MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 ENTRETIEN : Mamadou KOULIBALY, prés. de l’AN ivoirienne (1)

Aller en bas 
AuteurMessage
Delugio
Membre confirmé
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 29/05/2005

31032006
MessageENTRETIEN : Mamadou KOULIBALY, prés. de l’AN ivoirienne (1)

ENTRETIEN AVEC Mamadou KOULIBALY, président de l’Assemblée nationale ivoirienne

Le Quotidien (journal sénégalais) — Édition du jeudi 30 mars 2006 — http://www.lequotidien.sn/archives/article.cfm?article_id=33825&index_edition=979 :

«ENTRETIEN AVEC… Mamadou KOULIBALY, président de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire : «Si je suis déçu de Wade, je ne le suis pas des Sénégalais»

PUBLICATION «LA NAISSANCE D’UNE NATION»

Nous nous sommes rendu compte que depuis le décès d’Houphouët Boigny, qui avait incarné une certaine nation ivoirienne, au service de la France, qui ne travaillait que pour le bénéfice de Paris, qui acceptait de déposer ses avoirs extérieurs nets au trésor public français, le contrat colonial, ses héritiers se sont engagés dans une guerre atroce. C’est pour se présenter comme les meilleurs agents capables de maintenir le statu quo pour le bénéfice de la France. Le peuple de Côte d’Ivoire s’y est toujours opposé. Le coup d’Etat de Gueï juge les événements devant l’hôtel Ivoire. Un peintre a mis tous ces événements en perspective. Les arts les présentaient de façon figurative, réelle. On comprend ces tableaux tout de suite. L’Assemblée nationale a marqué son accord pour éviter que, un jour, des historiens révisionnistes, ne viennent écrire l’histoire et présenter les Ivoiriens d’aujourd’hui comme des peuples violents et leurs responsables, des chefs sanguinaires. Cela justifierait une re-colonisation de notre pays. Nous nous sommes dit que ce serait bien que l’Assemblée mette à la disposition des Ivoiriens, des Africains et du monde, cette histoire. Au lieu de faire une histoire écrite en vingt tomes, nous avons utilisé la peinture, les arts, les lettres, le cinéma, la caricature, le journalisme, pour condenser, en moins de cent pages, l’ensemble de cette histoire. Il faut un témoignage pour que les générations futures ne soient pas trompées et pour que tous les révisionnistes réfléchissent à deux reprises avant de tenter quoi que ce soit. Nous tentons de rendre difficile tout révisionnisme de notre histoire. Sa-mory Touré, El Hadj Omar, Chaka, tous ces chefs, aujourd’hui, sont présentés, par l’historiographie traditionnelle que nous avons trouvée dans les archives coloniales, comme des chefs violents, non aimés par leur peuple, battus par l’armée française. Parce que, à l’époque, ces chefs et ces peuples n’ont pas laissé de témoignages aux générations à venir. Les seuls témoignages sont ceux écrits par ceux-là mêmes qui sont venus leur mettre le fer et caricaturer l’histoire. C’est ce que nous avons voulu éviter, en témoignant nous-mêmes.

Lorsque cet ouvrage a été produit, l’Assemblée nationale a donc invité des Africains de l’intérieur comme ceux de la diaspora, dans les Antilles des Africains des Etats-Unis, des journalistes francophones et non francophones, pour venir tous être témoins de cet événement et pour qu’ils sachent qu’il était temps que nous réécrivions notre histoire nous-mêmes. C’est vrai que les historiens le font, mais c’est souvent volumineux ; le peuple, les écoliers, les plus jeunes n’arrivent pas toujours à y avoir accès. L’Assemblée nationale a voulu démocratiser cela. La peinture, le cinéma, la caricature, les arts et le théâtre mettent tout de suite la vérité sous le nez. Cela éviterait que Treiche La Plaine, dont le nom a été donné à Treichville, soit présenté comme un ami de la Côte d’Ivoire, alors que, aujourd’hui, nous savons qu’il a tué des milliers d’Aladjan et Engoulevent dont le nom figure dans l’un des boulevards d’Abidjan, comme un libérateur alors qu’il a tué des millions de Baoulés et de Bétés. Pour que tous ces gouverneurs coloniaux ne reviennent plus. Si nous ne le faisons pas, l’histoire française serait capable de présenter, un jour, le Général Poncet, qui a tué de nombreux Ivoiriens devant l’hôtel Ivoire, comme l’un des grands civilisateurs de la Côte d’Ivoire et de l’année 2000.

IVOIRITÉ

Que cela soit le débat ancien comme celui d’aujourd’hui, l’histoire est simple. Au début, il a été présenté que la Côte d’Ivoire était un pays xénophobe, raciste, exclusionniste. Lorsqu’on regarde les toiles, le débat politique et les écrits des journalistes, on se rend compte que, avec le temps, tous les arguments qui avaient été évoqués par la France et les rebelles sont tombés d’eux-mêmes. L’Ivoirité, qui avait été évoquée à l’époque, avait été la création de Bédié et de Ouattara. Bédié, lui, avait créé l’Ivoirité tribaliste, au sens où il disait que son groupe ethnique était créé pour gouverner les autres groupes ethniques. Lui est d’un groupe ethnique qui connaît le sens de la monarchie et, au nom de cela, il était apte à gouverner les autres Ivoiriens, et c’est pour cette raison que Houphouët avait régné. C’est cette classification qui était en réalité l’Ivoirité chez Bédié. Ouattara, lui, répondait à l’Ivoirité tribaliste de Bédié par une Ivoirité technocratique. Lui disait : «La Côte d’Ivoire est pour les Ivoiriens ; tous les étrangers qui viennent s’y installer doivent payer un droit d’installation.» Et il a introduit la carte de séjour. Il a dit à Bédié : «Si c’est une affaire de monarchie, moi, je suis un descendant l’ancien de l’empire du Mandingue. Je suis un descendant de Sékou Ouattara, qui lui-même, a été fondateur de l’empire de Kong ; donc je connais la monarchie. Comme vous dites, vous Bédié, avec l’Ivoirité que ce sont les tribus, connaissant la monarchie qui peuvent gouverner la République, moi, je descends des monarques ; j’ai aussi la légitimité ivoiritaire de gouverner.»

Le temps est passé ; Ouattara et Bédié sont amis ; ils disent qu’ils sont Houphouétistes. Ils ont complètement oublié l’ivoirité. Alors à quoi cela aura servi, depuis la mort d’Houphouët, de faire le tour du monde, d’empoisonner l’environnement avec l’ivoirité pour finir, aujourd’hui, par nous dire que, en réalité elle n’a pas de valeur ? L’exclusion, c’était pareil. Pendant le parti unique, tout le monde votait. C’était ainsi au Sénégal, au Mali. Puisqu’on avait un seul chef d’Etat, et qu’on allait tous plébisciter, les élections n’avaient pas tellement de sens. En réalité, ici, tout le monde votait. La seule pièce d’identité qui était valable et que les policiers contrôlaient aux différents garages, c’était la carte du Pdci-Rda. Si vous aviez votre carte de Pdci, vous passez. Lorsque nous sommes entrés en multipartisme, les Ivoiriens se sont dit : «A partir de maintenant, nous allons faire voter uniquement les Ivoiriens.» Cela n’a posé aucun problème au début, parce que les Sénégalais de Côte d’Ivoire ont bénéficié du droit de vote au Sénégal. Quand il y a des élections politiques au Sénégal, les hommes politiques sénégalais viennent en Côte d’Ivoire collecter les voix. Le jour des élections, les Sénégalais de Côte d’Ivoire vont voter et leurs voix sont comptées pour les élections au Sénégal. Les Maliens font de même. Les Burkinabè ont refusé, parce que Blaise Compaoré, qui est dictateur local, n’a pas voulu que les Burkinabés de la diaspora participent aux élections présidentielles. Comme ils ne pouvaient ni voter ici ni là-bas, lors des élections ivoiriennes, on ne les appelait pas. Ouattara qui, à un certain moment était Burkinabé, a clamé que c’était de l’exclusion, que cela se faisait à cause de lui. Cela n’a pas posé de problèmes avec les Sénégalais, avec les Maliens, parce qu’eux votaient. Ils ne votaient pas en Côte d’Ivoire ; ils votaient pour leur pays. Puis, on a parlé d’exclusion. Cela ne tient qu’à ça : «Vous n’aimez pas les étrangers ; vous les avez exclus.» Avec le temps, ces arguments sont aussi tombés. Blaise Compaoré, jusqu’à présent, malgré les revendications des partis politiques burkinabés pour le droit de vote aux Burkinabés, a dit non. Il demande à Gbagbo d’accepter que les Burkinabés votent en Côte d’Ivoire. Nous aussi avons refusé, car les Burkinabés de Côte d’Ivoire demandent à voter là-bas. Blaise sait que la communauté burkinabé vivant en Côte d’Ivoire est très nombreuse. Elle est bien éduquée et relativement bien fortunée. Elle fait du cacao, du café, a des affaires à Abidjan. C’est une main d’œuvre ; il y a des ingénieurs, des avocats. Si ceux-là se lançaient dans la politique, au regard de leurs moyens, leur niveau d’éducation et la proximité du Burkina, assez rapidement, ils vont devenir un lobby puissant qui sera capable de faire les rois, les princes et les chefs au Burkina. Ce que Blaise ne veut pas ; du coup, il résout un problème de politique interne au Burkina par un conflit avec un pays voisin et les Français ont sauté sur l’occasion. Avec le temps, ces arguments sont tombés. Aujourd’hui, on se rend compte que de plus en plus de gens comprennent que, en réalité, ils ont été trompés. La guerre a duré et Gbagbo n’est pas tombé. Les Ivoiriens ont résisté. Les Africains sont venus nombreux pour essayer de comprendre. Leur compréhension et les rapports qui ont été faits aux populations permettent à tout le monde de savoir que Blaise Compaoré et Ouattara se sont laissé utiliser par les Français. Ils ont utilisé les arguments fallacieux pour nous tuer, pour défendre simplement les coffres-forts déposés à Paris. C’est la leçon que l’on a tirée. Les critiques anciennes ont disparu, aujourd’hui. Ouattara ne se plaint plus de l’ivoirité, puisque Bédié est son copain. Blaise ne se plaint plus d’exclusion puisque Ouattara ne se plaint plus. La France, entre temps, contrôle tout le monde, arrive à garantir ses intérêts. En réalité, les forces françaises sont les seules qui ont la puissance de feu, aussi bien dans les zones occupées ou non par les rebelles.

Ici à Abidjan, dans les zones non occupées et celles occupées par les rebelles, c’est la force Licorne qui a la puissance de feu. Elle peut détruire toutes les armées. Donc, elle maintient le statu quo. Bien sûr, les rebelles, eux peuvent venir la nuit attaquer quelquefois les gendarmeries à Abidjan, tuer quelques personnes et repartir. Cependant, ils ne peuvent plus se lancer dans une guerre. Alors, on se retrouve dans une situation où l’armée française occupe l’ensemble du territoire, impose ses décisions artificielles et puis fait croire qu’il y a des rebelles qui ne veulent pas désarmer, alors qu’il n’y en a plus. Il y a des mercenaires recrutés. Or, les résolutions des Nations-Unies ont demandé que les mercenaires s’en aillent ; cela n’a pas été le cas.

.../...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unevingtaine.hautetfort.com/

 Sujets similaires

-
» Entretien avec Mamadou Abdoulaye LY, auteur et professeur de français à l’Université Normale du Yunnan en Chine, à Kunming
» Conseil pour l'entretien de vos accessoires de peinture
» Entretien d'un moteur RB V12 Rody
» [Rice, Anne] Entretien avec un vampire
» Entretien roulements
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

ENTRETIEN : Mamadou KOULIBALY, prés. de l’AN ivoirienne (1) :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

ENTRETIEN : Mamadou KOULIBALY, prés. de l’AN ivoirienne (1)

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: NEO-COLONISATION-
Sauter vers: