MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides
anipassion.com
Partagez | 
 

 «Le jour où l’Union africaine s’est suicidée»

Aller en bas 
AuteurMessage
Delugio
Membre confirmé
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 29/05/2005

18102006
Message«Le jour où l’Union africaine s’est suicidée»

Le Courrier d’Abidjan — mercredi 18 octobre 2006 — http://www.lecourrierdabidjan.info/page_article.php?id=15425 — rubrique «Carte blanche» :

par Sylvie Kouamé :

«Pressés de «régler le cas Gbagbo», les chefs d’Etat africains les plus soumis au diktat de l’Elysée ne se rendent même pas compte qu’ils fragilisent leur propre assise. En effet, si le CPS devient une instance qui peut changer les règles fondamentales d’un Etat et organiser des conspirations putschistes, qu’est-ce qui prouve qu’un jour la jurisprudence qu’ils tentent d’établir en Côte d’Ivoire ne s’appliquera pas à eux ? Ils ne se rendent pas compte qu’ils finissent de ridiculiser l’Union africaine, portée sur les fonts baptismaux avec emphase en juin 1999 à Syrte.
Une des leçons à tirer du sommet d’Addis-Abeba est que les chefs d’Etat africains ont laissé libre champ aux serviteurs zélés de Paris. 15 chefs d’Etat africains étaient attendus. Seuls 6 sont venus. Parmi eux, 4 défenseurs acharnés de la Chiraquie. C’est dire que le poids de la Françafrique était aussi fort, sinon plus fort à Addis qu’à Abuja. Ainsi, une dépêche AFP annonçait, en fin de matinée, que les recommandations de la CEDEAO seraient «sans doute avalisées, voire renforcées par le sommet du CPS», selon un haut responsable de l’UA. Comme dans un scénario bien ficelé, le président en exercice du CPS, Paul Biya, a déserté la réunion, afin de laisser libre champ à un Sassou qui venait tout juste de prendre ses ordres à Paris. Lequel Sassou s’est débrouillé pour créer un cafouillage et prendre en otage l’institution. Plusieurs drafts de communiqués finaux ont circulé, à tel point qu’il n’y avait plus que la conférence de presse donnée à la volée par le président congolais pour trancher. Ni la règle du consensus ni celle du vote aux deux tiers des membres votants, mentionnées par les statuts du CPS, n’ont été respectées.
En choisissant de se mettre au service d’une force extra-africaine (la France) plutôt que d’agir pour la stabilisation d’un des pays les plus importants du continent, l’UA trahit sa mission. Et se suicide. La postérité ne la jugera pas sur son efficacité à servir de courroie de transmission aux caprices de Paris, mais sur sa capacité à trouver des solutions originales aux crises, respectant la souveraineté des peuples et allant dans le sens de la stabilisation durable du continent. L’Histoire aurait pu retenir que le CPS a sauvé la Côte d’Ivoire. Elle se souviendra malheureusement que l’Afrique a abandonné la Côte d’Ivoire aux griffes d’un ex-colonisateur assoiffé de sang nègre, et créé les conditions d’un chaos se nourrissant de l’absurdité d’une communauté internationale dont tout le travail semble être d’accompagner le processus de destruction des institutions de l’Etat, de contrarier les équations majoritaires et d’amplifier les contradictions existantes.
L’Union africaine, qui avait montré des signes de dépression très grave au dernier sommet ordinaire de Banjul, s’est suicidée à Addis-Abeba. Il est désormais urgent que le président élu par les Ivoiriens prenne ses responsabilités pour éviter à son pays, dont on aura fait imploser l’armée, une crise de longue durée comme celle du Tchad et de Haïti, où ce type de médicament d’apprenti-sorcier a été expérimenté dans le passé.»



http://delugio.zeblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unevingtaine.hautetfort.com/

 Sujets similaires

-
» Bonjour de la Réunion...
» [All GPS] Mise à jour des radars pour Tomtom et iGO8 et les autres ...
» [AIDE]Mise à jour Desire impossible.
» [RESOLU] Etui PROPORTA Union Jack
» [INFO]Mise à jour OTA 2.10.405.2 disponible pour le Desire
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

«Le jour où l’Union africaine s’est suicidée» :: Commentaires

Merci pour cet article très complet encore une fois
voyance
 

«Le jour où l’Union africaine s’est suicidée»

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: NEO-COLONISATION-
Sauter vers: