MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Antisémitisme:Interview Pierre-André Taguieff

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

06052006
MessageAntisémitisme:Interview Pierre-André Taguieff

Antisémitisme
Interview Pierre-André Taguieff*

« Une judéophobie de harcèlement s'est banalisée, jusque dans les cours de récréation »

Propos recueillis par François Dufay

Le Point : La profanation du cimetière juif d'Herrlisheim-près-Colmar traduit-elle vraiment un regain d'antisémitisme en France ?

Pierre-André Taguieff : Soyons précis, en ne considérant que les violences judéophobes officiellement répertoriées. Le nombre d'actions antijuives recensées par le ministère de l'Intérieur sur la base des plaintes déposées est passé de 195 en 2002 à 125 en 2003. Une baisse toute relative : les actions antijuives s'élevaient à 9 en 1999, puis étaient montées à 119 l'année suivante, pour baisser en 2001 jusqu'à 32, et atteindre un pic en 2002. Si l'on considère la période 1991-2003, les violences antijuives ont été multipliées par cinq. Il n'y a pas là de quoi jubiler ! D'autant que l'année 2004 commence mal : 67 actions et 160 menaces antijuives ont été enregistrées au cours du premier trimestre (contre 42 actions et 191 menaces durant les trois derniers mois de 2003).

Nicolas Sarkozy a-t-il eu raison de pointer un certain laxisme de la gauche en la matière ?

D'octobre 2000 à mars 2002, peu de responsables politiques ont reconnu publiquement la gravité et l'ampleur des violences antijuives. C'est seulement après le week-end de Pâques 2002, durant lequel trois synagogues ont été brûlées ou vandalisées, que Lionel Jospin et Jacques Chirac sont intervenus sans ambiguïté. Mais lors de la grande manifestation des juifs de France, le 7 avril 2002, n'étaient présents que François Bayrou, Alain Madelin et Corinne Lepage. Au début d'avril 2002, Jacques Chirac a enfin dit ce qu'il fallait dire : « Lorsqu'un juif est agressé, c'est la France qui est agressée. » Cependant, les responsables politiques ne se sont guère risqués à désigner les principaux responsables, qui ne sont plus des militants d'extrême droite, mais des « jeunes issus de l'immigration ».

Plus que d'antisémitisme, ne s'agit-il pas de délinquance de banlieue ?

On brûle rituellement des voitures dans les banlieues depuis les années 80, mais jamais, jusqu'à ces dernières années, les incendiaires n'avaient pris pour cibles des écoles juives ou des synagogues. Une judéophobie de harcèlement s'est banalisée, jusque dans les cours de récréation. En 2003, l'antisémitisme en milieu scolaire constitue 16,36 % de l'ensemble des violences antisémites, et, sur 70 victimes d'agressions antijuives, on compte 32 mineurs.

Pour certains, cette « nouvelle judéophobie » serait un « intolérable chantage » pour disqualifier toute critique contre Israël...

... Et faire oublier que les seules vraies victimes seraient les Palestiniens et, en France, les musulmans ! On connaît la chanson, dont le MRAP et certains groupes néo- gauchistes ont fait un slogan. Je suis consterné par la mauvaise foi de ceux qui veulent faire croire que les actions dites incorrectement « islamophobes » dépassent en nombre et en intensité les violences antijuives. En 2002, d'après le ministère de l'Intérieur, les actions antijuives (195) représentaient 62 % du total des actions dites « racistes ou xénophobes » en France (315). En 2003, les actions et menaces antijuives correspondent à 72 % du total.

Qui sont les « prêcheurs de haine » que vous dénoncez dans votre prochain livre (1) ?

Des prédicateurs islamistes qui appellent au djihad contre les juifs et les Américains, voire les Occidentaux ; des militants fanatiques des « nouvelles radicalités » ou du mouvement altermondialiste qui diabolisent Israël et le sionisme ; des adorateurs, communistes ou gauchistes (surtout trotskistes), de la figure du combattant palestinien, substitut du prolétariat révolutionnaire disparu ; des bien-pensants de tous bords qui, par exemple, justifient le terrorisme aveugle. Tous suggèrent que la solution de tous les problèmes serait le démantèlement de l'Etat d'Israël, qu'il faudrait traiter comme le régime d'apartheid sud-africain.

Cette « nouvelle judéophobie » unit sous un même drapeau islamisme et extrême gauche...

Oui, plus précisément, elle constitue l'un des traits d'union entre nouveaux tiers-mondistes et islamistes, à visage guerrier ou à sourire médiatique. Dans mon livre de 2002 sur « La nouvelle judéophobie », je parlais d'une convergence ou d'une confluence : on peut parler à présent d'une alliance stratégique entre ces deux mouvances. D'un côté, des organisations endoctrinant des jeunes préalablement islamisés de façon diffuse par des chaînes satellitaires, des sites Internet, des prêches sur cassettes. De l'autre, une mouvance bariolée d'extrême gauche où dominent les manipulateurs léninistes professionnels (les trotskistes), qui voit ou dit voir dans l'islam la « religion des pauvres » et des « opprimés ». L'opposition à la guerre en Irak, dénoncée comme une « guerre américano-sioniste », nouvelle version idéologique du thème de la « guerre juive », a constitué la grande occasion qui leur a permis d'opérer leur jonction. Les manifestations pro-voile ont pris le relais : il s'agit de faire oublier la judéophobie réelle par la dénonciation hyperbolique d'une « islamophobie » largement fantasmée. Le thème a mordu dans l'opinion, en France et ailleurs : selon un sondage Eurobaromètre rendu public en octobre 2003, 59 % des Européens placent Israël en tête des Etats représentant une menace pour la paix du monde !

Peut-on dire qu'aujourd'hui l'hostilité contre les juifs, thème d'extrême droite, est passée à gauche ?

Oui et non, car le vieil antisémitisme nationaliste persiste. Disons plutôt qu'elle est massivement repassée à gauche et s'installe à l'extrême gauche où elle tend à se fixer dans les milieux de l'antimondialisation. N'oubliez pas que tout au long du XIXe siècle un antisémitisme révolutionnaire dénonçait les « féodalités financières », nourrissant le mythe Rothschild. C'était l'idée qu'existait réellement une direction juive secrète de l'économie financiarisée de la planète, responsable de tous les malheurs du monde - on n'est pas loin de la thématique du complot chère aux altermondialistes, qui dénoncent le pouvoir caché des « Nouveaux maîtres du monde », titre d'un livre de Jean Ziegler.

L'autre source, à gauche, de la haine actuelle des juifs, que je n'avais pas suffisamment soulignée dans mon livre, me semble être la propagande soviétique. Je me suis replongé dans la masse de livres et de brochures publiés entre 1948 et 1985. « Le poison du sionisme », « Les tentacules de la pieuvre » (sioniste), « Le sionisme et le nazisme frères jumeaux », « Le fascisme sous l'étoile de David », « Le complot américano-sioniste » : on croirait parfois lire certains journaux bien-pensants d'aujourd'hui...

Bref, cette nouvelle judéophobie ne présente pas que des traits originaux ?

Il y a réinvention et synthèse de plusieurs traditions. L'ancien antisémitisme s'efforçait d'orientaliser le juif, de le « sémitiser » en le renvoyant à ses origines proche-orientales. Aujourd'hui au contraire, le juif est perçu comme la pointe avancée d'un Occident qui, selon le mauvais jeu de mots de Roger Garaudy, stalinien converti à l'islam, ne serait qu'un « accident » de l'Histoire, à effacer d'urgence. Car bien entendu, nouvelle chanson à succès, l'islam est l'avenir de l'homme ! L'islam : solution de tous les problèmes de l'Occident malade de sa décadence.

L'obsession de la résurgence des « vieux démons » n'a-t-elle pas masqué l'émergence d'un antisémitisme « jeune » fondé sur la dérision, dont témoigne l'affaire Dieudonné ?

Ce qui est significatif, dans cette affaire, c'est d'abord le flot de discours autodéfensifs déversé par Dieudonné, où surnage la thèse délirante du rôle prédominant des juifs dans la traite des Noirs africains, empruntée aux libelles antijuifs publiés par la Nation de l'Islam que dirige le démagogue américain-noir Louis Farrakhan. C'est ensuite la dénonciation de style conspirationniste de la « puissance juive », permettant à l'humoriste provocateur de se présenter en victime d'une persécution (« On me lynche [...]. Tout le monde s'en fout. Parce que je n'appartiens pas à la communauté dominante »). C'est enfin la tentative de mobiliser la « communauté noire » en France contre la « communauté juive », réduite à un lobby évidemment sioniste. Cette incitation à la concurrence haineuse entre communautés fait système avec les campagnes en faveur de la discrimination positive, des « réparations » dues aux descendants des esclaves noirs africains et de la « visibilité » des élites d'origine africaine. Il y a là une racialisation conflictuelle des rapports sociaux, une forme d'américanisation répulsive qui risque de détruire les fondements du civisme républicain à la française

Philosophe et politologue, auteur de « La nouvelle judéophobie », Fayard/Mille et Une Nuits, 2002
1. A paraître en septembre : « Prêcheurs de haine. Traversée de la judéophobie planétaire » (Fayard/Mille et Une Nuits). * Philosophe et politologue, auteur de « La nouvelle judéophobie », Fayard/Mille et Une Nuits, 2002
© le point 06/05/04 - N°1651 - Page 74 - 1371 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» L'Antisémitisme dans la littérature populaire
» L'antisémitisme de Nietzsche
» Les blagues de Pierre-André TOTO
» Interview de Cyril André (Mister Boo)
» [Collection] Le Crabe police / André Martel
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Antisémitisme:Interview Pierre-André Taguieff :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Antisémitisme:Interview Pierre-André Taguieff

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: