MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 L'offre politique dans les cités

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

25102006
MessageL'offre politique dans les cités

L'offre politique dans les cités
mardi 10 ocotobre 2006

Depuis plusieurs décénies, l'absention s'est imposée comme le premier parti politique de France. Ce phénomène existe aussi dans les cités à l'instar de Garges mais de manière beaucoup plus intense car l'offre politique qui y est proposée ne parle pas à une population qui ne s'y reconnaît pas.

I/ Crise de confiance vis-à-vis du politique
Du point de vue électoral, les cités se caractérisent par une abstention très supérieure à la moyenne nationale et par une proportion d’inscrits par d’habitants beaucoup plus faible. Ainsi, la ville de Garges, essentiellement composées de grands ensembles, affiche une abstention de 60% lorsque la moyenne nationale est à 40% et compte environ 35% d’habitants inscrits sur les listes électorales lorsque la moyenne nationale est à 60%. Même en corrigeant ces données en tenant compte du nombre important de résidents non citoyens dans une ville jeune et cosmopolite, on est en droit de conclure que la crise de confiance vis à vis de la politique est beaucoup plus importante dans les cités comme Garges ou Sarcelles qu’ailleurs. En plus d'une lame de fond nationale qui traverse toutes les catégories de la société, il y a donc des raisons spécifiques à la crise de confiance vis à vis du politique dans les cités.

II/ Une crise de confiance spécifique aux cités
Certains avancent que puisque les cités subissent les crises sociales de manières plus dure qu’ailleurs, la crise de confiance y est d'autant plus forte. Je ne crois pas que l'on puisse se contenter d'une analyse strictement sociale du phénomène. Pour ma part, je vois surtout trois raisons majeures :

1. Il y a impossibilité pour les populations des cités de se reconnaître dans l’offre politique aujourd’hui existante. En effet, le discours proposé par les partis traditionnels implantés localement ne parle pas aux habitants des cités; et la population, aux origines diverses, ne peut pas s’identifier aux cadres politiques présents.

2. La représentation politique est sans rapport avec la sociologie de la ville et le discours politique est déconnecté de la réalité des cités.

3. Le discours politique servit aux populations des cités par les partis traditionnels est également fortement discrédité par vingt années infructueuses de politique de la ville car, à droite ou à gauche, les fonds du ministère de la ville ont servi à acheter la paix sociale et à s’accommoder de tout communautarisme renforçant le contrôle des populations et le clientélisme électoral.

Ce manque de confiance qui existe à Garges ou ailleurs est particulièrement inquiétant dès lors qu’une mairie peut-être élue dès le premier tour par à peine 35% des inscrits. La dépolitisation des problématiques locales et leur retrait au second plan au profit du clientélisme implique que l'échiquier électoral est en fait confisqué par une minorité de la population qui interdit l'accès au débat public à tout le reste des citoyens.

III/ L’exacerbation de « valeurs » creuses
L’offre politique des partis nationaux s’accommode facilement de l’exacerbation de principes si théoriques qu’ils en sont devenus creux qu’il s’agisse de République, de laïcité ou de droits quelconques.

De plus l’évocation de ces principes sert souvent à nier la réalité des problèmes vécus dans les grands ensembles en prétendant que tout va bien, que tout s’arrangera par la magie de l’égalitarisme républicain et en diabolisant les discours revendicatifs.

En d’autres circonstances, ce sont ces mêmes principes qui justifient une manipulation cynique des populations que certains partis (essentiellement de gauche) prétendent défendre. Je suis ainsi convaincu que le débat précédant la loi sur la laïcité témoignait moins de la mise en danger d’une valeur fondatrice de la nation que d’un refus réel d’assumer l’expression du multiculturalisme notamment en exigeant sans cesse des citoyens musulmans de « montrer patte blanche ».

De la même manière, la plupart des acteurs politiques locaux rêvant d’une carrière nationale savent qu’ils doivent adopter le double discours au sujet des banlieues : appeler à des méthodes fermes pour tous en national, rassurer certaines catégories en local en leur expliquant que le traitement sécuritaire de la délinquance ne les concerne pas eux mais ceux du quartier d’en face (en particulier s’ils sont de couleur différente). L’union nationale sur la fermeté d’un côté, de l’autre, la division locale des minorités en agitant la peur des différences.

Sur ces problématiques comme sur d’autres, la plupart des cadres politiques ont bien compris que la confiscation de l’image et de la parole des populations des cités pouvait servir de défouloir à fantasmes et constituait une rente électorale florissante.

IV/ Pour un projet commun construit en local
Face à constat de vide politique et de trahison de nombre de nos représentants, il est donc nécessaire que les populations qui se reconnaissent dans des problématiques, un destin et des espoirs communs en banlieue se prennent en main pour récupérer et maîtriser leur image afin de défendre leurs projets. Il est temps aujourd’hui que les banlieues ne servent plus aux récupérations populistes ou électoralistes qu'elles viennent de la gauche ou de la droite.

voir les commentaires...ou en faire



Me contacter : yassine_monde@yahoo.fr


http://yassine.ayari.free.fr/articles/offre_politique.htm

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» DAN Shi - Mémoires d'un eunuque dans la cité interdite
» JING Yi - Mémoires d'une femme de cour dans la Cité Interdite
» Les Mystérieuses Cités d'Or - Cité des Hommes-Lézards
» Zia, dans les cités d'or avec Pixlr
» Offre magique dans les boutiques du parc
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

L'offre politique dans les cités :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

L'offre politique dans les cités

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: