MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Sparte

Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

19032007
MessageSparte

Un grand centre politique

Sparte ou Lacédémone, en grec Spartê, ou Lakedaimôn. Ville grecque du Péloponnèse, située sur l'Eurotas, dans la plaine de Laconie, entre le Taygète et le Parnon.



Sparte fut, avec Athènes, l'un des deux grands centres politiques de l'histoire grecque. Occupée depuis le début de l'époque mycénienne, la région de Sparte fut décrite par Homère comme un puissant royaume, gouverné par Tyndare, puis par son beau-fils Ménélas. Il existe pourtant peu de certitudes concernant l'histoire de Sparte avant le IVe siècle av. J.-C., du fait du manque d'inscriptions et de l'absence d'ouvrages écrits sur leur cité par des Spartiates. La plupart des informations que nous possédons aujourd'hui proviennent d'auteurs antiques comme Hérodote ou Xénophon, qui étaient des admirateurs de la cité lacédémonienne et qui ont contribué à forger le «miracle spartiate» d'une cité militaire et égalitaire à la fois.

La naissance de Sparte
A une époque reculée, les Achéens habitaient au sud de la future Sparte, dans les bourgs d'Amyclées et de Thérapné. Après l'invasion dorienne au XII e siècle av. J.-C., la cité historique de Sparte fut constituée par synœcisme au IX e siècle (réunion de quatre ou cinq bourgades doriennes). Elle soumit d'abord la Laconie et s'assura un débouché maritime à Gythéion, puis annexa la riche plaine de Messénie, dont elle asservit la population au cours des deux guerres de Messénie (fin VIIIe puis seconde moitié du VII e siècle). Elle participa peu au mouvement de la grande colonisation, mais fonda cependant la colonie de Taras (Tarente), dans le sud de l'Italie, vers 700 av. J.-C., et sans doute quelques autres autour de la Méditerranée (Théra et Mélos en mer Egée, d'autres en Libye).

Au cours du VII e siècle, Sparte connut un brillant essor et devint le centre intellectuel du dorisme ; elle accueillit des artistes et des poètes (Alcman, Tyrtée, Terpandre) et vit fleurir la danse, la musique, le chant choral, les arts du bronze et de la céramique. Mais, au lendemain de la seconde guerre de Messénie, la cité se replia sur elle-même et commença à adopter les lois attribuées par la tradition à Lycurgue. La guerre de Messénie ayant largement étendu le territoire dominé par les Spartiates, de nouveaux lots (kleroi) furent attribués aux citoyens. C'est alors que serait apparu le souci de l'égalité au sein du peuple (démos), les Spartiates devenant dès lors des «égaux» (homoioi).

Sous l'instigation de l'éphore Chilon, Sparte s'efforça de perpétuer ses structures sociales, refusant toute innovation, s'affirmant xénophobe et allant même jusqu'à déconsidérer les activités artisanales et artistiques. Cet immobilisme, unique dans l'histoire grecque, était dû en grande partie à un raidissement de l'attitude des aristocrates, qui, toujours moins nombreux par rapport à la population, se sentaient menacés dans leurs prérogatives. Les Spartiates se firent alors les champions des régimes oligarchiques et conservateurs, et combattirent souvent les tyrannies et les Etats démocratiques.


L'Etat spartiate et ses institutions
La division de la société lacédémonienne peut s'expliquer par l'histoire même de la cité, fondée sur la puissance militaire de sa phalange hoplitique, et par l'imposition d'un ordre qui n'hésitait pas à recourir à la terreur.

Les trois classes
La société spartiate comprenait trois classes : au sommet, le petit nombre des citoyens, les homoioi («égaux») ; descendants des conquérants doriens, ils avaient le monopole du pouvoir et consacraient l'essentiel de leur existence à la vie militaire ; au nombre de plusieurs milliers au moment des guerres médiques, ils ne furent plus que sept cents au milieu du IV e siècle av. J.-C. (Ce sont eux les véritables Spartiates, le terme de Lacédémoniens désignant en grec ancien les habitants de l'Etat spartiate par opposition à ceux de la ville même.)

Les Spartiates formaient une société égalitaire de type communautaire (repas pris en commun, casernes pour les citoyens de vingt à trente ans), dans laquelle les citoyens étaient pris en charge par l'Etat dès leur enfance. Ils subissaient une première sélection à leur naissance : les plus faibles et les difformes étaient éliminés. A l'âge de sept ans, ils quittaient leur famille pour recevoir une éducation de caractère militaire (agogê). Cultivant surtout les vertus viriles, l'endurance et la bravoure, au détriment des activités intellectuelles, les jeunes Spartiates, étaient soumis à des entraînements sportifs et à des exercices physiques intensifs, qui avaient pour but avant tout de développer leurs qualités guerrières ; les jeunes filles également subissaient un entraînement physique et participaient aux épreuves sportives.

Au-dessous des citoyens, les périèques, hommes libres, habitants des campagnes environnantes, s'adonnaient surtout aux activités artisanales et commerciales, interdites aux homoioi.

Au bas de l'échelle sociale, les hilotes descendaient probablement des populations asservies (Achéens) ou conquises (Messéniens) ; ils appartenaient à l'Etat et étaient chargés de cultiver les terres des Spartiates, auxquels ils devaient payer une redevance annuelle. Ils étaient maintenus dans un état d'asservissement politique absolu, n'avaient le droit de se vêtir que de haillons, tel le fameux bonnet en peau de chien, et étaient les victimes de la cryptie, sorte de rite de passage consistant en une chasse aux hilotes pratiquée par les jeunes Spartiates. Thucydide raconte même un massacre massif d'hilotes durant la guerre du Péloponnèse : les Spartiates ayant peur d'une révolte déclarèrent vouloir affranchir ceux des hilotes qui étaient prêts à combattre les Athéniens ; les deux mille hilotes qui acceptèrent l'offre furent considérés comme les meneurs d'une éventuelle rébellion et disparurent purement et simplement (Histoire de la guerre du Péloponnèse).

Le modèle de l'oligarchie
Sparte avait un système de gouvernement unique en Grèce. Elle conciliait une double monarchie, héréditaire (un roi issu de la famille des Agides, l'autre de celle des Eurypontides), dont le pouvoir se limitait au domaine religieux et militaire, avec un régime fondamentalement oligarchique. Celui-ci était incarné par la gerousia, sorte de conseil des Anciens composé de trente membres (les deux rois et vingt-huit gérontes, choisis parmi les citoyens de plus de soixante ans). Enfin, les éphores (surveillants) étaient élus chaque année par le peuple ; ces magistrats exerçaient un droit de contrôle sur tous les citoyens, y compris sur les rois. L'assemblée du peuple (apella), qui comprenait tous les citoyens de plus de trente ans, n'avait que des pouvoirs réduits.

L'apogée et le déclin
Forte de sa puissance militaire, Sparte intervint de plus en plus fréquemment dans les affaires helléniques. A la tête de la ligue du Péloponnèse, elle imposa bientôt sa prééminence à toute la péninsule. Elle ne participa qu'avec réticence à la première guerre médique, mais accepta le commandement des forces grecques durant la deuxième phase du conflit. Ayant abandonné les profits de la victoire aux Athéniens, les Spartiates se replièrent sur le Péloponnèse, où ils durent défendre leur suprématie face à leurs anciens coalisés (Tégée, Elis), et surtout face à Argos, soutenue par Athènes, puis mater une révolte des hilotes de Messénie (464-458). Mais Sparte ne pouvait éviter tôt ou tard de se heurter à la politique impérialiste d'Athènes. Durant la longue guerre du Péloponnèse qui opposa les deux grandes cités (431-404), Sparte apparut souvent comme la seule puissance garante des libertés grecques.

La victoire de Lysandre sur Athènes permit à Sparte d'exercer son hégémonie sur l'ensemble du monde grec : elle installa partout des régimes oligarchiques sous la surveillance de gouverneurs spartiates (harmostes), vainquit une coalition d'Athéniens, de Corinthiens, de Thébains et d'Argiens à Coronée (394), et s'assura l'appui des Perses par la paix d'Antalcidas (386). Les victoires du Thébain Epaminondas à Leuctres (371), puis ses campagnes en Messénie et en Arcadie mirent fin à l'hégémonie lacédémonienne en abattant la suprématie militaire spartiate. Minée par la corruption, affaiblie par un grave manque de citoyens, Sparte ne joua plus dès lors qu'un rôle historique secondaire. Les réformes d'Agis IV et de Cléomène III (IIIe siècle av. J.-C.) pour rétablir l'ordre intérieur - redistribution des terres, suppression des éphores, intégration de périèques parmi les citoyens, libération de milliers d'hilotes - ne lui offrirent qu'un court répit. Battue à Sellasie (222) par les Achéens et les Macédoniens, Sparte passa sous la coupe de tyrans, puis fut occupée par les Etoliens (192), avant d'entrer dans la ligue Achéenne (188 av. J.-C.). Sous les Romains, Sparte eut le statut de ville libre et fédérée. Elle connut alors une certaine prospérité, jusqu'aux invasions barbares. Les ruines de l'antique Sparte se trouvent aujourd'hui près du bourg de Magula.

http://www.memo.fr/article.asp?ID=ANT_GRE_011

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Sparte sur les terrains !
» [Battle] Les hoplites de Sparte
» Pour la gloire de sparte ...
» [IMPETUS - what else ?] Sparte ne passera pas !
» Biz - La chute de Sparte
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Sparte :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Sparte

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: LES GRANDES DATES DE L'HISTOIRE-MEMORABLE DATES OF HISTORY-
Sauter vers: