MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Secteur informel: 81% des logiciels piratés en Afrique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tite Prout
Maître de Cérémonie du forum
avatar

Nombre de messages : 1737
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 01/06/2005

MessageSujet: Secteur informel: 81% des logiciels piratés en Afrique   Sam 14 Oct - 19:39

81% des logiciels utilisés en Afrique proviennent de piratages selon des experts
12 octobre 2006 - AFP
Quatre-vingt-un pour cent des logiciels utilisés actuellement en Afrique proviennent de piratages, ce qui coûte des milliards de dollars à l'industrie et aux gouvernements, tout en freinant la croissance, ont conclu des experts à Nairobi.

L'Afrique, qui compte notamment sur les technologies de l'information pour promouvoir le développement et réduire la pauvreté, doit promulguer et appliquer des législations sur la propriété intellectuelle si elle veut bénéficier réellement du progrès, selon ces spécialistes des technologies nouvelles récemment réunis en colloque dans la capitale kényane.

"Nous ne pouvons accepter, sans rien faire, de laisser notre travail se faire pirater", a déclaré le directeur "anti-piraterie" pour l'Afrique de l'Est et australe du géant américain Microsoft, Abed Hlatshwayo.

Selon lui, les copies et téléchargements illégaux représentent une valeur supérieure à 12,4 milliards de dollars (9,8 milliards d'euros) pour l'ensemble de la région.

Une réduction de 10% des actes de piratage d'ici 2009 injecterait quelque 22,5 milliards de dollars (17,8 milliards d'euros) au Moyen-Orient et en Afrique, en termes de croissance pour les technologies de l'information et de recettes fiscales ainsi générées, a-t-il poursuivi.

Mais il sera difficile de convaincre les utilisateurs africains de travailler sur des logiciels d'origine, ont reconnu les mêmes experts.

"Les gens ne veulent pas payer pour ce qu'il leur est aisé de se procurer gratuitement", a expliqué à l'AFP James Kusewa, de Dimensions Data, une société spécialisée d'Afrique de l'Est.

"C'est difficile, mais les producteurs de logiciels doivent convaincre les clients de se fournir aux sources légitimes, afin de profiter des avantages des produits d'origine, comme l'actualisation des systèmes de sécurité ou des programmes, la garantie, l'aide technique... tout ce que les copies piratées ne peuvent leur apporter", a-t-il ajouté.

Il est vrai que, dans nombre de pays d'Afrique, la piraterie est tellement répandue qu'il est virtuellement impossible d'y trouver des copies légales, comme en attestent des études commandées par les producteurs.

Au Zimbabwe, on estime que 90% des logiciels en service sont piratés, selon ces rapports. Au Botswana et au Nigeria, la proportion serait de 82%, et au Kenya de 80%...

Ces éditions pirates, pour 90% d'entre elles, sont arrivées en provenance de pays où la législation sur les droits d'auteur est quasi inexistante : Emirats arabes unis, Inde et Pakistan, Chine, Malaisie, Indonésie...

Mais les pirates africains arrivent sur le marché. Le Botswana, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, le Sénégal et la Zambie ont rejoint cette année la liste des 20 premiers "Etats pirates" établie par l'Alliance de l'industrie du logiciel (Business Software Alliance), organisation mise sur pied par la profession.

La progression du piratage s'est intensifiée "phénoménalement" par l'introduction de la technologie numérique et l'échange de dossiers par internet, a exposé au colloque un avocat du Bureau des droits d'auteurs du Kenya (Kenya Copyright Board), Me Edward Sigei.

La responsabilité ultime incombe évidemment à l'utilisateur, mais aussi aux gouvernements qui doivent intervenir en recourant aux sanctions pénales, aux inspections sur les importations et à des campagnes d'information civique, selon lui.

"Le gouvernement doit créer dans le public une prise de conscience sur les effets néfastes de la piraterie et des contrefaçons, donner des moyens aux investisseurs de l'industrie, encourager le développement des infrastructures mais aussi accroître le nombre des procédures, des poursuites et des amendes", a-t-il conclu.

http://www.jeuneafrique.com/jeune_afrique/article_depeche.asp?art_cle=AFP55706deslostrepx0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Secteur informel: 81% des logiciels piratés en Afrique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chargeur très simple sur secteur pour picooz
» Campagne du secteur Veil- Glossaire
» [AIDE] Quelques problèmes logiciels suite à maj rom sur HD2
» [INFO] Logiciels de sauvegarde du systeme
» [RESOLU] Installation logiciels sous WM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: ECONOMIE/ECONOMY :: SECTEUR INFORMEL/INFORMAL ECONOMY-
Sauter vers: