MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 sarko:POUR QUI ROULENT LES SONDAGES?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

28032007
Messagesarko:POUR QUI ROULENT LES SONDAGES?

POUR QUI ROULENT LES SONDAGES?
Vous aurez compris il s'agit de parler du mystère des sondages, n'est-ce pas? Eh bien! parlons en. Les sondeurs doivent bien vous surprendre depuis qu'ils qualifient automatiquement un homme contre tous, quel que soient les circonstances. Les professionnels de la "SONDE" prennent-ils les Français pour des cons? C'est bien ce qu'il faut croire, comme le démontre cet énième "VOTE" en faveur de qui vous savez ( voir ci-dessous) Car, il n'est pas possible de ne pas voir que le qualifié d'office, celui là qu'ils présentent comme le SUPER FINELYSEEN ( finaliste du jeu "qui va gagner l'Elysée), n'est en fait qu'un IMPOSTEUR.
Il est candidat à la présidentielle, ami du medef et du cac40, responsable d'une politique totalement catastrophique et un des principaux acteurs de la débâcle du gouvernement ump et de la France.
Il utilise un discours populiste, simpliste, pour satisfaire les foules et flatter les instincts les plus bas.
Il est 100% atlantiste, ami de Bush et regrette que la France n'ait pas participé à la guerre en Irak, allant jusqu'à parler de l'arrogance française devant les néoconservateurs Etatsunien, à l'occasion de la dernière commémoration des victimes du "11 septembre 2001".
Il utilise le pseudo-argument de la pensée unique pour légitimer son non respect flagrant des institutions de la République, notamment la Justice, les médias "indépendants" et la police.
Il ment au pays entier, le mensonge étant une seconde nature chez lui, et est trempé dans des scandales financiers: abus de biens sociaux, corruption passive, prise illégale d'intérêts....et délit de favoritisme dans l'attribution de marchés ( affaire des casinos en Gironde).
Malgré toutes ces casseroles , qui auraient disqualifié tout prétendant à la magistrature suprême dans le monde Anglo-Saxon, force est de constater qu'en France tout se passe comme s'il n'y avait rien d'inquiétant pour la démocratie et les intitutions républicaines.
Les sondages sont là pour aider le candidat du MEDEF et du CAC 40 à accéder à son rêve.Comment leur accorder la moindre crédibilité, sachant que l’Ifop, par exemple, est dirigée par Laurence Parisot, également présidente du Medef et coach économique du candidat UMP Nicolas Sarkozy ?
Que l'on s'y trompe pas, la plupart des instituts de sondage sont au service du ministre candidat, et la presse à 90% est détenue par ses proches. Avec un tel arsenal, il ne fait aucun doute que la synergie entre les sondages et les médias constitue une arme de diversion massive, celle permettant plus que jamais au candidat "sans programme" de polluer les débats et de masquer son bilan terne de ces 5 dernières années.Les sondages désinforment et manipulent sans vergogne le peuple. En doutiez vous encore ? Si c'est le cas, parcourez la démonstration ci-dessous, vous comprendrez mieux pourquoi le petit Nicolas ne connaît pas la crise, au point d'être un président de la république élu par ANTICIPATION. Du bel ouvrage !

A2N



La campagne présidentielle 2007 est l’occasion de multiples sondages qui semblent peu crédibles et parfois manipulés.

C’est étrange mais plus les instituts de sondages se trompent et plus les Français sont sondés. Faut-il rappeler les échecs passés lors d’élections françaises ? Trois mois avant le scrutin de 2002, les candidats Jacques Chirac et Lionel Jospin arrivaient en tête avec 23 % des intentions de vote, loin devant M. Jean-Pierre Chevènement, qui en obtenait 12 %, et M. Jean-Marie Le Pen, qui était gratifié de 8 % (Sofres, 4 février 2002) [1] ? La campagne de l’élection présidentielle 2007 connaît ainsi une multitude de sondages (portant même sur le second tour, ce qui n’a guère de sens), chaque semaine, alors même que tous donnent les mêmes tendances du moment. Comme ils sont publiés les uns après les autres, nous connaissons une répétition d’une seule et même information.

Une seule et même information répétée et relayée par l’ensemble des médias alors même qu’elle peut s’avérer totalement erronée, tant les enquêtes peuvent être menées de façon artificielle ou sur un échantillon trop contestable. Au-delà,comment accorder une crédibilité sans nuance à certains sondages comme ceux de l’Ifop dont la présidente n’est autre que Laurence Parisot, également présidente du Medef et proche du candidat UMP Nicolas Sarkozy ?

En réalité, les sondages parasitent le terrain et dans la plupart des cas ne retranscrivent pas la réalité. Le Monde diplomatique [3] relève un exemple probant : « Quand M. Nicolas Sarkozy ou son conseiller politique M. François Fillon ont pris des positions démagogiques en matière de répression des jeunes délinquants ou de remise en cause des « régimes spéciaux », un sondage a aussitôt été diligenté. Le 15 septembre dernier, par exemple, Aujourd’hui en France titra en Une : « Retraite, la fin des privilèges, les Français sont pour ». Et, en matière de sécurité, c’est au moment précis où un policier brutalisé témoignait des violences qu’il venait de subir que l’« enquête » intervint. »

L’ancien président de la Sofres, Pierre Weill fut « stupéfait » devant un enquête si biaisée : « On est stupéfait à la lecture des deux enquêtes, de voir à quel point les réponses sont dans les questions : au point qu’il est légitime de se demander si les résultats reflètent l’avis des sondés ou le pressentiment des sondeurs ! L’Ifop, par exemple, introduit ainsi le questionnaire de l’étude qu’il a réalisée pour le Figaro et LCI : « A propos de la récente agression de deux CRS à Corbeil-Essonnes et plus généralement au sujet de la délinquance, êtes-vous tout à fait d’accord, plutôt d’accord, plutôt pas d’accord ou pas d’accord du tout avec les affirmations suivantes ? » Difficile, lorsqu’on vous apostrophe ainsi, de ne pas donner dans la surenchère répressive, sauf à se sentir d’une lâcheté coupable envers les deux CRS victimes d’agresseurs ignobles » [4].

En comparaison, ce qui est tout à fait étonnant, c’est l’absence de sondages après la rencontre de M. Sarkozy avec le président des Etats-Unis Georges W. Bush, après ses déclarations condamnant en territoire étranger la politique étrangère du gouvernement auquel il appartient, ou après son déplacement raté en Corse : aucune enquête d’opinion ne nous a instruits de ce que les Français en pensaient dans un pays qui produit pourtant deux sondages par jour en moyenne.

Alors les sondages sont-ils un outil pour servir certains candidats ? Et en particulier (uniquement ?), celui de l’UMP ? On peut légitimement se poser la question. En ce sens, soulignons l’étrange manœuvre ayant eu lieu autour du discours de Mme Royal, le dimanche 11 février 2007 à Villepinte :

- Tout d’abord, l’ensemble des médias a focalisé la population sur cette intervention en affirmant qu’il s’agissait d’une étape essentielle voire « vitale » pour la campagne de la candidate socialiste.

- Le discours ayant été particulièrement bien reçu par l’ensemble des présents et des commentateurs, on a assisté à un réajustement du positionnement des médias qui se sont montrés plus impartiaux pour nombre d’entre eux.

- Pour autant, très vite, alors que l’ensemble des médias appelait à plus de propositions la veille du discours, ce contenu a été tout simplement ignoré, bien que très abondamment traité par la candidate pendant près de deux heures.

- Dès le lendemain, été rendu public et relayé un sondage donnant une nouvelle fois Ségolène Royal perdante, alors même qu’il était tout à fait obsolète et ne prenait pas en compte la prestation de cette dernière.

- Le même jour et comme chacun s’en doutait, nous avons assisté à une médiatisation abusive sur le financement des mesures, alors même que cela n’avait jamais été demandé à Nicolas Sarkozy, sous-entendant, -ce qui a bien entendu été infirmé depuis, mais trop tard- que le programme de Mme Royal était un « gouffre financier irresponsable ».

- Etrangement, le mardi 13 février, la population prend connaissance d’un sondage réalisé par l’Ifop, dont la présidente Laurence Parisot est proche du candidat UMP.

- Précisément, ce sondage donne une avance encore plus large de M. Sarkozy sur Mme Royal que précédemment au discours de cette dernière. Le rapport est alors de 54 % contre 46 % au second tour.

Image Hosted by ImageShack.us

On saisit alors aisément la volonté de « casser » la dynamique de Ségolène Royal suite à son discours reconnu comme de très haute tenue. Volonté de l’UMP relayée par un institut de sondage « ami ». Il faut préciser que ce sondage a été commandé par Paris Match, propriété d’Arnaud Lagardère, ami intime du président de l’UMP.

Il a été effectué le lundi 12 février 2007 auprès de seulement 879 personnes et alors que la population n’avait pas eu le temps de prendre en compte le discours prononcé la veille par Mme Royal. Mais aucune nuance n’est apportée au sondage de l’Ifop et il est bien précisé : « sondage réalisé après le discours de Ségolène Royal ». Comment les médias peuvent citer en boucle des sondages donnant un rapport de 51 % à 49 % ou de 52 % à 48 % alors même qu’un résultat aussi serré n’a aucune valeur statistique du fait de la marge d’erreur (plus ou moins 3 %).Cela explique peut-être le fait que depuis peu, certains sondages sont ainsi un peu plus large avec un rapport de 53 % à 47 % ou 54 % à 46 % (celui de l’Ifop) : pour se rendre plus crédibles ?Il n’y a en fait que peu d’ « alertes » sur la faible crédibilité des sondages, et ces derniers continuent d’affluer.

Alors, il y a peut-être un premier intérêt à la prolifération des sondages. C’est, pour les médias, celui de surestimer ou de sous-estimer un ou une candidat(e) et de procéder à un classement (comme le confirme le rappel de la Commission des Sondages, cité plus haut) : nous avons ainsi l’organisation d’un suspense qui ne peut que rendre les débats plus animés et les médias plus sollicités, plus écoutés, plus lus, plus regardés. D’ailleurs, notons que ce sont les propres sondeurs qui commentent abondamment les sondages dans les médias, ce qui ne permet aucunement de relativiser des résultats. On le comprend donc aisément, les sondages des grands instituts constituent aujourd’hui un outil au service du candidat et président de l’UMP, Nicolas Sarkozy. Paranoïa ? Les sondages peuvent agir sur la réalité. Ce ne sont pas les sondés mais les sondeurs et les décideurs médiatiques qui influencent sur la sélection des candidats.

C’est la participation des sondages dans la sélection des candidats et dans leur médiatisation, la collusion des intérêts avec les médias, qui entraînent le fait que les candidats consacrent l’essentiel de leur temps à promouvoir leur image plutôt que des idées. En l’espèce, la palme revient à Nicolas Sarkozy. Résumons : celui qui commande, celui qui paye et qui fait publier peut faire dire ce qu’il veut aux sondages. Ceux qui commandent, qui payent, qui publient sont tous ou presque des proches du candidat UMP .

Nicolas Sarkozy remonte dans les sondages. Et maintenant on sait pourquoi !

Nicolas Sarkozy remonte dans les sondages

http://sarkostique.over-blog.com/article-1319130.html


Sarkozy et les sondages par sarkophage
Sarkozy l'emporterait sur Royal avec 53% des voix, selon un sondage
Photo

PARIS (AFP) - Nicolas Sarkozy l'emporterait au second tour de l'élection présidentielle avec 53% des voix (-0,5) face à Ségolène Royal, créditée de 47% (+0,5) des intentions de vote, selon la 24e vague du baromètre électoral quotidien d'Ipsos/Dell pour SFR et Le Point, publié mardi.14% des personnes certaines d'aller voter n'ont pas exprimé d'intention de vote. Au premier tour, M. Sarkozy arrive en tête avec 30,5% (-0,5) des intentions de vote devant Ségolène Royal, créditée de 25% (-0,5). François Bayrou arrive en 3e position à 18,5% (=) devant Jean-Marie Le Pen à 13% (=). Aucun des autres candidats ne dépasse les 3,5%. Olivier Besancenot est à 3,5% (=), Marie-George Buffet à 2 (-0,5), Arlette Laguiller à 2 (+0,5). José Bové obtient 2 (+0,5), Philippe de Villiers 1,5% (+0,5), Frédéric Nihous 1% (=) et Dominique Voynet 0,5% (=). Gérard Schivardi obtient aussi 0,5% (=). 12% des personnes certaines d'aller voter n'ont pas exprimé d'intention de vote pour le 1er tour. Dans le cas d'un duel entre Nicolas Sarkozy et François Bayrou au second tour, c'est le candidat de l'UDF qui l'emporterait avec 52% des suffrages (-0,5) contre 48% (+0,5). Ce sondage, qui a débuté le 1er mars, est actualisé chaque jour (excepté les dimanches), jusqu'au 4 mai, avant-veille du second tour de l'élection présidentielle. Sondage réalisé par téléphone les 24, 26 et 27 mars auprès d'un échantillon national de 1.110 personnes, renouvelé quotidiennement par tiers, représentatif de la population inscrite sur les listes électorales (méthode des quotas). Notice détaillée consultable auprès de la commission des sondages

http://www.alert2neg.com/article-6187868.html

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» MA LETTRE AU PERE NOEL !
» NON A L AUGMENTATION DE LA TVA SUR LES LIVRES !
» Sarko The Mentalist lit dans vos pensées
» Besoin de votre avis , [sondage] pour mon TPE.
» Evolution pour un CDD
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

sarko:POUR QUI ROULENT LES SONDAGES? :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

sarko:POUR QUI ROULENT LES SONDAGES?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: