MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Clearstream : la confession qui contredit M. de Villepin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

29042006
MessageClearstream : la confession qui contredit M. de Villepin

Clearstream : la confession qui contredit M. de Villepin LE MONDE | 28.04.06 |
11h07 • Mis à jour le 28.04.06 | 19h28

Les noms de Dominique de Villepin et de Jacques Chirac figurent en toutes
lettres dans l'enquête sur les méandres de l'affaire Clearstream. C'est en effet
en invoquant des instructions du chef de l'Etat que le premier ministre aurait
commandé, en janvier 2004, une enquête confidentielle sur des soupçons de
corruption dont l'une des cibles était Nicolas Sarkozy. Telle est la principale
révélation issue des confessions du général Philippe Rondot, ancien conseiller
du ministère de la défense pour les questions de renseignement, recueillie le 28
mars par les juges Jean-Marie d'Huy et Henri Pons, qui s'efforcent de démêler
l'imbroglio de cette manipulation au cœur de l'Etat.

Au terme de ce témoignage, le chef du gouvernement apparaît nettement mis en
cause, en dépit de ses efforts d'apaisement – conjugués avec ceux de M. Sarkozy,
après un déjeuner en tête-à-tête, jeudi 27 avril.
Informé de la teneur de ces déclarations, qui ont suscité un vent de panique
au sommet du pouvoir, M. de Villepin a pris les devants dans Le Figaro du
vendredi 28 avril, il admet avoir lui-même demandé au général Rondot de "faire
procéder aux vérifications nécessaires" à la suite de "rumeurs" évoquant le
versement de commissions en marge de la vente des frégates de Taïwan, en 1991.
Il assure toutefois que sa demande ne visait aucun homme politique; les noms de
"personnalités", dit-il, ne seraient apparus parmi les bénéficiaires prétendus
de fonds occultes qu'"au printemps 2004".
Si elle coïncide avec la version donnée, la veille, par Michèle Alliot-Marie
après sa mise en cause dans L'Express, Le Point (Le Monde des 27 et 28 avril),
cette présentation est contredite sur plusieurs points essentiels par les
déclarations du général Rondot, consignées dans un procès-verbal de vingt pages
établi au terme de quatorze heures d'audition.
Figure de l'espionnage français, M. Rondot est apparu au centre de l'affaire
depuis la découverte de ses relations avec les deux personnages soupçonnés
d'avoir fomenté la transmission à la justice de listings bancaires falsifiés :
Jean-Louis Gergorin et Imad Lahoud, hauts dirigeants du groupe industriel EADS.
Aussi les juges avaient-ils perquisitionné à son domicile, saisissant ses
archives, avant de le convoquer en qualité de témoin.
Des documents découverts et de son propre récit, il ressort d'abord que
l'ancien agent secret a effectué une enquête sur ordre du ministère de la
défense et non de M. de Villepin, alors ministre des affaires étrangères.
Cette consigne lui fut donnée par le directeur du cabinet de Mme Alliot-Marie,
Philippe Marland, le 15 novembre 2003, soit dix jours après que M. Rondot eut
reçu, des mains de M. Gergorin, un "listing informatisé" incluant patronymes,
numéros de comptes, dates et mouvements de fonds et présenté par l'homme d'EADS
comme extraits du système informatique de Clearstream, établissement financier
dont le siège est à Luxembourg. A l'inverse de ce que déclare M. de Villepin,
l'officier affirme s'être d'emblée "étonné de la présence d'hommes politiques de
droite et de gauche" sur ce document. Cette gêne était visiblement partagée au
ministère de la défense; si bien que les instructions de M. Marland
préconisaient de circonscrire les investigations aux seuls hauts fonctionnaires
des services de renseignement (direction général de la sécurité extérieure
[DGSE], direction de la surveillance du territoire [DST] et renseignements
généraux) et membres des milieux industriels sensibles
cités sur la liste, à l'exclusion de tout homme politique.
Le général raconte avoir été ensuite "convoqué" par M. de Villepin au Quai
d'Orsay, le 9 janvier 2004. Il se serait trouvé en présence de M. Gergorin, dont
il souligne les liens anciens avec le futur premier ministre : "M. de Villepin
connaît depuis très longtemps M.Gergorin, pour avoir travaillé sous ses ordres
au conseil d'analyse et de prévision [du Quai d'Orsay]", que le second a dirigé
de 1973 à 1984.
Suit ce récit : "Gergorin a sorti de sa poche intérieure de veste un papier.
C'était le même listing qu'il m'avait remis en novembre 2003. M. de Villepin m'a
alors fait part des instructions qu'il avait reçues au sujet de cette affaire
des listings Clearstream de la part de Jacques Chirac." Le ministre lui aurait
alors demandé d'outrepasser ses consignes initiales pour s'intéresser aux hommes
politiques cités. M. de Villepin, souligne-t-il, lui fit "clairement entendre
qu'il s'agissait de vérifier la validité de cette liste pour savoir si les
personnalités citées possédaient effectivement un compte chez Clearstream" .
Outre qu'elle infirme la chronologie livrée par M. de Villepin, cette
confession présente le premier ministre comme ayant su dès l'origine que la
source des listings truqués était l'un de ses proches, à savoir M. Gergorin, et
non de simples "rumeurs" soulevant "le problème de la moralisation des grands
contrats" , comme il le déclare au Figaro. Le général Rondot affirme que "lors
de cette réunion [du 9 janvier 2004], M. de Villepin n'a pas découvert
l'affaire", mais qu'il s'en était déjà entretenu avec M. Chirac et souligne que
dès cette date, "le nom de M. Sarkozy a été évoqué" – ce qui confirme que
celui-ci figurait bien parmi les objectifs de l'enquête à mener.
Retrouvée par les juges au domicile du général, la fiche rédigée à l'issue de
la réunion l'atteste plus encore. M. Rondot y avait tracé, à la main, les mots
suivants, traduisant l'impression générale que lui avait laissée la conversation
: "Enjeu politique : N. Sarkozy. Fixation sur N. Sarkozy (ref. conflit
J.Chirac/N. Sarkozy)". Les agendas saisis chez M. Rondot mentionnent neuf
rendez-vous ultérieurs avec M.de Villepin – dont l'ordre du jour n'est pas
connu.
Un an et demi plus tard, en juin 2005, le général écrivait, dans une note
destinée à Mme Alliot-Marie : "Nous ne nous sommes jamais intéressés aux hommes
politiques cités, et notamment Nicolas Sarkozy." Mais après des heures
d'interrogatoire, l'ancien agent a fini par reconnaître avoir menti : "J'ai
écrit un tel mensonge, a-t-il déclaré, pour me mettre à l'abri et protéger mon
ministre et moi-même d'une accusation d'avoir participé à une opération douteuse
au détriment de M.Sarkozy." Cet aveu met en cause Mme Alliot-Marie en plus du
premier ministre et – indirectement – du chef de l'Etat, expliquant les
perquisitions conduites dans le bureau de la ministre de la défense, le 13
avril.
Un autre élément compromet par ailleurs M. de Villepin, accréditant sa
relation privilégiée avec MM. Gergorin et Lahoud : en mars 2004, ce dernier fut
interpellé dans le cadre d'une "affaire privée", se souvient M. Rondot, et la
police trouva sur lui une lettre de M. Gergorin indiquant qu'il était "investi
d'une mission de lutte antiterroriste" pour les services secrets. Informé, le
général aurait téléphoné à M. Gergorin pour le sermonner vivement. "Quelques
moments après, assure-t-il, j'ai reçu un coup de téléphone de M. de Villepin,
qui m'a demandé de faire libérer Lahoud" – ce qui semble s'être effectivement
produit.
Le général a en tout cas certifié aux juges avoir "senti le montage dès le
mois de mai 2004" et en avoir alors informé Mme Alliot-Marie, après avoir "fait
part de [ses] doutes à M. de Villepin en avril 2004". A cette même époque,
débutaient les envois anonymes de listings de Clearstream au juge Renaud Van
Ruymbeke, chargé de l'instruction sur le contrat des frégates de Taïwan,
assortis d'invitations insistantes à prolonger ses recherches – ce que le juge
fit, avant de conclure, lui aussi, à une probable manipulation.
Entre-temps, M. de Villepin était devenu ministre de l'intérieur. C'est alors
qu'il commandait, après la publication des documents truqués dans Le Point, en
juillet 2004, une seconde enquête, cette fois à la DST. Il semble pourtant
établi qu'il en connaissait d'avance les conclusions : celles-ci dénoncèrent, de
fait, une "manipulation", pointèrent le rôle trouble de M. Gergorin, mais ne
furent portées à la connaissance ni de la justice ni de M. Sarkozy.
Gérard Davet et Hervé Gattegno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» (Coll) Ma confession (Nouvelles éditions Fournier)
» "La Conquête" : Sarko, Cécilia, Chirac, Villepin...
» Confession d'un cannibale
» ULTIME CONFESSION DE WERRASON AUX COMBATTANTS ET PATRIOTES............
» CONFESSION D'UN VAMPIRE de Philippe Ward
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Clearstream : la confession qui contredit M. de Villepin :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Clearstream : la confession qui contredit M. de Villepin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: