MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Agir pour les Réparations Maintenant pour les Africains et

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

23092007
MessageAgir pour les Réparations Maintenant pour les Africains et

A.R.M.A.D.A

Agir pour les Réparations Maintenant pour les Africains et Descendants d'Africains

assoc.armada@yahoo.fr

Empoisonnement, Corruption, Pillage

Noirs des Antilles et d’Afrique :

Ensemble Obligeons-les à Réparer !



Pour la métropole coloniale : rappel.

Octobre 2002, une tonne et demie de patates douces sont saisies par les agents de la Direction Générale de la Concurrence et de la Répression des Fraudes sur le port de Dunkerque, en provenance de la Martinique et contenant des quantités importantes de chlordécone. Cet insecticide extrêmement toxique, utilisé sur les exploitations de bananes, est interdit depuis 1993 en France mais depuis 1976 aux USA, son pays d’origine…



Guadeloupe : un rapport accablant.

5 Juillet 2001 un "Rapport sur la présence de pesticides dans les eaux de consommation humaine en Guadeloupe" est remis à Dominique Voynet, ministre de l'environnement, et à Dominique Gillot, secrétaire d'état à la santé, par le docteur Henri Bonan de l'Inspection Générale des Affaires Sociales et Jean-Louis Prime de l'Inspection Générale de l'Environnement. Ce travail faisait suite à une campagne renforcée de contrôle des teneurs en pesticides dans l'eau, menée par la DDASS de Guadeloupe, qui avait montré des taux très élevés de pesticides organochlorés (Chlordécone, Dieldrine et β-hexachlorocyclohexane (HCHβ)) dans l'eau distribuée et même dans l'eau embouteillée. Pourtant ces produits, utilisés sur les cultures de bananes, étaient interdits depuis de nombreuses années. Depuis 1977, quatre rapports indiquaient déjà l'existence d'une pollution dans les sols et les milieux aquatiques environnants par les insecticides organochlorés. Malgré ces alertes, la recherche des pesticides n'a été effective, en Guadeloupe, qu'à partir de 1998… Le résultat était édifiant : dans l'eau, 45% des prélèvements dépassaient la norme de dieldrine avec un pic de 11 fois la norme, 80% des prélèvements dépassaient la norme de HCHβ avec un pic de 20 fois la norme, 100% des prélèvements dépassaient la norme de chlordécone avec un pic de 100 fois la norme…



En Martinique également.

Un rapport établi en mars 2003 par Eric Godard, ingénieur du génie sanitaire à la Direction de la Santé et du Développement Social (DSDS) de la Martinique, éclaire sur la pollution par le chlordécone. L'eau est contaminée mais le rapport s'attache surtout à montrer la présence du pesticide dans les aliments. Des patates douces présentent 19 000 fois la dose maximale de chlordécone admise pour l'eau. Les poissons peuvent en contenir près de 4000 fois la dose maximale admise.. La répression des fraudes de Martinique a détecté plus de 40% de lots de "légumes racines" contaminés. La population ayant été exposée à cette contamination pendant plus de trente ans, le rapport de la DSDS estime que «la mesure de l'imprégnation des cobayes humains» serait un bon indicateur du niveau de la pollution générale de l'environnement...



Un MétalEurop agricole.

Cette contamination rappelle des exemples de pollution industrielle comme Seveso (contamination des sols par la dioxine) ou MétalEurop (par le plomb). Cette dernière « pollution » ainsi que l'accident de AZF ont inspiré la loi du 30 juillet 2003 relative à la "prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages provoqués dans l'environnement". Désormais une usine polluante devra remettre en état les sols qu'elle aura pollués. Dans le cas des pesticides utilisés dans les départements d'outremer, la responsabilité des fabricants et marchands d'engrais et celle de l'État devraient être établies et un véritable plan de décontamination mis en place. Il est impensable de laisser les sols dans cet état durant encore des dizaines voire des centaines d'années !



ARMADA constate une volonté d’occultation de la part de l’Etat colonial français

au profit des békés, les héritiers des maîtres esclavagistes

Dès 2004, l’UPG (Union des Paysans Guadeloupéens), exigeait des mesures énergiques de santé publique contre les méfaits des pesticides, dont le chlordécone, en interdisant la culture sur les terres empoisonnées et en indemnisant justement les agriculteurs concernés afin de protéger les populations.

Début 2007, parution du livre de Raphaël Confiant et Louis Boutrin «Chronique d’un empoisonnement annoncé» aux Editions L’Harmattan, dévoilant l’odieux scandale. Immédiatement nous avons enclenché la mobilisation en mettant à disposition rapide des auteurs l’ouvrage lui-même en l’expédiant par chronopost afin qu’ils puissent tenir leur première réunion de présentation en Martinique le 24 février, le livre n’entrant dans les circuits de distribution que furtivement. En appelant à la conférence de presse à l’Assemblée Nationale le 16 mars, en diffusant massivement des textes d’appels à la mobilsation des originaires d’Outre Mer vivant dans l’Hexagone, en criant sur les toits qu’il s’agissait d’un empoisonnement massif des Antillais par le lobby béké de la banane, ARMADA n’a ménagé aucun effort. Malgré la gravité de la situation nous avons constaté un silence général suspect de l’ensemble des associations noires antillaises et africaines…probablement préoccupées par la négociation de telle ou telle place future issue de l’élection présidentielle… Alors que les pouvoirs publics n’avaient même pas mis en place un système de filtration de l’eau, comme cela se fait sur tout le territoire européen dès constatation d’une présence de polluant, en 2007 il a fallu attendre 6 mois après la parution du livre de Confiant et Boutrin pour qu’un cancérologue célèbre (blanc), le Professeur Dominique Belpomme, soit enfin entendu par une partie des autorités gouvernementales… Cet homme courageux vient de déposer les conclusions de son dernier rapport explosif où il indique très clairement un empoisonnement général des populations et de la nature dans une affaire plus grave que celle du sang contaminé des années 80… En plus du chlordécone il pointe un autre pesticide encore plus dangereux : le paraquat ! Sa mission ne fait que commencer : il faut l’encourager dans la voie de la vérité ! Il faut lui montrer que la Guadeloupe et la Martinique ne se résument pas aux intérêts des très influents békés (1% de la population totale) mais sont une grande masse debout, constituée de tous ces hommes, femmes et enfants gravement contaminés (stérilités, cancers, malformations) par cet empoisonnement criminel programmé !



Nous exigeons la décontamination de l’eau, de la terre, et la reconversion immédiate de l’agriculture antillaise, avec l’abandon de la production industrielle de bananes pour l’exportation, ruineuse pour l’Etat français et les contribuables, et tueuse pour la population antillaise. Cette production, ainsi que l’empoisonnement de la population et des terres de la Guadeloupe et de la Martinique, n’a qu’un bénéficiaire : un lobby puissant, héritier des capitaux, de l’expérience et des méthodes du lobby sucrier esclavagiste ; l’autre branche de ce lobby s’était reconvertie dans la prospection des ressources de l’Afrique et l’exploitation des Africains en Afrique et en Europe.



Déportation, Esclavage, Colonisation, Empoisonnement : le mégacrime contre l’humanité continue !

Nicolas Sarkozy prend le relais, ses propos négrophobes négationnistes

tenus au Sénégal en juillet 2007 l’ont clairement annoncé !

En Afrique, le maintien artificiel du CFA et le commerce entièrement déséquilibré au profit de la France participent de la même logique, et rapportent des profits criminels aux mêmes familles. Cela n’est possible que par l’implantation de la corruption à double sens : les industriels corrompent la classe politique africaine comme ils corrompent la classe politique française.



Il s’agit d’extorsion des richesses locales, comme au Niger pour l’uranium, au Congo et au Nigéria pour le pétrole, dans la région de Centre Afrique au Congo pour les métaux rares servant à la technologie de pointe, au profit de mafias, qui arrosent. Après que les noirs aient généreusement versé leur sang pour la France, dans les deux guerres mondiales, De Gaulle redoutait que tous les ressortissants des anciennes colonies françaises finissent par obtenir la citoyenneté française, avec tous les droits dont jouissent les Français européens. Voilà pourquoi il avait choisi de détourner les projets d’indépendance des Africains, de livrer leurs pays à des mafias, et de s’en laver les mains...



Mais aujourd’hui ses successeurs machiavéliques, politiciens et décideurs économiques, sont dans une impasse grave : la Guadeloupe et la Martinique sont bien françaises, au rabais certes mais françaises ! Ensemble, nous imposerons par le rapport de forces l’application des mêmes mesures qui sont exécutées sur le territoire européen de la France lors d’affaires semblables de contamination mortelle de la nature et des hommes.



Pour la Guadeloupe et la Martinique nous exigeons un «Plan d’Urgence Sanitaire» comprenant :

- des mesures immédiates d’identification précise de toutes les terres contaminées

- l’interdiction de culture sur les parcelles empoisonnées

- l’interdiction des ventes et le contrôle de la commercialisation de tous les produits alimentaires

- le contrôle de toutes les installations de fournitures d’eau du robinet, de source et minérale et la répression pour non conformité aux obligations de filtrage des pesticides

- la décontamination industrielle de tous les sols, plages et mangroves empoisonnés

- l’arrêt de toute culture industrielle de la banane utilisant des pesticides et la réorientation de l’agriculture antillaise vers la pluri-disciplinarité avec une grande place aux cultures vivrières, en privilégiant généralement l’agriculture biologique et au moins dans un premier temps l’agriculture raisonnée.



Noirs d’Afrique et des Antilles, avec les Français gaulois :

nous bloquerons leur logique criminelle

par l’information et l’action.

Maintenant, c’est aux Empoisonneurs de Réparer !

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» une aiguille pour la bourse et deux pour la bouche
» preparation pour sable / plage
» Un coussin pour fêter 50 ans de mariage
» quel PF pour avoir d'avantage de créma avec la silvia ?
» Ma JEEP CJ5 pour ceux qui aime le mauve!
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Agir pour les Réparations Maintenant pour les Africains et :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Agir pour les Réparations Maintenant pour les Africains et

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: BOYCOTT-PETITIONS :: ACTIONS A MENER/ACTIONS TO CONDUCT-
Sauter vers: