MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Faut-il compter les Noirs, les Arabes, les Juifs... ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

23102006
MessageFaut-il compter les Noirs, les Arabes, les Juifs... ?

Faut-il compter les Noirs, les Arabes, les Juifs... ? (Nouvel Observateur 19-10-06)

http://www.nouvelobs.com/articles/p2189/a320163.html


La bataille des statistiques ethniques

Faut-il compter les Noirs, les Arabes, les Juifs... ?

Au nom de la lutte contre la discrimination - notamment dans les entreprises -
des voix réclament le classement des Français en « Noirs », « Blancs », « Arabes
». Pourtant, de nombreux outils de mesure existent déjà. La polémique enfle

Petite scène de genre au Sénat, en mars dernier. Le débat portait sur la
loi « égalité des chances ». Un sénateur centriste propose tout à trac de faire
apparaître dans le recensement l'«appartenance des individus (recensés) à un
phénotype». Un phénotype ? En biologie, le mot désigne l'ensemble des caractères
apparents d'un individu nés de son patrimoine génétique. L'intention ? Bonne,
évidemment : lutter contre les discriminations subies par les « minorités
visibles ». Mais pour cela, dit-il, il faut compter les Blancs, les Noirs, les
Arabes, les Asiatiques, les métis... Impensable en France républicaine ! Le
gouvernement a dit non, et le sénateur a retiré son amendement. Mais la
polémique ne faisait que commencer. Un colloque organisé le 19 octobre par le
Conseil d'Analyse stratégique (ex-Commissariat au Plan) relancera à coup sûr le
débat.
En France, le comptage ethno-racial estinterdit par la loi. Au nom de
l'égalité, la République n'en veut pas. En pratique, ces beaux idéaux n'ont pas
empêché que lesenfants d'immigrés soient bien plus au chômage que les autres,
même avec un diplôme identique. La différence est écrasante. Il y a un an, les
émeutes des cités ont montré à quel point les jeunes ne la supportent plus.
Magnifique en théorie, le modèle égalitaire tourne souvent à vide. Alors de plus
en plus de voix s'élèvent à gauche et à droite pour briser le tabou : sans
statistiques, comment assurer la promotion de la diversité dans les entreprises
?
Mais comment mesurer ? Les partisans du comptage ethnique répondent : en
recensant les individus à partir de ce qui est cause de leur discrimination, la
couleur de leur peau, leur apparence physique, comme aux Etats-Unis ou en
Grande-Bretagne où l'on se déclare blanc, noir, arabe, asiatique, métis, etc.
«Il ne s'agit pas de mesurer les ethnies mais la diversité de la société
française. On en est arrivé à un point (de discrimination) où le comptage
ethnique ne peut pas être pire que l'inaction actuelle», dit Patrick Lozès,
président du Conseil représentatif des Associations noires (Cran). Ce mode de
recensement rompt évidemment avec la prudence actuelle qui autorise tout au plus
des statistiques fondées sur la nationalité ou le lieu de naissance des parents.
Celles-ci sont de plus en plus utilisées en France et peuvent se révéler très
éclairantes (voir encadré).
Avec le comptage au faciès, «on installerait tout simplement une logique
raciste», s'indigne Samuel Thomas, vice-président de SOS-Racisme. Ce type de
recensement ne pourra pas être utilisé «avec de bonnes intentions», ajoute-t-il.
Et de rappeler que son association a déposé une plainte cet été. « Le Monde »
avait évoqué un rapport des Renseignements généraux selon lequel 436 « meneurs
des quartiers », à 87% de nationalité française, étaient classés par la police
en fonction de leur origine supposée, détectée selon leur nom de famille
(maghrébine, africaine, française d'origine non immigrée). «Enfermer les
individus dans des catégories grossières c'est faire croire que la société est
divisée comme cela. Et c'est obliger à la penser avec ces catégories», s'insurge
le démographe de l'Institut national des Etudes démographiques (Ined) Alain
Blum. C'est aussi inciter chacun à entrer dans une de ces cases, même si les
personnes interrogées peuventrefuser de répondre.
La controverse enfle. Elle transcende le clivage droite-gauche, traverse
les communautés, divise le monde de l'entreprise. Dominique de Villepin et
Jacques Chirac sont contre, Nicolas Sarkozy, le ministre de l'Intérieur, est
pour. Azouz Begag, ministre délégué à la Promotion de l'Egalité des Chances, y
est favorable, contrairement à Bariza Khiary, sénatrice socialiste de Paris.
Louis Schweitzer, le président de la Haute Autorité de Lutte contre les
Discriminations et pour l'Egalité (Halde), a exprimé son opposition. Anne Le
Strat, élue verte et présidente d'Eau de Paris, n'est pas hostile à un
recensement anonyme des origines ethniques dans son entreprise. Côté patrons,
Claude Bébéar, le président du conseil de surveillance d'Axa, a proposé le
recensement ethnique - et anonyme - pour les entreprises dans un rapport de
2004, alors qu'Henri Lachmann, celui de Schneider Electric, a exprimé son
opposition.
Jusqu'à présent la Commission nationale de l'Informatique et des Libertés
(Cnil) est restée droite dans ses bottes républicaines, n'autorisant qu'au coup
par coup le comptage par nationalité d'origine (et jamais par origine raciale).
Mais son président Alex Türk reconnaît que beaucoup de membres de la Commission
se posent des questions. Il annonce l'ouverture d'un grand chantier d'auditions
pour que la Commission expose sa position avant les élections présidentielles.
D'autant que la Cnil est saisie d'un nombre toujours plus grand de demandes : un
observatoire de la vie étudiante veut mesurer la discrimination d'étudiants
maghrébins, une télévision d'outre-mer veut savoir si l'audience des émissions
varie en fonction de la couleur des téléspectateurs, etc.
La Cnil répond comme elle le peut. Elle a refusé récemment à la Sofres,
mandatée par le Conseil représentatif des Institutions juives de France, un
sondage d'opinion par téléphone auprès de personnes ayant un nom à consonance
juive. Mais elle a autorisé une enquête de l'Ined intitulée «Intégration des
secondes générations en Europe», sur l'intégration des Turcs et des Marocains,
alors que le tri statistique sera opéré selon l'origine sup-posée des noms et
prénoms. Contradiction ? La Cnil explique qu'il s'agit d'un projet européen
«justifié par l'intérêt public» (1). La Commission refuse le comptage au faciès.
Et surtout, elle rappelle que pour changer de critères, il faut une loi.
Qu'en pensent les intéressés ? Patrick Simon, favorable au comptage
ethno-raciale, et Martin Clément, chercheurs à l'Ined, ont mené une étude sur
les perceptions des salariés et des étudiants (2). Les résultats sont
intéressants : la déclaration d'origine géographique ne suscite pas d'hostilité
; en revanche, la classification dans l'entreprise des catégories ethno-raciales
est refusée par un tiers des enquêtés, toutes origines confondues. Mais la
proportion change si l'on s'en tient aux sondés d'origine immigrée : la majorité
des personnes se déclarant « arabes ou berbères » est contre. Les Noirs sont
moins hostiles. Il est vrai qu'ils sont par excellence membres de ces fameuses «
minorités visibles ». L'utilisation à des fins scientifiques est acceptée par
72% des enquêtés. «Le passage de la déclaration des origines à l'identification
ethno-raciale constitue un saut délicat», notent les chercheurs. Un saut
délicat, en effet. D'autant que des instruments de mesure existent déjà (voir
encadré). Un seul problème : par manque de volonté politique, on ne les utilise
pas...

(1) Voir les décisions sur www.cnil.fr
(2) « Comment décrire la diversité des origines en France ? » Population
et Sociétés, n° 425
http://www.ined.fr/fr/ressources_documentation/publications/pop_soc/



Jacqueline de Linares

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» blythe adg ebay
» Quel budget prévoir pour un séjour Disneyland
» Le racisme des noirs dans les pays du maghreb
» [1000] points CV contre Nains et Elfes Noirs
» [680pts] Tyranides contre Eldars noirs
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Faut-il compter les Noirs, les Arabes, les Juifs... ? :: Commentaires

avatar
Les outils existent déjà !
Message le Lun 23 Oct - 10:32 par mihou
Les outils existent déjà ! (Nouvel Observateur 19-10-06)
http://www.nouvelobs.com/articles/p2189/a-2285.html


Les outils existent déjà !



Selon les tenants du comptage ethnique, les outils statistiques permettant
de mettre en évidence les phénomènes de discrimination manqueraient. «Faux!»
répondent nombre de démographes. «Les outils statistiques actuels permettent
déjà de prendre largement la mesure des discriminations», note Sophie Boissard,
directrice du Conseil d'Analyse stratégique. Outils recensés dans une « Note de
Veille » par Pierre-Yves Cusset, chargé de mission à ce Conseil. La prise en
compte des lieux de naissance et des nationalités des parents a donné lieu à de
nombreux travaux instructifs (1). De même les recherches de Jean-Luc Richard (36
ans), jeune démographe qui travaille sur le destin des enfants d'immigrés, ont
beaucoup éclairé sur les discriminations. «Insuffisant», disent les tenants du
recensement par couleurs. Les Antillais, disent-ils, n'apparaîtront pas dans les
enquêtes : ils sont français depuis plusieurs générations.
La méthode anglo-saxonne d'autodéclaration de sa couleur et de son origine
comporte elle aussi des biais importants. Les autodéclarations aboutissent à des
chiffres incertains : «La proportion d'Américains qui se disent «Hispanic» varie
de 16% suivant que l'on place la proposition en tête ou en fin de liste»,
remarque Jean-Luc Richard. Que beaucoup de matériaux disponibles en France
soient laissés en jachère, c'est certain : «En France nous ne sommes qu'une
poignée, cinq ou six, à exploiter l'échantillon démographique permanent (EDP) du
recensement, qui comporte de nombreuses données exploitables sur la situation
des personnes issues de l'immigration. En Grande-Bretagne, ils sont 150à
travailler sur les données équivalentes», déplore Jean-Luc Richard. Le manque
d'outils serait-il un prétexte ? Si l'on ne mesure pas la diversité, c'est parce
que la lutte contre les discriminations n'est pas prioritaire...

1) « Les Statistiques ethniques en France : où en sommes-nous ? », Note de
Veille n° 11, lundi 31 juillet 2006, Centre d'Analyse stratégique.

Sur le web :
www.strategie.gouv.fr/IMG/pdf/NoteVeille22_31juillet2006_3.pdf
 

Faut-il compter les Noirs, les Arabes, les Juifs... ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: