MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Ménopause: le traitement hormonal, ça se discute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tite Prout
Maître de Cérémonie du forum
avatar

Nombre de messages : 1737
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 01/06/2005

MessageSujet: Ménopause: le traitement hormonal, ça se discute   Mar 23 Mai - 9:25

Ménopause: le traitement hormonal, ça se discute

SANTÉ L’évaluation risque/bénéfice guide aujourd’hui la prescription d’hormones après la ménopause. Exit les automatismes d’autrefois

FRANCINE BRUNSCHWIG
Publié le 22 mai 2006

odile meylan- EVALUATION. Pour le Dr Daniel Wirthner, l’indication pour un traitement hormonal de substutiton découle de l’analyse de plusieurs facteurs individuels. Détérminante est la présence, ou non, de symptômes rendant la vie quotidienne désagréable

En 2002, la publication de l'étude américaine Women's Health Initiative mettait sérieusement en cause les traitements de substitution hormonale contre les troubles de la ménopause. L'enquête mettait en évidence une augmentation du risque de cancer du sein liée au traitement hormonal substitutif (THS). Résultat: déstabilisation des patientes et division du corps médical. Le calme est-il aujourd'hui revenu? Partiellement.

Même si bon nombre de femmes qui, du jour au lendemain, avaient abandonné leur traitement, l'ont depuis recommencé, la prescription d'hormones a bel et bien subi un coup de frein: les ventes de ce type de produits ont baissé de deux tiers aux Etats-Unis après 2002. Elle doit aujourd'hui répondre à des critères beaucoup plus stricts.

«Les automatismes d'autrefois ne sont plus de mise, il faut des indications précises pour justifier la prise d'hormones et celle-ci ne devrait en principe pas dépasser cinq ans», précise le Dr Daniel Wirthner. Le gynécologue et endocrinologue, spécialiste de la ménopause au CPMA à Lausanne (Centre de procréation médicalement assistée et d'endocrinologie gynécologique) donnera mercredi prochain une conférence à Lausanne. Interview.

- Qu'est-ce qui a changé dans le traitement de la ménopause?

- Avant 2002, ménopause était synonyme de prescription d'hormones. Aujourd'hui on discute avec la patiente, on évalue l'intensité des symptômes (n.d.l.r.: bouffées de chaleur, troubles du sommeil, palpitations, dépression, troubles de la libido) péjorant plus ou moins fortement sa qualité de vie et justifiant la prise d'hormones. On évalue annuellement l'indication à continuer le traitement et on n'hésite plus à l'arrêter dès que possible, généralement après cinq ans. Les dosages sont par ailleurs devenus plus faibles.

- De nouvelles préparations ont-elles été mises sur le marché?

- Non. C'est l'un des effets de l'étude de 2002. Après des années de marketing intense, l'industrie s'est désintéressée de ce domaine. Rien de révolutionnaire n'est sorti ces dernières années. D'une manière générale, on privilégie l'administration d'hormones par voie transcutanée (n.d.l.r.: patch, gel, crème) pour éviter le premier passage par le foie.

- Existe-il des contre-indications absolues à la prise d'hormones?

- La présence d'un cancer, et notamment d'un cancer du sein. Mais le fait d'avoir un membre de sa famille qui a eu un cancer du sein ne constitue pas une contre-indication.

- Les femmes restent déstabilisées. Les hormones augmentent-elles le risque de cancer du sein?

- D'abord, la prise d'hormones n'augmente pas le taux de mortalité dû au cancer du sein. Elle pourrait en revanche activer la formation d'une tumeur préexistante. Mais au même titre que d'autres facteurs de risque connus comme l'obésité, des antécédents familiaux, des règles précoces, la première grossesse après 30 ans, l'alcool. Au moment de décider d'un traitement substitutif, tous ces éléments doivent donc être évalués.

Traitement hormonal et ménopause: où en sommes-nous? Conférence par le Dr Daniel Wirthner, mercredi 31 mai, de 20 h à 21 h, Clinique Cecil, Lausanne

http://www.24heures.ch/vqhome/le_journal/Infos-Conseils_24/dossier_24_pratique/conso-sante-mieux/xxsante_menopause.edition=ls.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ménopause: le traitement hormonal, ça se discute
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Traitement des déchirures
» Un bon exemple de traitement N&B...
» Wk photo macro, traitement, architecture à Luxembourg le 3 et 4 Mai 2008
» Traitement Polaroid
» melange bouillie bordelaise et traitement pucerons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SANTE-SPORTS/HEALTH :: QUARTIERS FEMININS/THE WOMAN CORNER :: MENOPAUSE-
Sauter vers: