MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 STOPPEZ LE PIZZAIOLO HONGROIS!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

27112006
MessageSTOPPEZ LE PIZZAIOLO HONGROIS!

STOPPEZ LE PIZZAIOLO HONGROIS!


à Lyon en soutien à Dominique Perben

Six mois avant l'élection présidentielle en France, le Rastignac Hongrois semble déjà avoir remporté le Graal que constituerait son accession à la magistrature suprême. Ce qui est choquant dans cette chronique d'une victoire annoncée, ce n'est pas tant l'ambition de l'homme issu de l'immigration Hongroise, mais plutôt les collusions d'intérêts entre les médias, les politiques, les associatifs et les financiers, tous travaillant d'arrache pied pour faire élire celui qui leur renverra l'ascenseur, si jamais, les choses se passaient selon le scénario prévu. Sarkozy au pouvoir, élu par les grands argentiers et la confrérie du Medef, ce serait un coup contre le peuple de France et la mise sous tutelle de la République. Sarkozy au pouvoir, c'en serait fini de l'idée du modèle Républicain Français. Dans ce cas, la France ressemblerait à l'actuelle Somalie, pays livré à l'affairisme des clans et des milices, à la loi du plus fort et à l'arbitraire des marchands de canon. Sarkozy au pouvoir, ce serait la confusion perpétuelle des genres et les conflits d'intérêts permanents entre les différents pouvoirs, comme nous le constatons depuis que ses commanditaires s'évertuent à lui tailler un costume d'homme d'Etat et de sauveur de la nation. Que l’on ne s’y trompe pas,le candidat du CAC 40 n'en a ni la carrure (1m62 sous la toise) ni les qualités mentales (migraineux, exalté et impulsif). Apparemment, c'est bien ces faiblesses là qui rassurent tant ceux qui pilotent de près ou de loin la candidature du ministre de l’intérieur à temps partiel, sachant qu'il ne s'opposera pas, le moment venu, à la vente à la découpe du patrimoine Français.



Si vous en doutiez encore, il suffit de se souvenir des gesticulations dégradantes du chouchou des médias aux ordres lors des dernières cérémonies du 11 septembre en hommage aux victimes des attentats aux Etats-unis. Ne s’est-il pas offert le luxe de critiquer la non participation de la France à l'invasion Américaine de l'Irak? N’a-t-il pas ironisé sur la "grandiloquence stérile" de la diplomatie Française? Ne s’est-il pas engagé auprès du président Bush "le petit", s’il était élu, à envoyer illici-presto les militaires français aux cotes des soldats américains embourbés dans le piège Irakien? Il ne fait pas de doute qu’une éventuelle victoire de l'arriviste Hongrois au pouvoir, ce serait l'adhésion de la France à la doctrine coloniale du choc des civilisations.

En retour, la France et son peuple devront en subir les dommages collatéraux : attentats, tensions communautaires, autarcie….L'exemple du président Bush "le petit", devenu une marionnette, aux mains de lobbies financiers, politiques et religieux,est bel et bien transposable en France, d'autant plus que le petit Nicolas est sous l'influence des mêmes mafias.

Sarközy, prix de la tolérance 2003 du centre Wiesenthal

Aussi, le triomphe programmé du ministre de l’intérieur est une menace majeure pour les institutions de la République. En effet, ses accointances avec des hommes politiques Israéliens de premier plan (voir son soutien à la guerre de l'Etat hébreu au Liban, le Monde du 20 juillet 2006) et sa proximité évidente avec les patrons et professionnels juifs de France (UPJF), une association communautaire plus connu pour ses positions pro israéliennes que pour son action en faveur de la libre entreprise, ne sont plus à démontrer, ce qui ne peut que soulever des questions sur les conflits d’intérêts à venir dans la gestion globale de la France. La France sous le règne de Sarkozy, c’est l’avènement d’une nouvelle République bananière. Un comble lorsque l’on pense aux idéaux révolutionnaires de 1789 ! Faut-il rappeler que Sarkozy a récemment eu l’honneur incommensurable de recevoir le prix de l'homme politique de l'année lors du dîner de gala annuel de l'UPJF ?(30 mars 2006, voir discours apocalyptique du président de l'UPJF, Claude Barouch, qui évoque pour les Français de confession juive la nécessité d'"un combat vital pour empêcher, une fois de plus d'être relégué au rang de dhimmi" ). Le ministre de l’intérieur a-t-il compris que la France n’est pas le Liban, c'est-à-dire un pays communautarisé en fonction des appartenances ethniques et confessionnelles ? Il s’en fout royalement puisque la balkanisation de la République est partie intégrante de son projet politique d’inspiration Américaine.

Comme le dénoncent si justement Jacques Chirac et Dominique De Villepin, sans toutefois prendre toute la mesure du danger communautarisation de la société française, le candidat de l’UMP prétend s’attaquer au communautarisme mais détruit jour après jour le pacte républicain et la notion du vivre ensemble en France.Sarkozy incarne une rupture complète avec les pratiques politiques traditionnelles qui entretiennent l’idée de la nation Française. Par méconnaissance de la culture Française, car étant issu de l’immigration Hongroise, Sarkozy ignore que les racines paysannes et provinciales continuent de structurer le personnel politique de la France. Est-il besoin de rappeler le profond enracinement provincial ou le bon sens paysan des hommes politiques contemporains comme Charles De Gaulle, Georges Pompidou, Valery Giscard d’Estaing, François Mitterrand ou Jacques Chirac ? Peut-on aspirer à la magistrature suprême avec un tel déficit ? Manifestement, non. Pour preuve, il apparaît évident que pour surmonter cette carence là, le ministre de l’intérieur entend faire basculer la France dans l’ère caricaturale de l’américanisation des mœurs politiques. Ainsi, il pourrait croire que son expérience de maire de Neuilly puisse s’appliquer à l’échelle nationale, que les sondages bienveillants des filiales du MEDEF, les effets de manche et les manipulations des chiffres puissent masquer un bilan catastrophique comme chef de la police,que les critères confessionnelles et ethniques des ciyoyens importent le pacte républicain et la confrontation des idées . C’est bien ce projet du copier/coller du modèle américain que prépare Sarkozy pour la France, rêvant d’arriver au pouvoir après avoir divise le corps électoral en plusieurs communautés qu’il séduirait par un clientélisme exacerbé et destructeur pour la République. Inquiétant !

Au nom de sa soif du pouvoir et de grandeur, il semble que le Rastignac Hongrois soit prêt à tout, y compris à transformer la France en Maxi Pizza dont il entend, si jamais par malheur, il était élu, partager les parts aux principaux acteurs de son élection, aux patrons de la confrérie du MEDEF, aux présidents des associations communautaires et allies étrangers et à tous ceux qui chanteraient désormais des louanges à sa gloire, lui, le petit immigre Hongrois (1,62m sous la toise) devenu président des Français. Angoissant ! Faut-il se résigner à cette victoire qui plongerait la France dans un chaos général, alors qu’il n’en faut pas beaucoup pour rallumer le feu dans les banlieues populaires ? Non, non, non !

Il faut donc empêcher à Sarkozy et à ses petits copains de faire main basse sur la France. Vite aux barricades citoyens et citoyennes, mettez un cordon sanitaire pour protéger l’Elysée contre le coup de force du pizzaïolo Hongrois !

Extraits du Discours du Président de l’UPJF Claude Barouch lors du Gala du 30 mars 2006 :

(...)Et comme l’Histoire du monde nous l’enseigne, lorsqu’une catastrophe approche, les premiers touchés, les fusibles multiséculaires, ce sont les Juifs.
Car, qui peut affirmer aujourd’hui que nous n’avons pas déjà franchi l’irréversible, ce moment où plus rien n’est sous contrôle, tout peut s’emballer. Emeutes dans les banlieues, assassinat d’Ilan, scènes de guérilla urbaine contre le CPE… Les manifestations de violence extrême se succèdent à rythme effréné sans qu’une ébauche de solution ne nous fasse entrevoir un espoir, aussi minime soit-il.
Comme je vous l’ai dit, aujourd’hui, tout peut s’emballer…
Car ne nous y trompons pas : Nous, les Juifs, ne sommes que la partie émergée de cet iceberg de haine et de rejet de l’autre. Nous savons malheureusement, qu’aujourd’hui, il est tout aussi difficile d’être Chrétien que Juif dans les écoles et les cités de certains quartiers. Ces informations ne sont pas le fruit de notre imagination, mais ressortent de nos échanges avec nos amis chrétiens ainsi que les autorités dirigeantes de notre pays.
Mais si nous, Juifs français avons fait le choix de rester en France et d’essayer encore d’y croire, alors le moins que nous puissions faire c’est de ne pas rester inactifs. A nous seuls, nous ne modifierons pas le cours de l’histoire.
Mais en unissant nos forces, nous pourrons sans doute en modifier certains aspects.
(...)
Ce combat est si fondamental qu’il est aujourd’hui une des conditions de notre survie, un combat vital pour empêcher, une fois de plus d’être relégué au rang de dhimmi. Ce combat doit être mené sur tous les fronts à la fois, celui de la politique, de la communication et de la pédagogie.
(...)
L’UPJF a entamé un véritable travail de fond. Ainsi, nous dialoguons aujourd’hui avec les responsables des principaux partis politiques démocratiques de notre pays. Nous sommes à mêmes de leur passer des messages mais également de leur faire part des craintes et des angoisses dans lesquelles se trouvent notre communauté aujourd’hui. Il est plus que jamais indispensable de continuer ce travail, de rester en contact permanent de nos dirigeants afin de défendre au mieux les intérêts de notre communauté.
Et cela est d’autant plus important et fondamental que les intérêts de notre communauté sont les intérêts de notre pays : la France !
Cet engagement de l’UPJF dans la vie politique implique que nous ne nous priverons pas de faire des choix, le moment venu, entre nos véritables amis, soucieux de notre bien être et de nos préoccupations, ceux qui comprennent notre attachement et notre soutien irréductible à l’Etat d’Israël, et les autres.
(...)
Toujours dans la même perspective, en démontrant que la lutte contre le terrorisme international et les dictatures islamistes est le combat de tous les défenseurs des droits de l’homme et que chacun de nos concitoyens, quelque soit son appartenance religieuse ethnique ou philosophique est en danger.
Ces gigantesques missions que nous nous impartissons se traduiront aussi bien par l’achat, si besoin est, de placards dans les medias nationaux, de campagnes d’affichage dans les rues de Paris et dans le métro, que par l’organisation de meetings et de conférences et toutes initiatives visant à propager une véritable information.
Sur le terrain du pragmatisme aussi parce qu’il n’est pas concevable de laisser nos frères à l’abandon, subir aujourd’hui agressions verbales et physiques, demain on n’ose imaginer quoi d’autre.
Alors, nous allons organiser la caravane de la fraternité et aller à la rencontre de nos frères et de leurs voisins à Sarcelles, à Créteil, à Bondy, à Epinay sur Seine, à la Courneuve, à Mantes la Jolie, à Sartrouville…
Il s’agira ici d’organiser des soirées de la fraternité pour transmettre plusieurs messages :
- à nos frères tout d’abord, leur affirmer qu’ils ne sont pas seuls, que tous leurs coreligionnaires sont conscients des dangers auxquels ils sont confrontés et que si nécessaire, on les aidera à quitter l’enfer dans lequel ils tentent de survivre. En les aidant à déménager si nécessaire ailleurs en France ou en Israël, avec l’aide des pouvoirs publics mais aussi avec la solidarité de la communauté.
- à leurs agresseurs d’autre part, en leur rappelant qu’ils ne se trompent pas de cible, que les juifs ne sont pas leurs ennemis et en tentant de construire des passerelles. Il conviendra aussi, et sans risque d’interprétation d’une quelconque provocation de notre part, de leur faire comprendre que nous ne tolérerons pas de nouvelles agressions et que nous n’aurons de cesse, le cas échéant, de leur faire payer dans le strict cadre, bien sûr, de la loi républicaine.
Tout cela demande des moyens.
Parce que nous sommes responsables de nos enfants et de nos frères, les membres de l’UPJF et tous ceux qui viendront nous rejoindre dans ce combat, doivent doter l’organisation des moyens de sa politique et consacrer du temps pour l’accompagner.
Ce soir, le véritable lobby que nous voulons affirmer doit relever un premier défi. Celui qui consiste à assurer l’organisation de la faisabilité des chantiers sur lesquels elle travaille et qui sera la véritable et première démonstration à l’égard de tous, dans la communauté et dans la nation, que notre détermination est sans faille.
(...)
Chers amis, nous commençons peut être à vivre un cauchemar mais nous devons ensemble, avec nos compatriotes non juifs, nous dresser pour rappeler notre refus de l’indifférence et de la passivité devant le racisme et l’antisémitisme.
Nous devons tout faire pour que l’action de l’Etat soit menée sur deux fronts :
Combattre la drogue intégriste qui se sert de l’antisémitisme pour mieux enrôler ses soldats de l’islam.
Lutter contre la criminalisation de certaines zones françaises où la fureur anti-juive est aussi le paravent de la délinquance la plus sauvage.
On dit que dans le passé les antisémites les plus dangereux étaient ceux qui voulaient faire un monde sans juifs.
Aujourd’hui, les antisémites les plus virulents ne sont plus seulement ceux qui veulent un monde de Juifs dhimmi et sans Etat Juif, mais ce sont ceux qui veulent islamiser le monde et rendre dhimmi l’ensemble du monde judéo-chrétien.

Je vous remercie

http://alert2neg.over-blog.com/article-4653161.html

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Blindés hongrois de la Honved
» Le pizzaiolo
» frisé hongrois
» Cuirassés austro-hongrois
» [Yalom, Irvin] la malédiction du chat hongrois
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

STOPPEZ LE PIZZAIOLO HONGROIS! :: Commentaires

APRES LA DEFAITE DE BUSH, UNE NOUVELLE CLAQUE POUR LE SARKOZYSME !

Invité de TF1 au journal de 20H, hier, au lendemain d'un bureau politique de l'UMP qui a, sous la pression des Chiraquiens, prolongé jusqu'au 31 décembre le délai pour le dépôt des "candidatures à la candidature", le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy a prolongé jeudi soir d'une semaine le faux suspens sur sa candidature à l'élection présidentielle de 2007 mais réaffirme sa détermination intacte. Rien donc de nouveau sous les cocotiers, sauf peut-être une relative volonté d'apaiser les tensions suscitées par ses ambitions et son omnipotence. Et surprise du Dulce de la place beauvau, histoire de rassurer tous ceux qui n’hésiteraient pas à choisir la candidate du PS, en raison de son autoritarisme hérité du bloc Stalinien, le candidat Sarkozy a même fait appel à d'autres candidatures. Qui osera encore dire qu’il n’y a pas de débat à l’UMP, parti taillé à la dimension réduite du petit chef ? C’est dire toute l'étroitesse du débat démocratique dans ce fan club dans lequel ne peuvent se reconnaître les vrais Gaullistes. Manifestement, il faudra plus que les effets de manche du petit Nicolas pour dissiper les résistances internes grandissantes et tous les doutes sur sa capacité à faire gagner la droite et à rassembler au delà de ses fans. C’est bien parce que la machine UMP n’arrive plus à entretenir l’illusion sur son bilan catastrophique comme ministre de la police que les Cotations « Sarkozy » s’éffondrent dans l’opinion publique, encore plus depuis la victoire démocratique et sans contestation de Ségolène Royal au parti socialiste.

Le Sarkozysme, politique consistant à brasser de l’air et privilégier la communication spectacle, ne tourne plus rond, le spectre de la débâcle se précisant un peu mieux depuis le mois de novembre. Le petit Nicolas est plus que jamais au bord d’une rupture d’anévrisme depuis l’avènement de la candidate socialiste qui en abordant sans retenue les sujets, traditionnellement délicats pour la gauche comme la sécurité, avec une certaine souplesse comme « l’ordre juste » ou « la sécurité durable dans le respect de tous », ce qui change de ses rodomontades sécuritaires, prouve que la droite n’a pas la monopole de la sécurité des Français. La République ne l’a-t-elle pas découvert depuis les dernières émeutes dans les banlieues, la hausse de la criminalité et de la délinquance juvénile ? Certainement. N’est-ce pas donc pour masquer ces faits alarmants que le candidat Sarkozy fait de la surenchère sur le terrain de la criminalisation des délinquants mineurs ? Tout cela ne trompera pas les Français, loin s’en faut.

Non seulement, les gesticulations de ministre candidat commencent à inquiéter les Français, au point où 42% estiment, selon un sondage l’Express, que la candidate Royal ferait « un meilleur président de la République » que lui (36%) seulement. Plus inquiétant encore, la candidate socialiste est jugée « plus moderne »(49%), « plus rassurante »(45%), « plus soucieuse de défendre les intérêts de la France »(48%), « plus honnête »(45%), « plus sympathique »(65%).En grand amateur des sondages, c’est bien pour cela que ses petits copains d’Ipsos, TNS, SOFRES et autres, intoxiquent les Français au quotidien, le petit Nicolas sent que ses compatriotes ont bien compris son cirque. Il devra changer de stratégie, chose qui parait impossible tant sa marge de manœuvre est limitée.


Comme si la situation ne désespérait déjà pas assez ceux qui misaient sur le candidat de l’UMP, voici que les syndicats de police, qui soutiennent sans discernement la politique liberticide et ultra-sécuritaire de leur ministre, viennent de perdre les élections professionnelles dans la police. L'UNSA-police, réputé proche du PS, selon les résultats officiels, devance Alliance considéré comme le fer de lance de la doctrine du « tout sécuritaire » de Nicolas Sarkozy. Ce syndicat, qui était le premier syndicat chez les gardiens de la paix et a toujours soutenu la politique du ministre de l'Intérieur, a obtenu 36,47%, selon les chiffres définitifs communiqués vendredi par la Direction générale de la police nationale (DGPN). Même dans la hiérarchie, chez les commissaires, le syndicat ultra majoritaire qui a souvent affiché son soutien au ministre candidat, a perdu 30% des voix par rapport au précédent scrutin de 2003.C’est la victoire des syndicats favorables à la gauche.


































































C’est bien là un signe supplémentaire de la débâcle annoncée de la droite à la présidentielle 2007, mais surtout le rejet de tout ce qu’incarne le candidat Sarkozy, à savoir le harcèlement permanent des gardiens de la paix, de leur hiérarchie, les brimades et admonestations médiatiques, le clientélisme, la culture du résultat à l’américaine. Le petit Nicolas Sarkozy parlait de la « rupture », il se dirige tout droit dans un mur avec son concept de la « tolérance zéro » théorisé par Rudolph Giuliani, l’ancien maire de New york. C’est un désavoeu intégral de la politique sécuritaire. C’est un fiasco total !
Enfin, pour mieux confirmer que tout ne tourne plus rond dans le Sarkozysme, le ministre candidat doit maintenant faire face au premier meurtre survenu dans le cadre d’une manifestation sportive. Un jeune supporter du PSG, appartenant au tristement célèbre « Kop de Boulogne » mais toujours tolère par les dirigeants du club parisien, a été tué par balle, un autre a été grièvement blessé par un policier. Celui-ci, un agent en civil de la police régionale des transports, aurait ouvert le feu dans des circonstances encore floues sur un groupe de supporters du PSG lié au « Kop Boulogne », marqué à l'extrême droite. L'un d'eux a été tué sur le coup et un second grièvement blessé, a été transporté dans la nuit à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière. Que s'est-il passé hier soir autour du Parc des Princes après le match PSG-Hapoël Tel Aviv ? Selon un haut responsable de la préfecture de police, le drame s'est produit alors que plusieurs dizaines de supporters du PSG tentaient de s'en prendre à un jeune Français arborant les couleurs du club israélien qui venait de battre les Parisiens 4-2. Il se serait réfugié auprès du policier et les supporters les auraient pris à partie. Le policier aurait d'abord fait usage d'une bombe lacrymogène, puis de son arme de service. Mais était-il en état de légitime défense ? C'est la question qui se pose ce matin. La gravité de cet événement vient de confirmer, s’il en était encore besoin, la faillite de la méthode Sarkozy, laquelle promettait d’assurer la sécurité des Français et de combattre l’intolérance et le racisme, à coups d’opérations policières spectaculaires et de communication tous azimuts sur tous les plateaux de télévision. Triste novembre pour la machine UMP, soulagement pour ceux qui n’ont cesse de dénoncer la soif pathologique du pouvoir du petit Nicolas de la place Beauvau.
http://alert2neg.over-blog.com/article-4665468.html
 

STOPPEZ LE PIZZAIOLO HONGROIS!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: