MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 des négationnistes aux « modernes négriers »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

29062006
Messagedes négationnistes aux « modernes négriers »

Numéro spécimen sur demande à info@...
Reproduction autorisée sur internet avec les mentions ci-dessus
1. De la « recherche historique » des négationnistes aux « modernes négriers »
de « l’Usraël »
Depuis que Dieudonné a annoncé son intention de présenter sa candidature à la
présidence de la République, il a ajouté à la galaxie des sites voués à sa
glorification un site spécifiquement politique, www.dieudo.net/2007 (qui est une
« déclinaison » du « site officiel », c’est-à-dire commercial, de Dieudonné,
www.dieudo.net). Ici, l’« humoriste » Dieudonné ne pratique pas l’humour.
Articles, communiqués, tout se veut très sérieux. Ainsi, l’affichage sur le
site, en bonne place, de l’intégralité d’une dépêche intitulée « Caricatures :
le Guide suprême iranien dénonce une “conspiration sioniste‿ » ne doit pas
être compris comme une facétie mais comme une marque d’adhésion de Dieudonné et
de son équipe à la théorie de la « conspiration sioniste ».
Lorsque nous disons : Dieudonné et son équipe, il s’agit notamment des membres
de son « bureau de campagne » dont la liste est donnée sur le site. Un bureau
formé d’illustres inconnus, à deux exceptions près : le cinéaste Francesco
Condemi, compagnon de route du conspirationniste Thierry Meyssan, et Ginette
Hess-Skandrani, exclue des Verts en raison de ses affinités avec les
négationnistes.
Dans un article daté du 8 février 2006, qui figure sur le site « présidentiel
» de Dieudonné, Mme Skandrani ne se cache pas de son identification avec « tous
les exclus de la pensée dominante », entendez par là ceux qui défendent « la
liberté d’expression, y compris dans la recherche historique » (la « recherche
historique » en question désignant, dans le vocabulaire propre au milieu auquel
appartient Ginette Skandrani, la propagande négationniste).
Ginette Skandrani est une familière de Dieudonné. Le 19 février 2005, lorsque
Dieudonné tient une conférence de presse après avoir associé la mémoire de la
Shoah à une « pornographie mémorielle », c’est Ginette Skandrani qui est
responsable de l’accueil des journalistes à l’entrée de la salle. En novembre
2004, déjà, Ginette Skandrani s’était associée avec la négationniste Maria
Poumier pour publier un compte rendu enthousiaste d’une rencontre entre
Dieudonné et des « rabbins antisionistes » qui appelaient au « démantèlement »
de l’État d’Israël.
Or voici que Maria Poumier est de retour... sur le site dieudo.net/2007. Elle
y publie un article daté - le hasard fait bien les choses - du 8 février 2006,
soit exactement le même jour que l’article signé Ginette Skandrani. Sous le
titre « De l’antisionisme à l’afrocentrisme », Maria Poumier accuse « l’USraël »
d’avoir « lancé une vaste campagne médiatique » sous couvert de défendre la
liberté d’expression. Cette entité nommée « l’Usraël » (elle écrit parfois « US
», parfois « Us », mais les deux orthographes sont conformes à un usage
typiquement néo-nazi) est en fait, écrit-elle, la « métropole » d’où s’effectue
la colonisation de nos pays. Et d’expliquer que « nos maîtres Usraéliens
espèrent capitaliser à leur profit les réflexes d’autodéfense des non musulmans
à partir de leur bon droit indéniable d’autochtones majoritaires ».
Maria Poumier, une enseignante d’espagnol qui fréquente de longue date les
milieux rouges-bruns (de moins en moins rouges et de plus en plus bruns), ne
cache pas son admiration pour le négationniste Roger Garaudy et diffuse sa prose
« antisioniste » sur des sites internet désormais interdits d’accès par la
justice française, utilise la tribune généreusement offerte par Dieudonné pour
s’en prendre aux « maîtres du Discours » qui espèrent « briser la compassion et
la sympathie européenne pour les Palestiniens ». Et voici comment le complot
prend forme : « Il s’agit, pour les modernes négriers [NDLR : référence
transparente aux propos antisémites de Dieudonné sur les « négriers reconvertis
dans la banque, le spectacle et aujourd’hui l’action terroriste »] qui
prétendent nous gérer comme une variable à neutraliser, dans leur plan pur de
domination mondiale, de faire se dresser les uns contre les autres les
autochtones européens contre les autochtones du monde arabe ». Ainsi,
écrit Maria Poumier, « l’Europe » est « vidée de sa substance au profit d’un
pouvoir extérieur, l’Usraël, qui jubile ».
Dénonçant « nos ennemis, les agents de l’Axe Usraélien », Maria Poumier fait
remarquer à ses compagnons dieudonnistes que « les organismes qui se disent
représentatifs des Juifs sont aussi ceux qui ne sont pas liés par
l’enracinement, si ce n’est dans une enclave coloniale en Palestine, ailleurs,
dans un Israël improbable, n’existant que comme arsenal ». Et c’est alors
qu’elle complète son propos conspirationniste par une envolée ouvertement
négationniste, en s’en prenant à « l’adversaire, qui propose deux armes de
domination mentale concomitantes, quoiqu’inconciliables, mais également
impérieuses : le dogme de la démocratie fondée sur une définition dogmatique
d’un Holocauste ».
Le problème, c’est que tant d’antisionisme, de conspirationnisme et de
négationnisme ne suffisent pas à satisfaire les adeptes de Dieudonné. D’où la
chute : « Quel rapport avec l’afrocentrisme, tout cela ? L’Afrique globale
partage avec la Palestine le privilège du martyre. L’Afrique noire meurt de
faim, et lorsque les affamés tentent de rejoindre les rivages des nations
repues, ils sont repoussés, par les armées, les polices, les lois, et le réflexe
défensif de ceux qui redoutent qu’on leur arrache le pain de la bouche. Les
Africains soutiennent les Palestiniens, car ils savent ce que nous devons tous à
leur résistance contre le néocolonialisme Usraélien ; à la conférence de Durban
de 2001, ce sont eux qui ont fait savoir qu’Israël est le pays du racisme et de
l’apartheid. »
CQFD.
2. Le combat contre « la revendication par les Juifs de leur supériorité et de
leur exclusivisme »
Le 10 mars 2006, on trouve en première page du site internet officiel de
Dieudonné Mbala Mbala, candidat à l’élection présidentielle (dieudo.net/2007),
la proclamation suivante : « Le concept d’holocauste juif étant le seul dogme
obligatoire d’une Europe censément laïque a très peu à voir avec la Deuxième
guerre mondiale et ses atrocités. Il a tout à voir, en revanche, avec la
revendication par les Juifs de leur supériorité et de leur exclusivisme. »
Cette proclamation renvoie à un article intitulé : « Pour qui sonne le glas ?
», dont le lecteur est invité à lire l’intégralité sur le site. Les animateurs
du site de Dieudonné sont si fiers de leur découverte qu’ils la replacent en
tête de leurs articles, le 12 mars, avec la date du 12 pour assurer qu’elle
figure à nouveau en haut de la liste - un peu au-dessus d’un autre article
signé, sous un pseudonyme transparent, par un négationniste précédemment
licencié d’un organisme public en raison de son militantisme antisémite.
Quelques jours passent, les aficionados de Dieudonné ont eu largement le temps
de méditer le texte qui leur a été offert, et soudain ce texte disparaît. Que
s’est-il passé ?
Hypothèse charitable : quelqu’un, au sein du brain trust de Dieudonné, a
compris que l’article en question n’était, disons, pas très convenable. Mais
cette hypothèse est peu convaincante, car une lecture même rapide du site
Dieudo.net/2007 (ou de son frère, Lesogres.org) montre que des discours
analogues y sont repris soir et matin.
D’où une autre hypothèse, plus vraisemblable : l’article est signé « Israël
Shamir », et un des conseillers de Dieudonné a compris que ce nom sentait le
soufre. Un livre récemment publié en France, portant la même signature, n’a-t-il
pas valu à son éditeur une condamnation pour incitation à la haine raciale ? La
fine équipe de Dieudonné voit le danger, et l’article passe à la trappe sans
autre forme de procès (si l’on ose dire).
Aucune explication n’est offerte aux fidèles de Dieudonné sur les motifs de ce
retrait. On ne leur dit évidemment pas que le contenu de l’article poétiquement
intitulé : « Pour qui sonne le glas ? » serait en quoi que ce soit
répréhensible, ni même qu’il prêterait le flanc à la critique. Les fidèles de
Dieudonné ont donc toutes les raisons de croire que ce qu’ils ont appris à la
lecture de cet article, concernant le « dogme » de l’« holocauste juif » ainsi
que la « supériorité » et l’« exclusivisme » revendiqués par « les Juifs », est
parole d’Évangile. Ils pourront aussi, sans grande difficulté, rafraîchir leur
mémoire et communiquer ces révélations à leurs camarades et amis car, au moment
où il disparaît du site Dieudo.net/2007, l’article « Pour qui sonne le glas ? »
fait son apparition sur le site islamiste Quibla.net et sur divers autres sites
conspirationnistes, antisémites et négationnistes. Tout cela justifie qu’on y
regarde d’un peu plus près.
Un mot, d’abord, sur le signataire. Ce n’est pas vraiment un nouveau venu. «
Israël Shamir », qui se présente comme un Israélien pacifiste habitant Jaffa,
est né en URSS sous le nom de Schmerling. Il a émigré en Israël, puis il est
rentré à Moscou, où il a collaboré à la presse d’extrême droite (notamment le
journal fasciste Zavtra) sous le pseudonyme de Robert David. Il est connu en
Suède, pays dont il a la nationalité sous le nom de Jöran Jermas, comme auteur
de textes conspirationnistes diffusés dans les milieux d’extrême droite. Dénoncé
comme antisémite dès 2001 par l’équipe du site de référence pro-palestinien
Electronic Intifada, son audience est désormais réservée aux milieux « rouges
bruns » et à la secte négationniste. Depuis sa conversion annoncée au
christianisme, il ajoute à sa palette des éléments empruntés à l’antisémitisme
chrétien médiéval qui s’entremêlent bizarrement avec la logomachie «
antisioniste » issue de l’école stalinienne.
Le « site de campagne de Dieudonné » nous ressert donc fièrement un rogaton de
propagande antisioniste dont les plus ardents défenseurs de la cause
palestinienne ne veulent plus. Dieudo.net nous apprend également que l’article a
été traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier. Encore une référence, quand on
sait que Marcel Charbonnier a été éjecté il y a quelques années de l’association
« France-Palestine Solidarité » en raison de son activisme antisémite.
L’article de Schmerling-David-Shamir-Jermas (nous écrirons désormais, en
abrégé : SDSJ) est précédé d’un « chapeau » significatif : « David Irving a été
emprisonné pour déni de la supériorité juive. Son sort scelle le règne de la
liberté inauguré par la chute de la Bastille. » Cette entrée en matière, en même
temps qu’elle donne le ton de l’article, en indique le point de départ : la
récente condamnation à trois ans de prison, par un tribunal autrichien, du
négationniste britannique David Irving.

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Les Romans Modernes (M. Vermot)
» [coll.] Les bons romans populaires (ed. Modernes)
» Qu'en pensez-vous ? Broderies modernes
» Méthodes de décrassage à sec appliquées à des peintures modernes non vernies - INP - 20 et 21 janvier 2011
» Les temps modernes (Série machineries)
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

des négationnistes aux « modernes négriers » :: Commentaires

Salué par SDSJ comme « un homme de lettres éminent, auteur d’ouvrages
largement lus et salués, une personnalité européenne », l’« historien » David
Irving est pour lui une vieille relation. En 1998, David Irving avait reçu une
proposition commerciale d’un homme se présentant comme un ancien journaliste
basé à Moscou mais dont l’adresse était en fait à Stockholm. Cet homme tentait
de lui vendre des documents de l’Allemagne nazie, issus des archives des
services secrets soviétiques. Soupçonnant qu’il s’agissait de documents faux ou
volés - pratique assez courante, à l’époque, chez des aigrefins issus des
couches inférieures du régime soviétique en voie de décomposition -, David
Irving déclina l’offre. Il ne soupçonnait pas que l’aventurier dénommé « Israël
Shamir » qui s’adressait ainsi à lui était, en fait, un confrère en
négationnisme.
Étonnant retour des choses. David Irving est aujourd’hui sous les barreaux en
Autriche, pays où il s’est imprudemment rendu à l’invitation d’une organisation
d’extrême droite, alors qu’il y était sous le coup d’un mandat d’arrêt pour ses
précédentes activités négationnistes. Et c’est son ancien correspondant,
dédaigneusement rejeté il y a huit ans, qui revêt la cape du chevalier pour
prendre sa défense.
À vrai dire, SDSJ est moins préoccupé de défendre David Irving que de s’en
prendre aux Juifs. C’est sans doute ce qui explique la hâte de Dieudonné et de
ses amis à mettre en avant un tel article. Sinon, ils auraient peut-être appris
que, lors de la précédente condamnation de David Irving par un tribunal
londonien, en avril 2000, le juge avait souligné qu’outre l’antisémitisme et la
négation de la Shoah ce néo-nazi britannique pratiquait le racisme anti-noir. Ou
bien la défense d’un raciste anti-noir serait-elle légitime pour « la Dieudo
Team Gagnante » [sic], dès lors qu’elle s’accompagne d’une dénonciation du «
dogme » de l’« holocauste juif » et de l’« exclusivisme » revendiqué par « les
Juifs » ?
Revenons donc à l’article où SDSJ s’indigne du « honteux verdict autrichien »
rendu contre David Irving. « Jamais notre sens de la justice n’avait été insulté
de la sorte », écrit-il. (De fortes paroles qui font écho, sans aucun doute, aux
sentiments de la fine équipe dieudonnesque : quelques jours avant la mise en
ligne de cet article, Dieudonné a été condamné par la justice française pour ses
propos visant les Juifs.) D’autant que David Irving n’est pas la première
victime du pouvoir maléfique des Juifs : Ernst Zündel, néo-nazi d’origine
allemande spécialisé dans la négation de la Shoah, a été précédemment « kidnappé
aux États-Unis et jugé en Allemagne ».
Tout cela, explique l’article obligeamment diffusé par le « site de campagne
de Dieudonné », a une seule et même cause : « Les justiciers de l’Holocauste
veulent que nous nous prosternions devant l’idole de la supériorité juive ». Au
nom du « dogme obligatoire » de « l’Holocauste », ce qu’on veut punir c’est l’«
irrévérence envers les Juifs ». À cet endroit revient pour la troisième fois la
phrase, déjà mise en exergue sur la page principale du site de Dieudonné puis
citée en tête de l’article, sur « la revendication par les Juifs de leur
supériorité et de leur exclusivisme ».
Nous ne commenterons pas ici en détail la suite de l’article. Conformément aux
règles du genre, il s’agit d’un pot-pourri de fausses citations entrelardées
d’injures et de délires antijuifs : « David Irving a été condamné pour déni de
la supériorité juive », « la justice juive s’impose à l’échelle mondiale », les
États-Unis sont « le grand État juif », « la suprématie juive est impitoyable
envers ceux qui la contestent, comme l’a fait Irving », « la chrétienté va
probablement s’étioler ; seules ses sectes adoratrices des Juifs, émules des
chrétiens sionistes états-uniens, survivront », « les églises seront détruites »
car « il ne faut pas qu’elles puissent entrer en compétition avec le Temple de
Jérusalem, qui sera reconstruit sur les ruines de la Mosquée Al-Aqçâ ». Le
lecteur pourra consulter tout cela sur internet.
On observe, au passage, que SDSJ accuse « les Juifs » d’être à l’origine de la
publication de ce qu’il appelle les « Dessins Sataniques » c’est-à-dire les
caricatures de Mahomet (cette accusation, répandue à la fois dans les milieux
islamistes et néo-nazis, a fait l’objet d’un article séparé sous la plume de
l’intarissable SDSJ). Il n’est jusqu’aux Protocoles des Sages de Sion qui ne
soient convoqués : « Les Européens n’ont pas pour l’instant à se préoccuper des
sombres prophéties des Protocoles. En effet, la loi des Sages de Sion s’impose
déjà à nous. » Et quant aux musulmans, « leur annihilation de masse est devenue
un devoir religieux pour les Juifs ».
S’il en est, parmi les fidèles admirateurs de Dieudonné, qui n’avaient pas
pleinement compris quel danger représente le « contrôle juif des esprits à
l’échelle mondiale », ils sont désormais édifiés. Il n’est que temps, car « la
voie vers ce sinistre avenir a été ouverte par le verdict funeste des
Autrichiens » (c’est-à-dire, rappelons-le, la condamnation de David Irving pour
propagande négationniste).
Tout cela figure, en long en large et en travers, dans l’article fièrement
publié par le « site de campagne de Dieudonné ». Il y manque une chose,
cependant. Le zélé Marcel Charbonnier a traduit en français le texte diffusé en
langue anglaise par « Israël Shamir », mais il a négligé les références dont
l’auteur a agrémenté son texte, généralement sous forme de « liens hypertexte ».
Références intéressantes : un simple clic vous fait découvrir les sources de la
pensée de Schmerling-David-Shamir-Jermas. C’est évidemment nauséeux : cela va du
mensonge pur et simple à l’affabulation délirante, en passant par la
glorification d’un individu qui accuse les rabbins d’égorger rituellement des
enfants non-juifs afin de consommer leur sang. Nous nous contenterons ici d’une
seule citation. Mais elle est éclairante.
SDSJ reprend, dans son article qui a tant impressionné Dieudonné et ses amis,
un argument classique des néo-nazis selon lequel les Alliés auraient commis,
lors du bombardement de la ville allemande de Dresde, en 1945, un « véritable
Holocauste » (par opposition, bien sûr, au mythique « Holocauste » juif). David
Irving, encore lui, fut longtemps le principal propagateur de ce discours que
les historiens de toutes nationalités - à commencer par les historiens allemands
- s’accordent à juger dépourvu de tout fondement. Cela n’empêche pas SDSJ de
s’en prendre à l’historienne (juive) américaine Deborah Lipstadt et de l’accuser
de « négationnisme de l’Holocauste de Dresde ».
Pourquoi Deborah Lipstadt ? Eh bien, parce qu’elle a, parmi d’autres, dénoncé
David Irving comme négationniste. David Irving lui a intenté un procès en
diffamation, devant un tribunal londonien, et ce procès s’est achevé en avril
2000 par la déconfiture totale du négationniste, pour qui ce fut le commencement
d’une longue dégringolade dont le verdict autrichien est le dernier épisode en
date. Fidèle à la tradition américaine de la liberté d’expression, Deborah
Lipstadt a souhaité que David Irving soit remis en liberté. Mais « Israël Shamir
», attaché à son ami David Irving, en veut toujours à Deborah Lipstadt. Et puis,
il y a « l’Holocauste de Dresde ».
À cet endroit, SDSJ ajoute un « lien » afin d’instruire ses lecteurs sur
l’affaire de Dresde. Le « lien » renvoie au site internet Rense.com. Un site
animé par Jeff Rense, conspirationniste américain spécialisé dans les soucoupes
volantes, le complot sioniste et le mythe des chambres à gaz.
L’article sur le « véritable Holocauste » de Dresde est bien là.
On lit, on se dit que ce Jeff Rense est décidément, comme « Israël Shamir »
(dont il reproduit d’ailleurs régulièrement la prose), un fidèle de la droite la
plus extrême. Et, à la fin de l’article, on tombe sur une petite indication qui
précise qu’il ne s’agit pas d’un article original de Jeff Rense mais d’une
reprise du site Theneworder.org.
On va donc sur le site ainsi signalé, et effectivement on y trouve l’original
de l’article sur Dresde. Mais où nous trouvons-nous au juste ? Quel est le site
internet qui a fourni à « Israël Shamir » et, à travers lui, au « site de
campagne de Dieudonné », ses informations sur le « véritable Holocauste » ? Un
clic de souris nous amène à la page d’accueil, et là, oui, mais c’est bien sûr :
nous sommes sur le site du mouvement nazi New Order, dont l’objectif est de «
construire un monde meilleur pour les générations aryennes à venir ».
Ce Dieudonné a des copains formidables.


Suggested link:
www.col.fr/arche/article.php3?id_article=559
 

des négationnistes aux « modernes négriers »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: