MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 LA POUPEE RAMA YADE......STOP OU ENCORE ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

11112007
MessageLA POUPEE RAMA YADE......STOP OU ENCORE ?

LA POUPEE RAMA YADE......STOP OU ENCORE ?







Elle a beau s'appeler Ramatoulaye Yade, être noire comme lejais et
sénégalaise comme le baobab, elle ne voulait pas flirter de trop près
avec l'Afrique. Pas dans l'immédiat en tout cas. La secrétaire d'État
française chargée des Affaires étrangères et des Droits de l'homme a,
depuis sa prise de fonctions en juin dernier, évité le continent. Pour
ses voyages officiels individuels, elle a d'abord choisi la Moldavie,
Haïti, la Thaïlande et l'Indonésie, avant d'entamer sa première tournée
africaine par le Soudan, à la fin d'octobre seulement.



Est-ce justement parce qu’elle est le seul membre du gouvernement né en
Afrique et qu’elle s’est vue, ici et là, qualifiée de « caution noire
de Sarkozy » que Rama Yade aurait, au fond, préféré s’occuper de tout
autre chose que des relations entre le pays dans lequel elle vit depuis
vingt-trois ans et le continent où elle a vu le jour en 1976 ? On ne se
méfie jamais assez de ce que l’on connaît trop bien… Impatiente de la
voir débouler dans ce qu’on a coutume d’appeler le « marigot »,
l’Afrique est donc venue frapper à sa porte, le 25 octobre.
Neuf
Français et sept Espagnols sont interpellés à Abéché, dans l’est du
Tchad, pour tentative d’enlèvement de 103enfants (voir pp. 67-69). Rama
Yade était, à peine deux jours plus tôt, à 400 kilomètres de là, à
El-Fasher, de l’autre côté de la frontière soudano-tchadienne. Et,
hasard de calendrier, son ministre de tutelle, Bernard Kouchner, est en
déplacement en Asie, où elle devait initialement l’accompagner, mais
l’Élysée lui demande de rester pour prendre la tête de la cellule de
crise.
Les micros fusent, les caméras la réclament, les yeux des
députés se braquent sur elle quand elle prend le micro dans
l’Hémicycle, le 30 octobre, pour rappeler, face à l’opposition, que son
gouvernement a bien tenté d’empêcher l’opération menée par la
sulfureuse ONG l’Arche de Zoé. Monter en première ligne sur la crise
ouverte entre le Tchad et la France, deux partenaires au passé - et au
présent - turbulent, relève d’un périlleux exercice d’équilibriste que
les plus grands cirques ne confieraient pas à un acrobate débutant.
Mais
Rama Yade, sourire enjôleur, physique de basketteuse, 30 ans seulement
mais l’ambition et l’assurance chevillées au corps, n’a pas peur. Comme
si, de Dakar au Quai d’Orsay, en passant par Colombes et les ors du
Sénat, la vie lui avait donné ce tout petit supplément de hargne qui
permet de ne douter de rien et d’oser tout. Tant pis si elle s’autorise
quelques entorses au langage diplomatique dont elle ne maîtrise pas
encore toutes les subtilités. Tant pis s’il y a, sur la route, des pots
cassés et des dommages collatéraux. En témoignent ses déclarations de
franc-tireur qui n’a pas pris soin de demander l’accord de ses
supérieurs avant d’apporter son soutien aux squatteurs d’Aubervilliers
fraîchement expulsés. Pour le moment, le feutre de la diplomatie n’a
pas encore vraiment déteint sur la sincérité de la jeune Rama Yade,
même si elle apprend petit à petit à rentrer dans le rang. « Je suis
très spontanée, dit-elle. Mais je suis obligée de changer.
Au-delà
de ma personne, le moindre de mes propos engage le gouvernement
français, dont je suis solidaire. » Elle peut compter sur la protection
de celui qui l’a remarquée dans les rangs de l’UMP, puis propulsée au
sein du gouvernement - Nicolas Sarkozy lui-même. S’avouant séduit par
le naturel et la fougue de sa recrue, il lui accorde encore tout son
soutien et une oreille attentive. L’affaire de l’Arche de Zoé est le
véritable baptême du feu de Rama Yade. La cour des grands, où elle est
entrée avec quelques années d’avance, n’est pas toujours accueillante.
Une fois encore, elle force son caractère et apprend à arrondir les
angles. N’ayant pas de mots assez forts, au lendemain de leur
arrestation, contre les responsables de l’ONG, une « bande d’illuminés
» qui ont commis un acte « illégal et irresponsable », elle a dû
ensuite rappeler que « la France [était] bonne mère » et qu’elle «
sera[it] naturellement aux côtés de ses ressortissants ».
Le
règlement diplomatique de la crise ouverte le 25 octobre est, de toute
façon, piloté depuis l’Élysée, et Rama Yade n’y joue qu’une partition
de deuxième violon, mais sa mise en avant lui aura permis de
s’aguerrir, prenant et esquivant les coups, et, surtout, d’aborder
certains des thèmes qui lui sont chers. Ainsi retiendra-t-on sa
retentissante formule lancée en plein Hémicycle : « L’Afrique de papa,
c’est terminé ! » Même si la réalité est tout autre, surtout au Tchad,
qui compte encore presque deux mille soldats français sur son sol. Mais
le changement de ton est manifeste. Qui se serait permis de dire d’Omar
Bongo Ondimba, comme elle l’a fait récemment à Jeune Afrique : « Je ne
le connais pas personnellement. Il est d’une génération d’hommes
politiques différente de la mienne » ? Qui aurait fait la forte tête et
refusé de voir Denis Sassou Nguesso « pour une simple présentation. La
prochaine fois que je serai amenée à le rencontrer, je le ferai pour
avoir une discussion de fond sur les questions bilatérales et les
droits de l’homme » ? Le contraste est souvent frappant chez ce produit
de la méritocratie à la française, assaisonné d’un zeste de
discrimination positive à la mode, entre sa détermination et ses airs
de petite fille sage. C’est d’un ton scolaire qu’elle a lu sa réponse à
l’Assemblée, les yeux rivés sur ses notes. C’est en souriant timidement
qu’elle a reçu, en septembre, les conseils de l’ex-députée néerlandaise
d’origine somalienne Ayaan Hirsi Ali. « La politique est un sale
milieu, lui avait glissé cette femme menacée de fatwa par des
islamistes.
Mais accroche-toi bien et tu atteindras ton but. » Et
pourtant, c’est bien la même Rama Yade qui trouve « tout drôle », en
juillet, de gravir les marches du palais présidentiel de Dakar au
milieu de la délégation française et qui peut affirmer crânement : « Il
y a des choses à dire sur le Congo, il faut pouvoir les dire », ou qui
balaie d’un revers de la main les tam-tams qui l’accueillent à Oum
Dawan Bam, banlieue de Khartoum sinistrée par les inondations. « On est
là pour les victimes et les déplacés, on n’est pas là pour faire un
spectacle. Allez, on s’en va ! » Avec Rama Yade, l’enrobage ne fait pas
partie de la livraison, il est confié au service après-vente. Histoire
de tempérament. Histoire de génération aussi. Les baobabs qui ont
dessiné les contours de la Françafrique ne sont pas de la même sève que
les jeunes pousses qui en écriront demain l’histoire. C’est justement
parce qu’elle s’appelle Rama Yade, qu’elle est noire comme le jais et
d’origine sénégalaise qu’elle peut s’offrir le luxe de vouloir relier
le « marigot » au fleuve des relations internationales de la France. En
attendant de se consacrer, pragmatisme oblige, à son avenir politique
personnel. Et là, tout sera permis.

Source: ICI
http://www.alert2neg.com/article-7244163.html

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» IL FAUT SAUVER LA SOLDATE RAMA YADE
» Bleach - 97 - Let Stop The Pendulum
» Other cartoons ou "il n'y a pas que des Disney dans la vie..."
» Effet Sonnore Stop Motion , Arene Raw
» One Piece 524 : No one can stop this now
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

LA POUPEE RAMA YADE......STOP OU ENCORE ? :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

LA POUPEE RAMA YADE......STOP OU ENCORE ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: