MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 LE FINANCIER DE SCHEMLA ENTRE OLMERT, MOFAZ ET BEN ALI l

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

28062006
MessageLE FINANCIER DE SCHEMLA ENTRE OLMERT, MOFAZ ET BEN ALI l

LE FINANCIER DE SCHEMLA ENTRE OLMERT, MOFAZ ET BEN ALI l
Portrait
Pierre Besnainou, la relève séfarade LE MONDE | 28.06.06 | 15h03 • Mis à
jour le 28.06.06 | 15h03

Il est familier du président tunisien Ben Ali. Il tutoie le premier ministre
israélien Ehoud Olmert et l'ancien ministre de la défense Shaul Mofaz. Son
modèle politique est Shimon Pérès. Il a de nombreux amis dans la vie politique
française, mais il admire Nicolas Sarkozy, "qui a été le premier à prendre au
sérieux l'insécurité". Le politologue Jean-Yves Camus le qualifie d'"homme
libre", "parce qu'il n'a pas de comptes à régler". "C'est une voix modérée dans
la communauté, avec laquelle il faudra compter dans les prochaines années",
dit-il.

Ce petit homme rond et chaleureux a été élu, lundi 19 juin, président du
Fonds social juif unifié (FSJU). Il succède à David de Rothschild. Tout un
symbole quand on connaît le poids de cette institution discrète. Le FSJU
constitue le poumon financier de la communauté, collecte des fonds à travers
l'Appel juif unifié de France, finance les oeuvres sociales, les écoles juives.
Son président jouit d'un grand prestige, rehaussé par l'éclat que les Rothschild
ont apporté à cette fonction. En cas de conflit entre deux personnalités dans la
communauté, son arbitrage est apprécié.
Pierre Besnainou est un nouveau venu, aussi bien dans les affaires que dans
le milieu communautaire. Il est arrivé en France en 1972, de sa Tunisie natale.
Fils de commerçants, il a travaillé dans l'électronique grand public en vendant
des téléviseurs sous la marque Kaïsui, avant de se lancer dans la Netéconomie.
Il a créé le fournisseur d'accès Liberty Surf, l'a revendu en 2001, juste au
moment où la bulle spéculative éclatait. Du jour au lendemain, il s'est trouvé à
la tête d'une fortune chiffrée en dizaines de millions d'euros. "Disons que
j'avais gagné assez d'argent pour ne plus travailler et me consacrer à des
actions caritatives", commente-t-il sobrement
La légende veut que le chef d'entreprise se soit rendu en Inde et ait vécu
là-bas une techouva, un retour à son identité juive. Lui donne sa propre version
des faits : "J'avais toujours rêvé de me rendre à l'aéroport et de prendre le
premier avion vers la destination qui me faisait rêver. C'est ce que j'ai pu
réaliser pendant plusieurs semaines. Je suis parti seul, laissant femme et
enfants. Mais mon engagement communautaire ne date pas de 2001. Depuis 1987,
j'étais président de l'association des juifs tunisiens en France."
Pierre Besnainou s'impose alors comme mécène dans le paysage communautaire.
Il prend une participation dans le site d'information Proche-Orient.info, dirigé
par la journaliste Elisabeth Schemla. Rachète le magazine Tribune juive, qui
était en liquidation, et en confie la direction à Ivan Levaï. Coup de maître :
il se fait élire président du Congrès juif européen (CJE), en juin 2005, contre
l'Italien Cobi Benatoff, favori des Américains et du président du Congrès juif
mondial, Edgar M. Bronfman.
Cet homme tranquille incarne ce qu'on appelle la "révolution séfarade". Un
"rattrapage", plus qu'une "révolution". Selon une enquête réalisée en 2002, la
communauté juive de France (estimée à 600 000 personnes) serait désormais
composée à 70 % de séfarades, juifs originaires du bassin méditerranéen, pour la
plupart venus d'Afrique du Nord dans les années 1960. En quarante ans, le
judaïsme français a changé de figure. Il s'est teinté d'accent méditerranéen. Il
est devenu coloré, expansif, plus religieux aussi. Mais sa direction est restée
aux mains des ashkénazes, juifs originaires d'Europe de l'Est - malgré un
premier pas en 1987, lorsque Joseph Sitruk, un Tunisien lui aussi, avait été élu
grand rabbin de France.
Le nouveau président du Fonds social aime bousculer le discours dominant, y
compris chez les séfarades. "Nous avons vécu une cohabitation exceptionnelle
avec les musulmans !, lance-t-il. Si l'on fait le bilan de quinze siècles
d'histoire du judaïsme, la cohabitation judéo-musulmane a été infiniment plus
facile que la cohabitation judéo-chrétienne. Et aujourd'hui, on vient me parler
du statut de dhimmis ("protégés" soumis à un impôt) en terre d'islam ? Mais
c'est absurde ! Qui a subi cette situation et peut en témoigner ?"
Pierre Besnainou peut paraître naïf. Sa vision illustre cependant une
fracture profonde, celle qui sépare les juifs d'Algérie de ceux de Tunisie et du
Maroc. Qu'il explique ainsi : "Les juifs d'Algérie étaient français, nous étions
tunisiens. En 1962, ils ont été rapatriés. Moi, je n'ai pas été renvoyé de
Tunisie. Je suis parti parce que ma famille avait mille raisons de s'en aller :
le sionisme, notre culture française, l'économie tunisienne qui s'effondrait..."
Il est favorable à un dialogue avec l'islam : "La France est le seul pays au
monde où la coexistence entre juifs et musulmans fonctionne ! J'ai plus peur de
l'antisémitisme d'extrême droite ou d'extrême gauche que d'un antisémitisme qui
viendrait des musulmans."
L'ancien pionnier de la Netéconomie incarne une pratique nouvelle du
judaïsme. Totalement décomplexé dans son attachement à Israël, il ne craint pas
l'accusation de double allégeance. Au contraire, il revendique ce qu'il appelle
"la double gratitude". Il a été, en 2004, l'un des organisateurs de l'opération
"Sarcelles d'abord", qui visait à faire émigrer vers Israël une partie des juifs
de France, avec l'appui logistique de l'Agence juive, l'organisme israélien
chargé de favoriser l'alyah - l'immigration des juifs de la diaspora.
A l'époque, le président du Conseil représentatif des institutions juives de
France (CRIF), Roger Cukierman, avait protesté, reprochant aux Israéliens de
"passer par-dessus la tête des institutions juives". L'année suivante, Pierre
Besnainou créait sur ses propres deniers un fonds d'aide au départ, l'AMI (Alyah
meilleure intégration).
Il a lancé l'idée d'une double nationalité pour les juifs de France, qui
pourraient être à la fois français et israéliens, et même siéger dans une
"deuxième chambre", à côté de la Knesset, qui représenterait la diaspora.
Une proposition que ne peut accepter Roger Cukierman : "La double
nationalité serait contraire au patriotisme français, rétorque-t-il. Pour le
CRIF, c'est impensable ! J'ai de très bons rapports avec Pierre Besnainou, mais
nous avons des divergences..." De simples divergences ou deux conceptions
opposées du judaïsme français ?
Xavier Ternisien

_________________
Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour, dit le sage Haoussa
Ma devise:
se SURPASSER ,ne JAMAIS ABDIQUER,TOUJOURS RESTER HUMBLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» [TEST] Comparatif entre HD et HD2 ?
» Réglage entredent entre dent - cloche pinion couronne
» Points communs entre les acteurs/actrices de la série!
» Coin d'échange + Discussion et conseils entre Numismates
» Transport entre WDW, parc universal et sea world
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

LE FINANCIER DE SCHEMLA ENTRE OLMERT, MOFAZ ET BEN ALI l :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

LE FINANCIER DE SCHEMLA ENTRE OLMERT, MOFAZ ET BEN ALI l

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: