MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 WHERE IS THE JUSTICE?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

01092007
MessageWHERE IS THE JUSTICE?

Brother Senfo Tonkam sentenced to 900 € Fine or 3 Months of Prison


by a racist, impolite and aggressive white german judge




Dear Sisters and Brothers,



Brother Senfo Tonkam was sentenced by a racist, very impolite and very aggressive white german judge to a
900 EUR Fine or 3 Months Imprisonment.
The judge declared him guilty for "rebelling against and wounding police officers".



The
court trial was a non-event, just a repetition of the century-long and
well-known pattern of anti-Black Lynch (un-)justice with the white
police officers and judge using and abusing the old racist stereotypes
and clichés of the "angry, over-reacting and aggressive Black Man".

From the very beginning of the hearing, the judge took side with the
police and displayed the most biased, impolite and aggressive behaviour
you could imagine. Thus, she always took upon herself to answer the
questions that Brother Senfo and his attorney (Brother Amuro) were
addressing to the police officers. And whenever they got in a muddle
with their own lies and contradictory statements, she will simply
dismiss the legitimate questions of the defendant. At a point, she got
upset with Brother Senfo and fined him for alleged "disrespectful conduct towards the judge". As this didn't
succeed in intimidating Brother Senfo, she turned against his attorney
and complained why he is not using his influence on the defendant to
"calm him down"
and make him "listening to her". But Brother Amuro calmly, firmly and boldly told her: "Mr. Tonkam is telling the truth and you should let him tell his version of the story"
. She became more aggressive, trying harder to belittle the Black
attorney and intimidate the Black defendant. A war of words followed
and as the people in the audience (mainly Black Brothers and Sisters
who came from neighbouring towns to support Brother Senfo) were
expressing their solidarity and support to the defendant and his lawyer
as well as their satisfaction with their empowering, bold and assertive
ways of addressing the racist judge and police, the judge violently
turned against them too and threatened to throw them out of the court
room if they don't keep silent!



One
of the most cynical and ridiculous situations at this trial was when
the police officers snivelled (like cry-babies) that Brother Senfo
allegedly "wounded" them, causing two of them a "partial incapacity to work" and two weeks of "sick leave".

But they and their judge could never convincingly answer Brother
Amuro's question as to how, when and in what instance exactly could
Brother Senfo have wounded them, as they were more than 8 trained
police officers to punch him out of the train, to "fix" him to the ground of the train station, handcuff him, using all the police techniques to "neutralize"
him, and drag him to the police station where he was then tortured with
his hands remaining handcuffed in his back. In other words, everything
that these police officers and their judge said at this court hearing
was only lies, forged allegations aiming at criminalizing and
demonizing Brother Senfo, misrepresenting him as an "aggressive and dangerous Black Man" who allegedly "misbehaved", "victimised" and "endangered"
the nice white police officers who were doing their job rightly and
kindly (the good old racist strategy of "blaming the victim").



The height of this racist judicial farce was with no doubt the white german judge's panic at Brother Senfo's last statement.
Asked to say
his last word after the state prosecutor and the lawyer, Brother Senfo
didn't look at the judge. He ostensibly turned to the audience and
addressed the Sisters and Brothers thusly: "I am innocent. What you just saw is another good example of
how in a racist state, the police and the court work together to crack
down on and destroy Black People. But the struggle continues"
.
This statement seemed to worry the white judge very much as she hurried
up to warn the audience against Brother Senfo's appeal, saying: "You have heard what he just said, that the struggle continues.
No! The struggle is not continuing! No struggle should continue. No one
here has anything against Foreigners. Everything is fine. It's clear
that the police officers acted rightly, but Mr. Tonkam was
over-reacting, aggressive and non-cooperative. He rebelled against the
police officers and wounded them. What is worrisome is that he does not
even show a little sign of remorse for the wrong he did"
. Blablablabla !!!



Brother
Senfo thanks all the Sisters and Brothers who attended the court trial
in Essen, as well as all those in Germany, in Africa and abroad who
couldn't come but expressed their solidarity and support through
emails, phone calls, fax messages, SMS, etc.
He will come
back to all as soon as possible. You can listen to Senfo's interview on
this racist court trial by browsing the site:
www.thotep.com




1. After-trial Interview:
http://www.thotep.com/article.php3?id_article=355


2. Interview before the Trial:
http://www.thotep.com/article.php3 ?id_article=350




Information and Contact:
Sister Abla POKOU:
blacknation.pokou@googlemail.com


NB: This report is based on notes from the court room, Brother Senfo's interview with
thotep.com and personal exchange with him.

Sorry for the delay in posting, due to reasons beyond my control.






############################################################################################











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» JUSTICE LEAGUE : CRISIS ON TWO EARTHS
» Dépôt de justice
» Calixthe Beyala attaque Michel Drucker en justice
» [Justice] Jean-Pierre Treiber... coupable ou innocent ?
» CETTE JUSTICE A DEUX VITESSES
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

WHERE IS THE JUSTICE? :: Commentaires

avatar
Re: WHERE IS THE JUSTICE?
Message le Sam 1 Sep - 11:51 par mihou
Le Frère Senfo Tonkam condamné à 900 € d'amende ou 3 Mois de Prison


par une juge blanche allemande raciste, impolie et agressive




Chères Sœurs et Chers Frères,



Le
Frère Senfo Tonkam a été condamné par une juge raciste, très impolie et
très agressive à une amende de 900 EUR ou 3 Mois d'Emprisonnement
.
La juge l'a déclaré coupable de «s'être rebellé contre et d'avoir blessé des policiers».



Le process était un non-événement, juste une répétition de la vieille stratégie de (l'in-)justice de lynchage
anti-Noir qui dure depuis des siècles, avec des policiers
et une juge blancs allemands usant et abusant des vieux stéréotypes et
clichés racistes de "l'Homme Noir furieux, excité et agressif ».
Dès le début de
l'audience, la juge a pris parti pour la police et a montré le
comportement le plus partisan, impoli et agressif que vous pouvez
imaginer. Ainsi, elle s'est toujours permis de répondre aux questions
que le Frère Senfo et son avocat (Le Frère Amuro) adressaient aux
policiers. Et chaque fois qu'ils s'embrouillaient dans leurs propres
mensonges et affirmations contradictoires, la juge rejetait
systématiquement les questions légitimes de l'accusé. À un moment, elle
était enragée contre le Frère Senfo et lui a infligé une amende pour un
prétendu « manque de respect envers la cour ». Mais comme cela n'a pas
réussi à intimider Brother Senfo, elle s'en est prise à son avocat en
se plaignant que pourquoi il n'utilise pas son influence sur l'accusé
pour « le calmer » et « lui faire comprendre ce qu'elle dit ». Mais le Frère Amuro lui a répondu calmement, fermement et vigoureusement: « Mr. Tonkam dit la vérité et vous devriez lui laisser dire sa version des faits »
. Elle est alors devenue plus agressive, essayant avec plus de
hargne encore de déstabiliser l'Avocat Noir et d'intimider l'Accusé
Noir. Une guerre de mots s'en est suivie et comme les spectateurs
(principalement composé de Sœurs Noires et de Frères Noirs qui étaient
venus des villes voisines pour soutenir le Frère Senfo) exprimaient
leur solidarité et leur soutien à l'accusé et à son avocat ainsi que
leur satisfaction devant l'audace, la vigueur et la force contagieuses
de
leur façon de s'adresser aux policiers et à la juge racistes, la juge
s'est violemment retournée contre eux et a menacé de les jeter hors du
tribunal s'ils ne gardaient pas le silence!



Une des situations les plus cyniques et les plus ridicules de ce process c'est quand les policiers pleurnichaient
(comme des gros bébés) que le Frère Senfo les a prétendument « blessés », causant à deux d'entre eux une « incapacité partielle de travailler »
et un « congé maladie » de 2 semaines.
Mais ni eux ni leur juge n'ont jamais été capables durant tout le procès de répondre de façon convaincante à la question
du Frère Amuro de savoir comment, quand et dans quelles
circonstances exactement le Frère Senfo aurait-il pu les blesser, alors
qu'ils étaient plus de 8 policiers entraînés qui le boxaient pour le
faire sortir du train, qui l'ont « fixé » sur le sol de la gare, l'ont menotté en utilisant toutes les techniques de police pour le « neutraliser »,
l'ont traîné au poste de police où ils l'ont ensuite torturé avec ses
mains toujours menottées dans son dos. En d'autres mots, tout ce que
ces policiers et leur juge ont dit à ce procès n'était que des
mensonges et des allégations forgées de toutes pièces dans le but de
criminaliser et diaboliser Brother Senfo en le caricaturant comme un « Homme Noir aggressive et dangereux » qui se serait prétendument « mal comporté » et aurait « victimisé » et « mis en danger » les gentilspoliciers
blancs qui étaient en train de faire leur travail correctement et avec
bonté (la bonne vieille stratégie raciste qui consiste à « accuser la
victime »).



Le
sommet de cette farce judiciaire raciste c'est incontestablement la
panique de la juge blanche allemande à l'écoute des dernières
déclarations de Brother Senfo.
Prié en tant
qu'accusé de dire le dernier mot après les plaidoiries du procureur et
de l'avocat, Brother Senfo n'a pas regardé la juge. Il s'est
ostensiblement tourné vers le public et s'est adressé aux Frères et
Sœurs présents en ces termes : « Je suis innocent. Ce que vous venez de voir là, c'est un autre
bon exemple de comment, dans un état raciste, la police et la justice
travaillent ensemble pour détruire et finir les Noir/es.

Mais la lutte continue » . Ces
propos ont semblé beaucoup inquiéter la juge blanche allemande car elle
s'est empressée de mettre le public en garde contre l'appel de Brother
Senfo, en disant : « Vous avez entendu ce qu'il vient de dire, que la lutte continue. Non! La lutte ne continue pas! Aucune lutte ne doit continuer. Personne ici n'a rien contre les étrangers. Tout est bien.
C'est clair que
les policiers ont agi correctement, mais Mr. Tonkam a réagi
excessivement, il était agressif et non-coopératif. Il s'est
effectivement
rebellé contre les policiers et les a blessé. Ce qui est inquiétant
c'est qu'il ne montre même pas le moindre signe de remords pour le tort
qu'il a commis »
.
Blablablabla !!!



Brother
Senfo remercie toutes les Soeurs et tous les Frères qui ont assisté au
process à Essen, ainsi que tous ceux qui, en Allemagne, en Afrique et à
l'étranger n'ont pas pu venir mais ont exprimé leur solidarité et leur
soutien à travers des emails, le téléphone, des fax, des SMS, etc. Il
donnera signe dès que possible. Vous pouvez suivre l'interview sur ce
process raciste en consultant le site internet: www.thotep.com



1. Interview après le procès :
http://www.thotep.com/article.php3?id_article=355


2. Interview avant le procès :
http://www.thotep.com/article.php3 ?id_article=350




Information et Contact:
Sister Abla POKOU: blacknation.pokou@googlemail.com


NB: Ce rapport est base sur les notes prises lors du process, l'interview du Frère Senfo avec
thotep.com et un échange personnel avec lui.

Désolée pour le retard à l'envoyer, pour des raisons indépendantes de ma volonté.



Sorry, this feature is not yet available in your country.
Date: Sat, 1 Sep 2007 18:00:05 +0200 (CEST)
From: "Joss Rovélas" View Contact Details Add Mobile Alert
Yahoo!
DomainKeys has confirmed that this message was sent by yahoo.fr.
[url=javascript:Help('http://help.yahoo.com/help/us/mail/context/context-101.html')]Learn
more[/url]

Subject: Tr: Fwd: Brother Senfo Tonkam sentenced to 9
00 € Fine or 3 Months of Prison by a
racist white german judge / Le Frère Senf
o Tonkam condamné à 900 € d’amende o
u 3 Mois de Prison par une juge blanche
allemande raciste
To: "Joss Rovélas"

Date: Thu, 30 Aug 2007 23:45:49 +0200
From:"Black Nation Germany"
To:"GLOBAL BLACK NATION"
Subject: Fwd: Brother
Senfo Tonkam sentenced to 900 € Fine or 3 Months of Prison by a racist
white german judge / Le Frère Senfo Tonkam condamné à 900 € d’amende ou
3 Mois de Prison par une juge blanche allemande raciste
[/url]
Brother Senfo Tonkam sentenced to 900 € Fine or 3 Months of Prison


by a racist, impolite and aggressive white german judge




Dear Sisters and Brothers,



Brother Senfo Tonkam was sentenced by a racist, very impolite and very aggressive white german judge to a
900 EUR Fine or 3 Months Imprisonment.
The judge declared him guilty for "rebelling against and wounding police officers".



The
court trial was a non-event, just a repetition of the century-long and
well-known pattern of anti-Black Lynch (un-)justice with the white
police officers and judge using and abusing the old racist stereotypes
and clichés of the "angry, over-reacting and aggressive Black Man".

From the very beginning of the hearing, the judge took side with the
police and displayed the most biased, impolite and aggressive behaviour
you could imagine. Thus, she always took upon herself to answer the
questions that Brother Senfo and his attorney (Brother Amuro) were
addressing to the police officers. And whenever they got in a muddle
with their own lies and contradictory statements, she will simply
dismiss the legitimate questions of the defendant. At a point, she got
upset with Brother Senfo and fined him for alleged "disrespectful conduct towards the judge". As this didn't
succeed in intimidating Brother Senfo, she turned against his attorney
and complained why he is not using his influence on the defendant to
"calm him down"
and make him "listening to her". But Brother Amuro calmly, firmly and boldly told her: "Mr. Tonkam is telling the truth and you should let him tell his version of the story"
. She became more aggressive, trying harder to belittle the Black
attorney and intimidate the Black defendant. A war of words followed
and as the people in the audience (mainly Black Brothers and Sisters
who came from neighbouring towns to support Brother Senfo) were
expressing their solidarity and support to the defendant and his lawyer
as well as their satisfaction with their empowering, bold and assertive
ways of addressing the racist judge and police, the judge violently
turned against them too and threatened to throw them out of the court
room if they don't keep silent!



One
of the most cynical and ridiculous situations at this trial was when
the police officers snivelled (like cry-babies) that Brother Senfo
allegedly "wounded" them, causing two of them a "partial incapacity to work" and two weeks of "sick leave".

But they and their judge could never convincingly answer Brother
Amuro's question as to how, when and in what instance exactly could
Brother Senfo have wounded them, as they were more than 8 trained
police officers to punch him out of the train, to "fix" him to the ground of the train station, handcuff him, using all the police techniques to "neutralize"
him, and drag him to the police station where he was then tortured with
his hands remaining handcuffed in his back. In other words, everything
that these police officers and their judge said at this court hearing
was only lies, forged allegations aiming at criminalizing and
demonizing Brother Senfo, misrepresenting him as an "aggressive and dangerous Black Man" who allegedly "misbehaved", "victimised" and "endangered"
the nice white police officers who were doing their job rightly and
kindly (the good old racist strategy of "blaming the victim").



The height of this racist judicial farce was with no doubt the white german judge's panic at Brother Senfo's last statement.
Asked to say
his last word after the state prosecutor and the lawyer, Brother Senfo
didn't look at the judge. He ostensibly turned to the audience and
addressed the Sisters and Brothers thusly: "I am innocent. What you just saw is another good example of
how in a racist state, the police and the court work together to crack
down on and destroy Black People. But the struggle continues"
.
This statement seemed to worry the white judge very much as she hurried
up to warn the audience against Brother Senfo's appeal, saying: "You have heard what he just said, that the struggle continues.
No! The struggle is not continuing! No struggle should continue. No one
here has anything against Foreigners. Everything is fine. It's clear
that the police officers acted rightly, but Mr. Tonkam was
over-reacting, aggressive and non-cooperative. He rebelled against the
police officers and wounded them. What is worrisome is that he does not
even show a little sign of remorse for the wrong he did"
. Blablablabla !!!



Brother
Senfo thanks all the Sisters and Brothers who attended the court trial
in Essen, as well as all those in Germany, in Africa and abroad who
couldn't come but expressed their solidarity and support through
emails, phone calls, fax messages, SMS, etc.
He will come
back to all as soon as possible. You can listen to Senfo's interview on
this racist court trial by browsing the site:
www.thotep.com







Dernière édition par le Sam 1 Sep - 11:53, édité 1 fois
avatar
Re: WHERE IS THE JUSTICE?
Message le Sam 1 Sep - 11:51 par mihou
1. After-trial Interview:
http://www.thotep.com/article.php3?id_article=355


2. Interview before the Trial:
http://www.thotep.com/article.php3 ?id_article=350




Information and Contact:
Sister Abla POKOU:
blacknation.pokou@googlemail.com


NB: This report is based on notes from the court room, Brother Senfo's interview with
thotep.com and personal exchange with him.

Sorry for the delay in posting, due to reasons beyond my control.






############################################################################################










Le Frère Senfo Tonkam condamné à 900 € d'amende ou 3 Mois de Prison


par une juge blanche allemande raciste, impolie et agressive




Chères Sœurs et Chers Frères,



Le
Frère Senfo Tonkam a été condamné par une juge raciste, très impolie et
très agressive à une amende de 900 EUR ou 3 Mois d'Emprisonnement
.
La juge l'a déclaré coupable de «s'être rebellé contre et d'avoir blessé des policiers».



Le process était un non-événement, juste une répétition de la vieille stratégie de (l'in-)justice de lynchage
anti-Noir qui dure depuis des siècles, avec des policiers
et une juge blancs allemands usant et abusant des vieux stéréotypes et
clichés racistes de "l'Homme Noir furieux, excité et agressif ».
Dès le début de
l'audience, la juge a pris parti pour la police et a montré le
comportement le plus partisan, impoli et agressif que vous pouvez
imaginer. Ainsi, elle s'est toujours permis de répondre aux questions
que le Frère Senfo et son avocat (Le Frère Amuro) adressaient aux
policiers. Et chaque fois qu'ils s'embrouillaient dans leurs propres
mensonges et affirmations contradictoires, la juge rejetait
systématiquement les questions légitimes de l'accusé. À un moment, elle
était enragée contre le Frère Senfo et lui a infligé une amende pour un
prétendu « manque de respect envers la cour ». Mais comme cela n'a pas
réussi à intimider Brother Senfo, elle s'en est prise à son avocat en
se plaignant que pourquoi il n'utilise pas son influence sur l'accusé
pour « le calmer » et « lui faire comprendre ce qu'elle dit ». Mais le Frère Amuro lui a répondu calmement, fermement et vigoureusement: « Mr. Tonkam dit la vérité et vous devriez lui laisser dire sa version des faits »
. Elle est alors devenue plus agressive, essayant avec plus de
hargne encore de déstabiliser l'Avocat Noir et d'intimider l'Accusé
Noir. Une guerre de mots s'en est suivie et comme les spectateurs
(principalement composé de Sœurs Noires et de Frères Noirs qui étaient
venus des villes voisines pour soutenir le Frère Senfo) exprimaient
leur solidarité et leur soutien à l'accusé et à son avocat ainsi que
leur satisfaction devant l'audace, la vigueur et la force contagieuses
de
leur façon de s'adresser aux policiers et à la juge racistes, la juge
s'est violemment retournée contre eux et a menacé de les jeter hors du
tribunal s'ils ne gardaient pas le silence!



Une des situations les plus cyniques et les plus ridicules de ce process c'est quand les policiers pleurnichaient
(comme des gros bébés) que le Frère Senfo les a prétendument « blessés », causant à deux d'entre eux une « incapacité partielle de travailler »
et un « congé maladie » de 2 semaines.
Mais ni eux ni leur juge n'ont jamais été capables durant tout le procès de répondre de façon convaincante à la question
du Frère Amuro de savoir comment, quand et dans quelles
circonstances exactement le Frère Senfo aurait-il pu les blesser, alors
qu'ils étaient plus de 8 policiers entraînés qui le boxaient pour le
faire sortir du train, qui l'ont « fixé » sur le sol de la gare, l'ont menotté en utilisant toutes les techniques de police pour le « neutraliser »,
l'ont traîné au poste de police où ils l'ont ensuite torturé avec ses
mains toujours menottées dans son dos. En d'autres mots, tout ce que
ces policiers et leur juge ont dit à ce procès n'était que des
mensonges et des allégations forgées de toutes pièces dans le but de
criminaliser et diaboliser Brother Senfo en le caricaturant comme un « Homme Noir aggressive et dangereux » qui se serait prétendument « mal comporté » et aurait « victimisé » et « mis en danger » les gentilspoliciers
blancs qui étaient en train de faire leur travail correctement et avec
bonté (la bonne vieille stratégie raciste qui consiste à « accuser la
victime »).



Le
sommet de cette farce judiciaire raciste c'est incontestablement la
panique de la juge blanche allemande à l'écoute des dernières
déclarations de Brother Senfo.
Prié en tant
qu'accusé de dire le dernier mot après les plaidoiries du procureur et
de l'avocat, Brother Senfo n'a pas regardé la juge. Il s'est
ostensiblement tourné vers le public et s'est adressé aux Frères et
Sœurs présents en ces termes : « Je suis innocent. Ce que vous venez de voir là, c'est un autre
bon exemple de comment, dans un état raciste, la police et la justice
travaillent ensemble pour détruire et finir les Noir/es.

Mais la lutte continue » . Ces
propos ont semblé beaucoup inquiéter la juge blanche allemande car elle
s'est empressée de mettre le public en garde contre l'appel de Brother
Senfo, en disant : « Vous avez entendu ce qu'il vient de dire, que la lutte continue. Non! La lutte ne continue pas! Aucune lutte ne doit continuer. Personne ici n'a rien contre les étrangers. Tout est bien.
C'est clair que
les policiers ont agi correctement, mais Mr. Tonkam a réagi
excessivement, il était agressif et non-coopératif. Il s'est
effectivement
rebellé contre les policiers et les a blessé. Ce qui est inquiétant
c'est qu'il ne montre même pas le moindre signe de remords pour le tort
qu'il a commis »
.
Blablablabla !!!



Brother
Senfo remercie toutes les Soeurs et tous les Frères qui ont assisté au
process à Essen, ainsi que tous ceux qui, en Allemagne, en Afrique et à
l'étranger n'ont pas pu venir mais ont exprimé leur solidarité et leur
soutien à travers des emails, le téléphone, des fax, des SMS, etc. Il
donnera signe dès que possible. Vous pouvez suivre l'interview sur ce
process raciste en consultant le site internet: www.thotep.com



1. Interview après le procès :
http://www.thotep.com/article.php3?id_article=355


2. Interview avant le procès :
http://www.thotep.com/article.php3 ?id_article=350




Information et Contact:
Sister Abla POKOU: blacknation.pokou@googlemail.com


NB: Ce rapport est base sur les notes prises lors du process, l'interview du Frère Senfo avec
thotep.com et un échange personnel avec lui.

Désolée pour le retard à l'envoyer, pour des raisons indépendantes de ma volonté.




############################################################################################



--
BLACK NATION IN GERMANY
Contact:
Fax: (+49) 40 21984067
Email: blacknation.germany@googlemail.com
Re: WHERE IS THE JUSTICE?
Message  par Contenu sponsorisé
 

WHERE IS THE JUSTICE?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: