MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 Villepin dit adieu au CPE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

10042006
MessageVillepin dit adieu au CPE

Villepin dit adieu au CPE
Dominique de Villepin a pris acte du fait que «les conditions nécessaires de confiance et de sérénité n’étaient pas réunies pour permettre l’application du CPE» et qu’il fallait donc le remplacer par un autre dispositif.(Photo : AFP)
Dominique de Villepin a pris acte du fait que «les conditions nécessaires de confiance et de sérénité n’étaient pas réunies pour permettre l’application du CPE» et qu’il fallait donc le remplacer par un autre dispositif.
(Photo : AFP)
Chirac a tranché : le contrat première embauche disparaît. Dominique de Villepin a dû accepter de renoncer à sa mesure phare dans la lutte contre le chômage des jeunes. Les présidents des groupes UMP à l’Assemblée nationale et au Sénat, Bernard Accoyer et Josselin de Rohan, qui menaient depuis une semaine les discussions avec les partenaire sociaux et les jeunes, ont déposé lundi 10 avril la proposition de loi remplaçant l’article 8 de la loi sur l’égalité des chances qui instaurait le CPE. Elle contient un nouveau «dispositif en faveur de l’insertion des jeunes en difficulté». Il n’est plus question d’un contrat spécifique destiné au moins de 26 ans, mais d’aides à l’embauche des 16-25 ans peu qualifiés. Quels que soient les mots employés, il s’agit d’une défaite pour le Premier ministre.

Imprimer l'article

Envoyer l'article

Réagir à l'article

«Remplacé» : ainsi fut libellé l’avis de décès du contrat première embauche mort presque avant d’être né. Une loi enterre l’autre. La proposition déposée par Bernard Accoyer ce lundi 10 avril, qui devrait être discutée dans les tout prochains jours à l’Assemblée nationale, a donc pour objet d’envoyer le CPE aux oubliettes en proposant un nouveau dispositif pour lutter contre le chômage des jeunes en difficulté. Composée de deux articles, elle est guidée par un objectif : inciter les employeurs à offrir des contrats à durée indéterminée aux jeunes de 16 à 25 ans, peu ou pas qualifiés, en leur octroyant pour deux ans de nouvelles aides.

Elle prévoit de renforcer des dispositifs existants comme le contrat jeune en entreprise (CJE), le contrat de professionnalisation, ou le contrat d’insertion dans la vie sociale (Civis), en élargissant les conditions d’accessibilité, en améliorant le suivi du parcours professionnel des jeunes concernés (tuteurs et formations) et en offrant aux employeurs des primes versées par l’Etat (de 100 à 400 euros pour les CJE et les contrats de professionnalisation). Les cibles de ces nouvelles mesures sont les jeunes ayant un diplôme inférieur ou égal au baccalauréat, ceux n’ayant pas terminé un premier cycle universitaire, ceux qui se trouvent au chômage depuis plus de 6 mois ou résident dans des zones défavorisées. Ce dispositif coûtera 150 millions d’euros en 2006 et le double l’année suivante.

Les syndicats crient victoire

Les syndicats ne s’y sont pas trompés. Dès l’annonce du «remplacement» du CPE, ils ont manifesté leur satisfaction. François Chérèque, le secrétaire général de la CFDT, s’est félicité d’avoir «atteint» l’objectif des syndicats. Maryse Dumas, secrétaire confédérale de la CGT, a salué le «succès remporté par l’action convergente des salariés, des étudiants et des lycéens». Jacques Voisin, le président de la CFTC, s’est dit «satisfait», Bernard Van Craeynest, celui de la CFE-CGC, a manifesté son soulagement par un simple mot : «enfin». Du côté des jeunes aussi, l’heure est à la satisfaction. Mais qu’il s’agisse de l’Unef (étudiants) ou de la FIDL (lycéens), ils appellent à maintenir la pression jusqu’au vote de la loi.

A gauche, même son de cloche. François Hollande s’est réjoui que le CPE soit «enfin retiré», même s’il a qualifié cette affaire «d’immense gâchis» qui «laissera des traces profondes». Même le Medef, l’organisation patronale dirigée par Laurence Parisot, a semblé soulagé de cette solution qui met fin à «une crise qui a entamé la crédibilité de notre pays».

Finalement tout le monde est content, sauf Villepin. Il est vrai que le Premier ministre avait fait du CPE un combat personnel, sa disparition lui fait donc subir une défaite tout aussi personnelle. Même si elle éclabousse au passage le président Chirac. Le chef du gouvernement a eu beau essayer de se présenter comme le capitaine du navire, le dossier lui a échappé. Et la solution finalement choisie par le chef de l’Etat n’est certainement pas celle qu’il avait espérée.Ménagé sur la forme -le choix de «remplacer» plutôt qu’abroger ou suspendre le CPE n’est pas innocent-, le Premier ministre n’en est pas moins désavoué sur le fond et sur la méthode. Mais surtout, son image est terriblement ternie.

Matignon vaut bien un camouflet

Dominique de Villepin a fait une chute vertigineuse dans les sondages. Sa cote de popularité a sombré (25% selon le dernier sondage LH2 pour Libération). Il sort donc particulièrement fragilisé de cet épisode. Il n’en a pas, pour autant, décidé de jeter l’éponge. Son intervention télévisée dans la foulée de l’annonce du remplacement du CPE par un communiqué de l’Elysée, le 10 avril au matin, fait penser qu’il a plutôt conclu de douze semaines d’affrontement avec les syndicats de salariés et de jeunes, que Matignon valait bien un camouflet.

Dominique de Villepin s’est exprimé sobrement et rapidement. Il a pris acte du fait que «les conditions nécessaires de confiance et de sérénité n’étaient pas réunies pour permettre l’application du CPE» et qu’il fallait donc le remplacer par un autre dispositif. Il a «regretté» que cette «disposition forte» n’ait pas été comprise et a tourné la page de la mésentente avec les partenaires sociaux, en proposant d’ouvrir «une discussion sans a priori» sur la sécurisation des parcours professionnels. Le Premier ministre a changé de méthode et de ton.

Reste à savoir si cette attitude lui permettra de reconquérir à force de travail le cœur des Français déçus de son intransigeance sur le CPE ou si, au contraire, elle va lui faire perdre l’estime des électeurs de droite qui appréciaient le discours de fermeté de celui qui disait ne pas vouloir céder aux ultimatums. Mais aussi s’il peut retrouver l’autorité nécessaire à la tête de la majorité pour ne pas être condamné à l’inaction. Verdict en 2007.

par Valérie Gas

Article publié le 10/04/2006 Dernière mise à jour le 10/04/2006 à 17:10 TU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Adieu Gary
» Adieu mon beau Umaga !
» AVANT DE TE DIRE ADIEU de Mary Higgins Clark
» [1x10] Cadeaux d'adieu
» Adieu Iphone bonjour DHD
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Villepin dit adieu au CPE :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Villepin dit adieu au CPE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: