MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Furl  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 UN ALBATROS S’EN EST ALLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

10102007
MessageUN ALBATROS S’EN EST ALLE

UN ALBATROS S’EN EST ALLE

Chronique hebdomadaire de Philippe Randa, écrivain (www.philipperanda.com) et éditeur (www.dualpha.com)


C’est un dernier témoin d’une époque désormais révolue. Une époque que
les enfants du XXIe siècle n’ont forcément pas connue. Une époque de
sombre traversée de désert politique pour les nationalistes français,
puis de renaissance sur fond de diabolisation ; une époque où la presse
ressemblait encore plus ou moins à ce qu’elle avait été depuis sa
création, avant la révolution internet… C’étaient les années post-68 !
Avec le terrorisme intellectuel de la gauche, l’exhibition (plus que la
libération) sexuelle, les chocs pétroliers, l’immigration incontrôlée
rapidement devenue incontrô¬lable et l’apparition de ces longues durées
de chômage dont certains de se relèvent plus… C’étaient les années
Giscard, les années Mitterrand, les années Chirac, les années de ceux
qui ont le souvenir nostalgique de leur vingt et quelques années…

Ce témoin, c’était Serge de Beketch, emporté voilà quatre jours par ce
qu’il est convenu d’appeler les suites d’une terrible maladie.

Je laisse à d’autres le soin de vanter ses qualités forcément
inestimables autant qu’innombrables. La mort a au moins cet avantage
qu’on vous pare subitement de toutes les qualités qu’il n’était pas
question de vous reconnaître de votre vivant. On y passe tout autant
sous silence vos défauts. La convenance l’exige, paraît-il. Paix aux
cendres chaudes.

Mais la convenance est-elle vraiment de mise avec Serge de Beketch qui,
toute sa vie durant, s’en est allègrement moqué, au grand dam de ses
amis encore plus que de ses ennemis ?

Déjà, il avait une lourde hérédité qui ne le faisait pas bien voir des
grands démocrates de progrès, qu’ils soient estampillés socialistes ou
communistes : petit-fils de l’aide-de-camp du général Denikine, chef
des armées blanches en Russie impériale et fils d’un sous-officier de
légion étrangère « mort pour la France » à la bataille de Dien Bien
Phu, comment voulez-vous qu’il portât plus que ça les gens de gauche
dans son cœur ? Aujourd’hui que le communisme n’est plus grand chose,
on peut dire de celui-ci du mal sans trop de danger. Les gens de droite
ne s’en gênent pas. Mais durant les années
giscardo-mitterando-chiraquiennes, il n’était guère conseillé de s’y risquer.

Serge de Beketch se jeta dans le politiquement incorrect avec une
allégresse frôlant, il faut bien le dire, la folie pure : pilier de
l’hebdomadaire Minute
où il entra comme pigiste avant d’en être propulsé un quart de siècle
plus tard son directeur de la rédaction après avoir dirigé entre temps
celle de National hebdo, autre hebdomadaire, encore plus exécré des bien-pensants.

Puis, jugé par trop de monde « incontrôlable », il avait créé ce Libre Journal de la France courtoise qui paraît tous les dix jours depuis maintenant presque quinze ans… six ans après avoir co-fondé avec Jean Ferré Radio courtoisie où il y animait une émission toutes les semaines.

Et dire qu’il se définissait volontiers comme un paresseux congénital –
je crois bien qu’il ne plaisantait pas et qu’il en était sincèrement
persuadé – tandis que les vrais travailleurs se reconnaissent
aujourd’hui plutôt cramponnés à leurs avantages acquis et aux 35 heures
de madame Aubry.

Ami déclaré de Jean-Marie Le Pen, on ne se gêna pas pour lui faire
porter l’étoile jaune la plus infâmante qui soit depuis un demi-siècle:
celle de l’antisémite furieux… oubliant toutefois qu’il s’était
s’engagé en 1967 dans Tsahal à l’occasion de la Guerre des six jours et
qu’il fut le co-fondateur quelques années plus tard du Cercle d’amitié
française juive et chrétienne (avec Bernard Antony, Alain Sanders,
Jean-Pierre Cohen et Pierre Semour).

Il fut également franc-maçon et ne s’en cacha jamais, surtout après
avoir rompu assez brutalement avec les obédiences qui l’avaient si
profondément déçu. Depuis, il n’était guère tendre envers les frères
trois points. Au moins avait-il approché de près le Grand Architecte de
l’Univers autrement qu’à la lecture de quelques livres de fantasmes
aussi obsolètes que maniaquo-complotistes… Ça ne l’empêcha pas,
toutefois, de conserver nombre d’amis maçons, à tel point qu’on aurait
pu parfois se demander non pas qui était frère dans son entourage… mais
qui ne l’était pas. J’exagère ? Sans doute, mais ça l’aurait bien fait
rire et il était vraiment trop mal placé pour reprocher à qui que ce
soit d’exagérer.

Car Serge de Beketch exagérait, il faut bien le dire quand même ! En
tout ! En journalisme, en politique, en religion, mais encore plus,
peut-être, en amitié. Ça lui donnait un côté Don quichotte, un peu
maladroit, gaffeur, irritant autant que touchant, bref un côté
albatros, vous savez ce vaste oiseau des mers auquel Charles Baudelaire
a consacré un de ces plus beaux poèmes.

C’est que Serge, en fait, et pour tout vous avouer, était bien
semblable au prince des nuées ; il hantait la bêtise et se riait des
juges… Il s’en était retrouvé forcément exilé au milieu des huées de la
bien-pensance… sauf que lui, ses ailes de géant, personne n’était
parvenu à les couper !



Note

Allez donc lire l’entretien où il raconte son parcours professionnel (http://fr.novopress.info) ; et allez donc voir aussi le site du Libre Journal (http://www.francecourtoise.info)… et si vous ne le connaissiez pas, procurez-vous enfin un numéro du « très beau et très cher » (dixit son fondateur) Libre Journal,
disponible dans certaines librairies ou par abonnement annuel au prix
de cent dix euros payables en une ou plusieurs fois. En espèces, par
chèque ou mandat (avec les regrets, déjà du vivant de son vénéré directeur, de ne pas accepter les bons de la semeuse et les chèques Tintin) à l’ordre de SDB, 4 place Franz Liszt 75010 Paris.




© Les chroniques de Philippe Randa sont libres de reproduction
à la seule condition que soit indiquée leurs origines, c’est-à-dire le
site www.philipperanda.com.



Visitez le site www.philipperanda.com : chaque semaine, la tribune libre d’un invité… Tout savoir sur Peter et Philippe Randa (leurs entretiens, leurs livres…)

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» VOSTOK albatros (radio room )
» Extrait en couleur d'Albatros
» VOSTOK ALBATROS RADIO ROOM
» Les Révoltées de l'Albatros, Silvio Amadio, 1960.
» Dans l'âme de l'Albatros ...
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

UN ALBATROS S’EN EST ALLE :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

UN ALBATROS S’EN EST ALLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: