité de Paris dans le génocide de
1994.































Armée,
Génocide,
Histoire,
Justice,
Afrique,
France,
Rwanda







Dans Le Monde diplomatique :


  • « Accusations suspectes contre le régime rwandais », par Colette Braeckman, janvier 2007.

    Les neufs mandats d’arrêt lancés par le juge Jean-Louis Bruguière à
    l’encontre de personnalités liées au pouvoir rwandais – accusées
    d’avoir sciemment déclenché le génocide de 1994 – ont provoqué la
    rupture des relations entre Paris et Kigali, le 25 novembre 2006.


  • « Plaies béantes », par Christian Eboule, janvier 2007.

    Lorsque les mots deviennent impuissants à rendre compte des
    réalités qui nous dépassent, alors apparaît la nécessité de transcender
    les manichéismes, les passions et les intérêts, pour parvenir à
    s’apaiser intérieurement. C’est à une profonde réflexion que nous
    invite Kigali. Des images contre un massacre, le documentaire que le journaliste Jean-Christophe Klotz consacre au génocide rwandais.


  • « Paysage après le génocide. Une justice est-elle possible au Rwanda ? », par Anne-Cécile Robert, novembre 2007.

    Dans un livre dense mais clair, Jean Chatain s’interroge sur les
    conditions rendant possible une véritable justice dans des
    circonstances aussi extrêmes que celles du génocide rwandais.


  • « Rwanda, retour sur un aveuglement international », par Colette Braeckman, mars 2004.

    Un million de morts en cent jours, et le monde n’en aurait rien
    su ? Depuis l’indépendance, en 1962, tous ceux qui s’intéressaient au
    Rwanda savaient que le feu couvait.


  • « Le sens d’une commémoration », par José Kabajo, mars 2004.

    Chaque année, au septième jour du mois d’avril, le Rwanda commémore
    le génocide d’environ un million de Tutsis et de Hutus de l’opposition
    entre avril et juillet 1994. Depuis 1996, il s’agit d’une véritable
    « politique » de la mémoire.
  • http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2008-08-06-Rwanda
 

France took part in 1994 genocide: Rwandan report

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: NEO-COLONISATION-
Sauter vers: