MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 FAITES PAS LES CONS, CHOISISSEZ LA "FRANCE D'ABORD !&qu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

22042007
MessageFAITES PAS LES CONS, CHOISISSEZ LA "FRANCE D'ABORD !&qu

FAITES PAS LES CONS, CHOISISSEZ LA "FRANCE D'ABORD !"





[color=#000000]Si jamais vous souhaitiez choisir entre

la Dame du Poitou, Marie Ségolène Royal, François Bayrou et Nicolas
Särközy y Nagy Bocsa, vous devrez avant tout choisir en conscience pour


la France. En clair, il faudra s’approprier un slogan vulgarisé par qui vous savez «
La France ,
d’abord ! ».Bien entendu, il n’est ni question de banaliser, ni de
vulgariser les idées du FN, chose qu’un candidat présenté comme
républicain ne s’est pas gêner de faire, parvenant même à réhabiliter
les fantômes du Pétainisme.
Votre
choix doit être made in France 100%, c'est-à-dire choisir le candidat
ou la candidate qui incarne le mieux la nation française, tant par sa
connaissance du terroir que par ses qualités humaines et
intellectuelles. Votre bulletin a un poids significatif pour le futur,
ne faites pas les cons !


Aujourd’hui,

la France a de multiples challenges à relever, à commencer par
l’obligation de s’assumer dans sa dimension multiculturelle et
pluri-confessionnelle. Aussi, elle devra surtout affronter les défis
qui à elle, comme la mondialisation, la construction européenne et ses
relations avec les pays du Sud, notamment ses anciennes colonies en
Afrique. C’est dire si l’élection présidentielle 2007 ne peut être
réduite à une déferlante de sondages et à une succession de petites
phrases, de coups bas, de manipulations des médias au profit d’un
candidat soutenu ouvertement par le CAC 40 et le MEDEF. Choisir un Président ou Présidente de

la République , c’est confier les destinées du pays à un Homme mûr, rassembleur, déterminé, à
la probité morale éprouvée, responsable de ses actes et d’envergure
irréprochable.Vous l’aurez compris, ce portrait robot se rapproche plus
des deux candidats, Ségolène Royal et François Bayrou, à condition que
ce dernier assume réellement son identité de démocrate chrétien de
droite. Votre choix devra se faire entre ces deux personnalités
différentes, mais qui partagent une vision commune :

la France unie et plus forte.




A2N



[color:0b9a=#000000:0b9a]



Ségolène Royal comme le choix de la raison !


La Jeanne d’Arc du Poitou n’est plus à présenter. Fille de militaire, Présidente de


la Région Poitou Charentes.
Avec un sens hors du commun, elle a montré dans la gestion de sa région
Poitou-Charente des capacités indéniables reconnues même de ses
adversaires. Mère de famille comblée et très respectueuse des
valeurs familiales, 4 enfants, militante écologiste de la première
heure en France, défenseur farouche de l’ordre juste et du gagnant.
Elle incarne
la France du
mouvement et du changement. Femme politique au caractère affirmé ( il
en faut dans un univers de machos) qui représente

la BRAVITUDE définissant l’Homme d’Etat.

Son
intelligence est grande, vive et non scolaire. Les accusations
contraires qu’elle a subies, émanant de l’UMP et d’une presse aux
ordres, sont absurdes : il suffit d’ouvrir le Canard Enchaîné
pour en lire autant chaque semaine sur chaque candidat. Sa trajectoire
dans le marécage de la rue de Solférino, ses victoires politiques, ses
actions de ministre en témoignent ;
Elle a la force d’âme demandée
par la fonction. Aucune des attaques, de son camp ou des adversaires,
ne l’a ébranlée. Face à un adversaire dont chacun sait qu’il est en
permanence au bord de la rupture, et face aux louvoiements de l’habile
tacticien / authentique conservateur du pseudo centre, elle continue de
défendre l’équilibre inédit qu’elle propose aux Français ;


Elle écoute beaucoup, mais n’est pas influençable, ce que nombre d’éléphants ont expérimenté à leurs dépens.

Elle
a le courage nécessaire pour ne pas se soumettre à M. Lagardère (Paris
Match, JDD, Europe 1) ou M. Bouygues (TF1, LCI) ou leurs amis ;
Elle
est sincère, infiniment plus que le camelot aux multiples promesses,
beaucoup plus que le manoeuvrier et sa fausse révolte. Elle est sincère
mais, pas naïve, elle sait se taire ou entrer en elle-même ;
elle est pacificatrice quand Sarkozy divise et provoque les troubles ;
elle voit loin, très loin, et préparera

la France pour les 20 années à venir.


Ségolène
Royal a pris au sérieux le vote des Français le 21 avril 2002 (et le
vote "non" au référendum européen). Elle sait que ce signal voulait
dire quelque chose. Quelque chose de la crise de la politique : " Ne nous abandonnez pas, travaillez avec nous, pensez aux vrai problèmes ".






Elle
n’a jamais cru à l’alternance systématique. Elle a commencé sa campagne
tôt. Elle a contraint le PS à écouter les Français. Elle a organisé une
prise de parole des Français comme on n’en avait jamais connu hors
périodes de révoltes. elle a pris en compte la parole des Français.
Sa réponse est claire, incarnée dans une promesse traduite en 100 propositions :



d’abord
le respect et la parole donnée au coeur de l’action politique.
Politique par la preuve, politique dans la dignité, respect des
électeurs et de la parole publique : elle attaque la crise à sa racine
morale.
ensuite le respect de

la France et donc le souci du réel : la dette, la croissance, les
manques du service public, l’amour de la patrie, la reconnaissance des
entrepreneurs, la dignité sans cesse rappelée des plus fragiles sont au
coeur de son projet ; et surtout une véritable attention aux plus
fragiles. Les "petites retraites" (que l’on a glosé sur ces mots !),
les ouvriers de 50 ans dont les entreprises se délocalisent, les pays
d’Afrique abandonnés par
la France
entre les mains de disctateurs, d’élites corrompues ou du FMI. Les
femmes, les victimes des différentes formes de violence. Elle a compris
que

la France est viciée par l’abandon de sa jeunesse, qui menace aujourd’hui cette jeunesse et toute

la France. Elle a décidé d’y remettre de l’ordre.



Une vraie révolte


Car
la révolte de Ségolène Royal est authentique. Trop souvent la gauche a
pris, par le passé, des pauses. Trop souvent, complexée par la droite,
elle a voulu donner des gages de bonne gestion avant de se confondre au
sein des élites, top souvent elle s’est contentée de révoltes
culturelles, de rebellions faciles.
Ségolène
Royal a eu froid, a connu la pauvreté, a connu l’injustice, a été une
provinciale boursière dans les écoles du VII e arrondissement. Et elle
ne l’a pas oublié. Ses révoltes sont authentiques. Elle sait pour quoi
elle se bat. Elle sait pour qui elle se bat. Sa boussole est ferme.




Une projet de gauche moderne



Son
projet est donc celui d’une gauche modernisée, ce qui ne veut pas dire
droitisée, loin de là. La réaction des grands industriels des médias le
prouve...
Elle
n’accepte ni les totems ni les tabous. Si la carte scolaire ne marche
plus, qu’on le dise. Si les parents prennent des cours de soutien
scolaiure, c’est qu’ils en ont besoin. Que le service public les aide !
S’il y a une délinquance croissante, c’est que des repères sont perdus
et que la prison est une école du crime. Qu’on invente autre chose !


Elle
a su prendre à la première gauche le sens des luttes sociales,
l’économie au service de la personne humaine, l’esprit
internationaliste. Elle a su prendre à la deuxième gauche le sens de la
régulation, la décentralisation, l’intérêt pour l’économique. Elle a su
prendre aux mouvement altermondialistes le respect absolu de
l’environnement, le goût du travail en réseau, de la démocratie
participative. Et de ceci, grâce à sa propre personnalité, elle a fait
un alliage cohérent.




Un projet de France moderne
[color=#000000]De ce projet de gauche renouvelée, elle a fait un projet pour toute

la France. Recherchant , partout, des logiques "gagnant-gagnant", des cercles vertueux, elle parle à toute

la Nation. Quand elle parle d’Europe, c’est au sein d’une alliance avec nos partenaires qu’elle a préalablement consultés.
Une
France qui garde l’héritage de De Gaulle, qui renoue avec celui de
Mitterrand, qui se souvient de son histoire avec l’Afrique, qui se
rappelle qu’elle doit être à la pointe de la construction européenne,
qui sait qu’elle a toujours été grande quand elle a été juste, qu’elle
a toujours été elle-même quand elle a voulu parler au monde entier.
[color:0b9a=#000000:0b9a]Une
France dont la vie politique sera profondément renouvelée pour que les
élus fassent droit à la demande des citoyens : plus de présence
(lilmitation du cumul des mandats), plus de responsabilité, plus
d’échanges avec les citoyens. Une sixième République que les miasmes
des 15 dernières années rendent indispendable.



Ségolène
Royal est d’une gauche inoxydable. Mais elle a aussi grandi dans une
famille de droite, de province, croyante et militaire et en a gardé des
valeurs. C’est ce parcours qui a fait gloser qui la rend aujourd’hui
capable d’être le chef de l’Etat, et de proposer aux familles
politiques françaises des accords gagnats pour tout le pays.



La capacité de gagner


Et puis, surtout, malgré les forces liguées aujourd’hui contre elle, Ségolène Royal peut gagner cette léection présidentielle.

La France ne voudra pas de Nicolas Sarkozy. Il ne se contrôle pas et divise le pays.

La France le sait. Que Ségolène Royal l’affronte au deuxème tour, et
elle gagnera. les instituts de sondage amis de l’UMP ont beau dire, ils
nous refont le coup du référendum européen : ils confondent leurs
désirs et leur travail.

La présidende Royal est LA réponse à la crise du 21 avril !







François Bayrou ou le centrisme ni droite ni gauche
[color=black]François
Bayrou est né le 25/5/1951. S'il devient président de la république en
2007, il aura 55 ans au début de son mandat, et 60 ans à la fin, en
2012.
[color:0b9a=black:0b9a]Agrégé
de lettres classiques, François Bayrou est président de l'UDF depuis
1998, ancien ministre de l'Education nationale, ancien conseiller
municipal de Pau et ancien président du conseil général des
Pyrénées-Atlantiques.Candidat aux élections présidentielles de 2002, il
obtient 6,84% des voix. François Bayrou s'est récemment fait remarquer
en prenant ses distances avec la droite républicaine (UMP), en
critiquant la privatisation des autoroutes, ou encore en votant contre
la confiance au gouvernement, lors de l'houleuse crise du CPE. Pendant
la pré-campagne présidentielle, en septembre 2006, François Bayrou a
accusé les grands groupes médiatiques tels que Bouygues (propriétaire
de TF1) de ne laisser aux français qu'un choix entre Ségolène Royal et
Nicolas Sarkozy, et d'oublier les autres candidats.
[size=12]Le projet de François
Bayrou : pour 2007, il veut dépasser le conflit gauche-droite et amener
les différentes forces politiques à travailler ensemble, dans un
gouvernement d'union nationale, sous l'égide de l'UDF.Il Veut gouverner
avec les socialistes et l’UMP. Il n’y aura donc aucun changement en
France. C’est la garantie assurée d’un retour vers la 4 ème République
et son instabilité permanente. Avec l’option Bayrou, c’est la
cohabitation assurée avec toutes les lenteurs et les incapacités à
gouverner que cela implique. Comment bâtir un programme cohérent quand on ne parvient déjà pas à rassembler les menbres de son propre parti UDF ? Le discours « anti-système » de Bayrou, alors qu’il est pacsé avec la droite depuis 1986, est fort préjudiciable à

la France.



[/size]


_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Faites nous rire !!!
» Faites parler vos photos !
» Que faites vous pendant les Parades?
» Vidéo LES GROS CONS
» Que faites-vous le week-end?
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

FAITES PAS LES CONS, CHOISISSEZ LA "FRANCE D'ABORD !&qu :: Commentaires

Les non dits du Bayrouisme : La politique économique de Bayrou (membre de la trilatérale et de

la FNSEA ) est calquée sur celle de sarkozy, favorisant les
privilégiés. Bayrou grand manipulateur, utilisant à bon escient les
non-dits, la société Française sera transformée subrepticement vers un
ultralibéralisme. La laïcité sera compromise en considération de ses
accointances avec l’Opus Dei et de ses actes en tant que ministre (plus
d’un million de personnes dans les rues). Tenant compte de son
conseiller Edouard Fillias soutien Bayrou (LEMONDE.FR avec AFP |
13.03.07), président d’Alternative Libérale ! qui veut supprimer le
monopole de

la Sécurité Sociale , les craintes sont légitimes.


Bayrou ou la stratégie de la ruse :
pour ne pas être soumis à l’ISF, il se déclare éleveur de chevaux et
non parlementaire. Il est éleveur pour le fisc, mais gagne sa vie comme
homme politique de droite depuis plus de 20 ans. (paie de député et de
député européen et ministre). ’’Ça plaît à tout le monde les discours
consensuels ! Mais comment pourra t-il rendre pérenne une coalition
gauche droite, il ne parvient déjà pas à rassembler les membres de
l’UDF qui sont sensés avoir les mêmes idées ? Que Bayrou cesse de
tenter de nous fourvoyer ! Il nous mène droit à une instabilité
institutionnelle qui sera fort préjudiciable à

la France.Cependant , entre la peste et le choléra, il vaut mieux encore préférer le béarnais qui joue à l’extrêmiste du centre.








Nicolas Särközy y Nagy Bocsa ou le chaos social et l’effondrement de

la République !


Plutôt
agité, hyperactif , HYPERMENTEUR ( voir vidéo de sa mère, ci-dessous),
incapable de tenir ses engagements, assoiffé du pouvoir, vie
conjugale dissolue et chaotique (ses problèmes conjugaux comme les
frasques de sa femme sont devenus un feuilleton à rallonge) ; porté
davantage sur le rejet et la négation de l’autre, dissimule mal ses
origines étrangères à
la France , à
sa culture, à son histoire et à sa civilisation ; préfère la
confrontation permanente au dialogue, le candidat de l’UMP est un homme
peu fiable, coupable de plusieurs trahisons, néoconservateur et
pro-israélien, il était pour la guerre en Irak. Nicolas Sarkozy est le
candidat ultra libéral qui assume les effets destructeurs de la
mondialisation, des délocalisations, du pouvoir irrépressible et
dévastateur de l’argent. N’est-il pas le chouchou du CAC 40 et du
MEFEF ?
Tout
est là. Nous avions tout sous les yeux. Nicolas Sarkozy, qui a appris
la politique dans les Hauts de Seine, se comporte depuis toujours comme
un chef de clan, comme un caïd de film de mafia. Violent, emporté,
brutal. Que personne ne dise après qu’il ne le savait pas...Que nous
enseigne la lecture des journaux depuis 5 ans sur la vision du pouvoir
et la psychologie de M. Sarkozy ? Le portrait est éloquent :
Mégalomane




« La seule chose qui m’intéresse, c’est d’être un jour président de

la République.
» Nicolas Sarkozy, Le Parisien, 11/03/2005


« Deux mandats et c’est tout ? », glisse une journaliste. « Et
encore, répond le candidat, si ca ne tenait qu’à moi je n’en ferais
qu’un. Mais je ne peux pas. Tant d’espoirs reposent sur moi. Des
millions de gens comptent sur moi. Je ne peux pas faire ça.
» billet supprimé du blog de Laurent Bazin après intervention de la direction de i-Télé.
Selon Le Canard Enchaîné
du 20 octobre 2004, lorsqu’il a été proposé de choisir une ville de
province pour le Congrès de l’UMP, M. Sakozy aurait concédé que si les
rois allaient bien se faire couronner à Reims, « le sacre de Napoléon a eu lieu à Notre-Dame de Paris ».
Est-ce un hasard si ce grand événement eut lieu le 2 décembre 1804,
soit deux cents ans presque jour pour jour avant le congrès de l’UMP ?
« Je veux que ça y ressemble ! clame Sarkozy. Que, dans leur inconscient, les Français m’associent à l’Empereur. »




clanique, familial, avide, égocentrique




Ce que raconte Didier Schuller : « Ce jour là [en 1988], Sarkozy m’a surpris d’entrée de jeu. Il m’a dit qu’il comptait être Président de

la République un jour et m’a demandé dans quel camp je comptais être à ce moment là.
» Victor Noir, Nicolas Sarkozy ou le destin de Brutus, Denoël, 2005.
Selon Le Canard enchaîné du 5 mai 2004 : A son arrivée à Bercy, la famille Sarkozy emménage dans un hôtel particulier 5 logements : l’un de 278 m2, un autre de 330 m2, un de 83 m2, et 2 autres de 78
m2. Le tout uniquement pour les besoins personnels du couple et
enfants. Le petit personnel, lui, est prié d’aller emménager dans des
appartements sans aucune commune mesure. Cecilia, le 3 mai 2004,
a commandé dans l’urgence, pour la demeure familiale, 5 téléviseurs à
écran plasma ( coût moyen : 4000 euros par téléviseur ) payés par les
contribuables. Nicolas, à son arrivée, a fait diffuser la note de
service ci après : « Toute demande de Cecilia Sarkozy doit être
honorée et qu’il ne soit jamais fait référence aux problèmes de coût ou
de disponibilité de crédits
» ..






Pour
les besoins de la famille, 7 voitures payés par le contribuable : 4
velsatis et 3 Peugeot 607. Tous les matins, une voiture avec chauffeur
conduit le petit dernier à l’école, toutes sirènes hurlantes, ce qui
est illégal. Mme Sarkozy a demandé un lit de 2
mètres sur 2 pour la chambre du couple. Quant au personnel mis à la
disposition de la famille, et sur demande de Cecilia, il doit
travailler continuellement en habits d’apparat (queue de pie et chaîne
en argent) alors que le protocole ne l’exige nullement. Bref, l’argent
du contribuable n’est pas un problème pour la famille Sarkozy. Jamais
un ministre n’avait osé afficher tant de mépris pour

la France d’en bas, et n’avait osé dépensé de manière si outrancière l’argent du contribuable.
Confusion des genres et des rôles avec Cécilia. « Ses
conseils et ses avis me sont d’autant plus indispensables qu’elle prend
soin de me les prodiguer à froid. Elle attend toujours que les passions
soient retombées. Elle sait parler à bon escient, profitant d’un moment
de disponibilité pour enfoncer le clou avec douceur et fermeté.
» Nicolas Sarkozy, Libre, 2002. (Il n’est pas certain que les choses en soient au même point)« Sont nommés au cabinet du Ministre d’Etat : Conseiller technique : Madame Cécilia Sarkozy… » (article 1 de l’arrêté du 16 avril 2004 portant nomination au cabinet du Ministre d’Etat).






despotique, colérique


« Sarkozy est incapable d’admettre un avis différent du sien. » François Goulard, Le Parisien, 20/11/2006. D’après
des policiers cités par l’AFP, Nicolas Sarkozy a piqué une colère,
mercredi dernier à Bobigny, face aux principaux responsables de la
police en Seine-Saint-Denis. Le ministre de l’Intérieur les avait
réunis à huis-clos après la divulgation d’une note du préfet sur la
délinquance dans le département. Le Canard enchaîné du mercredi 27
septembre relate également les propos d’un des fonctionnaires présents
à cette réunion : "Nicolas Sarkozy a invectivé à coup de "crétins !",
"connards", "incapables"’ les personnalités présentes. Des insultes
démenties en revanche par d’autres policiers présents. "Il était
intenable", poursuit le fonctionnaire au Canard, "il s’est mis à
hurler, à prononcer des mots très durs et blessants".
Un autre policier rapporte à l’AFP : « C’était
assez hard. Nicolas Sarkozy était très excité et énervé par la
publication de la note du préfet. Il a eu des mots durs, moralisateurs,
mais il n’a pas été grossier
». Nouvel Observateur, 27 septembre 2006



Selon Le Canard Enchaîné du 13 décembre 2006, pendant l’émission Ripostes, diffusée dimanche dernier, un juge, M. Portelli, avait « osé »
dire à Sarko que ses chiffres sur la délinquance étaient faux et
mensongers. Après l’émission, Sarkozy lui saute dessus, fou de colère,
et lui dit : « M. Portelli, je n’ai jamais vu un juge comme vous, je n’aimerai pas être jugé par un magistrat comme vous ! » Et Portelli de répliquer : « M. Sarkozy, je n’aimerai pas être citoyen si vous êtes élu président de

la République en 2007 !
»
Et tout en disant ça, le juge, qui mesure plus d’1m80, tapote l’épaule
de Sarko. C’est la goutte d’eau pour Nicolas qui frise la crise
d’hystérie en hurlant comme si Portelli avait la peste : « Ne me touchez pas, ne me touchez pas !!! » et se casse.






aime l’affrontement personnel, la violence verbale
[color=#000000]« Un jour, je finirai par retrouver le salopard qui a monté cette affaire et il finira sur un crochet de boucher. » Nicolas Sarkozy cité dans

la Tragédie du Président, Franz-Olivier Giesbert, 2006 (A propos des manipulations de l’affaire Clearstream)
[color:08ca=#000000:08ca]« je les ai tous niqués » se serait-il écriré après la prise de Neuilly.




trahit ses amis et ses alliés

En 1983, il déclare à propos de Charles Pasqua : « tout le monde sait que je suis son double », avant de le trahir et de se faire élire à

la Mairie de Neuilly.
Ralliement
à Balladur alors qu’il était un « intime » de la famille Chirac, témoin
de mariage de Claude qui reconnaît elle-même avoir été très intime avec
Sarkozy (« mais pas sa maîtresse » La tragédie du Président, Franz Olivier Giesbert, Flammarion, 2006)
Soupçonné par Chirac lui-même d’être à l’origine de l’affaire des HLM de Paris (La tragédie du Président, Franz Olivier Giesbert, Flammarion, 2006). Il le reconnaît quasiment lui-même dans Libre « Pour
empêcher [cette transmission à la justice] j’aurais du donner un ordre
écrit contraire. Je serais aujourd’hui devant la haute cour de justice
de

la République pour répondre du crime de forfaiture !
». Mais en fait, Chirac pense qu’il a accéléré la procédure et qu’il l’a ébruitée, et pas seulement transmise…


mélange des genres, abus de pouvoir

"Il
était très sûr de lui, exactement comme aujourd’hui, se souvient
Bernard. Il m’a expliqué très clairement que son objectif politique
était d’être au premier rang. Beaucoup plus haut que député. « Mais j’ai besoin qu’on me soutienne », m’a-t-il dit. Moi, je lui ai répondu « Si vous obtenez l’investiture du RPR, on vous soutiendra ». Il me dit : « Non,
vous ne n’avez pas compris, j’ai besoin de constituer une base solide.
Je suis avocat, je peux assurer votre conseil. On pourrait faire un
abonnement mensuel au cabinet.
» J’étais stupéfait (…). Le
déjeuner s’est mal terminé. Il m’a dit « Ne vous inquiétez pas, on se
retrouvera. » (…) En 1994, Bernard se persuade que le contrôle fiscal
auquel il a droit est le retour de bâton de sa « rencontre » avec
Sarkozy, devenu ministre du Budget. « Un certain nombre de ceux qui ont
soutenu Chirac y ont eu droit. », remarque-t-il, fataliste. » Victor
Noir, Nicolas Sarkozy, le destin de Brutus.
Le
9 novembre 2005, Nicolas Sarkozy convoque au ministère de l’Intérieur
le président-directeur-général des Éditions First, Vincent Barbare,
pour le menacer de « foudres judiciaires et variées », selon Le Canard Enchaîné
du 16 novembre 2005. Motif : cette maison d’édition s’apprêtait à
publier le 24 novembre l’ouvrage signé de Valérie Domain, journaliste à
Gala, et intitulé Cécilia Sarkozy, entre le cœur et la raison.
Dans une interview du Parisien publiée vendredi 18 novembre 2005,
Cécila Sarkozy indique que c’est elle qui a alerté son mari sur la
sortie du livre. « Je ne souhaite pas que ma vie privée soit
médiatisée », a-t-elle affirmé. (Wikipédia).


Eviction
d’Alain Genestar : « Pour la première fois, l’ancien directeur de la
rédaction de Paris Match, Alain Genestar, met publiquement en cause le
rôle de Nicolas Sarkozy dans son licenciement. « Le ministre de l’Intérieur, quand il affirme n’être pour rien dans mon licenciement, ne dit pas la vérité », déclare-t-il dans le Monde daté d’aujourd’hui. » Libération, 17 novembre 2006.
Nicolas Sarkozy a alors confirmé que Jean-Pierre Elkabbach l’avait consulté au sujet du remplacement de Caroline Roux. « Pas gêné le moins du monde », raconte Le Canard Enchaîné du 22 février 2006, le ministre répond : « bien sûr. (…) J’ai été ministre de

la Communication. Je suis ça de près, ça fait partie du travail
politique. (…) Si vous saviez. Il n’y a pas qu’Elkabbach qui fait cela…
».
Lu
dans Marianne n°494 : Frédéric Lefebvre qui est le conseiler
parlementaire de Nicolas Sarkozy est l’un des actionnaires principaux
du cabinet de de lobbying Perroquet. Les clients de ce cabinet
appartiennent à l’industrie alimentaire, à l’immmobilier, au milieu
industriel tel Alcatel, Altadi.


Le Canard enchaîné
du 6 août 2006 : moyens mis à disposition de Nicolas Sarkozy pour ses
vacances au bassin d’Arcachon : « - Une demie compagnie de CRS (soit 50
hommes) basés habituellement à Vélizy -18 pandores du SPHP (pas le
service public des hôpitaux de Paris !) le Service de protection des
hautes personnalités -Pour se déplacer plus rapidement par les flots :
deux zodiaques et un scooter des mers avec des gorilles armés jusqu-aux
dents. -Un hélicoptère pour les promenades de Nicolas et sa petite
famille. -Un court de tennis public complètement réservé à la famille
Sarkozy à la demande ( les habitués n’ont qu’à se trouver un autre
court) -La même chose pour le terrain de football municipal -3 gardes
du corps affectés à Cécilia plus une voiture avec chauffeur. -4 super
flics pour le petit Louis ( le fiston), plus un véhicule -Un policier
plus un chauffeur pour la mère de Nicolas Sarkozy -Pour les besoins
quotidiens de la famille : un intendant, 2 cuisiniers et 3 maitres
d’hotel.



L'Enfance cachee de Nicolas Sarkozy par sarkophage



http://www.alert2neg.com/article-6455231.html
 

FAITES PAS LES CONS, CHOISISSEZ LA "FRANCE D'ABORD !&qu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: