MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Nepad:système d’évaluation de la «bonne gouvernance"

Aller en bas 
AuteurMessage
Tite Prout
Maître de Cérémonie du forum
avatar

Nombre de messages : 1737
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 01/06/2005

16052006
MessageNepad:système d’évaluation de la «bonne gouvernance"

Economie

Nepad
Lancement du système d’évaluation de la «bonne gouvernance»

Les chefs d’Etat et de gouvernement qui ont adhéré au Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad), réunis les 13 et 14 février à Kigali, ont officiellement lancé un nouveau système d’évaluation collégiale de la «bonne gouvernance», pour attirer les investissements étrangers. «Le point le plus important, c’est que nous pouvons maintenant démarrer l’évaluation», s’est réjoui le président mozambicain, Joaquim Chissano, à l’issue d’un sommet qui s’est déroulé essentiellement à huis clos.
Les dirigeants des 16 Etats adhérant au Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP) ont en effet adopté les critères de contrôle de la «bonne gouvernance», à la fois politique et économique, des pays membres. L’Angola a décidé de rejoindre le MAEP, devenant le 17e adhérent de cette initiative.
La neuvième réunion du Comité des chefs d’Etat et de gouvernement en charge de la mise en œuvre du Nepad, à laquelle participaient les pays n’adhérant pas encore au MAEP, a permis une revue des projets en cours, «notamment en matière d’infrastructures», a expliqué le président nigérian, Olusegun Obasanjo, qui préside ce comité.
Aucune initiative concrète n’a toutefois été annoncée.

Le prochain sommet du Nepad aura lieu le 16 mai à Maputo, au Mozambique.
Le sommet de Kigali rassemblait, outre le président rwandais Paul Kagame, huit autres chefs d’Etat, Thabo Mbeki (Afrique du Sud), Olusegun Obasanjo (Nigeria), Abdoulaye Wade (Sénégal), John Kufuor (Ghana), Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville), Joaquim Chissano (Mozambique), également président en exercice de l’Union africaine, et le président botswanais, Festus Mogae, qui les a rejoints samedi. Le Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, était également présent.

Quid depuis 2001 ?

Interrogé sur l’absence de réalisations concrètes depuis le lancement du Nepad en 2001, Olusegun Obasanjo a qualifié de «grand succès» le fait que «dix-sept pays sont déjà candidats volontaires pour l’évaluation par leurs pairs». «Il est dans notre intérêt de nous regarder dans la glace pour pouvoir dire que nous sommes présentables», a-t-il ajouté. Les premières «évaluations» doivent être effectuées dès cette année au Ghana, au Rwanda, au Kenya et à l’Ile Maurice.
Même si les gouvernements africains se donnent des outils d’auto-contrôle acceptables par leurs futurs bailleurs, il reste des obstacles politiques fondamentaux auxquels tout système d’évaluation ne pourra rien. Quel investisseur privé mettra un Euro ou un dollar dans un projet transfrontalier alors qu’il plane dans de nombreuses régions du continent des incertitudes politiques évidentes ? Tant qu’il n’y aura pas de stabilité politique sous-régionale, on voit mal certains pays se rendrent dépendants d’un Etat voisin pour leur approvisionnement par exemple, alors que certains projets du NEPAD reposent sur cette idée d’un partage des productions.
Les chefs d’Etat africains qui semblent croire à leur Nepad comme à un remède miracle au sous-développement ont la mémoire courte. L’échec du Plan de Lagos, adopté lors d’un sommet de l’OUA en 1980, devrait pourtant leur servir de leçon. A combien de sommets d’évaluations n’a pas donné lieu le Plan de Lagos !
Et même ce mécanisme d’auto-évaluation porte déjà en lui-même les germes de son échec puisque les évaluations ne donneront pas lieu à des sanctions pour corriger les dérapages de certains Etats. «Les chefs d’Etat sauront comment exercer leur pression sur leurs pairs, il n’y a pas besoin de sanctions», a assuré un responsable rwandais à l’AFP. Il n’a pas exclu, toutefois, que les «mauvais élèves» puissent être tenus à l’écart d’un certain nombre d’initiatives du Nepad. Un peu court quand il s’agira de financer des projets de plusieurs milliards de dollars.

De plus en plus de critiques

Trois ans après son lancement en grande pompe, force est de constater que le Nepad a donné lieu à beaucoup de belles paroles mais peu d’actes concrets. Et des voix commencent à s’élever, notamment de la part de personnalités opposées à la mondialisation libérale, pour critiquer ce plan de développement qui ne serait, selon eux, qu’un «nouvel intrument de mendicité» initié par des chefs d’Etat acquis aux thèses libérales.
Le Nepad est pourtant loué par ses initiateurs - Thabo Mbeki (Afrique du Sud), Abdoulaye Wade (Sénégal), Abdelaziz Bouteflika (Algérie) et Olusegun Obasanjo (Nigeria) - comme le symbole de la «renaissance» d’un continent marginalisé aussi bien politiquement qu’économiquement.
Le 10 octobre 2003 à New York, le secrétaire général adjoint de l’Onu, Ibrahim Gambari, également conseiller spécial pour l’Afrique de Kofi Annan, avait admis que, si «la mise en œuvre du Nepad progresse», «ces efforts ne sont toujours pas suffisants». «Il faut de toute urgence trouver de nouveaux moyens de remédier au surendettement, au fléau que représente la pandémie de VIH/sida et au contexte macroéconomique», avait-il insisté. Certaines régions, comme l’Afrique centrale, sont particulièrement en retard.
Dans un rapport publié le 7 août 2002 consacré au Nepad, le secrétaire général de l’Onu, Kofi Annan, soulignait pourtant un frémissement à la hausse de l’aide publique au développement destinée à l’Afrique en 2001 et 2002. Mais il est difficile de dire si cela était lié au lancement du Nepad.
Cette aide avait dégringolé dans les années 90, passant de 26,6 milliards de dollars en 1990 à 16,4 milliards en 2000. En 2001, elle s’est établie à 17,8 milliards de dollars, puis à 18,6 milliards l’année suivante, ce qui est encore loin des chiffres de 1990.
Le montant total de l’aide accordée à l’Afrique reste modeste, comparé aux «énormes subventions agricoles qui sont versées aux agriculteurs des pays développés», avait souligné M. Annan.
Apparemment sensible aux critiques adressées au Nepad, le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, a admis qu’ «après un lancement fulgurant, le Nepad connaît une petite crise de croissance, comme tous les grands projets».
Beaucoup plus virulente, Aminata Traoré, ancienne ministre de la Culture du Mali et figure de l’altermondialisme africain, avait qualifié fin janvier à Paris le Nepad de «fuite en avant», de «nouvel instrument de mendicité» à l’égard de pays riches.
Selon elle, «une poignée de décideurs africains voués au néo-libéralisme sont parvenus à dire ce que l’on a envie de faire dire à l’Afrique» sans consulter leurs populations.
Pour Mme Traoré, il s’agit d’ «un nouvel ajustement» qui ne fait que prendre le relais de «trente ans de plans d’ajustement structurels conduits par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale qui ont eu des conséquences désastreuses».
«A ce niveau, le Nepad n’a pas entraîné une augmentation dans les échanges commerciaux ou dans l’aide au développement en Afrique», estime de son côté Herman Hanekon, chercheur à l’Africa Institute d’Afrique du Sud.
Avant de conclure: «Le Nepad n’a rien fait de mal car il n’a pas fait grand chose».


http://www.afrique-express.com/homesafex/pagesaccueil/economie/288lancementdusysteme.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 Sujets similaires

-
» Suite décroissante des critères évaluation d'une monnaie.
» Une belle photo ? une bonne photo ? LA photo ?...
» [Musique]La musique qui met de bonne humeur =)
» places au 1er rang, bonne chose ou pas ?
» Planète Terre, système solaire et mappemonde
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Nepad:système d’évaluation de la «bonne gouvernance" :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Nepad:système d’évaluation de la «bonne gouvernance"

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: ECONOMIE/ECONOMY :: ECONOMIE AFRICAINE/AFRICAN ECONOMY-
Sauter vers: