MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 fuite des cerveaux africains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zapimax
membre mordu du forum
avatar

Nombre de messages : 654
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 14/06/2005

09072005
Messagefuite des cerveaux africains

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3220,36-669495@51-669395,0.html

L'Afrique voit partir, chaque année, selon les estimations de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), quelque 23 000 professeurs et chercheurs. Une perte colossale qui touche, en particulier, le secteur de la santé. L'exemple de la Zambie, analysé dans un rapport de l'OIM, rendu public mardi 5 juillet à Genève, résume le désastre : sur plus de 600 médecins, formés par ce pays d'Afrique australe depuis son indépendance en 1964, seuls 50 se trouvent encore aujourd'hui sur le sol national. Tous les autres sont partis, vers l'Europe et les Etats-Unis de préférence.


Pour les pays d'accueil, le bénéfice est double : ils font des économies à la fois sur la formation et sur les salaires. C'est ce qui s'est passé pour Tassadit B., quand elle est arrivée à Paris, en 1994. Cette médecin psychiatre, qui a fait ses études de médecine à Alger (et de psychiatrie à Paris) avait exercé en Algérie pendant dix ans. Elle a pourtant, une fois en France, "attendu cinq ans pour avoir le droit de passer les équivalences en médecine" , et quelques années de plus pour passer le concours de praticien hospitalier, soit "dix ans au total pour avoir les mêmes droits qu'un médecin français" , souligne-t-elle. Durant ces dix années, elle a fait comme tous ses collègues venus d'Afrique : gardes de nuit et vacations au rabais.

"Sur les 24 000 médecins dotés d'un diplôme extra-communautaire présents en France, seulement 8 000 travaillent comme médecins. Les autres prennent ce qu'on leur donne ­ y compris des postes d'infirmiers" , s'indigne le docteur franco-sénégalais, Elisabeth Sow Dione, médecin associé à l'hôpital de Saint-Germain-en-Laye et présidente de l'association des médecins français qui ont des diplômes extra-communautaires. Cette association, créée en 2003, milite, en partenariat avec le syndicat national des médecins extra-communautaires contre la non-reconnaissance des diplômes obtenus hors de France. " Théoriquement, tant qu'on n'est pas inscrit à l'Ordre des médecins ­ ce qui est notre cas ­, on n'a pas le droit d'exercer. C'est pourtant ce qui se arrive : allez dans n'importe quel hôpital, à partir de juillet, il n'y a plus un seul Dupont-Durand parmi les médecins de garde !" , ironise le docteur Sow Dione. "Nous sommes l'élite de nos pays et on nous traite comme des clochards ! s'irrite le docteur Sow Dione. Si ça continue, bien que francophones et francophiles, tous vont aller au Canada et en Grande-Bretagne, les conditions sont bien meilleures ".


"LES HÔPITAUX SE SONT VIDÉS"


Pas question, en tout cas, de retourner au Sénégal, même si elle "culpabilise" . Tassadit B., elle aussi, avoue que "ça -lui- tord le coeur" de ne plus travailler en Algérie. "En quelques années, les hôpitaux se sont vidés , remarque la psychiatre. Les médecins restés sur place ont ouvert des cliniques ou des cabinets privés ­ qui sont devenus des pompes à fric : la moindre opération coûte au minimum entre 500 et 1 500 euros... Dans le même temps, les hôpitaux ont perdu leurs médecins, leur réputation, encore bonne jusqu'au début des années 1990, et, en prime, la confiance des patients. Réduction des budgets aidant, les hôpitaux ne recrutent plus, sauf dans certaines spécialités. Il y a aujourd'hui en Algérie des médecins généralistes au chômage : un comble dans un pays riche, assis sur sa rente pétrolière !"

Selon les prévisions de l'ONU, d'ici à 2020, les Etats-Unis devraient avoir un déficit d'environ 800 000 infirmiers. Ce qui ne présage rien de bon pour les pays africains. L'Afrique du Sud a d'ailleurs demandé au Canada d'arrêter de recruter son personnel médical chez elle. D'après les statistiques onusiennes, dans la province canadienne du Saskatchewan, plus de 50 % des médecins ont été formés à l'étranger et au moins un cinquième ont obtenu leur premier diplôme de médecine en Afrique du Sud.

Catherine Simon
Article paru dans l'édition du 06.07.05
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com

 Sujets similaires

-
» fuite sur culasse ih 323
» Fuite d'huile PX Besoin aide !
» ISOMAC VENUS - PROBLEME FUITE PF
» Problème de fuite d'huile suite descente trottoir
» Fuite radiateur DRZE
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

fuite des cerveaux africains :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

fuite des cerveaux africains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: MONDE-GEOPOLITIQUE/WORLD-GEOPOLITICS :: AFRIQUE/AFRICA-
Sauter vers: