MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 «L’ONU, liquidatrice des leaders africains» 1

Aller en bas 
AuteurMessage
Delugio
Membre confirmé
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 29/05/2005

22022006
Message«L’ONU, liquidatrice des leaders africains» 1

«Lumumba, Um Nyobé, Gbagbo : l’ONU, liquidatrice des leaders africains»

Moukoko Priso, Secrétaire général de l’UPC, opposition camerounaise, analyse la situation ivoirienne actuelle en regard des événements qui ont vu la destruction violente de la résistance congolaise et camerounaise dans les années 1960 :

Article dans
Le Courrier d'Abidjan — No: 647 du Mercredi 22 Fevrier 2006 — http://news.abidjan.net/presse/courrierabidjan.htm :

« Histoire – Dans une communication d’une rare densité prononcée à l’occasion de la journée d’information sur la Côte d’Ivoire organisée par son parti à Douala, Moukoko Priso, secrétaire général de l’Union des populations du Cameroun (parti de Ruben Um Nyobé et des nationalistes camerounais), a établi un parallèle intéressant entre le Cameroun, la RDC et la Côte d’Ivoire. Où l’on se rend compte que de manière constante, l’ONU s’est mise au côté de l’impérialisme européen pour éliminer physiquement les leaders portant les aspirations légitimes des peuples africains. Un cours d’Histoire qui nous invite à la vigilance.


L’Organisation des Nations unies (Onu), fondée à la fin de la guerre de 1939-1945, s’est fixé pour but, entre autres, de veiller au maintien de la paix entre les peuples et les nations, et de permettre la coopération entre les Etats. Et elle le dit à qui veut l’entendre. Pour elle, tous les Etats sont égaux en droits. Voire.
Dès 1946, traitant du sort des anciennes colonies allemandes que la Société des nations (Sdn) avait placées “sous mandat de la Sdn”, l’Onu décida de faire de ces anciennes colonies des “ pays sous tutelle de l’Onu ”. Tel fut le cas du Kamerun, du Togo, mais aussi de la Namibie, etc. Mais ensuite ?
Plusieurs personnes vous diront que l’Onu rend de nombreux services aux peuples africains, qu’en ce moment même elle intervient au Darfour et en d’autres contrées de notre continent, et qu’en conséquence, il ne faut pas oublier ce rôle positif de l’organisation, sans parler des actions de ses agences spécialisées comme l’Unicef, le Pam, l’Onudi, l’Unesco, etc. Donc, concluront ces personnes, “ il ne faut quand même pas exagérer ”. Je me propose de suggérer ici que ces personnes ne voient que l’arbre qui cache la forêt. Elles refusent de voir, ou font semblant de ne pas voir, le rôle de l’Onu dans des situations décisives pour le présent et l’avenir des peuples africains. Car, même l’être humain le plus méchant et le plus vil, a certains côtés positifs et humains ; il lui arrive parfois de poser des actes positifs. Mais ce qui est important quand on apprécie un être humain, c’est l’aspect dominant, ce qui est fondamental. Et en ce qui concerne l’Onu et son rôle en Afrique depuis 60 ans, depuis sa fondation, c’est ce que je m’en vais essayer de mettre en lumière en examinant trois cas.

L’Onu au Congo en 1960-1961

Le 30 juin 1960, le Congo, ancienne colonie de la Belgique, recouvrait son indépendance juridique. L’éveil du mouvement national en Afrique avait contraint la Belgique aussi, à admettre le principe de l’indépendance de ses colonies dont le Congo était de loin le fleuron.
Parmi les nationalistes congolais, il y avait en gros deux groupes de forces politiques : il y avait les partis du nationalisme frelaté ou nationalisme avec la bouche comme le désignait Um Nyobé ; et il y avait les partis du nationalisme africain radical, le véritable nationalisme congolais, celui que les peuples soutenaient à travers tout le continent, et notamment au Congo. Ce qui séparait ces deux groupes, c’était le sens profond qu’il fallait donner à l’indépendance du Congo.
Le camp du nationalisme frelaté pensait à une indépendance frelatée, une indépendance que pouvaient accepter la Belgique et l’ensemble du monde occidental ; c’était une indépendance qui laisserait la liberté à ces derniers de continuer comme avant, à voler et piller les richesses du Congo et de l’Afrique. Les principales figures de ce camp s’appelaient Joseph Kasavubu, Moïse Tschombe, Albert Kalonji, etc.
Le camp du nationalisme africain véritable voulait une vraie indépendance, une indépendance radicale, qui donnerait désormais la liberté au peuple congolais de contrôler ses richesses pour le bien de tous dans l’unité avec les autres peuples africains. Les principales figures de ce camp s’appelaient Patrice Lumumba, Antoine Gizenga, etc.
La question centrale de la forme du futur Etat du Congo indépendant était un des points de désaccord fondamental entre les deux camps : Lumumba et ses amis voulaient un Congo uni, unitaire et démocratique. Kasavubu, Tschombe et consorts voulaient une fédération lâche et même une confédération. Car il fallait laisser chaque province faire ce qu’elle voulait avec les richesses de son sous-sol et les autres richesses. Mais tout le monde savait que derrière ces idées des nationalistes frelatés, ce qui se jouait, c’était la question de savoir si oui ou non, on allait laisser les sociétés colonialistes comme la toute puissante Union minière du Haut Katanga continuer à dominer l’économie du pays. Et tout le monde savait que c’est l’Union minière du Haut Katanga et ses alliés, qui soufflaient leurs théories aux nationalistes frelatés qu’on avait rebaptisés “ les modérés ”, tout comme les rebelles putschistes de Côte d’Ivoire ont été rebaptisés “ Forces nouvelles ” pour paraître plus fréquentables…
Les Belges organisèrent des élections avant la date de proclamation de l’indépendance. Les nationalistes radicaux gagnèrent les élections organisées par les Belges, sans la présence des “ observateurs internationaux ” qu’on n’avait pas encore imaginés. Le parti de Patrice Lumumba, le Mouvement national congolais (Mnc) sorti premier des élections ; il était donc premier à l’Assemblée. Donc, normalement, le chef du Mnc devait devenir chef du gouvernement congolais. Mais les Belges organisèrent un pré-Marcoussis, une étape vers l’autre Marcoussis : on l’appela la Table ronde belgo-congolaise à Bruxelles. Avec tous les chefs politiques congolais. L’OK Jazz de Luambo Makiadi et l’African Jazz de Kabasele immortalisèrent cette table ronde dans l’inoubliable chef d’œuvre musical “ Indépendance Cha Cha… ”. Au cours du traquenard de Bruxelles, les Belges et leurs amis réussirent à imposer un bicéphalisme au sommet du futur Etat congolais: Kasavubu fut nommé président de la République pour bloquer l’action du Premier ministre Patrice Lumumba, dans tous les cas où celui-ci tenterait de faire quelque chose de déplaisant pour l’Occident.
Le 30 juin 1960 donc, l’indépendance du Congo fut proclamée, et déjà, Lumumba ne fit pas plaisir aux Belges. Il ne s’écoula donc pas dix jours, dix, et le 9 juillet, Moïse Tschombé et ses amis proclamèrent l’indépendance du Katanga. Immédiatement après, les partisans de Kalonji au Kasaï assassinèrent Joseph Mbuyi, un des dirigeants nationaux du Mnc de Lumumba.
Dans ces conditions, et alors que tout ce qui tenait lieu d’armée congolaise était encore sous le commandement d’officiers belges, le gouvernement congolais dirigé par Patrice Lumumba demanda à l’Onu de l’aider, y compris militairement, à mâter la rébellion tschombiste. Mais quand l’Onu envoya des “ casques bleus ”, sous commandement louche au Congo, les troupes de l’Onu firent exactement le contraire de ce pourquoi elles avaient été appelées. Par exemple, alors que Kwame Nkrumah avait dépêché 3 bataillons ghanéens à Léopoldville (comme s’appelait alors Kinshasa), ces soldats ghanéens ne purent même pas protéger Lumumba et ses amis et camarades, car les soldats étaient obligés d’obéir aux ordres contraires du commandement onusien.
L’Onu laissa le traître Mobutu, sorti du néant par Lumumba, faire tranquillement son coup d’Etat, après que la décision d’éliminer Lumumba eût été prise par les gouvernements belge, Us, français, anglais et leurs amis et complices. Ceux-ci aidèrent Mobutu à monter des unités à sa dévotion pour le coup d’Etat, pour arrêter Lumumba, et l’expédier au traître Tschombé et sa clique du Katanga. La mort de Patrice Lumumba fut annoncée à l’opinion mondiale le 17 janvier 1961, en même temps que celle de ses compagnons Joseph Okito, président du Sénat, et le colonel Mpolo, chef d’état-major, deux lumumbistes intransigeants et incorruptibles comme Joseph Mbuyi, des nationalistes africains qui ne se demandaient jamais “ on va faire comment ? ” Luambo Makiadi produisit un autre chef-d’œuvre : “ Liwa ya Lumumba ”.
Au final, l’Onu ne fit strictement rien de positif du point de vue du nationalisme africain dans cette affaire. Elle fut totalement au service de l’impérialisme occidental. Son Secrétaire général de l’époque, le Suédois Dag Hammarskjöld, se livra à un nombre si élevé de magouilles, qu’il finit par perdre la vie dans un curieux accident d’avion près de N’dola, dans ce qui s’appelait alors encore la Rhodésie du Nord (actuellement Zambie).
Une fois Lumumba et ses camarades tués, la chasse aux lumumbistes et aux autres nationalistes radicaux se poursuivit, le pays étant désormais aux mains des agents occidentaux dits “ modérés ”. L’Onu se prêta alors au jeu cynique qui consista à monter “ le maréchal Mobutu ” et à l’imposer à la tête du Congo plus ou moins unifié par une réduction de la sécession katangaise. Car étant donné qu’on pouvait désormais contrôler tout le pays, cette rébellion katangaise ne servait plus à rien. Voilà en bref pour l’Onu au Congo.

.../...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unevingtaine.hautetfort.com/

 Sujets similaires

-
» Les leaders des flotilles de destroyers
» [Pokémon GO] Les leaders des Teams enfin révélés !
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

«L’ONU, liquidatrice des leaders africains» 1 :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

«L’ONU, liquidatrice des leaders africains» 1

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: HISTOIRE-HISTORY :: NEO-COLONISATION-
Sauter vers: