MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Langue de bois : morceau d’anthologie. Un cas exemplaire.

Aller en bas 
AuteurMessage
Delugio
Membre confirmé
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 29/05/2005

14072006
MessageLangue de bois : morceau d’anthologie. Un cas exemplaire.

Voilà un texte bref qui fait un véritable morceau de choix, digne d'une anthologie des exemples remarquables de maniement de la langue de bois.

Il s'agit d'un article paru dans Libération de ce jour (14 juillet, ça ne s'invente pas), sous le titre «Timide réchauffement diplomatique entre Lomé et Paris», signé de Thomas Hoffnung — http://www.liberation.fr/actualite/monde/193368.FR.php.

Gageons qu'avant la chute du mur de Berlin, cette brève composition de Thomas Hoffnung eût été donnée comme matière d'exercices dans les écoles de journalisme préparant les serviteurs de l'État à travailler à La Pravda.

Déjà le titre : «Timide réchauffement diplomatique entre Lomé et Paris». Où l'on se pince dès l'abord ! Ai-je bien lu ? L'inénarrable Hoffnung continue-t-il de peaufiner une carrière de comique ? — comme lorsqu'il nous expliquait (en déc. 2004) que les tirs des chars français sur le palais de Gbagbo, puis l'encerclement de l'hôtel Ivoire à Abidjan étaient la conséquence d'une erreur d'orientation : les chars français s'étaient trompés de route et l'État major français ne savait pas que l'Hôtel Ivoire était un des centres névralgiques du pouvoir ivoirien — il était donc étonné que les Français d'Abidjan menacés ne soient pas là ! Non, la foule des manifestants non armés sur lesquels on avait tiré n'étaient pas là pour protéger le pouvoir élu d'un coup d'État, mais pour menacer les Français — et tant pis s'ils n'étaient pas ici !

Hoffnung préparerait donc une retraite comme comique au Music Hall ? Eh non, apparemment ! — : si on lit la suite de l'article, on s'aperçoit que le titre ne doit pas être lu dans le registre de l'humour.

Hoffnung soutient vraiment que si Faure n'a toujours pas bénéficié comme papa d'une réception officielle bien comme il faut à Paris, c'est qu'il y a vraiment un «froid». Oh, certes, prudent, il use des guillemets, mais n'en dit pas moins ce qu'il annonce !

Apparemment si Hoffnung s'inspire du cinéma burlesque, il connaît moins ce genre de films policiers où le commanditaire d'un forfait évite de recevoir de façon trop ostensible l'exécutant qu'il en a chargé — jusqu'à ce que les vagues judiciaires soient passées.

C'est que manifestement pour Hoffnung, l' «élection» de Faure, au prix de centaines de morts, et l'entérinement de cette «élection», ne doivent rien à Paris, qui a simplement «reconnu sa victoire, à l'instar de la communauté internationale». (Tiens, Hoffnung a perdu à nouveau l'usage des guillemets de «communauté internationale», qu'il semblait avoir découverts dans un article récent concernant la Côte d'Ivoire, où il tentait à grand coup d'esbroufe de sauver ce qui reste de crédit à Paris dans les démêlés judiciaires consécutifs aux événements de Bouaké de nov. 2004 : il s'agissait alors de nous vendre que, pour cette fois, Paris et la communauté internationale étaient d'accord pour laisser faire Gbagbo — sic).

La «communauté internationale» reste ce concept commode qui permet de dédouaner de toute façon toute action françafricaine. On est au cœur du maniement de la langue de bois. Et l'usage habile, tant du concept que de la concession ponctuelle des guillemets, montre qu'en la matière, Hoffnung est un expert.

Bref, «à l'instar de la communauté internationale», la France n'a fait que reconnaître, presque à contre-cœur, faut-il entendre, la victoire de Faure.

Cela dit, faut-il toujours entendre, notre diplomatie n'en était pas moins fâchée, de cette victoire ! Effectivement la langue de bois, et Hoffnung, ne peuvent que concéder qu'il y eut «fraude massive» ! Et donc, forcément, on est fâché ! — en «froid».

Et Hoffnung de nous resservir, en le plaçant naturellement dans la bouche du directeur de cabinet de Faure (bien utiles citations), le sempiternel poncif selon lequel les arrière-boutiques de la Françafrique, «c'est une autre époque».

Et donc, toute cette fâcherie était sérieuse, faut-il comprendre : «En réalité, la France attendait des gestes d'apaisement de la part des autorités de Lomé. Elle plaidait notamment pour l'ouverture d'un dialogue national qui serait parachevé par l'organisation de législatives "propres"», assure Hoffnung. Et poursuit-il, sans émettre le moindre doute quant à cette volonté parisienne d'élections «propres» (on aura noté ses guillemets), ça y est presque : «Une première étape a été franchie, lundi, avec la signature, par la majorité de l'opposition togolaise d'un accord politique "de base" portant, notamment, sur la mise en place d'une commission électorale indépendante. Toutefois, le principal adversaire du régime, l'Union des forces de changement de Gilchrist Olympio, a refusé de le parapher, parlant d' "escroquerie"». Aucun commentaire sur ce refus d'Olympio — bref, il pourrait y mettre un peu de bonne volonté !

Et pour conclure : «Reste le cas Charles Debbasch», écrit Hoffnung. Cela pour nous dire quoi ? Que «Lomé n'a pas l'intention de l'expulser. Et Paris de le lui demander. Récemment, Debbasch, un ex-conseiller du président Giscard d'Estaing, a séjourné en France sans être inquiété.»

Bref, Paris voudrait bien, sans doute, «l'inquiéter», mais même s'il vient sur le territoire national, c'est tout de même embarrassant pour nos bonnes relations avec le Togo : c'est eux, qui ne veulent pas le livrer !

Ce faisant, en nous donnant l'impression de nous apprendre, sur un ton détaché mais désapprobateur, ce que tout le monde sait, Hoffnung obtient un triple bénéfice : passer pour un vertueux dénonciateur d'un régime honni, regretter que Paris soit si «timide» à son égard, et du même coup, disculper totalement Paris, qui serait, hélas, si impuissant face à tout cela !

Si La Pravda avait pu prendre la leçon, le mur de Berlin serait peut-être encore en place…


http://delugio.zeblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unevingtaine.hautetfort.com/

 Sujets similaires

-
» Exemples de langue de bois...
» Morceau d'anthologie..
» Langue de bois... ou foutage de gueule?
» Soutien A Salem Ben Ammar, journaliste indépendant, intègre et ennemi de la langue de bois, et menacé de mort pour tout cela
» Corse, salle (de prière) saccagée : toute la lumière sur ce qui s’est vraiment passé, sans langue de bois
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Langue de bois : morceau d’anthologie. Un cas exemplaire. :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Langue de bois : morceau d’anthologie. Un cas exemplaire.

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: NEO-COLONISATION-
Sauter vers: