MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 les dérives eugénistes par Aziz Salmone Fall 3

Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

21032006
Messageles dérives eugénistes par Aziz Salmone Fall 3

David Hume (1711-1776), économiste réputé, abonda dans le sens de ces prétentions pré-galtoniennes:

«Je suspecte les Nègres et en général les autres espèces humaines d'être naturellement inférieurs à la race blanche. Il n'y a jamais eu de nation civilisée d'une autre couleur que la couleur blanche, ni d'individu illustre par ses actions ou par sa capacité de réflexion».

Voltaire (1694-1778) lui soutenait qu'il fallait juste s'assurer de la mesure du cerveau humain pour constater que les Nègres d'Afrique sont inférieurs en intelligence aux Blancs d'Europe. Alors que Bernardin de St-Pierre[17] s'insurgeait contre le traitement fait aux noirs, Montesquieu (1669-1776) clamait mordicus que, puisqu'il n'avaient ni âme ni raison, les noirs étaient naturellement destinés à l'esclavage. Thomas Robert Malthus dans Un Essai sur le Principe de Population (1798) était si obsédé par les risques de surpopulation des ouvriers, qu'il suggère pour eux « l'abstinence sexuelle » puisque ces classes « inférieures et pauvres seraient responsables » de leur condition. Le contrôle des naissances pour freiner la propagation démographique était envisagé et existe encore. Dans la même année, Kant produit Anthropologie, essai misogyne, moins connu que ses œuvres phares, où il traite les juifs d'escrocs et confine les noirs au raz des hiérarchies pseudo-biologiques.

Il a fallu attendre l'approche du 19 è siècle pour voir esquisser les premières théories sophistiquées de la supériorité ou l'infériorité intellectuelle. Elles vont gagner une redoutable efficace, en enseignant une hiérarchie des races dans les écoles et même les universités, mais aussi en traversant l'africanisme eurocentrique jusqu'au vingtième siècle.

Francis Galton (1822-1911)

-L'eugénisme galtonien

.

En étudiant principalement le monde animal Charles Darwin publia en 1859 Les Origines des Espèces par la Sélection Naturelle ou la Préservation des Races Favorites dans la Lutte pour la Vie. Dans le contexte de la Grande Bretagne conquérante, et du capitalisme sauvage, ce livre aura des incidences socio-politiques majeures. Il construit l'idée que seuls les meilleurs survivent et détaille les processus de modification et de différenciation.



Darwin, en lisant Malthus, greffa ses propres vues dans un autre ouvrage phare, l'origine de l'Homme. Ces éléments seront les briques essentielles d'un nouvel évolutionnisme. Mais Darwin ne dispose pas des derniers éléments des trouvailles de Mendel pour expliciter tout le mécanisme de l'hérédité. Autant il permettait une révolution, défaisant irréversiblement les croyances créationnistes, autant ce potentiel porteur allait être détourné vers d'autres préoccupations plus racistes.



Darwin était d'ailleurs très réservé sur les développements que faisaient les futurs eugénistes de ces théories. Il semblait considérer utopique leur projet plaidant plutôt pour l'éducation que la coercition[18]. Il était toutefois probablement raciste, ou du moins colportait les idées de son temps[19], en prônant l'éradication de «toutes les lois et toutes les coutumes qui empêchent les plus capables de réussir» et méprisait les canadiens français comme le rappelle Des Rosiers.[20]



C'est en scrutant les prisonniers, que Francis Galton (1822-1911), un cousin germain de Darwin[21], va perfectionner les recherches sur la dégénérescence et systématiser l'eugénisme. En se préoccupant de l'hygiène du corps social, il s'agit de promouvoir le patrimoine génétique sain, en privilégiant un interventionnisme étatique en la matière. Au départ, sa philosophie se nomme viriculture, mais très vite il forge du grec eu et gennân- bien engendrer ou bien naître-, la première idéologie de la science; l'eugénisme.

.

L'eugénisme vise à sélectionner l'excellence humaine et à se débarrasser de tout ce qui pourrait lui nuire ou la flétrir. Son ouvrage Hereditary Genius est un plaidoyer pour l'intelligence héréditaire. Convaincu que les génies naissent eux-mêmes de grands hommes, il tente de le démontrer, en recensant 48 éminents fils de 100 éminents personnages, sans même se questionner sur l'influence de leur classe sociale d'où ils proviennent tous. Galton était convaincu que les noirs étaient de deux degrés moins intelligents que les anglo-saxons (qu'il qualifie de «the half-witted nature of the race). Il cherche cependant à relever le mental et la stamina des britanniques, afin de leur faire éviter la situation qu'il dit avoir constaté durant son voyage en Amérique où la population américaine est fragilisée au contact des noirs. Le rôle de la science est donc d'améliorer la race douée et de décourager la propagation des êtres inférieurs. Dans son ouvrage utopique I can't say where I il idéalise la société qu'il appelle de ses vœux et se préoccupe du bonheur collectif plutôt que le bien être individuel. L'eugénisme devint donc un préjugé racial déguisé en science appliquée de l'hérédité, dans l'intérêt de la race blanche.





Gregor Mendel, dès1865, en étudiant les végétaux et particulièrement les pois, calcule un ratio constant de 3 :1 entre des plants de grandes et de petites tailles et découvre que l'hérédité procède de facteurs existant en pairs dans les plantes. Il fonde ainsi les connaissances sur la transmission héréditaire. Trop avant-gardistes, ce n'est que plus tard que ces travaux seront reconnus. Par contre, parce que probablement encore enracinés dans le mythe, c'est dans la même période, que les retentissants travaux du Comte de Gobineau (1816-1882) tracent les bases théoriques les plus fondamentales du racisme scientifique. Essai sur l'Inégalité des Races Humaines permet d'affirmer la supériorité et la suprématie des aryens. Cette noblesse raciale serait mise en danger par les risques inhérents à la prolifération des races inférieures. En Allemagne, où ses thèses trouvent vite écho, parut un an après sa disparition, son ouvrage Enquêtes sur les Facultés Humaines. C'est la première pierre angulaire des croyances en l'hérédité des dispositions mentales. Le Grand Dictionnaire universel du XIX è siècle de Larousse, lancé dès1866, qualifiant de philanthrope les prétentions d'égalité entre humain nie les facultés intellectuelles du nègre et avec assurance proclame « Un fait incontestable, et qui domine tous les autres, c'est qu'ils ont le cerveau plus rétréci, plus léger et moins volumineux que l'espèce blanche..» En 1882 aussi Francisque Sarcey commente froidement l'ouvrage de A. Bertillon, Les Races sauvages et déclare :

« Ces affreux bipèdes, à face simiesque, gambadant et voraces, gloussant de cris inarticulés, sont nos frères, … ou les frères de ceux qui furent nos ancêtres préhistoriques !… Quelques races mieux douées se dégagèrent de cette animalité barbare, se cultivèrent , s'affinèrent, formèrent l'homme civilisé, plus éloigné d'un pauvre australien que cet australien n'est éloigné d'un gorille. D'autres ne se sont pas développés, toujours aussi dénués de sens moral et de raison…Toutes ces tribus sauvages vont disparaître, exterminées par des peuples supérieurs ou s'éteignant d'elles-mêmes…Ce ne sera pas dommage»[22]



Karl Pearson, disciple de Galton, dans son livre The Grammar of Science soutient en 1882 qu'il est vain de tenter de connaître l'essence des choses en science et qu'il vaut mieux se contenter d'appliquer les mathématiques et la statistique pour parvenir au même résultat. Il lance en 1901 un journal, Biometrika, qui appliquera à la lettre ses principes statistiques bio métriques et rejettera trente ans durant les articles relevant de la génétique Les recherche sur les cellules, le noyau et la cytologie apportent un cortège de savants comme Weismann, Nussbaum, Kölliker dont les vues confortent les perspectives d'hérédité. Le chrirugien Paul Broca (1824-1880) spécialiste de l'encéphale, où il avait repéré le seuil de l'aphasie, considérait que le cerveau avait une masse plus importante chez les grands personnages que les gens simples. Il soutenait «que jamais un peuple à la peau noire, aux cheveux laineux et au visage prognathe n'a pu s'élever spontanément jusqu'à la civilisation»[23]. Le cocktail de ces œuvres produisit en grande partie le darwinisme social d'où s'épanouira l'eugénisme. En réplique à Gobineau, un avocat haïtien Anténor Firmin publie en 1885, tragique année du congrès de Berlin, L'égalité des races humaines : essai d'anthropologie positive[24] . On peut dire que Diop est une sorte de réincarnation scientifique de Firmin qui a plaidé, avec verve et les moyens de son temps, l'égalité des humains et le caractère négroïde des égyptiens antiques. Hélas sa voix ne fut guère entendue, et cet homme qui mérite des statues dans tous les pays d'Afrique est encore aujourd'hui injustement méconnu. Les pangermanistes un groupe suprémaciste et l'association Gobineau, lancée deux ans après la mort de ce dernier, firent de l'activisme avec les thèses du savant raciste. Steward Houston Chamberlain un anglais naturalisé allemand proclama en 1899 dans La Fondation du Dix-Neuvième siècle en Allemagne que les allemands étaient les plus purs des aryens et qu'ils étaient au dessus de la pyramide, au bas de laquelle sont les races inférieures et dégénérées, juives, noires etc..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Les dérives de la "Revolution"...
» Salut les artistes moi c'est Aziz.
» Aziz, lumière!
» Bétonnage des rives des lacs. Par ici le pognon!
» Carnaval des deux rives 2009 (Bordeaux)
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

les dérives eugénistes par Aziz Salmone Fall 3 :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

les dérives eugénistes par Aziz Salmone Fall 3

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: EDUCATION :: REVEIL ET CONSCIENTISATION-ENLIGHTMENT-
Sauter vers: