MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Furl  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 La rhétorique du Métissage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

25062008
MessageLa rhétorique du Métissage

http://www.ananzie.net/La-rhetorique-du-Metissage





La rhétorique du Métissage
La rhétorique du Métissage ou l'art de neutraliser l'affirmation identitaire

lundi 23 juin 2008 | par Tshibwabwa Mua Bay



Le 22 septembre dernier, Hewan et Max-Laure, initiatrices de
Kheperankh-Street, un nouveau concept de transmission culturelle à
travers le chant et la danse Hip-Hop, donnaient une conférence de
presse pour présenter leur projet.


Etaient présents dans la salle, des médias communautaires et
généralistes, des associations, des parrains, des supporters et des
curieux. Après l'exposé du projet, le public est invité à poser ses
questions et les créatrices s'attendent à donner plus de détails sur
l'organisation et le contenu des cessions de transmission. Mais
l'attention du public est en réalité focalisée sur un seul mot :
« Noir ». Partant du constat que « à enseignement et talent égaux dans
le Hip-Hop, ce sont toujours les même qui réussissent et toujours les
mêmes qui restent sur le tard… », Kheperankh-Street est dédié à la
« Jeunesse noire » et s'appui sur « les arts de rue Noirs ». Une
affirmation tellement extraordinaire qu'elle en étonne une assistance
pourtant à 90% noire. La première question qui fuse est donc :
« Kheperankh-Street est-il ouvert à tout le Monde ? ».
Personne n'a de mal à comprendre le sens de ce « ouvert à tout le
Monde ? », qui veut dire en réalité « ouvert aux Blancs ? » Et les
créatrices de réaffirmer un positionnement pourtant clair et sans
concession : « Kheperankh-Street est fait par Nous, pour Nous et avec Nous ».
Comme incrédules face à une telle "transgression", certaines personnes
dans le public s'entêtent et reposent la question : « Kheperankh-Street
est-il ouvert à tout le Monde ? ».

C'est alors qu'une jeune femme métisse prend la parole pour dire : « Moi
je suis Métisse, mon fils il est métis, la race noire c'est plein de
nuances de couleurs, du très foncé au très clair, dans l'histoire il y
plein de métis qui ont fait plus pour la cause des Noirs que les Noirs
eux-mêmes, donc quand vous parlez de Noirs, vous parlez de quoi
exactement ? ». Cette intervention est aussitôt suivie de la prise
de parole d'une autre invitée qui vient occuper la scène pour affirmer
son métissage « corse-guadeloupéen », sans se soucier du fait que son
ego n'a aucun rapport avec le sujet de cette conférence de presse. Et
de fait, on se demande si ces personnes sont là pour s'intéresser au
projet de fond qu'est Kheperankh-Street ou si elles s'en servent comme exutoire à leur malaise identitaire. A ce stade tout le monde comprends que le message de Max-Laure et de Hewan
va être brouillé, parasité par cette revendication du métissage, qui
remet constamment en cause la notion même d'identité noire, et par
conséquent, toute initiative visant à la valoriser, à la singulariser,
à l'affirmer.

Un métissage qui, comme par hasard, remet toujours en question
l'identité noire, mais jamais l'identité blanche… Inutile de dire que
l'intervenante "guadeloupéenno-corse" n'aurait jamais, au grand jamais,
osé revendiquer son métissage devant une assemblée de Corses et encore
moins leur reprocher leur manque « d'ouverture ». Mais au sein de la
communauté noire, le métissage est une « vache sacrée », tout le monde
doit s'en émerveiller. La question-piège fonctionne donc à la
perfection, les créatrices de Kheperankh-Street sont prises entre deux
feux : réaffirmer leur engagement communautaire et passer pour des
racistes anti-Métis et anti-Blancs ou céder au chantage du métissage,
de l'antiracisme, de l'ouverture, de la tolérance et autres
"bien-pensances", et accepter de diluer leur message. Cette anecdote,
qui est en fait une véritable récurrence, est une parfaite illustration
de la manière dans la rhétorique du métissage neutralise l'identité
noire de l'extérieur comme de l'intérieur…


De l'extérieur, car les médias généralistes présents ont édulcoré sans
états d'âme la dimension identitaire du projet Kheperankh-Street. La
journaliste de Libération, présente à la conférence de presse,
a totalement dilué le sens de l'initiative visant à prendre en main une
jeunesse noire en perte de repères, et à lui ré-inculquer des valeurs
culturelles qui lui sont propres, à travers des arts qui lui sont
propres. Quant au magazine Vibrations, qui a également relayé
l'information, le mot « Noir » n'est pas cité une seule fois dans sa
chronique. Ces choix éditoriaux ne sont pas le fait du hasard et
concourent à cette construction idéologique paternaliste et
politiquement correcte qui vise, d'une part, à ne jamais donner la
moindre visibilité aux Noirs, surtout lorsque celle-ci est positive,
sous prétexte « d'antiracisme », et d'autre part, à s'approprier leur
créativité en l'englobant dans des concepts vagues, impersonnels et
totalement creux. Ainsi, jamais on ne parlera de « cultures noires »
mais de cultures « urbaines », « métissées », « plurielles », de
« diversité », de « multiculturalisme ».

Ce sont les publicitaires et agences de communication aux Etats-Unis
qui ont été les premiers à diffuser ces concepts marketing, car dès la
fin des années 70, il était évident que 90% de la culture américaine
sur le plan musical, vestimentaire, vernaculaire, voir gestuel,
provenait des ghettos noirs tels que Harlem. Il leur fallait donc trouver un moyen pour que la population blanche puisse s'approprier le Baggy, le Bling-Bling, le Hip-Hop
et autres codes culturels noirs, sans avoir à admettre qu'elle était
fascinée par la créativité de ces populations marginalisées et encore
moins à reconnaître qu'elle la copiait. C'est ainsi que le concept de
« culture urbaine » est né, pour se substituer à celui de « culture
noire ». De l'extérieur donc, c'est-à-dire dans le discours marketing,
médiatique et « républicain », tout est fait pour que les Noirs ne
puissent jamais revendiquer ou affirmer la paternité de leurs attributs
culturels, savamment dilués dans un discours « universaliste ». Et le
mécanisme est tellement bien ficelé, que si l'envie leur prenait de
passer outre, ils devraient s'attendre à des accusations de racisme et
de sectarisme.


De l'intérieur, le métissage a toujours été un bouclier historique et ô
combien efficace des populations blanches contre la rébellion des
populations noires. Il a même fait l'objet de véritables politiques
« raciales » dans de nombreux pays d'Amérique latine et d'Afrique
durant les périodes esclavagiste, coloniale et postcoloniale. A la fin
du 19ième siècle, alors que l'esclavage vient d'être aboli au Brésil,
les classes dominantes prennent peur en constatant leur infériorité
numérique face à cette population noire en liberté. Le gouvernement met
alors en place la politique du « branqueamento » ,
qui veut dire littéralement « blanchiment », et qui va consister à
favoriser l'immigration massive et subventionnée d'immigrés européens
afin de stopper la croissance démographique de la population noire, en
la diluant, en la blanchissant racialement, mais aussi culturellement.
Le jeune pays d'Amérique latine en quête d'européanité, veut se
débarrasser de l'influence « africaine », perceptible à toutes les
échelles de la société. Mais au-delà de son idéologie eugéniste, le « branqueamento »
répond surtout à une urgence sociale : neutraliser chez cette
population à peine sortie de 4 siècles d'esclavage, toute velléité de
révolte ou de vengeance. Brésil, Argentine, Colombie, Angola,
Mozambique, Namibie et Afrique du sud, Martinique, Porto-Rico, le
métissage a toujours servi à créer de multiples teintes, correspondant
à autant de strates sociales, et permettant aux classes dominantes de
désamorcer l'éternel duel Noir-Blanc.

Tout à leur fascination des teintes claires, qui affirment au sein
de leur propre communauté, la suprématie des canons de beauté blancs et
toutes les valeurs y attenant, les populations noires sont bien plus
occupées à s'auto-dénigrer, à s'aliéner et à se battre entre-elles,
qu'à se focaliser sur leurs véritables oppresseurs. Ces hiérarchies
savamment instrumentalisées servaient à créer l'illusion d'une
proximité, d'une blancheur accessible, d'un lien social et affectif
entre maîtres et esclaves. Formant une classe intermédiaire, en quête
de reconnaissance et d'élévation sociale, les Métis ont toujours servi
de remparts et très souvent d'alliés aux colons blancs lors des
insurrections d'esclaves. Hier déjà et aujourd'hui encore, l'idéologie
du métissage fonctionne sur le principe de « la carotte et le bâton ».
La carotte de l'ascension sociale et raciale, de l'élévation vers une
blancheur salvatrice et le bâton d'une négritude humiliante et
marginalisante.

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» [Fiche lecture] La rhétorique de l'impro
» Etude des supports textiles du peintre Henri Martin . (fibre, identification, tissage)
» INP - Approche et conservation des matériaux textiles : de la fibre au tissage - 19 et 20 mars
» Approche et conservation des matériaux textiles : de la fibre au tissage - INP - 22 et 23 mars 2011
» recherche joint torique filtre a fioul chaudiere
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

La rhétorique du Métissage :: Commentaires

Re: La rhétorique du Métissage
Message le Mer 25 Juin - 10:55 par mihou
Les plaies de l'esclavage et de la colonisation étant encore grandes
ouvertes, la culture occidentale s'empresse de se parer des habits de
l'humanisme et de l'universalité. Tout à coup, cette science qui a été
pendant des siècles la caution de l'asservissement des peuples en leur
niant toute humanité, déclare que « les races n'existent pas ». Le
métissage en est la « preuve », il est le symbole de « l'amour entre
les peuples », de « l'universalité », le gadget républicain d'une
société qui ne veut surtout pas rendre des comptes. Et au moindre
soupçon d'affirmation identitaire, de revendication communautaire, à la
moindre prononciation du mot « Noir », le métissage est dégainé tous
azimuts. A la question de la sous-représentation des Noirs dans les
institutions politiques et médiatiques, on répond par une
sur-présentation de petites têtes bouclées au teint à peine exotique
dans les campagnes publicitaires.

Les publicitaires valorisent des Métis plutôt que des Noirs, car ils
présentent deux avantages : Ils sont moins « noirs », (il paraît que la
ménagère de moins de 50 ans est terrorisée par les Noirs), et en plus,
ils mettent les marques à l'abri de toute critique de
« lèse-diversité ». Comme toujours, le métissage joue parfaitement son
rôle d'alibi, dans un mélange savant d'universalité neutralisante. Car
si les Noirs osent contester cette sur-présentation des Métis aussi
bien dans les médias généralistes que dans les médias communautaires,
ils passent au mieux pour des « racistes-communautaristes-extrémistes »,
au pire on les accuse de vouloir « diviser le peuple Noir ». Ce qui
crée des tensions intra-communautaires opposant ceux qui dénoncent ces
manipulations et cette aliénation à ceux, toujours plus nombreux, qui
font le choix de conjoints blancs et d'enfants à la peau claire et aux
cheveux lisses. Résultats des courses de la « diversité » : Les Métis
sont instrumentalisés, les Blancs s'en tirent à peu de frais, et les
Noirs restent les dindons de la farce….


La recette est immuable et la rhétorique du métissage redoutable. Car,
en effet, comment se rebeller contre ses oppresseurs lorsque l'enfant
qui sort de ses propres entrailles porte leur couleur ? Comment
affirmer la fierté d'une identité noire que l'on dilue en toute
conscience ? On n'est donc toujours dérouté face aux attitudes
paradoxales de tous ces Noirs qui tiennent les discours les plus
extrêmes contre la domination blanche, et qui, par leurs choix de vie,
se font les vecteurs de cette même domination. La plupart d'entre-eux
parvient par une impressionnante dissociation mentale, à prôner,
quasiment dans la même phrase, désaliénation et mixité, rejet des
valeurs occidentales et métissage. En effet, la véritable force de
cette propagande "métissante" vient du fait que ce sont les Noirs
eux-mêmes qui en sont les principaux prophètes. « Le métissage c'est le
futur », « le métissage c'est l'avenir », formules magiques répétées
sans la moindre réflexion et surtout sans la moindre logique. Comment,
en effet, un peuple peut-il voir son avenir dans sa propre dilution ?
Cette rhétorique proche de la schizophrénie est pourtant notre lot
quotidien et devrait susciter bien des interrogations quant à l'ampleur
de notre aliénation.

Pour beaucoup, le scepticisme est donc de rigueur concernant la
crédibilité et l'engagement de certains « Frères » qui, dreadlocks au
vent et "Nation nègres et cultures" sous le bras, n'ont que les
discours de Malcolm X et de Bob Marley
à la bouche, mais préfèrent les blondes… Le plus drôle étant, bien
entendu, qu'ils n'y voient aucune contradiction… Ce qui est sûr, c'est
que cette méfiance d'une part, et ce besoin d'imposer ses choix de vies
aussi paradoxales qu'ils soient de l'autre, ne favorisent pas la
cohésion communautaire. Et d'ailleurs, rien dans notre éducation ne la
favorise en réalité. Prenons un exemple contemporain : Aujourd'hui les
discriminations à l'embauche ralentissent et limitent l'élévation
sociale et économique de la population immigrée, en particulier noire.
Au lieu d'inciter sa progéniture à se rebeller intelligemment contre
cet état de fait, certains parents favorisent la carte « mariage
mixte », comme ascenseur social. Ainsi, même l'espoir de progrès passe
par une étape de blanchiment, à l'endroit ou la fierté identitaire
devrait être le principal moteur.


Qui a jamais entendu un Japonais vanter le métissage ? Qui songerait à
dire à un traiteur chinois de proposer des macaronis ou du cassoulet
dans ses menus, histoire d'être plus « ouvert » ? Qui ne s'extasie pas
devant l'ancestralité préservée de la culturelle indienne ? En France,
au nom du "métissage des cultures", les compagnies de danse
contemporaines ont obligé des troupes de Hip-Hop à danser en tutu et
ballerines,
en costume à paillettes de Wonder-woman, pour obtenir des subventions.
Qui pourrait commettre le sacrilège de demander à Marie-France
Pietragala
de danse en boubou sur du raï ? Personne. Car le communautarisme et la
spécificité culturelle sont des caractéristiques naturelles, voir
admirables lorsqu'elles sont véhiculées par d'autres peuples, mais en
aucun cas lorsqu'elles sont prônées par les Noirs. L'injonction au
métissage dans la publicité, le marketing, les médias, etc. s'adresse
presque exclusivement à ces derniers. Et ça, c'est parce que le
contentieux historique qui lie Noirs et Blancs est bien plus oppressant
du fait de sa violence, de sa proximité historique et surtout de sa
continuité. Toute volonté d'union et de communautarisme est donc perçue
comme une menace. Une menace bien facile à neutraliser du fait de la
fragilité économique, politique, culturelle et morale des populations
noires.


Il est donc impératif de leur imposer des valeurs et des
représentations qu'elles n'auront pas les moyens de contester. Leur
acceptation dans la société va donc être conditionnée par leur
allégeance aux classes dominantes. Et cette allégeance passe par
l'assimilation, la mixité et le métissage. Pour reprendre le titre d'un
article de l'express* sur la question, c'est : « l'intégration par
l'amour »…Que ce soit dans la publicité, les médias, le cinéma et les
valeurs de République en général, un Noir n'est représenté de manière
positive que dans un rapport de dépendance et de fascination, dans une
relation amoureuse, amicale ou fraternelle avec un Blanc ( à ne surtout
pas manqué sur France 3, « les Mariés de l'île bourbon », un must
du genre…). Alors qu'à contrario toute représentation de Noirs « entre
eux » est systématiquement négative (mariages forcés, excision,
ghettos, gangs et trafics en tout genre). La seule fois où un couple
noir a fait l'objet d'une campagne médiatique dans la presse et à la
télévision française, c'était pour une campagne… contre le Sida… Alors
que le couple mixte est toujours valorisé, on admire la tolérance, le
courage, la modernité de ceux qui osent braver tous les préjugés, et
puis c'est tellement beau le métissage… Le message à peine subliminal
qui s'en dégage est que : « pour exister, tu dois pactiser ».


L'universalité est une notion louable en soi, mais elle ne doit pas
être un leurre, qui occulte le déséquilibre, la domination et
l'écrasement d'une identité au profit d'une autre. Tant que les
relations entre Noirs et Blancs seront socialement, économiquement et
symboliquement inégales, le métissage ne sera autre chose que
l'expression de notre reddition, de notre soumission et de notre
aliénation, car il en est un des instruments les plus efficaces. Mais
avant de le penser en terme de Bien ou de Mal et de se lancer dans une
confrontation manichéenne où les accusations de racisme et
d'intolérance ne manqueront pas, il serait peut-être temps de se poser
les vraies questions. Puisque nous aimons à nous répéter que « Le
métissage c'est tellement beau », que « Le métissage est une
richesse », que « Le métissage c'est l'avenir », il serait peut-être
temps de se demander : Le métissage c'est tellement beau par rapport à
quoi ? Par rapport à qui ? Le métissage est une richesse pour qui ? Le
métissage est l'avenir de qui ?

Avec l'apologie de métissage, la culture occidentale est passée de
l'assimilation de l'autre par la violence à son assimilation par
"l'amour". Ce qui la rend encore plus efficace, car on peut se révolter
contre la violence, mais on ne peut pas se méfier d'un sentiment aussi
noble que "l'amouuuuur"…. Dans les deux cas de figure, le résultat est
le même, une assimilation reste une assimilation. L'identité « noire »
est malade de plus 5 siècles de domination, et on ne veut surtout pas
lui laisser le temps de reprendre ses esprits et encore moins de
guérir. Mais elle-même ne semble pas vouloir prendre ses médicaments,
pire, elle semble prête à creuser sa propre tombe…

Fig.
4 Cette toile du peintre brésilien Modesto Brocos y Gomes date de 1895
et illustre le processus du Branqueamento, alors en cours au Brésil.
L'oeuvre s'intitule : "A redenção de Can"
ou "la rédemption de la canne", ( en référence à l'esclavage dans les
plantations de sucre). Elle montre une famille dont la grand-mère
noire, ex-esclave, remercie le ciel d'avoir "blanchi" sa descendance en
à peine deux générations. En effet, sa fille au centre est une Mulata
ou Mulâtresse, dont l'époux , à droite, est un immigrée italien, et
leur fille, qui se trouve dans les bras de sa mère, est blanche.

* Article de l'express : L'intégration par l'amour
 

La rhétorique du Métissage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: