MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Appel aux Chefs D’Etat D’Afrique Noire au sujet de L’Empoiso

Aller en bas 
AuteurMessage
Anton
Membre initié


Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 14/06/2007

14062007
MessageAppel aux Chefs D’Etat D’Afrique Noire au sujet de L’Empoiso

Appel aux Chefs D’Etat D’Afrique Noire au sujet de L’Empoisonnement des Populations Antillaises

Par Raphael CONFIANT (15-05-2007)

L'appel à l'aide de Raphael Confiant en direction des chefs d'etat africains, concernant les conséquences sanitaires de l'empoisonnement depuis plus de 30 ans par les pesticides de la population de la Martinique et de la Guadeloupe. Outre l'ampleur catastrophique de cet empoisonnement, l'appel de Confiant pourrait marquer tournant historique dans son rapport avec l'Afrique, contient qu'il avait jusque là fortement critiqué et dont il avait tenu à se distancier...

Madame la Présidente,
Monsieur le Président,
Excellences,

Il y aura bientôt quatre siècles que des centaines de milliers d’Africains furent déportés comme esclaves aux Amériques et singulièrement dans l’archipel des Antilles, cela dans des conditions de barbarie presque inimaginables. Une fois sur place, des colons ou planteurs européens prirent le relais des négriers, eux aussi européens, contraignant ces hommes et ses femmes -vos ancêtres et les nôtres- à travailler comme des bêtes de somme, chaînes aux pieds et carcans au cou, dans les champs de coton, de café et surtout de canne à sucre, toujours dans des conditions de férocité sans pareille. Il est inutile de s’appesantir sur les multiples sévices qu’endurèrent les nôtres : documents historiques et textes littéraires en témoignent éloquemment. Toujours est-il qu’au XVIIIe siècle, Saint-Domingue (l’actuelle Haïti) était la plus riche colonie du monde et que la France faisait 40% de son commerce extérieur avec cette seule île. Quand les esclaves se révoltèrent, Napoléon Bonaparte y envoya une armée d’extermination de 50.000 soldats, lesquels employèrent, entre autres, des méthodes inédites qui préfiguraient les chambres à gaz du régime hitlérien comme le démontre l’écrivain Claude Ribbe dans son livre justement nommé «Le crime de Napoléon».

A l’abolition de l’esclavage en 1848, suite à d’innombrables révoltes d’esclaves noirs et du combat mené par quelques philanthropes européens, les populations de la Guadeloupe, de la Guyane et de la Martinique ne se virent offrir qu’une alternative : retourner travailler comme salariés sous-payés sur les mêmes plantations où elles avaient été esclaves ou bien défricher des terres ingrates, situées en altitude ou en forêt, pour tenter de survivre grâce à de modestes jardins vivriers. Cette nouvelle forme de servitude dura près d’un siècle (1848-1946). Finalement, au sortir de la Deuxième Guerre Civile Européenne (1939-45), nos pays, sans consultation populaire, furent transformées en «départements français d’Outre-mer», chose qui inaugura, non point «l’égalité des droits» comme cela avait été promis, mais bien une deuxième déportation. En effet, à partir de 1950 et cela jusqu’à la fin des trente glorieuses qui permirent à la France de reprendre son rang dans le concert des nations, des dizaines de milliers d’Antillais et de Guyanais furent à nouveau transbordés, cette fois-ci vers «la métropole», où ils servirent de filles de salle dans les hôpitaux, de servantes chez les bourgeois, de postiers, de plantons et de commis, d’agents de la circulation ou encore d’ouvriers d’usine automobile. Aux diverses «Compagnies des Isles d’Amérique» qui, des siècles durant, organisèrent le fructueux commerce négrier, succéda le BUMIDOM (Bureau des Migrations des Départements d’Outre-mer). Le commerce triangulaire mérita là plus que jamais son nom ! Nos frères et sœurs «bumidomisés» finirent par faire souche dans l’Hexagone où leurs enfants et petits-enfants (nous en sommes à la troisième génération) constituent ce que l’on nomme aujourd’hui «les Noirs français ou «Français noirs», population parquée dans les banlieues et quartiers dits «sensibles» dont ne parviennent à s’échapper, de temps à autre, que quelques sportifs ou musiciens puisqu’il est bien connu, n’est-ce pas, que les nègres ont une vocation quasi-naturelle à être des amuseurs publics internationaux.

Quant aux populations antillaises et guyanaises restées au pays, elles réussirent, en dépit de trois siècles d’exploitation et d’humiliation, à créer une nouvelle langue et une nouvelle culture, une nouvelle identité dite «créole», qui assembla, tant bien que mal, éléments amérindiens, africains, européens et plus tard asiatiques. Malgré le statut de «département d’Outre-mer» et la possession d’une carte d’identité française, nous autres, Antillais et Guyanais, nous autres Créoles en un mot, ne somment pas pour autant devenus français. Il ne faut pas confondre «identité» et «carte d’identité». Nous sommes des peuples à part entière qui aspirent à assumer pleinement leur souveraineté, même si nous savons que le chemin qui y conduit sera forcément long et difficultueux. A la fin des années 60, certains mouvements politiques de nos pays sollicitèrent l’appui des états africains nouvellement indépendants pour porter la question antillo-guyanaise devant le Comité de Décolonisation de l’ONU. Nous reçûmes, hélas, une fin de non-recevoir de la part de Léopold Sédar Senghor et Félix Houphouët-Boigny notamment. On était, à l’époque, il est vrai, en pleine période néocoloniale et le pré carré qu’est la «Françafrique» était en train de se mettre en place. Aujourd’hui, nous autres, Créoles, voulons croire que les choses ont changé et que l’Afrique noire est mieux disposée à aider ceux qu’elle considère souvent comme sa «diaspora», terme toutefois impropre puisqu’il implique que n’importe quel Antillo-Guyanais aurait le droit de venir s’installer dans n’importe quel pays africain et d’en obtenir automatiquement la nationalité. On connaît les dégâts qu’a causé une telle conception dans une toute autre région du monde, le Moyen-Orient, et a quel point le peuple frère de Palestine en est victime.

Nous ne sommes pas une diaspora. Nous sommes des peuples à part entière, mais nous n’oublions pas pour autant que la plus grande partie de nos ancêtres provenaient d’Afrique noire et que bon nombre, sinon la majorité, des créations culturelles créoles portent la marque indélébile de la terre d’où nos pères furent arrachés. Cela signifie que s’il n’y a pas identité entre Créoles et Africains, il y a entre eux un nécessaire devoir de solidarité. Nous avons besoin de votre appui et de votre solidarité aujourd’hui. Non pas d’une solidarité politique comme ce fut le cas dans les années 60 du siècle dernier, mais d’une solidarité humanitaire : nous ne demandons pas à ce que la question antillaise soit à nouveau portée devant le Comité de Décolonisation de l’ONU, mais bien que le génocide par empoisonnement perpétré par l’Etat français, pendant plus de 30 ans (1972-2002), soit porté devant l’OUA (Organisation des Etats Africains) d’une part et devant l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) de l’autre.


De quoi s’agit-il exactement ? D’un véritable crime contre l’humanité qui, comme tel, est imprescriptible. En effet, pendant trente ans, l’Etat français a délivré des A.M.M. (Autorisation de Mise sur le Marché) de différents pesticides cancérigènes, parmi lesquels le redoutable Chlordécone, produit interdit aux Etats-Unis et au Canada depuis 1976. Alors que diverses études, signalaient la dangerosité extrême de ce pesticide, et cela dès le début des années 70, celui-ci a autorisé les grands planteurs blancs créoles à l’utiliser au-delà du raisonnable dans les bananeraies de la Guadeloupe et de la Martinique, ce qui eut pour effet d’empoisonner nos sols, nos rivières, nos nappes phréatiques et nos rivages. Pendant plus de trente ans, nous avons bu, sans le savoir, une eau du robinet gorgée de pesticides et surtout de chlordécone, nous avons mangé des légumes et des poissons contaminés, sans que jamais l’Etat français ne lève le petit doigt pour arrêter ce qui ressemble fort à une tentative de génocide. Sans compter que le taux de rémanence de ce poison est évalué à soixante, voire cent ans ! Aujourd’hui, les résultats sont là : nos pays vivent une véritable catastrophe sanitaire. Celle-ci se décline ainsi :

- explosion du nombre de cas de cancers, cela chez des patients de plus en plus jeunes (moins de 40 ans). La Martinique détient, d’ailleurs, le triste record d’être le deuxième pays au monde après les Etats-Unis pour le taux de cancer de la prostate.

- développement inquiétant des maladies d’Alzheimer et de Parkinson, là encore chez des personnes qui sont loin d’avoir atteint l’âge (canonique) où ces affections sont considérées comme inévitables

- nombre effarant de fausse-couches et de malformations congénitales qui ne s’expliquent pas seulement par les grossesses trop précoces, comme on tente de nous en persuader, puisque l’âge de la conception a toujours été nettement plus bas dans nos pays qu’en Europe
- augmentation inexpliquée du taux d’infertilité à la fois féminine et masculine, ce qui fait que nos pays sont tombés au-dessous du seuil de renouvellement normal d’une population qui est de 2, avec seulement 1,8 enfant par femme (contre 2,1 en France !).

Lorsque le scandale finit par éclater et que cet empoisonnement généralisé fut mis à jour, l’Etat français a tenté de nous faire croire que la dangerosité du chlordécone n’a été connue qu’en 1989, ce qui est un mensonge absolu. Un mensonge d’Etat ! Répétons-le : dès la fin des années 70, ce pesticide avait été interdit en Amérique du Nord et plusieurs publications scientifiques émanant de l’«American Cancer Institute» en démontraient la cancérogénicité. Il est vrai que ces études étaient rédigées en anglais et qu’il est bien connu que les Français ne sont pas très brillants en langues étrangères…En réalité, cet empoisonnement de nos populations fut délibéré et les responsables en sont parfaitement connus : d’abord l’Etat français lui-même (et cela quel que fut le parti au pouvoir durant ces trente ans, Droite et Gauche s’étant partagés le pouvoir) ; ensuite les différents préfets et chefs des services déconcentrés de l’Etat en poste dans nos pays à cette époque ; enfin les Békés ou Blancs créoles, descendants des esclavagistes d’antan, à la fois gros planteurs, principaux importateurs de pesticides et détenteurs du monopole de la vente des engins agricoles. La représentation parlementaire antillaise a vainement tenté d’obtenir du Palais Bourbon la création d’une «commission d’enquête parlementaire», comme dans les affaires du sang contaminé, de la vache folle, de l’amiante, d’Air Lib ou encore d’Outreau, mais en vain. Il ne nous fut octroyé, à nous, descendants d’esclaves, qu’une vague «mission d’information parlementaire» dénuée de tout pouvoir d’enquête et de coercition. Ce qui est la preuve que nous sommes bien des «Français entièrement à part et non des Français à part entière», selon la célèbre formule d’Aimé Césaire. Rappelons tout de même que des dizaines de milliers de Créoles se sont portés volontaires pour combattre dans l’armée française ou pour défendre le territoire hexagonal :

. bataillon créole pendant la guerre du Mexique (1862-1867) menée par l’empereur Maximilien III

. participation à la guerre franco-allemande de 1870

. bataillon créole pendant la Première Guerre Civile Européenne (1914-18)

. « dissidents » antillais pendant la Deuxième Guerre Civile Européenne (1939-45)

. appelés et engagés antillais pendant les guerres d’Indochine, d’Algérie, du Tchad etc…

Les Créoles ont donc tenu à verser ce qu’ils ont eux-mêmes appelé «l’impôt du sang» à une prétendue mère-patrie qui s’est toujours révélé une mère marâtre. Les trente ans d’empoisonnement que viennent de vivre la Guadeloupe et la Martinique n’en étant qu’une énième preuve.

Aujourd’hui, nous réclamons donc que justice soit faite. Nous exigeons :

. une enquête épidémiologique à grande échelle afin de mesurer la vraie ampleur de la contamination, enquête conduite par des scientifiques étrangers car nous n’avons plus confiance dans leurs collègues français

. l’indemnisation sans délai des petits et moyens agriculteurs qui, ayant loué ou acheté des terres anciennement plantées en banane, sont dans l’impossibilité de livrer des produits sains à nos populations et sont, pour certains, au bord de la faillite

. la mise en place immédiate d’un processus de dépollution de nos sols selon les procédés de « phytoremédiation » mis au point récemment au Canada, dépollution qui devra être prise en charge par l’Etat français sur la base du principe dit du « pollueur-payeur »

. la convocation devant la justice des principaux responsables de cet empoisonnement annoncé qui, de toute évidence, ont fait preuve dans cette affaire d’une négrophobie et d’un comportement raciste à peine voilés.

Mais, hélas, nous crions dans le désert. Alors que nos patates douces ou nos ignames qui arrivent dans les ports français sont immédiatement détruits par les services sanitaires, l’Etat n’a jusqu’à ce jour pris aucune mesure pour que ces mêmes légumes soient interdits de vente dans nos pays, du moins ceux qui proviennent de sols contaminés. C’est aussi qu’aucune cartographie sérieuse de cette contamination n’a été établie à ce jour, si bien que les agriculteurs qui travaillent des terres non polluées se voient autant pénalisés que leurs confrères ayant hérités de terre polluées. La moindre des choses eut été, de la part des services de l’Etat français, de mettre en place un système de traçabilité des productions maraîchères et vivrières antillaises. Il y a là un laisser-aller, un laisser-faire, un je-m’en-fichisme, véritablement criminels à l’endroit des peuples antillais. Bien qu’alertée par un livre sur la question («Chronique d’un empoisonnement annoncé», de L. Boutrin et R. Confiant, édit. L’Harmattan 2007) ainsi qu’une conférence dans l’enceinte même de l’Assemblée Nationale française, aucun grand média français n’a à ce jour porté l’affaire à la connaissance du public hexagonal. Il semblerait qu’une sorte d’omerta se soit imposée au sujet du chlordécone et des ravages qu’il provoque.

Nous nous permettons donc respectueusement de lancer un appel solennel à tous les chefs d’Etat d’Afrique noire pour qu’ils nous aident à briser cette chape de silence afin d’obliger l’Etat français à prendre ses responsabilités à l’égard des populations antillaises deux fois déportées, comme nous l’avons vu, et aujourd’hui empoisonnées. En effet, nous réalisons aujourd’hui que le «génocide par substitution» dénoncé par Aimé Césaire dès la fin des années 70, c’est-à-dire le remplacement des populations créoles par des gens venus d’ailleurs, s’est accompagné, dans le silence le plus total, d’un véritable «génocide par empoisonnement». L’OUA doit s’emparer de cet affaire sans délai, sinon tous les appels à «la solidarité du monde noir», au «panafricanisme» ou à «l’unité culturelle négro-africaine», émanant d’intellectuels africains, antillais ou noirs américains, se révéleraient des mots creux, vides de sens, véritables paravents de notre commune lâcheté.

Aidez-nous ! Ne serait-ce qu’au nom de nos ancêtres communs…

Veuillez accepter, madame la Présidente, monsieur le Président, l’expression de mes salutations respectueuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 Sujets similaires

-
» Les personnages de comics méconnus-partie 25: La Veuve Noire
» Rumeurs...
» [Grangé, Jean-Christophe] La ligne noire
» L'enfant Padaung
» Liste de nos lecture - Afrique noire
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Appel aux Chefs D’Etat D’Afrique Noire au sujet de L’Empoiso :: Commentaires

Merci pour cet article très complet encore une fois
voyance serieuse gratuite par mail
 

Appel aux Chefs D’Etat D’Afrique Noire au sujet de L’Empoiso

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: NEO-COLONISATION-
Sauter vers: