MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Les Égyptiens boudent le référendum de Moubarak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tite Prout
Maître de Cérémonie du forum
avatar

Nombre de messages : 1737
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 01/06/2005

28032007
MessageLes Égyptiens boudent le référendum de Moubarak

Le Devoir
LE MONDE, mardi 27 mars 2007, p. a5

Le quart des électeurs ont voté
Les Égyptiens boudent le référendum de Moubarak

AFP
Reuters

Les électeurs égyptiens ont boudé les urnes hier à l'occasion d'un référendum constitutionnel controversé que le président Hosni Moubarak organise pour renforcer la mainmise sur le pouvoir de son Parti national démocratique (PND).

Quelque 35,6 millions d'électeurs étaient appelés à dire oui ou non à 34 amendements à la Constitution promis par le président Hosni Moubarak, 78 ans, lors de sa réélection en 2005.

D'après le ministre de l'information, Anas al-Feki, le taux de participation se situerait entre 23 et 27 %, en dépit d'un appel solennel à voter lancé le matin par le président, au pouvoir depuis 26 ans. Des experts indépendants ou des ONG, comme l'Organisation égyptienne des droits de l'homme (OEDH), l'ont chiffré à seulement à 5 %.

Selon la Commission indépendante pour la démocratie, qui a déployé 300 observateurs, la participation se limitait à 3 % environ en fin d'après-midi. Plusieurs bureaux de vote du Caire ont fermé 40 minutes avant la clôture officielle du scrutin.

Il n'y a aucun suspens sur l'approbation finale de la réforme, tous les scrutins étant systématiquement remportés par le pouvoir. La proclamation du résultat se fera aujourd'hui ou demain, selon M. Feki.

Pour le président Moubarak, ces amendements «donneront une impulsion à l'activité des partis», «protégeront la nation du danger du terrorisme» et en finiront avec «le commerce de la religion et les activités politiques illégales».

Cette réforme, qui semble notamment destinée à verrouiller la transition politique face à la montée des islamistes, a été soumise à un référendum une semaine à peine après son adoption par le Parlement.

Des irrégularités, mais pas de violences comme lors de précédents scrutins, ont été dénoncées par des ONG, relevant des doubles votes ou l'acheminement des «votants» en bus par le parti au pouvoir, le Parti national démocratique (PND).

Selon Ahmed Ezz, un chef de la campagne du PND, le fait que trois électeurs sur quatre ne se soient pas exprimés s'explique par un nombre trop faible des bureaux de vote (9900).

«Un chiffre de 5 % sera plus près de la réalité», a déclaré Moustapha Kamel el-Sayed, professeur de sciences politiques à l'Université américaine au Caire, pour qui le «scrutin n'a pas de légitimité, faute de consensus».

Pour l'opposition unie comme pour des ONG des droits de l'homme et les États-Unis, dont l'Égypte est l'alliée, il s'agit d'un revers pour la démocratie.

Les articles les plus controversés portent sur la lutte antiterroriste, avec l'élargissement des pouvoirs de la police, et sur la supervision des élections, avec l'abandon du principe d'un juge par bureau de vote.

Devenue la principale force d'opposition avec un député sur cinq, la confrérie islamiste des Frères musulmans, interdite mais tolérée, est visée par un amendement qui interdit la création d'un parti sur une base religieuse.

Il lui serait aussi impossible de présenter un candidat à la présidentielle, prévue pour 2011, contre le candidat du régime qui pourrait être, selon le professeur al-Sayed, Gamal Moubarak, le fils cadet du président, après un passage comme premier ministre.

Les Frères musulmans, ainsi que les partis libéraux al-Wafd et al-Ghad, dont le leader Ayman Nour est en prison, Tagamoue (marxiste) et al-Karama (nassérien) ont appelé au boycottage. Le président Moubarak a sèchement rejeté samedi les critiques internationales.


Illustration(s) :

Le référendum a donné lieu à des manifestations dimanche.

Catégorie : Politique nationale et internationale
Sujet(s) uniforme(s) : Élections
Type(s) d'article : Article
Taille : Moyen, 406 mots

© 2007 Le Devoir. Tous droits réservés.

Doc. : news·20070327·LE·136945
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 Sujets similaires

-
» Référendum sur la constitution européenne
» Référendum sur le rétablissement de la peine de mort.
» La Belgique fondée par les Égyptiens ?
» Poemes,Invocations et Maximes MYSTIQUE.
» Boutique en Suisse
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Les Égyptiens boudent le référendum de Moubarak :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Les Égyptiens boudent le référendum de Moubarak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: MONDE-GEOPOLITIQUE/WORLD-GEOPOLITICS :: AFRIQUE/AFRICA-
Sauter vers: