MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Mamadou Koulibaly «Aujourd'hui les Ivoiriens voient clair»3

Aller en bas 
AuteurMessage
Delugio
Membre confirmé
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 29/05/2005

06062005
MessageMamadou Koulibaly «Aujourd'hui les Ivoiriens voient clair»3

Le texte complet de Mamadou KOULIBALY, Président de l’Assemblée nationale ivoirienne, demandant la révision des accords de défense avec la France (3ème partie) :

«AUJOURD’HUI, LES IVOIRIENS VOIENT CLAIR»

Fraternité Matin - 5/10/2005 4:30:51 AM (http://news.abidjan.net/h/128292.html)



(...)

Dénoncer les accords de coopération

Depuis la fin officielle de la présence coloniale de la France en Afrique, c’est la première fois qu’un pays africain, ancienne colonie française, met à nu de manière aussi limpide les déséquilibres relationnels avec la France. Il s’agit de la Côte d’Ivoire, qui est devenue l’enfant terrible du pré-carré français, depuis que Chirac a décidé de mettre un terme au mandat de Laurent Gbagbo, Président élu par les Ivoiriens. Alors que ce pays était considéré comme un rouage prépondérant de la politique Françafrique, Chirac n’a pas hésité à boire jusqu’à la lie en piétinant la dignité du peuple ivoirien. Pour la Côte d’Ivoire, le réveil est brutal mais la conscience est en ébullition. A voir les effets qui se produisent, il ne s’agit pas d’un mouvement d’humeur que Chirac va pouvoir mater à la force des armes, ou compter sur le temps pour émousser la lutte. Le grondement de la Côte d’Ivoire vient du pays profond, jusqu’au paysan reculé dans le plus petit hameau. Aujourd’hui, les Ivoiriens voient clair et crient leur détermination à revoir les accords de coopération. Ces fameux accords que la France brandit et qui coûtent si cher aux intérêts de la Côte d’Ivoire.
Tous les observateurs de la politique chiraquienne en Afrique savent qu’il s’agit d’un sujet très sensible pour Paris. On se souvient qu’en 1972, sous la présidence de Pompidou, qui était presque un enfant de cœur à côté de Chirac le prédateur, le Niger, le Tchad et le Congo Brazza avaient évoqué leur intention de réaménager, non pas de dénoncer, mais simplement de réaménager les accords de coopération. La réaction de Paris a été fulgurante. Pompidou avait refusé de recevoir le ministre nigérien des Affaires étrangères, spécialement dépêché à Paris par Diori pour évoquer ce sujet. La suite est connue, aucune conséquence pour Paris. De même, lorsque la Mauritanie a voulu abroger la clause du décanat qui fait de l’ambassadeur de France le doyen du corps diplomatique sans considération d’ancienneté, l’Élysée a rugi. C’est dire l’importance que tout cela revêt pour Paris. Soit, mais quelle en est la contre-partie pour les Africains ?
En 2005, le maintien de ces accords en l’état demeure d’un grand intérêt pour la France. Mais, maintenant que le sujet n’est plus tabou, maintenant que ce sujet a quitté le cercle restreint des initiés, maintenant que le peuple ivoirien est au fait de ses relations avec la France, comme Pompidou, Chirac peut-il encore refuser le débat ? Peut-on envoyer paître l’État ivoirien lorsqu’il introduira officiellement le sujet ? Certainement que non. Le contexte a évolué, les rapports ont changé, Chirac a franchi la ligne rouge, lorsqu’il a donné l’instruction à ses légionnaires d’abattre les manifestants civils aux mains nues à Abidjan. Mais pour que le processus de dénonciation de ces accords devienne définitivement irréversible, il faut continuer d’informer l’opinion nationale et internationale. Il faut ouvrir le débat sur le terrain du droit, il faut multiplier les séminaires, comme celui qui vient d’être organisé à Abidjan par le quotidien ’Le Courrier d’Abidjan’, et qui a vu la participation d’éminentes personnalités ivoiriennes, de la sous-région et des pays occidentaux. Le public a pu y découvrir aussi la peinture de Justin Oussou et le cinéma de Sidiki Bakaba.
La tâche n’est pas facile, et ce que certains esprits malintentionnés qualifieront de subversion, n’est que l’expression de la lutte d’un peuple pour sa liberté, même si cela constitue un risque certain pour ceux qui viennent des pays de la sous-région où ce type d’activité peut être réprimé de manière expéditive. Maintenant que la Côte d’Ivoire a eu le courage d’exprimer ses idées, il lui faut la détermination nécessaire pour conduire la mise en œuvre à son terme. En menant sa résistance pour arracher sa liberté, et rien que sa liberté, la Côte d’Ivoire est devenue par la force des choses, le porte-flambeau d’une Afrique qui veut se défaire des réminiscences des liens de l’esclavage et de la colonisation.


La Côte d’Ivoire, porte-flambeau de la liberté de l’Afrique

La Côte d’Ivoire ne s’est pas auto-proclamée porte-flambeau d’une quelconque lutte pour l’Afrique. Elle lutte simplement pour ses propres libertés. Mais il se trouve que la Côte d’Ivoire partage une communauté de destin avec d’autres pays, dans les types de relation entretenus avec la France. Aussi, les autres peuples voient-ils dans l’action des patriotes ivoiriens un précédent qui peut les aider dans leurs propres démarches. L’expérience montre que les événements se déroulent en Afrique par effet de dominos. Les indépendances ont été octroyées en cascade, les coups d’État se sont succédé par contagion, les partis uniques ont fleuri les uns après les autres, les conférences nationales se sont enchaînées, même si l’on y a mis un terme, le pluralisme politique est apparu dans la même période dans les pays francophones. Maintenant, l’heure est venue pour conquérir la liberté économique. La Côte d’Ivoire a initié cette lutte. Elle tracera la voie pour les autres pays, non pas en terme de moyens mais surtout en terme de résultats. Les peuples africains se doivent donc d’aider les patriotes ivoiriens à mener à un terme positif, la lutte pour la liberté, autant que le permet le pouvoir dans leur pays. En retour, la Côte d’Ivoire aussi doit savoir que le combat qu’elle mène dépasse les limites de ses frontières et que les résultats, quels qu’ils soient, auront des répercussions sur la vie des autres pays francophones. En cela, elle a une responsabilité de leader. En cela, la Côte d’Ivoire a une obligation de résultat. Une position qui lui permettra à l’avenir de jouer pleinement son rôle de leadership politique en corrélation avec sa position économique dans la sous-région. C’est ce qui est souhaitable pour le bien de toute la sous-région et au-delà, pour toute l’Afrique. Alors, au lieu de trembler devant le prédateur, internationalisons immédiatement la résistance et son patriotisme ; nous nous rendrons le plus grand service.

Par Mamadou KOULIBALY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unevingtaine.hautetfort.com/

 Sujets similaires

-
» CMOS rétro-éclairé, nouvelle technologie
» Quotidien "EL KHABAR" d'aujourd'hui
» Puis-je me permettre... [Ellana devenue Niamh aujourd'hui]
» Au clair de la lune...
» La jeunesse d'aujourd'hui
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Mamadou Koulibaly «Aujourd'hui les Ivoiriens voient clair»3 :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Mamadou Koulibaly «Aujourd'hui les Ivoiriens voient clair»3

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: NEO-COLONISATION-
Sauter vers: