MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 LE TESTAMENT POLITIQUE DE SADDAM HUSSEIN, MARTYR DE L'AXE DE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

04012007
MessageLE TESTAMENT POLITIQUE DE SADDAM HUSSEIN, MARTYR DE L'AXE DE

LE TESTAMENT POLITIQUE DE SADDAM HUSSEIN, MARTYR DE L'AXE DE LA HAINE !

La pendaison de Saddam Hussein le samedi 30 décembre 2006 suscite plus que jamais des vagues à travers le monde entier. Bush et ses petits amis croyaient que la pendaison du Raïs n’était qu’une simple formalité, ils ont commis un faux pas fatal dont les conséquences sont désastreuses pour la paix sur la planète. Aussi, ils ont crée un mythe, celui de Saddam Hussein, l’intrépide avançant au devant de la mort en martyr mais digne. Bush et sa bande voyaient dans l’assassinat du Chef de l’Etat Irakien une marche forcée vers la démocratie, ils ont certainement ruiné à jamais les espoirs d’une paix durable entre le monde Arabo-Musulman et l’état Hébreu, fer de lance de la politique de la terreur occidentale au moyen-orient. Saddam Hussein, lui, ne pensait pas avoir une sortie aussi héroïque et médiatique, ce qui lui attire un élan compassionnel mondial, lui qui n’était pas plus fréquentable que ses bourreaux d’aujourd’hui. Le tyran déchu est définitivement devenu un héros, un homme qui a fait face à la mort sans lui céder le moindre terrain. Il y en a un qui était planqué sous les jupons de sa mère, Barbara, pour moins que ça, notamment lorsqu’il fallait défendre la patrie au Vietnam, mais qui joue les fiers sous nos yeux. Qu’auraient fait les Blair, Berlusconi, Aznar, Olmert et consorts devant des bourreaux « hooliganisés », comme ceux qui ont assassiné Saddam Hussein ? Ils seraient morts de trouille avant l’heure ou auraient fait dans leur froc. L’ancien Homme fort de Bagdad est resté droit, sachant qu’il avait l’occasion unique d’entrer dans la postérité. Il l’a fait, au point de terrifier un fonctionnaire chargé de superviser sa mise à mort. Lisez le témoignage de Mounir Haddad et surtout le testament du Raïs avant son exécution. Instructif ! Enfin, parcourez quelques réactions démontrant combien « l’axe du bien » s’est royalement tiré une balle dans la seule jambe valide qui lui restait depuis l’invasion coloniale de l’Irak en Mars 2003. Pendant ce temps, nos médias aux ordres déroulent leur propagande sordide. Incroyable !
A2N



26 décembre 2006

Saddam Hussein,

Président de la République et Commandant en chef des forces armées combattantes.

Au nom de Dieu, Le Miséricordieux, Le Tout Miséricordieux !

« Dis que rien ne nous arrivera, s’il n’est voulu par Dieu »
Oh grand peuple iraquien! Oh hommes valeureux de nos forces armées…Et vous nobles Iraquiennes! Enfants de notre fière nation ! Et vous, hommes de foi et redoutables combattants de notre Résistance héroïque !

Me voici de nouveau sur le champ du Jihad et de la lutte, face à des épreuves plus difficiles et plus dures qu’auparavant, mais toujours animé par le même esprit auquel je vous ai habitué avant la révolution. Telle est la volonté divine !

Mes très chers,

La dure et pénible situation qui est la nôtre à tous et dans laquelle se trouve le grandissime Iraq est une nouvelle épreuve dans laquelle chacun se révèle tel qu’il est réellement et se présente à Dieu et à aux hommes selon sa véritable identité, aujourd’hui et demain quand tout ne sera qu’histoire.

C’est aussi la base sur laquelle se fonde tout succès pour les générations futures et sur laquelle s’affirme la volonté des hommes sincères et vient échouer celle des insignifiants. Les hommes qui ont fait appel à l’étranger contre les leurs, ont commis un acte aussi vil que le sont leurs âmes et dans notre pays il ne subsistera que ce qui est solide et durable : « L’écume s’en va au rebut, tandis que ce qui est utile aux hommes, demeure en terre » (Le Saint Coran).

Oh grand peuple iraquien! Et vous hommes de notre Oumma et de l’humanité !

Beaucoup d’entre vous ont connu l’auteur de cette lettre et ont testé sa sincérité, son honnêteté, l’intérêt qu’il porte à son peuple, sa sagesse, sa vision et sa fermeté dans le règlement des problèmes ainsi que son intégrité morale par rapport aux deniers de l’État et aux biens d’autrui.

Beaucoup d’entre vous ont constaté que cet homme vit les problèmes de son peuple dans sa conscience et dans tout son être, qu’il partage la peine de ses compatriotes et ne trouve de repos que lorsqu’il aura répondu à l’attente des plus démunis d’entre eux et qu’il ait relevé le niveau des plus pauvres : un homme croyant et sincère, d ont le cœur rassemble tout son peuple et toute sa Oumma, sans distinction d’aucune sorte entre les enfants du même peuple, hormis celle qui provient du mérite dans l’accomplissement du devoir.

Iraquiens ! Notre peuple et notre famille, nos nobles frères et soeurs de notre Oumma !

Vous avez tous connu votre frère et votre chef, tel que l’ont connu les siens : il n’a jamais baissé la tête devant les tyrans et les oppresseurs et demeure toujours une épée et un porte-drapeau, tel que le désirent les hommes sincères et pour enrager les oppresseurs.

Lettre du Président Saddam Hussein au peuple iraquien

N’est-ce pas ainsi que vous voulez que soit votre frère, votre fils et votre chef ? Bien sûr que oui !

Saddam Hussein doit être ainsi pour que son attitude réponde à votre attente et, si à Dieu ne plaise, il avait agi autrement, il ne se serait pas reconnu lui-même. Ainsi doit être l’attitude de celui qui assume votre direction et qui se veut le drapeau de la Oumma et son modèle, après Allah notre créateur omnipotent.

Me voilà offrant ma vie en sacrifice et, si Allah Le Miséricordieux l’accepte, Il fera monter mon âme où Il voudra, en compagnie des hommes sincères et des martyrs. Si par contre et selon Sa Volonté, Il surseoit à sa décision, alors nous ne sommes que ses créatures consentantes. C’est Lui qui nous a crées et à Lui nous sommes de retour et c’est à Lui que nous demandons justice et soutien contre les oppresseurs.

Mes frères…Grand peuple d’Iraq…
Je vous invite à demeurer fidèles aux idéaux qui ont fait de vous de vrais croyants, à être la lumière qui éclaire la civilisation et à maintenir votre pays, berceau du patriarche Abraham et d’autres prophètes, dans la fidélité aux idéaux qui vous ont toujours grandis, d’une manière incontestable et attestée, à travers l’histoire.

En se sacrifiant pour la patrie et pour le peuple, en sacrifiant la vie de sa famille, grands et petits, depuis le départ, en offrant sa vie à l’Oumma et à ce grand peuple, généreux et fidèle, Saddam Hussein a continué dans cette voie, sans jamais y déroger.

Malgré toutes les difficultés et les tempêtes qui ont secoué l’Iraq et moi-même, avant et après la révolution, Dieu n’a pas ôté la vie à Saddam Hussein. Si cette fois-ci, Il la Veut , cette vie n’est en fin de compte qu’une pousse à laquelle Il donna naissance et qu’Il a jusqu’ici protégée. Ce faisant, Il ennoblit une âme qui Lui est dévouée et qui accepte son sort, consentante, joyeuse et heureuse d’avoir accédé au martyr ! Patience donc, mes frères, à l’ombre de la Grandeur divine et de Sa protection et confiance dans notre créateur, notre soutien face aux oppresseurs.

Et souvenez-vous surtout que c’est Dieu qui vous a faits ainsi, multiples et divers, pour témoigner et servir de modèle aux autres, par votre bienveillance, votre capacité à pardonner et votre disposition à cohabiter dans la tolérance.
Souvenez-vous aussi que vous avez hérité d’un patrimoine glorieux et que cet édifice grandi ose vous interpelle et vous met tous à l’épreuve. Certains d’entre vous sont restés fidèles à l’engagement envers la patrie, d’autres par contre, ont rejoint les dirigeants perses rancuniers, héritiers de la haine des Sassanides et d’autres encore ont trahi les leurs et leurs voisins et se sont retrouvés dans les rangs des forces de l’Otan, manipulées par l’ennemi sioniste qui a poussé la Maison blanche à commettre contre notre pays, une agression qui n’a rien à voir avec les valeurs humaines.Souvenez-vous que ce que vous avez construit et édifié, vous l’avez fait sans haine ni animosité, mais au contraire sur la base de l’amitié, de la paix et de la foi. C’est pour cette raison que vous avez pu jouir, si longtemps et jusqu’à un passé récent, de la sécurité et de la dignité sous les couleurs de votre patrie et principalement depuis la glorieuse révolution de juillet 1968.

Patriotes et citoyens baignant dans la fraternité, vous avez réalisé la victoire dans les domaines de l’édification nationale et aussi sur les champs de bataille, sous les couleurs du glorieux Iraq.

Vos ennemis, les envahisseurs et les Perses, ont réalisé que votre unité barrait la route à leur hégémonie et à leur volonté de faire de vous des esclaves. C’est ainsi qu’ils ont planté le clou de la haine et semé les graines de la discorde parmi vous, ce à quoi ont adhéré certains étrangers, porteurs néanmoins de la nationalité iraquienne, disciple s de l’école des rancoeurs.

Ils ont cru ainsi atteindre les patriotes sincères et affaiblir leur volonté de continuer ensemble, dans la même voie et sous la bannière de Allahou Akbar, bannière du peuple et de la patrie.

Mes frères, combattants et moujahiddine!

C’est à ceci que je vous invite maintenant. Je vous conjure de ne point laisser de place à la haine dans vos cœurs.
La haine s’oppose à l’équité et empêche de rendre la justice. Elle aveugle les yeux et l’esprit, empêche la réflexion et interdit aux gens d’éviter les solutions extrêmes et de choisir la bonne et juste voie. La haine vous empêche de vous rendre compte des changements s’opérant chez ceux-là même qui se sont écartés de la voie juste, celle de notre peuple glorieux et de notre Oumma.

Je vous invite aussi, mes frères et mes sœurs, mes enfants et ceux de l’Iraq, mes frères de combat, de ne point porter de haine contre les peuples des États qui nous ont agressés et de distinguer entre les hommes du pouvoir et les peuples.Certes, il faut condamner leur action et s’il faut combattre et lutter contre leurs méfaits, il ne faut pas les haïr en tant qu’hommes.
Et si certains d’entre eux, à l’intérieur de l’Iraq ou à l’étranger, font amende honorable, alors il faut leur pardonner et ouvrir avec eux une nouvelle page, parce que Allah est Clément et aime les gens cléments. La fermeté est de règle, chaque fois que cela est nécessaire, mais pour qu’elle soit acceptée par le peuple et la nation, elle doit être exercée sur la base de la loi, juste et équitable et non sur la base des rancunes et des ambitions injustifiées.
Sachez mes frères qu’il y a, dans les nations qui nous ont agressés, des gens qui soutiennent votre combat contre les envahisseurs et certains se sont portés volontaires pour défendre les prisonniers, entre autres Saddam Hussein.

D’autres ont tout fait pour dévoiler au monde les scandales des agresseurs et les ont dénoncés. Certains d’entre eux pleuraient à chaudes larmes et dignement quand est venu le moment de nous quitter, son devoir accompli.
C’est à cela que je vous invite : à demeurer un peuple uni, digne de confiance, amical avec la Oumma et l’humanité entière, honnête avec soi et les autres !

N.B



J’ai écrit cette lettre suite à ce que m’ont rapporté les avocats que « le prétendu tribunal pour les grands crimes » que les envahisseurs ont crée, ainsi que le gouvernement, allaient donner à ceux qu’ils appellent « les accusés », l’occasion d’une prétendue dernière déclaration.

Mais ce tribunal infâme, ainsi que son président Raouf, ne nous ont pas donné l’occasion de faire cette dernière déclaration. Il a prononcé son verdict sans même les attendus et a simplement lu, en notre présence, l’acte d’accusation, conformément aux ordres des envahisseurs.
C’est ce dont j’ai voulu informer notre peuple, notre Oumma et l’opinion publique.



Saddam Hussein

Rumsfeld avec Saddam Hussein par Evangelizta


Avocat saddam
LE LYNCHAGE DE SADDAM HUSSEIN VU AUTREMENT QUE PAR LA "PRESSE" !

http://allainjules.blogspot.com/2006/12/au-nom-du-pre-et-du-ptrole.html

(Au nom du père !)

www.100langue2bois.com/article-5095381.html

( Bush, le monstre !)

www.afrikara.com

www.congopage.com/article.php3?id_article=4395

( la corde et la discorde)

www.oumma.com/spip.php?article2301

(QUI SONT LES BARBARES ?)

www.anti-imperialism.net/lai/texte.php?langue=3&section=BDZC&id=25169

www.algeria-watch.org/fr/article/pol/irak/geopolitique_assassinat.htm

www.algeria-watch.org/fr/article/pol/irak/ignoble_pendaison.htm

www.anti-imperialism.net/lai/texte.php?langue=1&section=BDZC&id=25156&spes=

www.anti-imperialism.net/lai/texte.php?langue=1&section=&id=25160

(Communiqué de l’Appel franco-arabe suite à la pendaison de Saddam Hussein)

www.anti-imperialism.net/lai/texte.php?langue=1&section=&id=25156

(Pendaison d'un chef d'état indépendant, route vers la démocratie US)www.anti-imperialism.net/lai/texte.php?langue=1&section=&id=25145

(La peine de mort contre Saddam Hussein, pierre angulaire de la haine)www.anti-imperialism.net/lai/texte.php?langue=1&section=BDBD&id=25166&spes=

(Malheur aux vaincus)

www.anti-imperialism.net/lai/texte.php?langue=1&section=&id=25149

(Sauvons le tyran)

www.voxnr.com/cc/a_la_une/EEyZlkupFVIAbQIQQs.shtml

(Les messages de l’assassinat du Raïs Saddam Hussein al-Tikriti)

www.voxnr.com/cc/dep_international/EEyZZZZkpkjNgElqMk.shtml

(Réaction du Saint-Siège à l’exécution de Saddam Hussein)

www.voxnr.com/cc/dep_interieur/EEyZulZAFEEXKVdzJX.shtml

(Le Front National dénonce l’exécution de Saddam Hussein)

www.voxnr.com/cc/politique/EEyZZkuVkleqSKCliw.shtml

(Un Conseiller régional du FN s’exprime sur l’Exécution de Saddam Hussein)

www.alterinfo.net/L-execution-de-Saddam-Hussein_a5371.html

(l’exécution de Saddam Hussein)

www.labanlieuesexprime.org/article.php3?id_article=1547

www.lesogres.info/article.php3?id_article=2798

("Choc et Effroi" Remember Mr Bush !)

www.lesogres.info/article.php3?id_article=2810

(Comment créer, stupidement, un symbole ?)

www.lesogres.info/article.php3?id_article=2799

(Les Américains de la préhistoire)

www.bondamanjak.com/content/view/2134/3/

(‘Ils ont executé Saddam)
http://www.albasrah.net/articles_2006/1206/sadam261206.htm/
Traduit de l’arabe par Ahmed Manaï et révisé par Fausto Giudice, membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft pour tout usage non-commercial : elle est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner sources et auteurs.http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=181

http://www.alert2neg.com/article-5121334.html

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» saddam Hussein exécuté !
» Execution de Saddam Hussein.
» Exécution de Saddam Hussein
» Saddam Hussein a été exécuté par pendaison
» Le dernier discours de Saddam Houssein
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

LE TESTAMENT POLITIQUE DE SADDAM HUSSEIN, MARTYR DE L'AXE DE :: Commentaires

avatar
SADDAM PENDU, BUSH COURT TOUJOURS !
Message le Jeu 4 Jan - 15:54 par mihou
SADDAM PENDU, BUSH COURT TOUJOURS !

Par Patrick Keridan

Ce matin, Saddam Hussein a été pendu haut et court. Il est monté courageusement sur sa potence, demandant à quelqu’un de remettre le Coran qu’il avait à la main à un membre de sa famille. La parodie de justice que fut son procès n’a pu cacher au monde que le juge-bourreau du tyran irakien n’était autre que le président des États-Unis, G.W. Bush qui n’avait pas hésité à déclarer en 2003, juste avant de lancer l’armée américaine dans l’une des guerres les plus désastreuses de son histoire: « il a essayé de tuer mon père, il faut bien que je m’occupe de lui ».

President George W. Bush speaks to U.S. troops and U.S. embassy personnel during an unannounced 5-hour trip to Baghdad, Iraq, Tuesday, June 13, 2006. "These are historic times," said the President. "The mission that you're accomplishing here in Iraq will go down in the history books as an incredibly important moment in the history of freedom and peace; an incredibly important moment of doing our duty to secure our homeland." White House photo by Eric Draper
Il fallait faire vite pour appliquer cette petite vengeance personnelle, car dès janvier les Démocrates, forts de leurs récents succès électoraux, ne manqueront pas de mettre des bâtons dans les roues du président. Des roues qui tournent de moins en moins bien pour lui et la petite équipe de néo-cons qui l’a accompagné dans la mésaventure irakienne. On a donc choisi le premier jour de l’Aïd el-Khebir, la fête du sacrifice, pour cette exécution au risque d’antagoniser un peu plus les musulmans, ce qui, dans l’optique de la « guerre des civilisations » chère à l’axe Washington - Tel Aviv - Londres, s’inscrit parfaitement dans l’objectif de diabolisation des cultures réfractaires à l’Occident. Au passage on se permet de faire la nique aux pacifistes, sincères ou hypocrites, pour qui la peine de mort n’a jamais bonne presse, et on espère diviser un peu plus Chiites et Sunnites pour démontrer la nécessité d’une présence perpétuelle du gendarme américain dans une région où ses exactions et son incompétence patente l’ont rendu de plus en plus indésirable.



Tout le monde est convaincu que ce geste ne servira à rien, à commencer par le locataire de la Maison Blanche qui reconnaît que la violence continuera même si, selon lui l’exécution est un « pas important vers la démocratie » (en vertu de quelle logique tarabiscotée ?). Pendant cette même matinée, six soldats états-uniens (et une soixantaine d’indigènes) étaient tués en Irak. Pendant le seul mois de décembre, cent sept boys ont été sacrifiés (près de trois mille depuis mars 2003) à la politique du « Grand Moyen-Orient » pacifié et démocratisé dont l’échec ne fait plus aucun doute. Aujourd’hui, la violence atteint des niveaux record, la guerre civile larvée s’impose un peu partout, non seulement en Irak, mais aussi au Liban et en Palestine. L’islamisme radical est en forte progression même dans les pays les moins hostiles aux puissances occidentales, comme en Égypte, en Turquie et dans les pays du Maghreb avec les prolongements que l’on sait dans les banlieues européennes à forte population immigrée où les terroristes potentiels rencontrent un terreau favorable. Jamais la solution du problème israélo-palestinien n’a été aussi éloignée avec le prolongement du rideau de fer et de béton entre les communautés, le maintien et l’expansion de la colonisation illégale dans les territoires occupés et la banalisation des agressions criminelles de l’armée israélienne contre les populations civiles de Gaza, de Cisjordanie et du Liban. L’Irak sera pour longtemps déchiré par des affrontements tribaux et religieux impensables à l’époque où le parti Baas et son chef laïque tenaient d'une poigne de fer cet assemblage hétéroclite de tribus et de sectes. Tout autour, les redoutables milices islamiques, armées jusqu’aux dents sortent renforcées du chaos issu de la gabegie politique états-unienne, de même que leurs parrains iranien et syrien avec lesquels, tôt ou tard, le gouvernement américain sera contraint de négocier, comme le recommande le rapport Baker.

La secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, a entamé mardi une tournée en Amérique du Sud qui la conduira successivement au Brésil, en Colombie, au Chili et au Salvador.(Photo : AFP)

Au milieu de ce voyage au bout de l’enfer dont on ne voit pas le bout et qui finira par coûter très cher à la « communauté internationale », et en particulier à l’Europe en termes financiers et géopolitiques, la pendaison de Saddam fait figure de non-événement spectaculaire, un peu comme le furent le jugement puis la mort de Slobodan Milosevic en regard du désastre infligé aux populations yougoslaves par l’intervention de l’OTAN. Dégâts qui ne peuvent que s'aggraver si l’Europe ne prend pas ses responsabilités en organisant le repli tactique qui s’impose, en proposant sa médiation active, non pas avec Israël et les États-Unis, ni contre eux, mais de façon autonome, face à eux et malgré eux s’il le faut, comme le réclament depuis si longtemps de nombreux peuples de la région laissés orphelins par l’éclipse de la politique arabe des Européens, et en particulier des puissances méditerranéennes.
Si la politique internationale consistait à pourchasser les tyrans et à instaurer partout des régimes démocratiques et pacifiques on pourrait se demander pourquoi nos saintes nitouche de démocraties ont fricoté aussi longtemps avec les Bokassa, Mobutu, Bongo, Hassan II, Sukarno et autres Pinochet… et pourquoi elles continuent de le faire avec leurs successeurs, en Afrique, au Moyen-Orient ou en Asie centrale lorsqu’ils sont dans le « bon camp » et que leurs ressources ou leur position géostratégique sont jugées trop importantes pour que l’on se permette des états d’âme humanitaires à leur sujet… Saddam lui-même fut naguère courtisé et armé par les Occidentaux qui ne s’embarrassaient pas de considérations morales sur les sévices qu’il infligeait alors à son propre peuple. Puis il est tombé en disgrâce, rétrogradé en gibier de potence…
On l’a condamné pour la mort de cent quarante huit villageois et on sait qu’il a fait beaucoup plus de victimes, présumées ou réelles, dont aucun procès ne tentera de rendre compte.

C’est bien dommage. Mais que dire des six cent cinquante cinq mille Irakiens morts directement, ou indirectement, suite à l’intervention américano-britannique en Mésopotamie (chiffres estimés réalistes par de respectables organisations internationales) ? Et que dire des cinq cent mille enfants morts de faim des suites de l’embargo international suscité par les États-Unis contre ce pays ? Et des tortures dans la sinistre geôle d’Abu Ghraïb ?

Saddam aurait sans doute mérité la condamnation à mort s’il existait une juridiction internationale impartiale capable de juger tous les chefs d’État pour leurs abus de pouvoir et leurs crimes. Mais nous sommes loin de cette utopie. Les vainqueurs ont toujours essayé de faire passer pour un acte de justice la liquidation sommaire du régime de leurs opposants. C’était le cas à Moscou lors des grands procès des années 1930, à Nuremberg et à Tokyo un peu plus tard, comme aujourd’hui à La Haie où officie le soi-disant Tribunal pénal international et à Bagdad où un tribunal politique à la solde des forces d’occupation applique une vengeance tribale. Il ne faut qu’un peu d’honnêteté et beaucoup de courage pour le reconnaître comme le font désormais, par centaines, des juristes et des géopolitologues de réputation internationale.

Si le mouton à cinq pattes d’une instance de justice internationale véritablement indépendante et souveraine, reconnue et appuyée par l’ensemble des États, naissait un jour, elle aurait dix fois plus de raisons de condamner à la pendaison un G.W. Bush pour les troubles criminels qu’il inflige quotidiennement à l’ordre public international et à la paix mondiale en abusant du pouvoir et des responsabilités qui lui ont été confiés, que le tout petit Saddam Hussein, tyranneau ordinaire tel que l’Occident en suscite et en abat à foison dans un Tiers-monde fabriqué et manipulé à sa guise.

President George W. Bush and Israeli Prime Minister Ehud Olmert stand together talking following their meeting with members of the media Monday, Nov. 13, 2006, in the Oval Office at the White House. White House photo by Eric Draper
Mais lui et ses semblables courent toujours, protégés par la seule loi qui prévaut jusqu’à nouvel ordre en politique internationale, celle du plus fort… Jusqu’à nouvel ordre, c’est-à-dire jusqu’à l’instauration d’un nouvel équilibre des forces mondiales qui permettra d’imposer de nouveaux rapports de force et, peut-être, de nouvelles normes de diplomatie et de justice internationale pour favoriser la paix.

www.geostrategie.com/cogit_content/analyses/SaddampenduBushcourttoujou.shtml
 

LE TESTAMENT POLITIQUE DE SADDAM HUSSEIN, MARTYR DE L'AXE DE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: