MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 La Situation reste dramatique pour les hommes noirs américai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

28032006
MessageLa Situation reste dramatique pour les hommes noirs américai

La Situation reste dramatique pour les hommes noirs américains
Plusieurs études confirment que la situation ne s'améliore guère...
Par Redaction Grioo.com



Il y a plus d'hommes noirs en prison qu'à l'université aux Etats-Unis
© bet.com



Plusieurs études récentes, dont une qui figurait en première page du New York Times ("plight deepens for black men, studies warn") confirment qu'une large partie des hommes noirs aux Etats-Unis, surtout ceux qui n'ont pas d'éducation universitaire et qui sont pauvres, sont tenus à l'écart de la prospérité et du bien-être économiques que connaît le pays.

Les études menées par des universitaires de Columbia, Princeton, Harvard et autres montrent que comparé aux hispaniques et aux Blancs issus de mêmes milieux défavorisés, le nombre d'hommes noirs américains vivant en marge de la société est plus élevé etaugmente plus rapidement.

Dans les centres villes, (où habitent les populations les plus défavorisés NDLR), terminer le lycée est l'exception, aller en prison fait figure de banalité (les taux d'incarcération augmentent pour les Noirs malgré la diminution des crimes urbains). Selon les études, 50 % des jeunes noirs américains qui habitent en centre ville ne terminent pas le lycée.

"Il y a quelque chose de différent qui arrive aux jeunes hommes noirs américains et c'est une chose que nous ne pouvons ignorer plus longtemps" a déclaré Ronald Mincy, cité par le New York Times. Cet universitaire professeur de sciences sociales à Columbia est l'auteur du livre "Black men left behind".

Selon les études, une majorité des 5 millions d'hommes noirs américains dont l'âge est compris entre 20 et 39 ans sont au chômage, sous-employés ou non-employables à cause de leur casier judiciaire.

En 2000, 65 % des jeunes noirs âgés de 20 à 29 ans et qui n'avaient pas terminé leurs études au lycée se retrouvaient sans emploi. En 2004, le nombre était de 72 % comparé à 34 % pour les blancs dans le même cas et 19 % pour les hispaniques selon Bruce Western, sociologue à Princeton et auteur d'un livre à paraître, "Punishment and inequality in America". Et même en incluant ceux titulaires de l'équivalent du bac, le pourcentage restait tout de même élevé (46 % en 2000!).

Les taux d'incarcération au sein de la population noire américaine masculine sont également dramatiques : En 1995, 16 % des Noirs dans la tranche d'âge de 20 à 29 ans qui n'étaient pas allés à l'université étaient en prison. En 2004, le taux s'élevait à 21 %. Lorsqu'ils atteignent la mi-trentaine, 6 noirs sur 10 parmi ceux qui n'ont pas d'éducation scolaire ont effectué au moins un séjour en prison.



Ronald Mincy de l'université de Columbia
© pbs.org



Le New York Times donne l'exemple d'un jeune homme dont l'exemple est édifiant et malhereusement banal au sein de la communauté noire :

Curtis Brannon a quitté l'école alors qu'il était encore au lycée, a eu quatre enfants de trois mères différentes et a effectué plusieurs séjours en prison pour détention de drogue et autre. Son âge ? 28 ans! Après avoir mené "la vie de la rue", il se dit "fatigué des incarcérations" et cherche un travail, essayant de prendre un nouveau départ avec sa dernière compagne et ses quatre enfants.

Certains attribuent la situation dramatique à la mauvaise qualité de l'éducation scolaire dispensée dans les centres villes, à l'absenteisme des parents, au racisme, au déclin du travail ouvrier et à une culture au sein des jeunes noirs qui glorifierait la vie de la rue à un travail "normal". D'autres soulignent que ces enfants n'ont aucun modèle auquel se réferer autour d'eux. "Personne ne sait naviguer dans la société ordinaire" dans l'environnement de ces jeunes" font-ils remarquer.

Pourtant, selon un journaliste conservateur, Mychal Massie, ce sont les hommes noirs eux-même qui sont à blâmer de la tragique situation dans laquelle se trouve le mâle noir américain.Massie souligne qu'en 1964, à la signature du "Civil Rights act", 82 % des ménages noirs avaient deux parents et 40 % de ceux-ci possédaient des affaires plus ou moins importantes.

"La famille noire américaine s'est effondrée sous le poids de décisions irresponsables, du nombre des naissances hors mariage trop élevé chez les jeunes noires célibataires...Les études ne font que confirmer ce que certains d'entre nous disent depuis longtemps : l'absence d'éducation, de qualifications utiles sur le marché du travail, la violence et la criminalité aboutissent à une chance de succès dans la vie proche de zéro".

Peter Edelman de l'université de Georgetown voit la situation comme le résultat d'un échec collectif de la société américaine dans son ensemble. "Nous devons réfléchir à ce qu'il faut faire pour changer cette situation. Nous tous, et pas seulement les Noirs devont prendre la responsabilité de sauver nos enfants" dit-il.

Selon Gary Orfield, un expert de l'éducation de l'université de Harvard, "quand 50 % des jeunes noirs habitant les centres villes ne terminent pas le lycée, cela signifie qu'on ne leur offre pas d'alternative, et malheureusement, leurs quartiers leur en offre d'autres."

Dans un monde où les études jouent un rôle vital dans le succès dans la vie, des programmes pour aider plus d'hommes noirs à entrer à l'université et à y réussir peuvent être des programmes prometteurs. Mais il ya peu de ressources et de mesures mises en place pour aider les hommes célibataires" déclare Mr Mincy de l'université de Columbia.

"Nous avons pu dépenser 50 milliards de dollars dans des programmes qui ont modifié de façon significative la situation chez les femmes pauvres. Il faudrait aborder les problèmes touchant les hommes en déployant des moyens de la même ampleur" ajoute t-il encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Quel domaine pour les hommes bêtes ?
» Pourquoi les hommes noirs préfèrent t'ils les femmes a la peau claire ?........
» Je reste coi (pour Dahlia)
» Des modèles gratuits de pulls islandais pour les hommes
» [SMC] Pour les Dieux Noirs
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

La Situation reste dramatique pour les hommes noirs américai :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

La Situation reste dramatique pour les hommes noirs américai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: