MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Promesse d’égalité pour les tirailleurs

Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

12122006
MessagePromesse d’égalité pour les tirailleurs

Promesse d’égalité pour les tirailleurs

Ousmane Kassé, tirailleur sénégalais. Né à Tivaouane au Sénégal. Musulman. Numéro matricule n° 21 654. Indochine (1954-1956).Commandeur de l’Ordre du Mérite. Croix de Guerre. Croix du Combattant. Médaille de la France d’Outre-Mer. Médaille de la Reconnaissance française. Médaille commémorative d’Extrême-Orient. Titulaire de la Carte du Combattant Pension de retraite du combattant : 68 836 FCFA pour six mois soit 114,94 euros. (Photo : Philippe Guionie)
Ousmane Kassé, tirailleur sénégalais. Né à Tivaouane au Sénégal. Musulman. Numéro matricule n° 21 654. Indochine (1954-1956).Commandeur de l’Ordre du Mérite. Croix de Guerre. Croix du Combattant. Médaille de la France d’Outre-Mer. Médaille de la Reconnaissance française. Médaille commémorative d’Extrême-Orient. Titulaire de la Carte du Combattant Pension de retraite du combattant : 68 836 FCFA pour six mois soit 114,94 euros.
(Photo : Philippe Guionie)
Jacques Chirac a été touché par l’histoire des quatre soldats issus de l’empire colonial français, traitée par le film «Indigènes» du réalisateur Rachid Bouchareb. L’histoire de ces hommes qui ont pris une grande part dans la libération de la France occupée pendant la Seconde Guerre mondiale a ravivé le débat sur l’inégalité de traitement entre soldats qui ont pris part à la même guerre et sous les mêmes couleurs. Le réalisateur et les quatre interprètes ont remis au chef de l’Etat français un document réclamant «l’égalité de droits entre anciens combattants français et coloniaux».



Jacques Chirac a demandé à Thierry Breton, ministre de l’Economie et des Finances, Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense et Hamlaoui Mekachera, ministre délégué aux Anciens combattants de revoir le dossier de ces vétérans de la Seconde Guerre mondiale, issus des anciennes colonies pour une «revalorisation de leurs pensions». La tendance est à la parité que réclament depuis des lustres les associations d’anciens combattants. Elles parlent de discrimination «indigne et inacceptable».

La disparité de traitement entre soldats français et ceux issus des colonies remonte à la fin des années 40, lors de la démobilisation des troupes. En 1944, des tirailleurs sénégalais, de retour au Sénégal dans le camp de Thiaroye à quelque 15 kilomètres de Dakar, constatant que les sommes qui leur avaient été promises ne correspondaient pas aux dues, ont séquestré leurs supérieurs pour obtenir gain de cause. Leur geste qualifié de mutinerie par l’état-major militaire a été réprimé dans le sang. On parle d’une soixantaine de tirailleurs tués. Le dossier a été classé sans suite. Un film, «Le camp de Thiaroye» (1988) du réalisateur sénégalais Sembène Ousmane relate ce drame où il était déjà question de justice et d’égalité de traitement.

Selon Benjamin Stora, historien de la colonisation «dès le départ les soldes des soldats indigènes ont été inférieures à celles des Français. Le conflit actuel porte sur le phénomène de la cristallisation (gel) des pensions». En effet, depuis les indépendances, les pensions de ces soldats n’ont pas connu «d’indexation». En 1989 le Comité des droits de l’homme des Nations unies avait condamné la France pour «sa législation discriminatoire» en la matière, suite à la plainte d’une association d’anciens combattants sénégalais. Les autorités françaises avaient alors consenti à un dégel partiel (décristallisation ) des pensions.

La disparité équitable

Malgré une incompatibilité des textes, relevé par le Conseil d’Etat en 2001, le gouvernement français avait maintenu une disparité de traitement selon le lieu de résidence. Les pensions étaient donc versées selon un savant calcul de pouvoir d’achat dans les pays de résidence. Ainsi selon le Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti) «quand un Français reçoit environ 690 euros par mois pour une pension d’invalidité, un Sénégalais perçoit environ 230 euros, un Camerounais 104, un Marocain ou Tunisien 61 euros». Le ministre délégué aux Anciens combattants, Hamlaoui Mekachera défendait cette thèse de l’égalité du pouvoir d’achat. «Ce qui est important, c’est de détenir le même pouvoir achat, que l’on soit à Paris ou à Hanoï. C’est équitable, mais pas satisfaisant politiquement», a-t-il déclaré.

Mais de nombreuses associations ont relevé que le principe de «l’égalité du pouvoir d’achat» n’était pas respecté car des Français, résidant à l’étranger, n’ont jamais perçu leur pension d’invalidité calculée sur le niveau de vie de leur pays d’accueil. Aujourd’hui, sur injonction du président de la République, sensibilisé par le film «Indigènes», la notion de parité va prendre son sens réel. Les associations d’anciens combattants issus des ex-colonies affirment que cette évolution n’est que justice «car avec nos frères d’armes français nous avons partagé le même bain de sang», disent-elles. L’alignement des salaires deviendra effectif, mais le gouvernement français n’a pas encore décidé des échéances. Toutefois, pour Hamlaoui Mekachera, ministre délégué aux Anciens combattants il ne sera pas question «de rembourser les arriérés qui remontent à la décolonisation», à partir des années 1950. En effet, le passif est lourd et le gouvernement français veut éviter de mettre le doigt dans l’engrenage. Le rétablissement de la parité, à compter de maintenant, ne coûterait pas trop cher, puisque fatalement, plus les années passent moins il y a d’anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale qui revendiquent des droits. A cette époque et selon l’historien Dominique Lormier, l’armée de terre française comptait 550 000 hommes, dont 134 000 Algériens, 73 000 Marocains, 26 000 tunisiens et 92 000 d’Afrique noire.


par Didier Samson

Article publié le 25/09/2006 Dernière mise à jour le 25/09/2006 à 18:56 TU

http://www.rfi.fr/actufr/articles/081/article_46388.asp

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» CHRONIQUES DU LOUP (Tome 1) LA PROMESSE DES LOUPS de Dorothy Hearst
» Derek Pratt: Remontoir d'égalité
» Pour André . Sur un vers de mon poème : liberté, égalité. Fraternité
» MAME COLLECTION POUR TOUS
» Quel boitier numérique pour vieux objectifs argentiques ?
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Promesse d’égalité pour les tirailleurs :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Promesse d’égalité pour les tirailleurs

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: TIRAILLEURS SENEGALAIS-ANCIENS COMBATTANTS AFRICAINS-
Sauter vers: