MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Napoléonite : Nouvel âge des Obscurantismes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

11052006
MessageNapoléonite : Nouvel âge des Obscurantismes ?

Napoléonite : Nouvel âge des Obscurantismes ?
28/11/2005

La France défend tellement bien les grands principes chers à la face honorabilissime de l’humanisme qu’elle en est devenue, depuis quelques années l’écran géant. Ecran géant d’un parangon un peu particulier de la révolution française, celle de la liberté, aboutissement de l’habeas corpus, la France officielle se porte comme un bicentenaire permanent, une image se voulant perpétuelle de la figure de l’illustre Napoléon.

Que le nouveau logo de l’humanisme ait fait œuvre négrière, esclavagiste, impérialiste, colonialiste, antisémite, xénophobe ne semble, curieusement ne déranger aucune des voix si belles pleureuses de la grandeur du genre humain que la Gaule s’applique à distiller au monde entier, au Conseil de sécurité aujourd’hui, dans les foras d’incontestable respectabilité. Historien, essayiste, et citoyen indocile à un ordre amnésique sur les crimes des colonisations, Claude Ribbe retourne le script vendu aux enchères à un public soigneusement entretenu dans un rejet institutionnel de l’altérité mélanoderme.



Deux décembre 2005 : A vos chaînes, Napoléon revient ! par Claude Ribbe



Du jamais vu depuis Thiers, le bourreau des trente cinq mille parisiens de la Commune qui n’aimaient pas Napoléon, l’auteur de l’Histoire du Consulat et de l’Empire qui a mis les cendres du dictateur raciste aux Invalides et installé sa statue en haut de la colonne d’Austerlitz, place Vendôme.



Du jamais vu depuis Hitler qui a relancé le culte de Napoléon en venant s’incliner devant la tombe de son maître le 28 juin 1940 et en faisant rapatrier les cendres de l’Aiglon la même année, toujours aux Invalides, par des nazis casqués.
Depuis la fin de 1999, un étrange phénomène se produit en France : le retour du tyran (il est vrai préparé dix ans plus tôt avec le soutien d’un importateur de «bois exotique», Martial Lapeyre, qui a permis de créer la Fondation Napoléon).
Voici venue l’ère des bicentenaires : bicentenaire du coup d’État armé (9 novembre 1999), bicentenaire du consulat à vie (12 mai 2002), bicentenaire de la Légion d’honneur (19 mai 2002), bicentenaire du sacre (2 décembre 2004) et, dans quelques jours, bicentenaire de la bataille d’Austerlitz (2 décembre 2005).
Parallèlement, le racisme monte en flèche. Ce n’est pas un hasard si le vote extrémiste a passé le seuil historique des vingt pour cent en 2002, l’année même où le matraquage napoléonien atteignait son niveau record.
En octobre de cette année-là, l’adaptation de la biographie de Max Gallo par Didier Decoin, réalisée par Yves Simoneau, avec l’argent de la redevance payée aussi par descendants des victimes de Napoléon, était diffusée sur les antennes de France 2 et regardée par neuf millions de téléspectateurs (dont peut-être les six millions ayant accordé leurs suffrages à l’extrême droite six mois plus tôt). Coût de l’opération : quarante et un millions d’euros. La plus grande coproduction européenne jamais réalisée. Pas un mot du rétablissement de l’esclavage.
Le mois suivant, Robert Hossein, à grand renfort d’affichage sur tous les murs de Paris, présentait un autre chef-d’oeuvre, signé cette fois par Alain Decaux qui accomplissait la performance d’accueillir Alexandre Dumas au Panthéon tout en glorifiant celui qui avait inscrit le futur écrivain sur une liste de nègres à expulser de France et avait radié son père de l’armée en application d’une législation « raciale ». Pas un mot sur la politique négrière de Bonaparte.
Bien évidemment, en 2002-2003, on a oublié de fêter le bicentenaire du rétablissement de l’esclavage et de la traite (20 mai 2002), de l’interdiction du territoire aux «nègres» (2 juillet 2002), de la proscription des mariages «entre un blanc et une négresse ou entre un nègre et une blanche» (8 janvier 2003). En 2004, nouvelle offensive pour contrer le bicentenaire d’Haïti : France Info a fait la promotion d’une exposition au musée de la Marine consacrée à « Napoléon et la mer ». La marine napoléonienne dont les bateaux ont servi de chambres à gaz pour Antillais, y était glorifiée en boucle. Le 24 juin 2004, pour le salon du livre napoléonien, on a projeté à Ajaccio un film de Mussolini, "Le Champ de Mai", coproduction germano-italienne de 1934 à la gloire du dictateur français et restaurée par le centre national de la cinématographie !

En novembre 2004, un Nantais, Olivier Pétré-Grenouilleau, a publié un ouvrage ouvertement révisionniste et falsificateur qui reprenait les vieilles thèses de ses concitoyens négriers (les Africains se seraient toujours vendus entre eux).

Le 4 décembre 2004, Max Gallo, dont la biographie de Napoléon, parue en 1997, a largement contribué à l’engouement récent pour le dictateur raciste, a déclaré sur l‘antenne de France 3, ne pas savoir si l’esclavage des «noirs» est un crime contre l’Humanité.

Le 23 février 2005, une loi a demandé que « les programmes scolaires [reconnaissent] le rôle positif de la présence française en outre-mer».

Le 12 juin, Olivier Pétré-Grenouilleau, après avoir reçu le prix du livre d’histoire du Sénat, a déclaré regretter, dans le Journal du Dimanche, l’adoption de la loi Taubira qu’il rend responsable de l’antisémitisme en France. Il a affirmé que les traites négrières ne sont pas des génocides et que la notion de descendant d’esclave pose problème car tous les Antillais seraient, selon lui, des descendants de négriers africains.

Le 15 juin, le Comité des célébrations nationales a refusé que le bicentenaire d’Alexandre Dumas, premier général «noir» de l’histoire de France, héros de la Révolution et père de l’écrivain homonyme, soit inscrit au calendrier des commémorations nationales 2006.

Le 12 octobre 2005 à 13 heures, Louis Bozon, nous a fait un cours de racisme implicitement anti-noirs sur l’antenne de France Inter.

La suite ? Le 2 décembre 2005, les institutions de la République et la télévision d’État s’apprêtent à glorifier une fois de plus Napoléon, le raciste forcené qui a rétabli l’esclavage et la traite négrière en France. Un timbre commémoratif va être émis par La Poste, avec le plus grand mépris pour les employés antillais chargés d’acheminer les lettres glorifiant celui qui a mis leurs ancêtres en esclavage ou les a massacrés. La monnaie de Paris a frappé des médailles à la gloire du négrophobe national. La RATP, pour sa part, a déjà commencé une campagne de glorification de l’Empire et de ses généraux pour que les Antillais qui prennent le métro comprennent bien qu’à Paris, l’hommage au dictateur est officiel. Un colloque sera tenu aux Invalides. On va célébrer des messes. Les associations vont envoyer leurs grognards célébrer l’armée qui est allée rétablir l’esclavage. Et les journaux vont encore consacrer leur couverture à Napoléon.


Quand, sous prétexte d’amnésie, le mépris voués à certains Français à cause de leur couleur de peau, arrive à devenir institutionnel, faut-il s’étonner que la situation soit explosive ?



Que se passe-t-il donc en France pour que les Antillais et les Africains ne réagissent pas, ne descendent pas dans la rue pour dénoncer ce scandale ? Certes, l’esclavage rétabli par Napoléon a été aboli en 1848. Mais c’était moyennant cent vingt-six millions de Francs or d’indemnité pour les maîtres dépossédés. Les héritiers de cette manne (quelques milliards de nos euros) ne se plaignent pas. Ils sont bien représentés dans les milieux de la presse, des médias et de la politique. Les descendants des esclaves, eux, ne sont nulle part et surtout pas à la télévision. Plus d’un quart d’entre eux sont chômeurs. On dirait que la France n’en veut plus.
Napoléon a rétabli ou maintenu l’esclavage en Guadeloupe, à la Martinique, en Guyane et à la Réunion. Cette mesure a frappé deux cent cinquante mille citoyens français. Leurs descendants représentent aujourd’hui trois à quatre pour cent de la population.

Napoléon a tenté de remettre en esclavage un demi million de citoyens français d’Haïti qui ont pris les armes, ont écrasé l’armée de la honte et se sont proclamés indépendants.

Le rétablissement de l’esclavage par Bonaparte a directement entraîné la déportation d’au moins deux cent mille Africains et la mort d’un million d’autres. Car pour chaque esclave débarqué aux Antilles, les plus modérés admettent qu’il y avait déjà eu au moins cinq Africains tués au cours des opérations de razzia ou de déportation.
L’opération de génocide a provoqué la mort de cent mille Antillais reconnus citoyens français.
Cent quarante ans avant Hitler, Napoléon a utilisé les gaz (le dioxyde de soufre) pour se débarrasser de la population nègre qui avait goûté à la liberté. Près de mille chiens nourris de la chair des Antillais ont été utilisés. Des camps de concentration spéciaux ont été établis, notamment en Corse et à l’île d’Elbe. C’est là que sont morts, chaînes aux pieds, les députés nègres qui avaient aboli l’esclavage en France : ainsi Jean-Baptiste Mills. Lorsque Napoléon a pris le pouvoir par la force, personne aux Antilles n’imaginait un seul instant que l’esclavage serait rétabli. On fêtait tranquillement l’abolition, tous les 4 février. Et pourtant, l’incroyable s’est produit. On est revenu en arrière. Les « nègres » ont retrouvé leurs chaînes. Aujourd’hui, en voyant l’apathie de certains Antillais face au retour de Napoléon, il m’arrive de me demander si on ne les leur a pas déjà mises dans la tête en attendant de les leur remettre bientôt aux pieds.



En tant qu’écrivain et historien, j’aurai en tout cas fait mon devoir et rendu hommage à mes ancêtres résistants. Je dénonce « Le Crime de Napoléon » dans un livre qui sera dans toutes les librairies le 1er décembre 2005. Il est destiné à faire savoir au plus large public ce que le héros national a fait aux Antillais et aux Africains.



Dans un film de Samuel Fuller, Shock Corridor, on voit un homme « noir » brandir une pancarte portant l’inscription « À bas les nègres !» Mais la scène a lieu dans un asile de fous.

Alors, libre à chacun d’aller applaudir l’historien révisionniste Olivier Pétré-Grenouilleau à l’Institut néerlandais (jeudi 10 novembre 2005, à 19 h 30, 121 rue de Lille 75007 Paris, métro Chambre des Députés), libre à chacun de descendre dans la rue avec un bonnet de grognard le 2 décembre et d’aller comme Hitler s’incliner sur la tombe du négrier des Invalides. Libre à chacun de se fouetter, de se mettre des chaînes et de s’abrutir devant les programmes que la télévision du service public s’apprête à nous déverser pour glorifier le négrier. Libre à chacun de laisser ses enfants apprendre à l’école que Napoléon était un modèle et que le génocide de 1802-1803 atteste du rôle positif de la présence française outre-mer.



J’ose espérer malgré tout qu’il y a encore des gens sains d’esprit et de coeur parmi les descendants des victimes de Napoléon, qu’ayant enfin entre les mains les preuves et les témoignages de ce crime, ils feront aussi leur devoir, chacun en ce qui le concerne. Plus personne, en tout cas, ne pourra dire qu’il ne savait pas.

www.claude-ribbe.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Contre le nouvel obscurantisme
» Nouvel avion de 3D: Magic 580
» Occupation Double, Nouvel Animateur
» Nouvel habillage sur la TSR
» [Dietrich, William] Les pyramides de Napoléon
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Napoléonite : Nouvel âge des Obscurantismes ? :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Napoléonite : Nouvel âge des Obscurantismes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: TRAITE NEGRIERE-
Sauter vers: