MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 La France face à ses musulmans : « un vide politique dangere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

18032006
MessageLa France face à ses musulmans : « un vide politique dangere

source:
http://www.rfi.fr/actufr/articles/075/article_42547.asp

La France face à ses musulmans : « un vide politique dangereux »
Encourager les jeunes à participer à la vie politique de la France : un moyen d'éviter le «clientélisme religieux», selon le rapport de l'ONG International crisis group.


Encourager les jeunes à participer à la vie politique de la France : un moyen d'éviter le «clientélisme religieux», selon le rapport de l'ONG International crisis group.

Le dernier rapport de l’International crisis group (ICG) -une organisation non-gouvernementale indépendante-, intitulé «La France face à ses musulmans : émeutes, jihadisme et dépolitisation», est le premier d’une série consacrée à l'islamisme en Europe. La mission de l’ICG est, globalement, de concevoir des analyses de terrain et de proposer un plaidoyer de haut niveau pour prévoir et résoudre des conflits : en l’occurrence, l’ICG a porté ses interrogations sur les racines des violences qui ont secoué l'hexagone. Le rapport retrace l’échec des diverses tentatives d’organisation politique des populations issues de l’immigration musulmane, et met en avant l’absence de relais politiques laïques efficaces.


Crise des banlieues, arrestations en vague d’islamistes, crispations identitaires : de facto, le malaise est là.Y aurait-il un radicalisme islamiste ? Et si oui, comment le résoudre ? Après avoir rempli la première de ses missions, qui est de faire -en toute indépendance- une analyse de terrain, L’International crisis group (ICG) a publié dans un rapport, le constat d’un malaise de la France face à ses musulmans, et a fait une analyse de la situation. A contre-courant des idées reçues, le rapport rejette le caractère religieux des violences qui ont secoué les banlieues. Il met plutôt en avant l’échec de plusieurs tentatives d’organisation politique des populations issues de l’immigration musulmane moyennant quoi « la participation politique des populations issues de l’immigration musulmane est en panne », déclare Robert Malley, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord du Crisis group, et que cela crée, ajoute-il, « un vide politique dangereux (…) surtout au sein de la jeunesse désoeuvrée des banlieues ».

D’un côté le rapport souligne l’échec du mouvement beur dans les années 80, la « neutralisation » des mouvements associatifs de jeunes musulmans proches des Frères musulmans qui tiennent « un discours toujours plus orienté vers les classes moyennes et éduquées », et de l’autre il constate une montée du salafisme jihadiste qui « n’a ni structures, ni prédicateurs nationaux et ne s’inscrit pas dans une stratégie communautariste. (…) Le repli du salafisme se fait donc moins sur la communauté que sur l’individu, au mieux sur la bande, repensée comme un réseau de « purs » structuré autour de la mosquée de quartier et de la boucherie halal, du snack ou de la boutique de téléphonie mobile tenue par les frères salafistes ». A partir de là, conclut le rapport « la radicalisation est une expérience avant tout politique, qui peut trouver une formalisation théologique, mais celle-ci n’intervient qu’a posteriori. Elle sert rarement de déclencheur ».

« être libre, c’est participer : pour que nos voix comptent, fédérons-nous ! »

« Ethnicisation de l’espace urbain » et vide politique de la population ghettoïsée font mauvais ménage, dénonce encore le rapport. Conditions sociales précaires tant au niveau du travail et du logement, discrimination sociale, pratiques répressives dans les cités ou les lycées classés en zone prioritaire d’éducation sont autant de facteurs favorables à « la tentation radicale » et à la « dynamique émeutière ». Patrick Haenni, consultant auprès du Crisis group, considère donc, dans un interview donné au Monde, qu’en conséquence « la réponse doit se positionner dans le champ politique ». Pour éviter le « clientélisme religieux », le rapport de l’ICG prône la nécessité de dynamiser le tissu associatif et de mettre en place des relais politiques laïques efficaces susceptibles de restaurer le lien social. Sur son site, l’ICG dresse une liste de recommandations au gouvernement.

En mettant en avant les carences de la participation à la vie politique, ce rapport (publié en mars 2006) confirme en quelque sorte la légitimité du mouvement spontané initié par un collectif de personnalités du monde du spectacle -baptisé Devoir de réagir- qui scandait haut et fort, en décembre 2005 : « être libre, c’est participer : pour que nos voix comptent, fédérons-nous ! ». Dans le contexte des vagues de violences qui venaient de secouer les banlieues, le collectif incitait les jeunes de banlieue -une population largement issue de l’immigration- à s’inscrire sur les listes électorales : le but était de leur faire entendre que le mécontentement peut s’exprimer dans les urnes, en prenant part à la vie de la Cité, c’est-à-dire par la sanction politique, et donc autrement que par la violence en brûlant des voitures ou par la confrontation brutale avec les forces de police.

par Dominique Raizon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Que pensez vous du CB 100? Face au MSR?
» Les femmes Africaines face au mariage mixte
» THE DARK KNIGHT - HARVEY DENT/DOUBLE FACE (MMS81)
» [INFO] Batterie qui se vide très rapidement
» Traitement particulier d'un tableau double face . (colle de pâte, réversibilité, pontage)
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

La France face à ses musulmans : « un vide politique dangere :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

La France face à ses musulmans : « un vide politique dangere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: