MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Sojourner Truth 1797-1883 : Esclave Libérée, Missionnaire,

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

11052006
MessageSojourner Truth 1797-1883 : Esclave Libérée, Missionnaire,

Sojourner Truth 1797-1883 : Esclave Libérée, Missionnaire, Abolitionniste, Militante de la Cause des Femmes
29/11/2004

En 1994, la NASA américaine a baptisé «Sojourner» le véhicule chargé de l’exploration de la planète Mars, du nom de la célèbre Esclave Affranchie devenue Abolitionniste et Militante émérite de l’Emancipation des Femmes, Sojourner Truth, née Isabella. C’était institutionnaliser le combat fabuleux mené et gagné par une Africaine-Américaine contre une société esclavagiste et misogyne, au péril souvent de sa propre vie. Une figure emblématique à redécouvrir, un modèle à transmettre.



Née sous le joug de l’esclavage à New York, un 26 novembre 1797, Isabella Wagener du nom de son dernier maître abolitionniste, celui qui «racheta» sa liberté, connue aussi comme Isabelle Baumfree du pseudonyme donné à son père, joua un rôle éminent dans la popularisation de la lutte abolitionniste en Amérique. Elle fut affranchie par l’effet d’une loi anti-esclavagiste en cours à New-York, malgré la résistance de son maître et grâce à sa ténacité ancrée dans une foi chrétienne inébranlable. Convaincue de son élection à une mission divine qui lui donna son nom «Sojourner Truth» ou «colporteuse de vérité», elle dédia sa vie à Dieu par l’engagement dans l’émancipation des Africains-Américains et des Femmes.



Marquée au fer rouge par les conditions de sa vie servile, le désarroi de ses parents devant le désossement de leur famille, leur dizaine d’enfants ayant été séparés d’eux et dispersés au gré des ventes aux enchères qui rythmaient leur difficile existence, Isabella allait très tôt trouver dans la foi le chemin de l’espérance.

Cette foi qui lui avait été transmise par sa Mère, appelée Mau-Mau, n’allait plus la quitter au contraire, elle entretiendrait un rapport qu’elle relatera comme personnel avec Dieu. Entrée en religion, son attachement à ses idéaux d’élévation spirituelle fut la source incandescente de son inspiration, de son courage, ultime recours dans les décisions lourdes de conséquence qu’elle serait amenée à prendre. Selon son témoignage, elle recevait paroles, solutions, et intuitions pour faire face à la nécessité de s’évader, à la quête de son enfant illégalement vendu, et toutes les tribulations qui accompagnèrent son sacerdoce. C’est ainsi qu’elle fut confrontée à des esclavagistes d’une rare violence, mais aussi qu’elle rencontra sur sa route des abolitionnistes blancs qui partagèrent son combat.

Son rôle fut considérable dans la lutte anti-esclavagiste qu’elle n’aura de cesse de coupler avec l’évangélisation qu’elle se donna en ministère. Elle recruta des soldats africains américains pour l’armée fédérale, vint en aide aux nouveaux affranchis. Sa popularité et son charisme en firent une conseillère du président Abraham Lincoln.

Entrée en religion contre les oppressions raciales et de genre, elle passa sa vie à prêcher et diffuser les idées abolitionnistes en utilisant ses économies, le fruit de la vente de sa biographie [A Narrative of Sojourner Truth : a Northern Slave, d’Olive Gilbert], et des cartes postales pour financer ses actions, voyages, missions. Les cartes postales à son effigie étaient accompagnées de la mention «We Sell the Shadow to Support the Substance» qui pourrait se traduire par «Nous Vendons l’Apparence pour Aider la Substance». Sa détermination légendaire forçait le respect. Ne disait-elle pas que mourir n’était pas cesser de vivre mais passer dans l’autre salle ?



Le combat de Sojourner Truth se voulait un combat pour tous, Noirs et Blancs, et ses plaidoyers pour l’émancipation des femmes furent repris par des féministes blanches, c’est le cas du célèbre discours intitulé « Ain’t I a Woman ? » [Ne suis-je pas une femme ?] prononcé en 1851 lors d’une convention sur les droits des femmes à Akron dans l’Ohio. Cette réplique verte à des propos misogynes prêtés à un pasteur a fait flores, avec bien d’autres des arguments enflammés de la verve de Sojouner. Elle n’avait pas son pareil pour captiver l’attention du public sur l’objet de sa mission, de son dévouement, de son point de vue.



Une des plus grandes satisfactions de Sojourner Truth fut sa rencontre, à sa demande avec un de ses anciens maîtres, vieux et bien moins opulent qu’aux fastes heures de ses propriétés à esclaves. Il se disait convaincu que l’esclavage était une abomination, et que compte tenu de la place prise par les idées abolitionnistes auxquelles il adhérait désormais, il n’aurait jamais sacrifié à cette institution dans le nouveau contexte.



La vie de Sojourner Truth pénètre au cœur des drames et déchirures humaines indélébiles de l’esclavage, mais il s’agit de l’histoire héroïque d’une femme, d’une mère d’enfants, d’un courage à toutes épreuves et d’une foi religieuse d’une profondeur réellement propre à transformer le monde. La figure de Sojourner Truth marqua des générations entières d’Américains, de militantes pour la cause des Femmes, elle fait indéniablement partie de ces mains, apparentes «petites mains» sans lesquelles les grands avènements manqueraient probablement d’advenir.

L’intérêt de cette personnalité précieuse, une des plus populaires du combat abolitionniste, resurgit dans un monde contemporain où les discriminations raciales et sexistes s’imposent de nouveau, avec une lecture biaisée de la place prétendument traditionnelle de la Femme, trop vite oubliée dans son rôle avéré de procréatrice des libertés humaines.







Ze Belinga
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Nouveau Theme song pour R-Truth
» Libération de Metz, par la 1e demi-brigade (8e,16e,30e BCP)
» Ma Poésie Libérale
» R-Truth
» Médaille de conscrit : année 1883
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Sojourner Truth 1797-1883 : Esclave Libérée, Missionnaire, :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Sojourner Truth 1797-1883 : Esclave Libérée, Missionnaire,

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: TRAITE NEGRIERE-
Sauter vers: